Navigation – Plan du site
Dialogues transatlantiques autour des migrations latino-américaines en Espagne

Les migrants andins en Espagne

Inscriptions spatiales et repérage de filières
Los migrantes andinos en España. Adscripciones espaciales y localización de redes
Andean migrants in Spain. Spatial coordinates and mapping of pathways
Virginie Baby-Collin, Geneviève Cortes et Naïk Miret
p. 115-140

Résumés

La croissance des flux de migrants latino-américains en Espagne au cours de la dernière décennie a modifié le paysage de la migration au sein de la péninsule Ibérique, tant en ce qui concerne l’origine des populations migrantes, leurs caractéristiques démographiques ou sociales, qu’en ce qui a trait aux modalités de leur implantation spatiale. C’est à cette question que se propose de répondre cet article, fondé sur une analyse des éléments de spatialisation des migrants andins disponibles, ainsi que des données statistiques récemment parues. Deux questions sous-tendent cette enquête : quelle relation peut-on établir entre la localisation des migrants andins et celle des autres groupes plus anciens et à la géographie mieux connue ? Peut-on repérer des formes spatiales dessinées par l’existence de filières migratoires dont on sait l’importance pour les sociétés en migration ? À l’échelle du territoire espagnol, on brosse une cartographie des zones d’implantation des migrants andins, en nous interrogeant sur la coïncidence ou non de ces régions d’arrivée avec les vagues de migrations antérieures et plus traditionnelles, ainsi que sur la différenciation de leur implantation régionale en fonction des zones d’origine des migrants. À l’échelle régionale, nous questionnons la localisation rurale/périurbaine/citadine des migrants, en relation avec les dimensions du marché de l’emploi et des filières migratoires existantes.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 avril 2010.

  • 1 Martínez Buján et Golias Pérez, 2005.
  • 2 Bardají Ruiz, 2006.
  • 3 Avec près de 200 000 entrées annuelles de Latino-Américains en Europe entre 2000 et 2006 (López de (...)

1Malgré la reconnaissance dans la littérature de la récente « latino-américanisation de l’immigration en Espagne1 », peu de recherches ont approfondi les spécificités géographiques de ces nouveaux flux2. Les Latino-Américains sont pourtant désormais au premier rang des communautés étrangères présentes en Espagne, premier pays européen récepteur de migrants extra-européens3. L’aspect très récent de cette migration est souligné par le fait que la moitié de ces résidents inscrits sur les registres municipaux sont en Espagne depuis moins de quatre ans. Outre les facteurs d’expulsion internes aux pays d’origine, l’immigration latino-américaine en Espagne résulte d’un véritable « appel d’air » lié à la croissance économique espagnole lors de la dernière décennie ainsi qu’à des mutations démographiques et sociales (vieillissement de la population, accroissement des niveaux de vie, féminisation du travail, élévation des niveaux de qualification).

2Il convient cependant de souligner la grande diversité de ces migrants « latinos » ; peu de points communs entre les réfugiés chiliens, uruguayens et argentins arrivés en Espagne durant la décennie 70, et les migrants plus récents, principalement andins (Équatoriens, Colombiens, Péruviens, Boliviens). Au-delà de leur proximité géographique et socioculturelle, les pays andins ont connu au cours de la dernière décennie un certain nombre d’évolutions conjoncturelles, économiques et politiques qui ont contribué à l’augmentation des flux de migrants. Si, dans la littérature récente, les approches géographiques, quelle que soit l’échelle d’analyse, portent souvent sur des groupes de nationalité par continent, voire sur les principales nationalités représentées, peu d’études, à notre connaissance, ont exploré spécifiquement l’émigration andine en Espagne, du point de vue à la fois de l’homogénéité et de l’hétérogénéité des flux, et, plus encore, de leur implantation sur le territoire espagnol.

  • 4 Le Padrón Municipal compile dans des séries historiques les résultats des registres de population m (...)
  • 5 La cartographie des zones d’implantation des migrants andins sera réalisée par provinces et par com (...)

3Dans une perspective exploratoire, nous croiserons ici les sources statistiques disponibles et les éléments de spatialisation issus de la littérature récente, en particulier diverses monographies s’appuyant sur des enquêtes de terrain. Nous utiliserons principalement les données du registre de population espagnole4 qui constituent la seule source d’information pertinente disponible permettant une approche à la fois diachronique et spatialisée des logiques d’implantation résidentielle par nationalité et à plusieurs échelles géographiques (provinces, municipalités)5. Notre objectif est de saisir les transformations du système migratoire en Espagne dans un contexte de massification et de diversification des flux, en questionnant la géographie spécifique des groupes andins au regard des implantations territoriales de l’immigration plus ancienne en Espagne. Quelles configurations géographiques prennent les implantations résidentielles des migrants andins sur le territoire espagnol ? Décèle-t-on des spécificités et des effets de différenciation entre groupes ? En quoi cette « andinisation », transforme-t-elle l’espace d’immigration espagnol ? Dans quelle mesure cette géographie permet-elle de repérer des effets de filières migratoires ? Peut-on observer des logiques de concentration spatiale des groupes migrants, des logiques de diffusion des flux sur le territoire espagnol ?

L’andinisation des flux de migrants latino-américains vers l’Espagne

4Si la forte augmentation des flux migratoires vers l’Espagne est notamment due aux flux en provenance du continent latino-américain c’est, au cours des dix dernières années, plus particulièrement des quatre pays andins qu’ils sont issus. En revenant sur les processus de reconfiguration géopolitique et économique des zones de départ, on peut identifier les facteurs ayant contribué à l’accélération de ces mouvements.

