Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Jésus Lorenzo, La Dawla de los Banû Qasî. Origen, auge y caída de una dinastía muladí en la Frontera Superior de al-Andalus

Philippe Sénac
Référence(s) :

Jésus Lorenzo, La Dawla de los Banû Qasî. Origen, auge y caída de una dinastía muladí en la Frontera Superior de al-Andalus, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones científicas, 2010, 389 p.

Texte intégral

1Ce livre fait suite à une thèse de doctorat soutenue en novembre 2008 sous la direction du professeur Juan Antonio Quirós, à l’université du pays basque. Comme l’indique le sous-titre du livre (« Origen, auge y caída de una dinastía muladí en la Frontera Superior de al-Andalus »), l’objectif de l’auteur est de retracer l’histoire d’un lignage célèbre dont le pouvoir s’étendit sur la plus grande partie de la vallée de l’Èbre au point que l’un d’eux, Mûsâ b. Mûsâ, selon la Chronique d’Albelda, rivalisait avec les autres souverains de la péninsule et se faisait même appeler « le troisième roi d’Espagne ». Sans conteste, l’objectif de Jésus Lorenzo est atteint et l’ouvrage constitue une heureuse contribution à l’histoire de ces secteurs périphériques d’al-Andalus, autrefois abordés par Eduardo Manzano Moreno (La frontera de al-Andalus en época omeya, Madrid, 1991). Après avoir présenté la méthode suivie et les principales sources utilisées (arabes et latines), l’auteur suit attentivement l’histoire de ce lignage depuis la fameuse conversion à l’Islam du comte Casius, l’ancêtre éponyme des Banû Qasî, un client des Omeyyades dont l’histoire a été récemment révisée par Maribel Fierro (Studia Historica, 27, 2009).

2Une fois évoquée la question de « Casio, el épónimo del linaje », l’auteur souligne le mutisme des sources pour la seconde moitié du viiie siècle et met justement l’accent sur le personnage de Mûsâ b. Mûsâ (chapitres iv et v), sans doute le plus puissant représentant de ce lignage muwallad. Avec cet homme débute vers le milieu du ixe siècle une remarquable expansion territoriale qui s’affirmera dans les décennies suivantes lorsque ses descendants étendront leur domination sur la Rioja, la Navarre, l’Aragon et une partie de la Catalogne (Balaguer, 897). Le rôle de ce lignage pendant la fitna est parfaitement mis en valeur et il est tout à fait juste de mettre en relation la rébellion de ces hommes à l’égard de Cordoue avec la fitna et la révolte de ‘Umar b. Hafsûn en Andalousie, bien étudiée par Manuel Acién Almansa (Entre el Feudalismo y el Islam, Jaén, 1994). À cette phase d’expansion parvenant à éliminer les autres lignages muwallades de la Marche (tels les Banû Khalaf), succède un lent déclin contemporain de la restauration du pouvoir cordouan, en particulier après 912, avec l’avènement de l’émir ‘Abd al-Rahmân III. Les dernières années du ixe siècle et le début du siècle suivant sont alors marqués par l’affirmation d’un autre lignage, les Banû Tudjîb, arabe celui-ci, dont l’emprise sera grandissante tout au long du califat malgré des tensions avec Cordoue. De la sorte, le déclin des Banû Qasî traduit, ici comme ailleurs en al-Andalus, les progrès de l’État omeyyade et la fin d’une époque de « transition ». Le déclin de ce lignage résulte sans doute d’un manque d’assise sociale (« la pérdida de su base social », p. 337), mais l’auteur y perçoit justement d’autres causes comme des conflits internes, des problèmes de transmission du pouvoir au sein du lignage à partir du début du xe siècle, et surtout la pression exercée par la monarchie de Pampelune (le déclin du lignage étant contemporain du règne de Sancho Garcés Ier).

3Bien rédigée, l’étude de Jésus Lorenzo traduit une parfaite connaissance des sources arabes et vient éclairer d’un jour nouveau l’histoire de ce lignage rebelle à l’autorité omeyyade. L’érudition de l’auteur est irréprochable et l’on mentionnera encore l’utilité des cartes, d’un glossaire et même d’un CD intégrant de nombreuses illustrations. On laissera de côté le peu de place accordé à l’archéologie, choix délibéré de l’auteur même si le grand nombre de fortifications édifiées par les Banû Qasî méritait peut-être quelques détails d’ordre castellologiques. Plusieurs aspects en revanche pourraient être complétés, à commencer par une bibliographie souvent ancienne, en particulier sur le thème des husûn (était-ce utile d’évoquer les travaux de Pierre Toubert sur l’incastellamento — pp. 68-69 — alors que de nombreuses études en Aragon, Rioja et Catalogne ne sont pas citées, voire méconnues ?). L’existence de possibles rapports avec les Francs du temps de Charles-le-Chauve (voir Philippe Sénac, Les Carolingiens et al-Andalus, viiie-ixe siècles,Paris, 2002) n’est pas abordée. Le texte d’al-‘Udhrî (p. 47) mériterait des commentaires plus copieux dans la mesure où la rédaction de généalogies est un genre peu fréquent dans la littérature arabo-musulmane et qu’il est remarquable d’observer que chaque lignage muwallade de la vallée de l’Èbre fit l’objet d’une « histoire ». L’existence même d’Annales de la Marche (Tawârîkh al-Thaghr) citées par al-’Udhrî confirme l’importance de ces régions, et il ne fait guère de doute que la place des Banû Qasî devait y être importante. Il ne s’agit là que de points de détail, et le seul regret du lecteur concerne le peu de place accordée aux données fournies par les dictionnaires biographiques relatifs à des fuqahâ’ (comme ceux d’al-Khushanî ou d’al-Faradî) : les listes de juristes résidant par exemple à Tudèle révèlent en effet, à l’époque des Banû Qasî, l’importance de la guerre contre les chrétiens. Al-Khushânî rapporte ainsi qu’un fâqih nommé Âmir b. Mûsal était un murâbitun dans le qasr de Nájera, tout comme Ni’m al-Khalaf b. Abî al-Khasîb à Tudèle. Les liens des fuqahâ’ avec le lignage mériteraient d’être abordés de plus près, comme dans la région de Saragosse ou de Huesca. Ces quelques remarques ne sauraient réduire la portée de l’ouvrage à une époque où les questions liées à l’arabisation et l’islamisation sont à la mode, et il est vivement recommandé à tout historien du haut Moyen Âge de consulter cette passionnante étude. La complexité des événements survenus dans la Marche au cours des viiie et ixe siècle s’éclaire enfin d’un jour nouveau et l’on doit féliciter l’auteur pour cette belle histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Sénac, « Jésus Lorenzo, La Dawla de los Banû Qasî. Origen, auge y caída de una dinastía muladí en la Frontera Superior de al-Andalus », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-1 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/5027

Haut de page

Auteur

Philippe Sénac

Université Paris IV

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org