Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Mario Lafuente Gómez, Guerra en ultramar. La intervención aragonesa en el dominio de Cerdeña (1354-1355)

Alexandra Beauchamp
Référence(s) :

Mario Lafuente Gómez, Guerra en ultramar. La intervención aragonesa en el dominio de Cerdeña (1354-1355), Saragosse, Institución Fernando el Católico (CSIC), 2011, 290 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage de Mario Lafuente Gómez est d’une grande densité. Ses 159 pages de texte sont servies par une écriture fluide et un propos précis, soigneusement argumenté, s’appuyant sur une vaste bibliographie, souvent richement commentée. Elles sont aussi nourries par 105 pages d’annexes, à savoir 9 tableaux des plus utiles et l’édition raisonnée de 33 documents inédits, précédée d’une introduction justifiant leur logique d’insertion dans ces annexes.

2L’étude présente l’originalité notable d’avoir sollicité à la fois les archives de la royauté aragonaise aujourd’hui conservées aux Archives de la couronne d’Aragon (Barcelone) et des archives notariales aragonaises de l’Archivo Histórico de Protocolos notariales de Zaragoza. Elle envisage les thèmes désormais classiques de l’expansion méditerranéenne de la couronne d’Aragon et du positionnement des sujets face aux entreprises de la royauté aux derniers siècles du Moyen Âge, sous l’angle de la participation des Aragonais à l’expédition de reconquête du royaume de Sardaigne. Dirigée personnellement par le roi Pierre le Cérémonieux de juin 1354 à septembre 1355 à l’encontre de Mariano IV d’Arborea et de ses alliés sardes, pisans et génois, cette grande entreprise mobilise plus d’une centaine d’embarcations, 1 500 hommes d’armes et vraisemblablement 10 000 piétons originaires de tous les royaumes et territoires du roi d’Aragon. Elle vise à restaurer sa souveraineté sur l’île et son autorité féodale sur les lignages sardes, ainsi qu’à conforter les institutions péninsulaires qui y ont été importées.

3Par l’étude des moyens et de l’investissement financier, matériel et humain des Aragonais, Mario Lafuente Gómez questionne l’engagement du royaume continental dans ce conflit outremer et en particulier celui des lignages nobiliaires. Son projet est d’autant plus séduisant que les intérêts matériels, économiques et commerciaux, sociaux et politiques de la participation des sujets aragonais sont loin d’être évidents à discerner. L’expédition de 1354-1355 constitue en outre la première mobilisation des Aragonais aux côtés de leur roi depuis la conquête de la Sardaigne en 1323, alors que les expéditions vers ce royaume réfractaire à l’autorité royale se sont multipliées depuis 1347, grâce aux subsides extraordinaires des seuls Catalans et aux aliénations du patrimoine royal. Six ans à peine après le conflit des Unions et la Peste noire, les Aragonais soutiennent à nouveau la politique de Pierre IV comme leurs voisins valenciens et catalans.

4Dans la première partie de son ouvrage, Mario Lafuente Gómez contextualise l’expédition royale de 1354-1355 en retraçant l’histoire de la laborieuse domination aragonaise du royaume de Sardaigne. Dans un exposé d’une grande clarté, reposant quasi exclusivement sur l’historiographie aragonaise et italienne, il replace les destinées de la Sardaigne dans le panorama géopolitique de la Méditerranée occidentale de la seconde moitié du xiiie et de la première moitié du xive siècle. Il explique les raisons politiques, dynastiques et commerciales qui justifient les relations historiques de la couronne d’Aragon avec le royaume sarde, puis sa conquête militaire tardive — en 1323 seulement, alors qu’elle en a la tutelle légale par concession du pape Boniface VIII depuis 1297 —, difficile et incomplète, en raison notamment des interventions des Pisans et des Génois. Il rappelle combien leur soutien aux lignages sardes et les ambitions de ces vassaux belliqueux ont rapidement raison de l’autorité du roi d’Aragon dans l’île. Il note combien celle-ci doit peu aux sujets aragonais, fort peu impliqués en Sardaigne depuis leur participation à la conquête. Malgré de lourds moyens militaires et plusieurs expéditions des troupes royales, l’île échappe quasi totalement au souverain après la rébellion du juge d’Arborea, ultime justification de la reconquête de 1354-1355.