L’évolution des flux latino-américains

5Les mutations économiques et politiques andines des années 1990-2000 expliquent non seulement une augmentation substantielle de l’émigration, mais aussi une réorientation des flux vers l’Espagne aux dépens de destinations plus traditionnelles (telles que le Chili, l’Argentine, le Venezuela ou les États-Unis). Ces effets de conjonctures sont cependant différenciés au sein de l’aire andine (tableau 1, p. 118).

Tableau 1. – Contexte et temporalités des migrations andines en Espagne

Tableau 1. – Contexte et temporalités des migrations andines en Espagne

Source : Élaboration Baby-Collin, Cortes et Miret.

  • 6 Ramírez Gallegos et Ramírez, 2005.
  • 7 Cortes, 2004.
  • 8 Díez Jiménez, 2007.
  • 9 Permis de résidence en vigueur au 31-xii-1996 : Argentins, 18 246 ; Péruviens, 18 023 ; Dominicains (...)

6En Équateur, la grave crise économique de 1999-2000 (crash financier, dollarisation, hausse dramatique du chômage et des indices de pauvreté, etc.) a provoqué une véritable « hémorragie » migratoire6. En Argentine, destination traditionnelle des migrants boliviens, la crise de 2001 est à l’origine de phénomènes de retours vers la Bolivie et de redéploiements des flux vers d’autres destinations européennes7. Ces difficultés ont largement contribué à l’intensification des flux vers l’Espagne. Par ailleurs, pour l’ensemble des pays andins, le contrôle accru aux frontières états-uniennes après les attentats de septembre 2001, semble avoir contribué à la réorientation des flux vers l’Europe. Par exemple, entre 1996 et 2001, 50 % des migrants équatoriens se sont dirigés vers l’Espagne contre 30 % vers les États-Unis. Enfin, parmi les facteurs de l’émigration colombienne, soulignons l’intensification du conflit politico-militaire colombien entre 1998 et 2001 ainsi que les effets à la fois de la crise caféière des années 1990 (une grande partie des migrants viennent des zones du café), et des destructions importantes de cultures illicites ayant affecté l’économie de la drogue8. Les Péruviens, arrivés plus tôt en Espagne, constituaient en 1996 la deuxième nationalité issue d’Amérique du Sud, devant les Dominicains et juste derrière les Argentins9. Ils furent les premiers Sud-Américains à se démarquer de la figure du réfugié politique : migrants économiques, ils représentaient déjà la moitié des permis de travail des Latino-Américains en 1996, dont 91 % dans le secteur des services.

  • 10 L’Équateur et la Colombie se sont vus imposer le visa dès janvier 2003. Selon la presse, les Paragu (...)

7Au sein des Andins, les plus nombreux sont aujourd’hui les Équatoriens et les Colombiens, pourtant peu présents dans la décennie 1990, tandis que les Péruviens stagnent (graphique 1, p. 119). Les Boliviens connaissent la progression la plus récente et la plus importante ; il s’agit du dernier État andin à s’être vu imposer un visa pour l’Europe, le 1er avril 200710, mais les données provisoires de 2008 montrent que cela n’a pas eu d’effet sur la progression des entrées, puisqu’ils sont désormais le troisième groupe de Latino-Américains présents en Espagne. On remarquera également la baisse affirmée des Équatoriens depuis 2005, baisse imputable en grande partie à l’épuration des doubles comptes des registres du Padrón Municipal.

Graphique 1. –Évolution des ressortissants d’Amérique du Sud recensés en Espagne depuis 1998

Graphique 1. –Évolution des ressortissants d’Amérique du Sud recensés en Espagne depuis 1998

Source : INE, Padrón Municipal <http://www.ine.es/​>. Pour 2008, les données sont une estimation provisoire mise en ligne en juin.

8Le tableau 2 (pp. 119-120), comparant deux sources statistiques, insiste sur le caractère récent de l’immigration andine en Espagne que confirme la faible part de leurs naturalisations par rapport aux autres nationalités sud-américaines implantées de plus longue date, telles que les Argentins (31,9 %) ou les Péruviens dans une moindre mesure (23,6 %). Seuls les Colombiens (10,5 %) semblent privilégier ce mode d’insertion, au contraire des Équatoriens et des Boliviens. La faiblesse des effectifs d’enfants de ces nationalités nés en Espagne confirme le caractère récent et encore peu installé de cette immigration.

Tableau 2. – Composition de la présence sud-américaine en Espagne

Tableau 2. – Composition de la présence sud-américaine en Espagne

a Estimation de la deuxième génération au 1er-i-2007.
b Naturalisés ou émigrés de retour en Espagne.
Source : INE, Padrón Municipal <http://www.ine.es/​> [Consulté le : 4-ii-2009].

  • 11 Des facilités existaient déjà dans le code de la nationalité de 1990, puisque deux années de réside (...)
  • 12 Ibid., et Martínez Buján et Golias Pérez, 2005.
  • 13 Sempere Souvannavong, 2001.
  • 14 « Regularización por arraigo ». En 2000, 77 % des Colombiens et Équatoriens auraient vu leur demand (...)

