Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Maria Elisa Soldani, Uomini d’affari i mercanti toscani nella Barcellona del quattrocento

Claude Denjean
Référence(s) :

Maria Elisa Soldani, Uomini d’affari i mercanti toscani nella Barcellona del quattrocento, Barcelone, CSIC, Anejos del Anuario de Estudios Medievales, 2010, 664 p.

Texte intégral

1Cette publication d’une thèse de doctorat sur l’élite marchande italienne à Barcelone, nouvelle preuve du foisonnement des recherches catalanes, s’ancre dans la tradition d’histoire économique des années 1950-1970, réexaminant la « crise ». L’analyse prosopographique et biographique éclaire l’influence d’hommes d’affaires et de leurs réseaux dans la société politique ibérique et méditerranéenne, à travers leurs modes de gestion économique et leurs stratégies familiales.

2Le projet était clairement défini. S’appuyant sur les apports de l’historiographie italienne, l’auteur observe la place barcelonaise à l’échelle de la Méditerranée occidentale où les marchands catalans contribuent à l’unification de l’espace, lorsque la politique d’Alphonse le Magnanime rompt les équilibres anciens. Elle étudie l’insertion d’un groupe étranger qu’elle choisit de nommer natio, dans le sens de groupe caractérisé par une origine commune, formé après un exil voulu ou subi. Le corpus de sources fut sélectionné à partir des riches registres barcelonais de notaires, dont l’exploitation est bienvenue, confrontés aux sources florentines, telles les lettres et registres d’entreprises des Strozzi, Tecchini et Mannelli. E. Soldani déplore la fragmentation documentaire, qui déforme la vision du commerce international, mais souligne la qualité de l’information sur les liens entre famille et entreprise, les rapports informels de compétition ou de collaboration, un contrôle des coûts et de la violence. On pourrait ajouter que la dissymétrie de la conservation documentaire entre Catalogne et Toscane est en elle-même un indicateur de la nature des sociétés.

3Le portrait de groupe conduit dans une première partie à définir la population étudiée par l’origine, les modes de gestion, l’insertion dans la société urbaine, et d’observer dans une deuxième partie ses relations avec les pouvoirs à travers la justice, les conflits, le rapport à la Couronne. Même si on peut s’interroger sur la légitimité d’insérer dans un ouvrage dont on attend une synthèse (334 p.) un état intermédiaire du travail sous la forme d’une série de biographies de sociétés et de familles (246 p.), auxquelles renvoie souvent un texte qui tend de ce fait vers la mise au point historiographique, on profitera de cette section analytique — annexe plutôt que troisième étape d’une argumentation. On aurait aimé une chronologie et un lexique, mais on appréciera l’index onomastique.

4Le souci constant et louable que manifeste E. Soldani de mettre en perspective le cas barcelonais avec le résultat des travaux antérieurs conduit cependant le lecteur à regretter des lacunes bibliographiques. Certes, la bonne maîtrise de l’historiographie italienne et la lecture profitable d’auteurs de référence contribuent à la fermeté du propos. C’est au prix d’une négligence envers les nombreux travaux sur le notariat, les réseaux relationnels et géographiques des marchands, les identités, l’influence de l’économie franciscaine. Il serait de mauvais goût d’imputer cette lacune à une jeune docteur. Elle dénonce plutôt la fragmentation de l’histoire économique et le danger que représente la manifestation d’une ample curiosité pour le chercheur néophyte. Regretter que la profusion des archives catalanes n’ait pas plus largement été mise à contribution serait faire preuve d’un oubli du pragmatisme nécessaire à la conduite d’un travail de doctorat dans le contexte scientifique actuel.

