Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Ulrike Nagengast, Gothorum florentissima gens: Gotengeschichte als Heilsgeschichte bei Isidor von Sevilla

Jacques Elfassi
Référence(s) :

Ulrike Nagengast, Gothorum florentissima gens: Gotengeschichte als Heilsgeschichte bei Isidor von Sevilla, Francfort, Peter Lang, coll. « Classica et Neolatina. Studien zur lateinischen Literatur » (4), 2011, 482 p.

Texte intégral

1Le but de cet ouvrage est de montrer que l’Histoire des Goths d’Isidore de Séville, souvent décrite comme une simple compilation de sources antérieures, est en fait sous-tendue par une vision théologique qui lui donne son sens. La louange de l’Espagne qui introduit l’œuvre (dans la seconde recension) révèle des emprunts aussi bien classiques que bibliques : on peut notamment y déceler des références à la terre promise. La description de la migration des Goths rappelle la migration du peuple élu, Israël, jusqu’à cette même terre promise. La représentation des rois goths rappelle aussi les livres des Rois de la Bible. Le peuple goth est donc le nouveau peuple élu, l’Espagne sa terre promise, et donc son installation en Espagne puis sa domination de la population hispano-romaine n’est pas le fruit du hasard mais d’un plan divin.

2Sur tous ces points, le livre est très convaincant. Moins pour contredire U. Nagengast que pour susciter le débat, j’exprimerais quelques réserves, en revanche, sur son interprétation eschatologique de l’Histoire des Goths : selon elle, le peuple goth serait destiné à rester en Espagne jusqu’à la fin des temps et tout le récit d’Isidore serait orienté vers cet horizon eschatologique. Mais aucun de ses arguments n’est totalement probant. Le parallèle entre l’éloge de l’Espagne et le IVe livre d’Esdras est peu évident et Isidore considérait IV Esdras comme apocryphe (voir Eccl. Off. I, 11, 4 et Etym. VI, 2, 28). Les gemmae de l’Espagne n’évoquent la Jérusalem céleste que de très loin. Un autre rapprochement avec l’Apocalypse (20, 7), plus convaincant, est fourni par l’étymologie même du mot Gothi, censé venir de Gog et Magog (HG 1). Mais il n’est pas nécessaire d’y voir une référence implicite au caractère eschatologique du peuple goth : cette étymologie, empruntée à Jérôme et fondée sur une ressemblance phonique entre Gothi et Gog, permet surtout de relier ce peuple à l’histoire universelle et de lui donner une très grande antiquité. U. Nagengast accorde beaucoup d’importance, aussi, à la chronologie selon « l’ère » hispanique (aera), qu’Isidore est le premier historien à utiliser tout au long de son œuvre ; ce comput est lié par l’auteur au cens effectué par Auguste lors de la naissance du Christ (Etym. V, 36, 4, à rapprocher de Lc 2, 1), et la naissance du Christ marque le début du sixième et dernier âge. Toutefois, le fait que le sixième âge soit aussi le dernier ne suffit pas à donner à l’Histoire des Goths un caractère eschatologique : ou alors il faudrait considérer comme eschatologique toute narration d’événements postérieurs à la naissance du Christ ou datés selon la naissance du Christ.

3Il n’est pas évident non plus qu’Isidore ait eu conscience du caractère spécifiquement hispanique de « l’ère » (dans sa notice des Étymologies, il la rattache à Auguste et au monde romain) et il est donc peut-être excessif d’y voir un moyen de glorifier la conscience nationale hispano-gothique. Comme la plupart des chercheurs actuels, U. Nagengast voit dans l’Histoire des Goths un ouvrage destiné à exalter le royaume hispano-gothique. Or cette interprétation, sans être fausse, devrait peut-être être nuancée. Il est incontestable qu’il y a chez Isidore un patriotisme hispanique (il suffit de lire l’éloge initial de l’Espagne pour s’en convaincre) et que son Histoire est très favorable aux Goths, mais il y a peut-être aussi chez lui une dimension universaliste. U. Nagengast elle-même donne un certain nombre de clefs en faveur de cette lecture universaliste (c’est même un des grands mérites de son livre), mais elle ne les exploite pas vraiment, ou alors elle les rattache à son interprétation eschatologique de l’Histoire des Goths. L’histoire du peuple goth telle que la décrit Isidore est l’histoire du salut du peuple goth, et donc l’histoire du Salut tout court (le sous-titre, Gotengeschichte als Heilsgeschichte, est excellent). Assurément, la comparaison entre le peuple goth et le peuple d’Israël valorise les Goths, mais d’une certaine façon elle est logique et elle n’est pas seulement la preuve d’un « nationalisme » gothico-centriste : l’histoire profane est liée à l’histoire du Salut et il y a une corrélation entre l’histoire du Salut et l’histoire sainte, corrélation qui témoigne de l’unité du plan de Dieu. Toute l’histoire du peuple goth s’insère dans l’histoire universelle du Salut : par exemple, le rattachement des Goths à Japhet permet de les rattacher à l’histoire sainte, et Japhet préfigure les gentes qui croiront au Christ (voir Expos. in Gen. VIII, rapprochement judicieux proposé p. 209). Semblablement, la chronologie selon « l’ère » inscrit l’ensemble de l’histoire du peuple goth dans une perspective chrétienne, sans qu’il soit nécessaire d’y percevoir un sens eschatologique.

4Les quelques remarques qui précèdent peuvent paraître critiques, mais elles doivent avant tout être considérées comme la preuve de l’intérêt de cet ouvrage. Il faut aussi signaler, pour rendre justice à l’auteur, l’importance des annexes, qui occupent le tiers du livre. On y trouve notamment la première traduction allemande (sauf erreur de ma part) de la Chronique d’Isidore et la deuxième traduction allemande de l’Histoire des Goths, des Vandales et des Suèves (la traduction précédente, due à D. Coste en 1986, était fondée seulement sur le texte de la Patrologie Latine, celle d’U. Nagengast sur l’édition critique de C. Rodríguez Alonso). La traduction n’a pas pour seule fonction d’aider le lecteur, elle suggère aussi certaines interprétations : ce n’est pas un hasard, par exemple, si au c. 1 de l’Histoire des Goths, « antiquissimam… gentem » a été rendu par « das älteste Volk » plutôt que par « ein sehr altes Volk » (la formulation d’Isidore est ambiguë). En outre, le texte de l’Histoire des Goths est accompagné de quelques notes critiques. U. Nagengast n’a pas vu les manuscrits et ses observations linguistiques sont formulées de manière maladroite (elle donne l’impression de tout percevoir à travers le seul prisme du latin classique) : pour ces deux raisons au moins, on peut craindre que ses remarques soient méprisées, voire ignorées par les philologues. Il faut donc insister sur ce point : les notes de la traduction sont intéressantes et devront être prises en compte par les futurs lecteurs de l’Histoire des Goths, ne serait-ce que parce qu’elles signalent plusieurs coquilles dans l’édition de C. Rodríguez Alonso. J’ajoute ce que je crois être une autre coquille de cette édition : au c. 65, je ne comprends pas la forme temporum, qui n’est pas commentée par U. Nagengast et que je corrigerais, spontanément, en temporibus (ablatif absolu : computatis… temporibus).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Elfassi, « Ulrike Nagengast, Gothorum florentissima gens: Gotengeschichte als Heilsgeschichte bei Isidor von Sevilla », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-1 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/5013

Haut de page

Auteur

Jacques Elfassi

Université de Lorraine

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org