9La latino-américanisation de l’immigration en Espagne résulte également de politiques locales particulièrement favorables à ce groupe. Le nouveau code de la nationalité, entré en vigueur en 2003, a permis à un certain nombre d’enfants et petits-enfants d’Espagnols de récupérer la nationalité de leurs ancêtres et de revenir comme Espagnols nés en Amérique latine11 ; c’est probablement le cas pour une partie des 280 000 personnes nées en Amérique latine et de nationalité espagnole dont certains sont des émigrés de retour, mais dont les autres sont des Latino-Américains naturalisés. Par ailleurs, plusieurs auteurs ont analysé les effets d’une discrimination positive plus ou moins officielle12, masquée par la « rhétorique de l’hispanité » appliquée à ces migrants qui semblent « plus proches » des Espagnols dans leur culture, leur langue, leur religion, que les Marocains, longtemps restés majoritaires au sein des migrants. Selon Sempere Souvannavong13, cette perception de « proximité culturelle » s’est manifestée à partir de 1998, lorsque la société civile de Totana (Murcie) s’est massivement élevée contre l’expulsion d’un groupe d’Équatoriens sans papiers. Cet argument a été repris après les événements racistes d’El Ejido, et il a permis de régulariser les immigrés latino-américains de manière préférentielle, au cours des différents processus de « régularisation par enracinement14 » mis en place depuis 2001.

Reconfiguration d’une géographie de l’immigration en Espagne ?

  • 15 En effet, on a évoqué pour des régions comme la Catalogne une situation de tremplin migratoire. Ter (...)

10Les migrants andins – plus d’un million de résidents légaux – ont ainsi largement contribué à la latino-américanisation de l’immigration en Espagne et à la transformation de la réalité migratoire nationale. Le territoire espagnol est marqué historiquement, mais particulièrement depuis l’époque de « desarrollismo », par d’importants mouvements internes de population qui ont contribué à une différenciation économique des territoires. Les pôles d’attraction traditionnels de la migration interne en provenance des régions les plus pauvres du sud de l’Espagne, essentiellement la Catalogne, Madrid et le Pays basque, sont très naturellement restés des pôles attractifs pour les migrants étrangers, arrivés progressivement à partir des années 1980. Dès cette période, toutefois, le littoral méditerranéen prend de plus en plus d’importance en raison de la situation de transit d’une partie des migrants qui s’y installent15 et qui vont profiter des opportunités économiques offertes par le tourisme et l’intensification agricole.

  • 16 Ibid.

11Cette continuité historique se traduit par les deux tendances originales qui caractérisent la géographie de l’immigration en Espagne (fig. 1, p. 122). D’une part, l’opposition entre une immigration à dominante rurale et diffuse dans des espaces de faible densité démographique, caractéristique de la migration marocaine ou de celle des retraités issus des pays riches, et une immigration à caractère plus urbain pour les nationalités latino-américaines et asiatiques notamment. Et, d’autre part, une littoralisation qui traduit la participation économique des différents groupes migrants au dynamisme des régions méditerranéennes, que ce soit en milieu rural ou en milieu urbain. De 1994 à 2006, la part des deux provinces métropolitaines n’a pas évolué puisqu’elles représentent, à ces deux dates, 35 % du total de l’immigration en Espagne. Quant au processus de littoralisation, rappelons que plus de la moitié des Marocains résidait déjà dans une province littorale en 199416.

12La figure 1 nuance l’hypothèse d’une rupture de la géographie traditionnelle de l’immigration en Espagne, tout au moins à l’échelle nationale. En effet, l’ensemble des nationalités latino-américaines est surreprésenté dans plusieurs provinces et prolonge les tendances antérieures, en renforçant les principaux pôles traditionnels d’immigration.

Fig. 1. — Poids des nationalités d’Amérique du Sud dans le total des étrangers en 2006.

Fig. 1. — Poids des nationalités d’Amérique du Sud dans le total des étrangers en 2006.
  • 17 La RMB regroupe 164 communes et constitue un des territoires administratifs de référence dans le pl (...)
  • 18 Oso Casas, 2000.

13La présence récente des Latino-Américains a cependant donné plus d’importance aux deux métropoles économiques, comme le laissaient présager les premières implantations dès les années 1990, ainsi qu’aux régions du nord-ouest, à la métropole valencienne et la communauté autonome de Murcie. Les Latino-Américains représentaient, en 2001, 45 % des étrangers de la province de Madrid et ils ont maintenu un poids stable, tandis que leur part a augmenté dans la province de Barcelone, passant de 27 % à 37,5 % des étrangers en 2006, particulièrement dans la RMB17. Par contre, les autres provinces agricoles du littoral méditerranéen, de Gérone au nord à Málaga au sud, sont sous-représentées. Il apparaît donc une certaine complémentarité ou concurrence géographique entre les Latino-Américains et les Marocains, jusque-là majoritaires, mais implantés de façon plus diffuse et dans des zones plus rurales. Cependant, il faut garder à l’esprit que cette spatialisation au niveau provincial cache un grand nombre de nuances communales. Enfin, le poids des provinces du nord-ouest, de la Galice ou du Pays basque, s’explique par le fait que ces régions, dès le xixe siècle, ont été des zones de départ de migrants vers les Amériques et qu’un certain nombre sont revenus dans les régions de départ de leurs ancêtres18. L’effet de filière migratoire sur le temps long de l’histoire joue ici un rôle incontestable dans les logiques de localisation.

Géographie de la présence andine en Espagne

14L’étude des migrants andins permet d’identifier d’éventuelles recompositions du système migratoire espagnol en termes de concentration, de diffusion et de dispersion des flux, mais aussi en termes de différenciations de logiques d’implantation entre nationalités andines (fig. 2).

