Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Pedro Chalmeta Gendrón, El zoco medieval. Contribución al estudio de la historia del mercado

Dominique Valérian
Référence(s) :

Pedro Chalmeta Gendrón, El zoco medieval. Contribución al estudio de la historia del mercado, Almeria, Fundación Ibn Tufayl de Estudios Árabes – Fundación Cajamar, coll. « Estudios Andalusíes » (3), 2010, 939 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 avril 2015.

1En 1973, Pedro Chalmeta publiait un ouvrage remarqué, El « señor del zoco » en España: edades media y moderna, contribución al estudio de la historia del mercado (Madrid, Instituto Hispano-Arabe de Cultura, LXIX + 761 p.), précédé par une copieuse préface de Maxime Rodinson sur la question du marché dans le monde musulman. El zoco medieval est une version remaniée et mise à jour de ce travail. Par rapport à la première édition, le plan a parfois été modifié, mais on retrouve les principaux éléments de la version de 1973, avec de nombreuses pages reprises textuellement. L’objet du livre est l’étude du marché, en tant que lieu des échanges et des institutions qui en assurent la régulation. L’auteur mobilise pour cela une très vaste érudition, faisant preuve d’une connaissance approfondie de sources très diversifiées (arabes, mais aussi latines et juives, ainsi que des recherches archéologiques) et des études (167 p. de bibliographie), et ce n’est pas le moindre apport de l’ouvrage que de fournir des données brutes abondantes. Il en résulte un texte foisonnant, qui n’évite pas les répétitions et les digressions, et dans lequel il n’est pas toujours facile de naviguer — un index, qui figurait dans la première version, aurait à cet égard été des plus utiles. L’ambition est en effet large, puisque l’auteur entend étudier l’institution du marché pour l’ensemble de l’espace islamique, des débuts de la prédication de Muhammad (voire avant, puisqu’il en cherche les racines pré-islamiques) jusqu’au xve siècle et même jusqu’à ses prolongements, en péninsule Ibérique, dans les royaumes chrétiens. Cela conduit l’auteur sur des terres parfois éloignées de son domaine de spécialité (al-Andalus), ce qui l’amène à faire des comparaisons ou établir des continuités qui ne prennent pas toujours en considération la complexité des différents contextes et peuvent de ce fait s’avérer fragiles.

2L’ouvrage n’en demeure pas moins d’un apport considérable, l’étude se trouvant à la croisée de plusieurs thématiques qui ont connu d’importants renouvellements au cours des dernières décennies, renouvellements dont rend compte l’auteur. L’histoire économique, souvent parent pauvre de la recherche sur l’Islam médiéval, y occupe une place majeure, à travers l’étude des institutions de contrôle du marché. Celle-ci s’appuie ici sur les réflexions menées par les économistes et les anthropologues, parfois sur d’autres espaces, pour montrer le haut degré d’institutionnalisation de l’économie dans le monde musulman. La police des marchés, au cœur de son étude, montre en effet un fort encadrement des échanges marchands par la norme islamique (mais aussi la coutume, que les juristes s’efforcent progressivement de faire entrer en conformité avec la Loi), ce que l’auteur étudie à partir des ouvrages de droit qui traitent de la question, et plus particulièrement des traités de bon gouvernement du sûq, notamment andalous. L’État intervient également dans cette régulation, en gardant la haute main sur les nominations, faisant de la wilâyat al-sûq un instrument efficace de contrôle urbain. Enfin, les élites savantes apparaissent comme un élément essentiel de l’ordre économique urbain. Le dépouillement des dictionnaires biographiques permet ainsi de montrer la place du sâhib al-sûq dans les magistratures urbaines, même si on pourrait être plus prudent que l’auteur lorsqu’il affirme, par empathie pour son sujet sans doute, qu’il s’agit d’une fonction élevée dans la carrière des honneurs (p. 510). Cet encadrement passe par le contrôle des métiers, des transactions (et notamment des prix, dont l’auteur estime qu’ils font l’objet d’une régulation, voire d’une fixation dans certains cas), des poids et mesures, qui s’inscrit dans un projet plus global de mise en conformité de l’ordre urbain et de l’espace public avec la norme islamique. Il passe aussi par une organisation spatiale des lieux d’échange, à l’échelle de la ville (sûq, funduqs, qaysâriyya, etc.) comme des zones rurales (sûqs hebdomadaires, foires) et d’une mise en place de structures, qui peuvent être pérennes ou non, pour l’accueil des marchands et des échanges. L’essentiel des données, à la fois textuelles, documentaires et archéologiques, concernent cependant les villes. L’ouvrage offre à cet égard une réflexion importante sur la question de l’ordre urbain, s’inscrivant dans le renouvellement des études sur les villes du monde musulman, à un double titre : d’une part, contre l’image orientaliste de la ville musulmane désarticulée, il montre une société et un espace au contraire très structurés par les activités, les normes et le pouvoir ; d’autre part, contre l’idée d’une rupture brutale de l’ordre antique par la conquête musulmane, il montre le caractère au contraire très progressif des évolutions dans la période de transition, et l’importance du legs des civilisations pré-islamiques, auxquelles il consacre de très longs développements. À cet égard, le sûq, même s’il est étudié par l’auteur à partir de sources essentiellement normatives (les biographies, qui véhiculent avant tout une certaine idéologie du milieu savant urbain, sont ici surtout l’expression d’une norme sociale), est présenté comme un marqueur essentiel de l’urbanité dans le monde musulman, comme l’avait déjà souligné E. Wirth, et est à ce titre un excellent poste d’observation des réalités de l’espace public urbain et de ses évolutions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Valérian, « Pedro Chalmeta Gendrón, El zoco medieval. Contribución al estudio de la historia del mercado », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-1 | 2013, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 18 décembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/5029

Haut de page

Auteur

Dominique Valérian

Université Lyon II

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org