5Dans la seconde partie, plus novatrice, l’auteur détaille l’ampleur et l’organisation du volet financier et matériel de la participation aragonaise à la campagne royale de 1354-1355, pour mieux comprendre comment le roi a pu bénéficier de l’aide exceptionnelle de son royaume le plus continental. Après la conquête de la Sicile en 1282 et celle de la Sardaigne déjà évoquée, l’expédition royale de 1354-1355 est en effet seulement la troisième participation militaire et financière du royaume d’Aragon à une entreprise de cette envergure. Or, pour satisfaire les demandes royales, il engage massivement ses hommes d’armes ; les citadins ainsi que l’Église du royaume acceptent quant à eux d’accorder des subsides généraux, à l’instar des Catalans et des Valenciens ; l’Aragon contribue enfin largement à l’armement de la flotte, en fournissant, outre l’argent nécessaire, des matériaux, des rameurs et du ravitaillement. Les apports les plus riches de ce chapitre concernent d’une part la répartition de l’aide humaine, financière et matérielle au roi entre les nobles, les villes et le reste des sujets et, d’autre part, l’organisation logistique de la fourniture de ces aides. La répartition des dons entre les quatre bras aragonais et en leur sein, entre leurs différents membres, était jusqu’ici encore mal connue, faute de disposer d’archives produites lors du parlement d’Alcañiz de mars 1354 et lors des phases de négociations suivantes. Mais grâce à une fine exploitation des mentions éparses disponibles, l’auteur dépasse ces lacunes. On lit notamment combien, comme en Catalogne, le realengo aragonais (en l’occurrence ici les comunidades de aldeas) offrent le plus de subsides au roi, tandis que la cité de Saragosse semble ne contribuer qu’en nature en fournissant massivement l’armada en blé. Outre une étude des types de prélèvement fiscaux qui composent les subsides et de leur répartition entre les contributeurs, l’auteur montre combien le roi, ses officiers et commissaires interviennent peu dans la gestion de ce système, une fois les aides promises, puisque les financeurs les versent directement à leurs compatriotes qui prennent les armes et engagent des troupes de cavalerie au service de Pierre IV. On apprécie donc particulièrement que l’auteur comble ainsi une lacune de l’historiographie aragonaise, même si ses analyses de l’investissement des Aragonais auraient gagné à être plus comparées aux acquis des très nombreux travaux (notamment ceux de Manuel Sánchez Martínez) portant sur la répartition de la fiscalité extraordinaire catalane exactement contemporaine. Quant aux passages sur la livraison du blé aragonais à la flotte et sur la préparation matérielle, depuis l’Aragon, de l’expédition royale de 1354-1355, ils complètent utilement les travaux récents de Mario Orsi Lázaro. Malgré ces belles pages, faute de sources directes, on connaît encore mal les stratégies d’évitement et les oppositions que les demandes royales ont dû susciter, de même que la rhétorique que les Aragonais ont sans nul doute développée avant de se plier (partiellement) aux exigences du souverain puis de son lieutenant général.