Fig. 2. — Poids des Andins dans les nationalités d’Amérique du Sud en 2006.

Fig. 2. — Poids des Andins dans les nationalités d’Amérique du Sud en 2006.

Une localisation spécifiquement andine ?

15De façon globale, l’analyse de l’implantation andine confirme la double logique précédemment évoquée : d’une part, celle de métropolisation, avec une concentration des populations andines dans les deux principaux pôles économiques et urbains du pays (provinces de Madrid et de Barcelone) et, d’autre part, de littoralisation (provinces de Valence, d’Alicante et de Murcie).

  • 19 Sempere Souvannavong, 2001.

16Le groupe andin se distingue cependant des autres Latino-Américains par sa forte implantation dans la province de Madrid (82 % des Latino-Américains de la province de Madrid sont andins en 2006) et dans celle de Murcie, province emblématique des débuts de la migration équatorienne de la fin des années 1990, où ils représentent l’essentiel de la migration latino-américaine (93 %)19. Les provinces du Pays basque, de Navarre et de La Rioja accueillent également une part importante de cette immigration andine. Ils sont par contre légèrement sous-représentés en Catalogne en général, et dans la province de Barcelone en particulier (69 % des Latino-Américains y sont andins contre 66 % en moyenne en Espagne en 2006), même si la RMB attire toujours des effectifs importants en valeur absolue.

Une implantation différenciée selon les nationalités ?

17Au-delà du positionnement des populations andines au sein de l’immigration latino-américaine, il apparaît intéressant de s’interroger sur les différences de localisation entre nationalités. Les quatre cartes ci-dessous (fig. 3, pp.126-127), réalisées à l’échelle municipale et par nationalité, montrent de fortes disparités, notamment en termes de degré de dispersion.

Fig. 3 (1). — Différenciation spatiale des implantations andines au niveau municipal (2006). Nombre de résidents boliviens.

Fig. 3 (1). — Différenciation spatiale des implantations andines au niveau municipal (2006). Nombre de résidents boliviens.

Fig. 3 (2). — Différenciation spatiale des implantations andines au niveau municipal (2006). Nombre de résidents équatoriens.

Fig. 3 (2). — Différenciation spatiale des implantations andines au niveau municipal (2006). Nombre de résidents équatoriens.

Fig. 3 (3). — Différenciation spatiale des implantations andines au niveau municipal (2006). Nombre de résidents péruviens.

Fig. 3 (3). — Différenciation spatiale des implantations andines au niveau municipal (2006). Nombre de résidents péruviens.

Fig. 3 (4). — Différenciation spatiale des implantations andines au niveau municipal (2006). Nombre de résidents colombiens.

Fig. 3 (4). — Différenciation spatiale des implantations andines au niveau municipal (2006). Nombre de résidents colombiens.

18Des destinations préférentielles sont visibles pour certaines nationalités. La province de Madrid est proportionnellement plus attractive pour les Péruviens et les Équatoriens, tandis que celle de Barcelone l’est pour les Boliviens. Les provinces plus rurales du Sud, celles de Murcie et de Valence, sont des pôles d’attraction communs aux Équatoriens et aux Boliviens où ils sont d’ailleurs très fortement dispersés au niveau municipal ; Équatoriens et Colombiens sont aussi très présents dans les provinces du Nord, en lien avec l’attraction des villes basques de Bilbao, Pampelune et Saint-Sébastien, de la ville de Saragosse, et, pour les Colombiens, des ports de Vigo et de La Corogne en Galice. Enfin, la localisation insulaire (Santa Cruz de Tenerife et les Baléares) distingue une fois encore les Colombiens. Cette nationalité apparaît ainsi très dispersée à l’échelle communale et provinciale.

19Ces effets de dispersion / concentration sont également lisibles en utilisant le critère du nombre de provinces regroupant au moins 2 % des migrants par nationalité ; le degré de dispersion classe, par ordre d’importance, la Colombie et la Bolivie, puis l’Équateur, et, enfin, le Pérou. Pour ce dernier, on note une hyper-concentration spatiale, 70 % des Péruviens étant implantés dans les deux seules provinces de Madrid et de Barcelone. Aucune autre province, excepté celle de Valence (presque 3 % des migrants), n’indique de force d’attraction pour cette nationalité. Cette particularité est une constante puisque ce groupe, arrivé de plus longue date – 18 000 titres de séjour en 1996 – se concentrait déjà à 84 % dans ces deux provinces. Ainsi, avec sa pérennisation, cette migration a tendance à peu se diffuser sur le territoire, la forte domination des emplois tertiaires contribuant à maintenir cette polarisation métropolitaine.

  • 20 Pedone, 2006 et Sempere Souvannavong, 2001.
  • 21 Les statistiques des variations résidentielles (EVR) sont élaborées par l’INE sur la base de l’expl (...)

20L’interprétation de ces différenciations spatiales demeure difficile. L’hypothèse classique selon laquelle la différenciation des logiques d’implantation – entre hyper-concentration et dispersion – serait liée à l’ancienneté des flux semble ici peu fondée. On aurait pu penser, en effet, que les premières vagues d’immigration d’un même groupe donnaient la préférence aux métropoles espagnoles et que le processus de diffusion / dispersion jouait ensuite, une fois l’insertion plus stable et les réseaux plus étendus. Ce rôle classique de redistribution des flux attribué aux grandes villes a probablement eu un faible impact pour les Péruviens, alors qu’il peut expliquer la plus forte dispersion des Colombiens. Mais les migrations boliviennes, avec une dispersion relativement marquée au regard de leur caractère très récent, contredisent cette hypothèse, tout comme l’histoire de la concentration locale de la migration équatorienne, très tôt identifiée à des régions agricoles, comme Totana, dans la province de Murcie20. D’autres indicateurs sont nécessaires pour interpréter ces spécificités d’une contribution différenciée des groupes andins à la reconfiguration du système migratoire espagnol. Comme nous allons le voir, cette hypothèse est ainsi également invalidée par l’analyse des données de variation résidentielle21, qui laissent présager un rôle majeur des filières migratoires.