5La spécificité de la présence toscane nous dit beaucoup des modes d’entreprendre médiévaux. La diversité des profils de ces « Tusci », tels les Alberti, distingués des « Lombardi » spécialisés dans le crédit, n’entame pas la cohérence du groupe. L’un ou l’autre de ces Florentins, Pisans ou Lucquois peut à l’occasion jouer de son identité changeante pour se soustraire à un paiement, mais ces marchands issus des diverses strates des élites toscanes s’insèrent en Catalogne mieux qu’ailleurs, parfois jusqu’à catalaniser leur nom et leurs alliances, à la différence de Bruges, où les Italiens ne sont pas considérés comme membres de la communauté locale. En Italie, la natio des Catalans jouit du principe de réciprocité pour consolider sa position à travers des statuts d’extraterritorialité, non sans tensions. Il lui faut jouer des procédures de négociation entre marchands, cité et royauté pour défendre un équilibre entre Cosme de Médicis et Alphonse le Magnanime. Le modèle barcelonais, sans véritable consulat, se caractérise par l’absence de ségrégation juridique, spatiale ou culturelle. Les marchands trouvent dans la loge et les quartiers des hommes de mer, devant la justice du Consulat de la mer, un espace de sociabilité élargie que renforcent des pratiques convergentes, jusque dans le droit familial qui joue des possibilités du lieu d’origine et du jus proprium barcelonais. L’insertion de la diaspora pisane issue du popolo, de l’antique aristocratie ou du monde des notaires, dont la présence croît après 1447, va de pair avec la constitution d’un réseau familial de nationalités diverses à l’échelle méditerranéenne.

6E. Soldani attribue cette spécificité, qui ne provient en aucun cas d’une déficience organisationnelle, à l’importance de l’immigration politique. Plutôt que de s’étonner du peu de rapports avec les juifs (nous sommes après 1391), une réflexion plus large sur la place des minorités et étrangers dans les royaumes ibériques, spécialement en Catalogne, l’aurait sans doute éclairée.

7La description de la structure des sociétés reprend heureusement un dossier laissé de côté ces dernières décennies : associations familiales ou, chez les Florentins, firmes à structure de « holding » autour d’un dirigeant majoritaire, avec des facteurs associés et répondant sur leurs biens ou recevant des salaires, dont on attend une connaissance du milieu local, utilisant largement le système de procuration sous toutes ses formes. La commandite ad quartum lucri est une spécificité catalane. On notera l’action de commissaires vérificateurs du travail des facteurs, la réorganisation de nouvelles sociétés après distribution de parts d’une précédente. Les Florentins engagés dans le commerce, les Pisans qui préfèrent la finance s’appuient sur une activité spécialisée et sur la famille, pour mieux diversifier des investissements qui contribuent à faire croître leur patrimoine et favorisent leur insertion. Les différents modes d’emploi des lettres de change, les moyens de retarder un paiement en s’appuyant sur une erreur scripturaire sont décrits à travers des citations savoureuses, tout comme les insultes xénophobes que les conflits peuvent susciter à l’occasion.

8L’étude des registres des péages permet de brosser un tableau des produits et des flux commerciaux, le lexique des tissus et colorants… jusqu’au papier (les filigranes relevés sont déjà visibles au xive s.) et aux laisses, colliers et clochettes de chiens ou de faucons fabriqués à Milan, chaque produit emballé de manière spécifique. Les échanges de grains, hautement stratégiques et donc sous contrôle, que transportent les galées de la Generalitat, engagent des petits marchands spécialisés et les hommes d’affaires internationaux. On souhaiterait en savoir plus sur les relations avec les ouvriers dans les contrats ad opus offici suorum, bien connus dans les villes catalanes dès le xiiie siècle. De même, la mention des profits de 10% sur les cargaisons pourrait être à l’origine d’un calcul comparatif des bénéfices, qui, mis en rapport avec les remarques générales sur l’absence de concurrence et sur la diversification des investissements — rente, censals, violariis — éclaireraient l’histoire des entreprises. Une description approfondie de la relation entre lettre de change et mutuum, la « taula de canvi, première banque publique européenne, dédiée aux dépôts » en 1401 et les commandes-dépôt serait aussi de grand intérêt. Bref, le cas italien, bien documenté, rendra possible une réflexion élargie sur la hiérarchisation des sociétés et le système de distribution des produits catalans.

9On ne saurait donc trop féliciter E. Soldani d’avoir ainsi repris le flambeau de l’histoire des marchands et hommes d’affaires par le biais du cas des « étrangers ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Denjean, « Maria Elisa Soldani, Uomini d’affari i mercanti toscani nella Barcellona del quattrocento », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-1 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://mcv.revues.org/5045

Haut de page

Auteur

Claude Denjean

Université Toulouse II – Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org