6La troisième et dernière partie de l’ouvrage, tout aussi intéressante, est consacrée à l’implication humaine des nobles aragonais dans cette expédition militaire et au rôle qu’elle a pu jouer sur l’évolution de leur position sociale et politique en Aragon et de leurs relations avec le roi. Pour le xive siècle, cette approche offre donc un précieux contrepoint aux non moins précieux travaux de Jorge Sáiz Serrano sur la noblesse guerrière qui sert le roi Alphonse le Magnanime un siècle plus tard. Pour mieux mesurer l’ampleur de l’engagement des nobles et parce que la noblesse aragonaise — qui fait pourtant l’objet de nombreuses études — est loin d’être parfaitement connue, Mario Lafuente Gómez étudie successivement la composition des contingents aragonais qui embarquent armes en main pour combattre en Sardaigne en 1323 puis en 1354. Grâce à des sources jusqu’ici peu exploitées, il y recense les Aragonais qui constituent selon lui entre 40 et 48 % des troupes de cavalerie armée (respectivement en 1354 et 1323) et retrace les contours des compagnies nobiliaires et des réseaux clientélaires qui se reconfigurent en cours d’expédition. Autant dire qu’en dépit des lacunes de la documentation conservée, sa fine analyse des sources de l’expédition de 1323 offre une révision partielle des résultats de l’étude désormais classique d’Antonio Arribas Palau (La conquista de Cerdeña, 1952). On peut regretter que l’auteur n’insiste guère (surtout pour les nobles « actifs » en 1323) sur le lien entre engagement des lignages et proximité personnelle de leurs membres ou des chefs de leur réseau de clientèle avec le roi et ses plus proches serviteurs. On aurait de même souhaité qu’il n’envisage pas si rapidement la notion suggestive d’hôtel en armes, quand il montre pourtant combien certains dignitaires aragonais de l’hôtel royal (tel Pedro Jordán de Urriés, majordome de Pierre IV en 1354) contribuent activement au recrutement de leurs compatriotes, avant de s’embarquer eux-mêmes. On lit en revanche de très riches passages sur les bénéfices acquis par la basse noblesse aragonaise grâce à son engagement militaire en Sardaigne. Mario Lafuente Gómez montre par des études de cas suggestives, témoignant d’une parfaite maîtrise de la documentation, comment certains petits nobles en ont grandement tiré profit : ils ont bénéficié à leur retour d’offices territoriaux aragonais de nomination royale, d’assignations de biens et de droits dans leur royaume d’origine — et non en Sardaigne où ils ne s’enracinent guère — et ainsi d’une véritable promotion sociale. Il ne dit en revanche mot de leur insertion éventuelle dans les cercles curiaux à la faveur de ces campagnes, mais souligne que c’est au sein des compagnies et du service des magnats que la petite noblesse trouve les plus grandes perspectives sociales. Il rappelle que seule une analyse prosopographique complète des lignages aragonais permettra de mesurer les conséquences des expéditions en Sardaigne sur la trajectoire sociale de leurs membres et l’état du pouvoir royal en Aragon. Il précise enfin que contrairement aux nobles, les élites urbaines aragonaises tirent bien peu de bénéfices de leur soutien financier au roi et subissent de lourdes conséquences fiscales ; il y voit l’une des raisons du blocage de leurs relations, dans les décennies suivantes.

7On l’aura compris, loin de ne se focaliser que sur l’expédition de 1354-1355 qui donne son sous-titre à l’ouvrage, et tout en menant une étude désormais irremplaçable de l’investissement des Aragonais dans cette intervention militaire majeure mais somme toute ponctuelle, l’étude de Mario Lafuente Gómez embrasse plus largement la question de l’adhésion des Aragonais à la politique royale, de l’alliance de la société aragonaise et de la royauté dans la première moitié du xive siècle et, pour ce faire, de l’attitude des lignages nobiliaires. Ce Guerra en ultramar est donc un ouvrage important qui éclaire d’un jour nouveau les dynamiques de la société politique aragonaise à la veille d’un nouveau conflit militaire, la guerre des couronnes d’Aragon et de Castille (dont l’auteur est aussi spécialiste), qui touche plus directement le royaume d’Aragon en son cœur, qui suscite une nouvelle débauche de moyens militaires et financiers, et pendant laquelle les relations entre la royauté aragonaise et ses sujets se raidissent progressivement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Beauchamp, « Mario Lafuente Gómez, Guerra en ultramar. La intervención aragonesa en el dominio de Cerdeña (1354-1355) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-1 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/5035

Haut de page

Auteur

Alexandra Beauchamp

Université de Limoges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org