Une implantation à dominante urbaine

21La géographie de l’immigration en Europe est traditionnellement marquée par un fort taux d’urbanisation, même si des territoires ruraux ont également été concernés – dans le sud-ouest de la France par exemple. Cependant, l’Espagne s’est démarquée, comme ses voisins méditerranéens, par une plus forte diffusion des flux et une tendance à la localisation de certains groupes dans des espaces de faible densité. Cette spécificité est particulièrement liée à la migration marocaine. Or, manifestement, les migrations andines ont en partie rompu cette tradition, signalant probablement une transformation de l’insertion économique de l’immigration en Espagne.

  • 22 Indicateur pouvant qualifier le caractère plus ou moins urbain des municipalités selon le critère d (...)
  • 23 À l’opposé, 20 % des Marocains entrés dans le pays en 2006, par exemple, se sont installés dans des (...)
  • 24 Solana et Morén-Alegret, 2004. Nous ne disposons malheureusement pas des données sur la taille des (...)

22D’après les données de variation résidentielle selon la taille des communes en 200622 (graphique 2), les migrants andins tendent à s’installer beaucoup plus que les autres étrangers ou que les Espagnols dans les capitales de province et les centres urbains de plus de 100 000 habitants. Ils sont proportionnellement moins nombreux à arriver dans les municipalités de moins de 10 000 habitants (entre 6 et 11 %, contre 16 % pour les étrangers). Cela confirme une migration à forte dominante urbaine, caractéristique des flux de provenance latino-américaine23. Cette tendance avait déjà été observée pour les Équatoriens et les Colombiens à travers les données du recensement de 2001, où seulement 10 % des migrants de ces deux nationalités résidaient dans des villes de moins de 10 000 habitants contre 22 % des Marocains et 17 % de l’ensemble des résidents étrangers24. La périurbanisation qui marque le territoire espagnol, nettement lisible dans les mobilités résidentielles des Espagnols (30 % d’entre elles se font au bénéfice des municipalités les moins peuplées) semble affecter beaucoup moins la population étrangère, notamment andine. Notons la forte proximité des tendances de l’ensemble des pays andins, excepté le Pérou, pour lequel les arrivées dans les capitales de provinces sont encore plus marquées (plus de 50 %) et les installations en milieu rural très faibles.

Graphique 2. – Répartition des immigrants andins en 2006 par taille de communes

Graphique 2. – Répartition des immigrants andins en 2006 par taille de communes

Source : INE, EVR, 2006, <http://www.ine.es/​> [Consulté le : 4-ii-2009].

  • 25 Les arrivées de Boliviens directement enregistrés dans des communes de 10 000 à 50 000 habitants so (...)
  • 26 Pumares-Fernández, García Coll et Asensio Hita, 2006.

23L’évolution de cette tendance à la concentration de la migration andine vers les capitales de province et les grandes villes espagnoles appelle toutefois certaines nuances. Si les profils colombiens et péruviens témoignent d’une relative stabilité sur la période 1998-2006, l’attraction des capitales a connu, pour les Boliviens et les Équatoriens, une nette tendance à la baisse au profit de grandes villes, mais aussi de villes moyennes (de 10 000 à 50 000 habitants). L’arrivée sur le territoire espagnol des migrants andins se fait de plus en plus directement vers les communes plus petites, signe d’une probable diffusion spatiale et d’une « déconcentration » urbaine des filières migratoires25. Les municipalités les moins peuplées indiquent pour ces deux dernières nationalités une certaine stabilité, ce qui reflète le maintien de flux dirigés vers les zones plus rurales, liés à l’insertion des migrants dans le secteur agricole. Dans le cas de l’Équateur, ces zones connaissent même une légère croissance de leur force d’attraction (7 % s’y installaient en 1998, 11 % en 2006). Il est intéressant ici de confronter ces résultats avec ceux d’une étude pour l’observatoire des migrations26 qui, utilisant les données de l’EVR pour y lire les mobilités internes des étrangers, note, d’une part, des changements résidentiels beaucoup plus fréquents que pour les Espagnols, et, d’autre part, une redistribution depuis les grandes métropoles, surtout Madrid, vers certaines provinces littorales, notamment rurales, et vers les provinces basques et du Nord-Est. On peut faire l’hypothèse que ces mobilités internes des migrants sont le support de la dynamique géographique des filières andines en Espagne précédemment évoquée.

24La « déconcentration » urbaine des pôles de première installation des migrants andins est-elle confirmée au niveau intra-régional ? Cela nous amène, dans un troisième temps, à observer les effets de filière, à la fois dans les régions d’origine et d’arrivée des migrants, à une échelle plus fine.

Quels effets de filières dans la spatialisation des Andins?

25Ces différenciations d’implantation entre nationalités andines appellent une lecture des marques spatiales des logiques de filières qui, articulant espaces d’origine et d’arrivée, sous-tendent les circulations migratoires. Peut-on repérer des formes spatiales dessinées par des filières migratoires dont on sait l’importance pour les sociétés en migration ? Il est toujours difficile de traiter de la question des filières pour des migrations récentes, qui se réadaptent régulièrement à la situation dans le pays d’accueil, et dont les réseaux sociaux commencent à peine à jouer, notamment dans le cadre du regroupement familial. Cependant, si l’explosion de la migration latino-américaine date de l’année 2000, elle repose sur des migrations pionnières antérieures dont la trace ne peut être retrouvée qu’au travers d’entretiens menés dans le cadre de travaux monographiques. Il est donc important, pour percevoir le fonctionnement des réseaux sociaux, de travailler aux deux pôles du flux, et, notamment, dans les régions d’origine où les mécanismes de mise en mouvement jouent un rôle crucial dans la perpétuation des départs.

L’impulsion de filières au lieu d’origine

  • 27 Guayaquil, ville d’immigration interne, connaît actuellement la croissance la plus rapide du pays p (...)
  • 28 Ramírez Gallegos et Ramírez, 2005.
  • 29 Rappelons, cependant, que la crise politique de 1998 puis le crash économique et financier qui a su (...)
  • 30 Kyle, 2000, Villamar, López Olivares et Langer, 2004 et Jokisch, 2001 et 2007.

26La migration équatorienne, sur ce point, a été plus particulièrement étudiée. Selon le recensement national de population sur la période 1996-2001, 50 % des émigrés équatoriens sont issus des deux principales provinces urbaines occidentales d’Équateur (Pichincha y Guayas27) ainsi que des zones de montagne du sud du pays (les provinces de Cañar, Azuay et Loja captent 21 % du total des émigrés). En termes de poids relatif par rapport à la population, c’est dans les provinces du Sud que l’on trouve les indices migratoires les plus élevés (en 2001, les cantons de Quilanga, Biblian, El Tambo, ou encore San Fernando par exemple, indiquent plus de 10 % d’émigrés sur le total de leur population)28. Reflet d’une migration internationale historiquement implantée, cette concentration dans les provinces de la Sierra sud du pays ne s’explique pas tant par des niveaux de moindre développement29 que par la structuration de réseaux et de filières anciennes vers les États-Unis dès les années 196030. S’y est forgée une véritable « culture de la mobilité », favorisant un redéploiement rapide des stratégies migratoires vers l’Espagne, devenue la destination dominante des Équatoriens.

  • 31 Pedone, 2006.
  • 32 Ibid., p. 133.

27Les premières filières des années 1980-1990 sont celles impulsées par les migrants d’origine rurale des provinces du Sud (Loja, Cuenca, Cañar…) partis travailler dans les régions d’agriculture intensive de Murcie. À ce titre, les trajectoires socio-spatiales des migrants équatoriens dans la localité de Totana, décryptées par C. Pedone31, montrent une origine circonscrite à quelques localités de la province de Cañar et, pour les migrants plus récents, à certains quartiers périphériques de Guayaquil (comme la localité El Milagro). Étendant progressivement leurs réseaux, les migrants s’installent ensuite dans d’autres localités voisines de Totana (Lorca, Mazarrón, etc.), puis dans l’ensemble des espaces agricoles du Levant espagnol. La réorientation des circuits migratoires vers Madrid et Barcelone s’opère à partir des années 1990 (liée, en partie, à l’évolution du marché du travail provoquant une demande de main d’œuvre féminine en milieu urbain), structurant alors de nouveaux réseaux qui seront réactivés au moment de la grande vague migratoire des années 2000. Selon C. Pedone, ces nouvelles filières, d’origine tant rurale qu’urbaine, continuent d’obéir très souvent à un modèle de spécialisation micro-géographique. Fortement structurées par des relations de parenté et de voisinage très hiérarchisées, elles sont impulsées collectivement depuis certaines communautés et bourgs ruraux, ou dans certains quartiers des principales villes équatoriennes (Quito, Guayaquil, Cuenca, etc.)32.

  • 33 Kyle, 2001.
  • 34 Torres, 2006.
  • 35 Belote et Belote, 2006.
  • 36 Pedone, 2006, p. 293.

28Soulignons également l’importance des filières à caractère socio-ethnique, dont certaines sont fortement structurées autour de l’entrepreneuriat collectif, organisées en véritable diaspora, telles celles des « Otovaleños » du nord de Quito33. A. Torres a étudié, par exemple, les Quechuas originaires de la petite communauté de Punyaro (Otovalo) regroupés à Sabadell en Catalogne34. Les Saraguros, originaires des cantons du même nom et de celui de Loja en Équateur, développent également, après une période d’émigration aux États-Unis (Washington et New York), une filière vers quelques localités d’agriculture intensive du sud de l’Espagne (Vera, Carthagène, Cuevas de Almanzora, etc.) avant d’étendre leurs réseaux aux pôles d’Almería, Murcie et Valence35. Enfin, un autre facteur de l’orientation des circuits et des filières équatoriennes tient au rôle des églises catholiques ou évangéliques qui, via leurs structures locales en Espagne, « drainent » l’accueil des migrants et leur insertion sur le marché du travail, en particulier à Barcelone et à Madrid36.

  • 37 Cortes, 2004.
  • 38 Que ce soit en Équateur ou en Bolivie, cela ne signifie pas pour autant qu’il y ait substitution de (...)

29Le repérage des filières boliviennes dans les régions de départ est beaucoup plus délicat, non seulement parce que les migrations sont bien plus récentes, mais également parce que les moyens statistiques de mesure et de localisation des phénomènes en Bolivie font largement défaut. Des enquêtes menées dans la région des hautes vallées de Cochabamba en 2002, zone d’ancienne tradition migratoire, indiquent une nette impulsion des départs vers l’Espagne, en particulier à la suite de la crise argentine de décembre 2001 qui a provoqué le retour en Bolivie de nombreux migrants37. La diffusion rapide du processus s’est ensuite confirmée aussi bien dans les campagnes qu’en milieu urbain, avec comme destinations dominantes les régions de Barcelone, Murcie et, de plus en plus, Madrid. On retrouve le même phénomène qu’en Équateur où, dans certains villages ruraux ou zones périurbaines, le capital acquis d’une pratique plus ancienne de la migration à l’étranger (Argentine, États-Unis, etc.) joue en faveur d’un redéploiement rapide des trajectoires sur la base des réseaux de parenté, d’interconnaissance ou d’appartenance communautaire38. Parallèlement au secteur de Cochabamba, la ville de Santa Cruz et ses périphéries, zone d’attraction pour les populations des hautes terres, semble apparaître comme un nouvel espace tremplin pour l’Espagne.

Effets de filières et concentration dans les lieux d’arrivée

  • 39 Les cuadrillas (équipes de travailleurs agricoles qui se déplacent d’un secteur à l’autre selon le (...)
  • 40 Pedreño Muñoz, 1999.
  • 41 López Rodríguez Gironés, 2006.

30Les filières sont décelables également dans les lieux d’arrivée à travers l’étude statistique de la distribution des groupes nationaux par commune, sans que l’on puisse pour autant, en l’absence d’enquête de terrain approfondie, en expliquer l’origine. L’exemple de Murcie précédemment évoqué est particulièrement symptomatique pour expliquer les phénomènes de micro-concentration et de spécialisation géographique par filières (fig. 3, pp. 126-127). La dispersion spatiale des Boliviens et des Équatoriens dans la province de Murcie, repérée plus haut, révèle des micro-concentrations dans des villes intermédiaires, des bourgs ou des petites villes, alors que la population migrante est moins concentrée dans la capitale (respectivement 34 % et 20 %). C’est le cas de Totana (20 % de population étrangère, dont 61 % d’Équatoriens, alors que la moyenne provinciale est de 14 % au 1er-i-2006), ou encore de Lorca (15 % des Équatoriens y sont localisés et 8 % des Boliviens). Certaines études y indiquent l’émergence d’une compétition conflictuelle entre Équatoriens et Boliviens pour s’insérer dans le secteur agricole39. En revanche, les municipalités d’Águilas, sur la côte, ou de Caravaca de la Cruz, à l’intérieur, attirent exclusivement les Boliviens. Les Équatoriens donnent la préférence aux villes littorales de Carthagène (8 % s’y trouvent) ou de Mazarrón. Quant à Molina de Segura, tout près de Murcie, elle attire Péruviens et Colombiens. Dans cette province de Murcie, il convient cependant de relativiser ces logiques de concentration : l’insertion des migrants andins comme travailleurs temporaires dans le secteur horti-fruticole, fortement modernisé et à haute technologie, impose, en effet, une permanente mobilité des populations selon des calendriers très flexibles, ce que A. Pedreño Muñoz appelle « un nomadisme rural » ou une « ruralité itinérante40 », rendant très mouvante la géographie de l’immigration. C’est sans doute ce qui explique, par exemple, que la municipalité de La Rambla, en 2005, était l’un des lieux d’implantation préférentiels des Équatoriens (14 % de la population totale)41, alors qu’en 2006 ils y apparaissent très peu nombreux.

31L’exemple de la Catalogne est également révélateur des possibles effets de filières. La RMB est le principal pôle de concentration des populations andines, regroupant 150 000 andins sur un total de 531 000 étrangers. C’est surtout à cette échelle que l’on peut lire des spécialisations résidentielles également liées aux opportunités d’emploi ou de logement offertes aux nouveaux venus dans le cadre des filières migratoires. On remarque ainsi que même si l’agglomération centrale reste l’espace le plus attractif en valeur absolue et relative, certaines centralités périphériques émergent (fig. 4, p. 134), les populations andines manifestant certaines localisations préférentielles par rapport aux autres groupes étrangers. Mais cette concentration résidentielle doit se lire à l’échelle des communes limitrophes de la proche banlieue qui constituent le continuum urbain. La banlieue du sud-ouest est ainsi un pôle de sur-représentation de ces quatre nationalités, notamment la ville de l’Hospitalet de Llobregat, deuxième ville la plus peuplée de la province où ils représentaient 55 % des étrangers en 2005, ou sa voisine de l’Esplugues de Llobregat avec 50 %. Ces communes sont des banlieues populaires, où domine le logement collectif plus accessible financièrement.

32De même, les principales villes du système métropolitain et notamment Sabadell (36 %) ou Rubi (40 %) sont particulièrement attractives pour ces quatre groupes, confirmant une prédilection urbaine. Situées à environ 20-30 km au nord-est de Barcelone, ces villes dites « satellites », anciennes banlieues industrielles, désormais au cœur des systèmes urbains secondaires de la RMB, ont accueilli une grande partie du desserrement de l’emploi métropolitain et des nouvelles activités tertiaires. Cependant, les plus importantes concentrations concernent des localisations périurbaines dans des petites villes de la périphérie nord-est de l’agglomération, où les Équatoriens notamment atteignent jusqu’à 66 % du total des étrangers, révélant clairement une pratique de regroupement liée à des réseaux migratoires.

33Enfin, si l’on s’attache à repérer ces effets de concentration par nationalité (tableau 3, p. 134) on remarque une convergence des lieux d’implantation pour les quatre groupes andins – dans les communes de l’agglomération centrale captant au moins 1 % des migrants. Comme pour l’ensemble de la population étrangère, la ville de Barcelone regroupe les plus fortes proportions de migrants, entre 37 % et 56 % selon les nationalités, les Péruviens étant, une nouvelle fois, les plus concentrés.

Tableau 3. – Municipalités préférentielles d’implantation dans la province de Barcelone par nationalité (en % sur le total des effectifs)

Tableau 3. – Municipalités préférentielles d’implantation dans la province de Barcelone par nationalité (en % sur le total des effectifs)

a Regroupant plus de 1 % pour au moins l’une des quatre nationalités.
Source : INE, Padrón Municipal, 2006 <http://www.ine.es/​> [Consulté le : 4-ii-2009].

34Le secteur de prédilection suivant est la banlieue sud-ouest déjà évoquée, qui attire surtout les Boliviens et les Équatoriens, ces deux nationalités étant également plus représentées dans les communes de Badalona / Santa Coloma de Gramenet, proche banlieue également très attractive pour l’ensemble de l’immigration dans la capitale.

35Les Andins, et notamment les Boliviens, probablement des femmes travaillant dans les services domestiques ou de garde de personnes âgées et logées à domicile, sont enfin nombreux dans la petite ville de San Cugat del Vallés, située dans la proche banlieue nord de Barcelone, zone résidentielle riche bénéficiant du PIB par habitant le plus élevé du pays, au cœur du parc technologique du Vallès. Les Boliviens sont aussi plus présents pour leur part à Sabadell et à Granollers, cette dernière ville étant de taille plus modeste avec une composante agricole un peu plus marquée. Ces spécificités nous rappellent cependant que si ces logiques d’implantation dans la RMB sont liées aux modalités d’insertion sur le marché du travail, elles doivent beaucoup plus encore aux stratégies résidentielles et aux conditions d’accès aux logements et aux infrastructures de transport.

Fig. 4. — Poids des nationalités andines dans le total des étrangers dans les communes de la RMB en 2005.

Fig. 4. — Poids des nationalités andines dans le total des étrangers dans les communes de la RMB en 2005.
  • 42 Miret, inédit.
  • 43 La Vanguardia, 21-iii-2007.
  • 44 Pla Municipal d’Immigració, 2007.

36Enfin, remarquons pour conclure cette étude de cas que d’autres espaces clairement périurbains et littoraux de la RMB apparaissent peu attractifs pour ces migrants (fig. 4) alors qu’ils constituent des polarités, certes dispersées – mais fortement représentatives pour les autres nationalités, et notamment pour les ressortissants marocains plus spécialisés dans les activités agricoles. Plusieurs centralités ont été, en effet, très tôt présentes pour l’ensemble des étrangers à la périphérie de la RMB, au sud ou au nord, dans des espaces ruraux de faible densité, notamment littoraux. Ce choix d’implantation s’expliquait par une économie rurale et touristique qui offrait d’une part un certain nombre d’emplois précaires et saisonniers accessibles aux moins qualifiés, et, d’autre part, une protection par rapport à la situation d’irrégularité de séjour qui commençait à devenir problématique à partir de la régularisation de 199142. Ces centralités, qui demeurent actives, ont produit une attractivité vers des villes moyennes de la région ; ainsi, l’INE, dans sa dernière révision du Padrón Municipal de 200643, signale que les croissances de population étrangère les plus significatives en 2006 se sont produites en dehors de la province de Barcelone, dans des villes secondaires comme Reus, Tarragona ou Salou, ou dans des espaces ruraux des comarcas de la région de Gérone. Elles semblent également attirer certains Andins et particulièrement des Boliviens, confirmant l’analyse d’une plus forte dispersion de leurs filières observée plus haut. On note par exemple une répartition spécifique de la communauté bolivienne dans la ville de Reus, où elle est la quatrième nationalité recensée derrière les Colombiens, et la troisième en 2007, alors que les Équatoriens n’apparaissent pas dans ce classement44. Ou, autre exemple, la ville touristique de Cadaqués (Alt Empordà) où les 11,4 % de croissance de la population étrangère entre 2005 et 2006 seraient dus, en grande partie, à l’arrivée de Boliviens travaillant dans le tourisme (parallèlement à l’installation de retraités européens).

  • 45 Face à la pénurie de main d’œuvre dans certains secteurs, de grandes entreprises espagnoles ont gén (...)
  • 46 Simon, 1995.

37Si ces précisions statistiques permettent de soulever des hypothèses intéressantes au niveau local, leur confirmation suppose la mobilisation d’un dispositif complexe. Diverses approches permettent cependant de les affiner. Ainsi, la presse s’est fait l’écho, à travers des conflits du travail, de filières migratoires complètement mises en place par le retour, au cours des dernières années, aux pratiques de recrutement dans les pays d’origine. À Sant Sadurni d’Anoia par exemple, dans la RMB, une entreprise emploie parmi ses 2 000 employés, 90 % de Latino-Américains, Équatoriens et Dominicains, recrutés à travers le ministère des Affaires étrangères45. L’ensemble de ces filières de recrutement dans les pays d’origine ont permis l’arrivée dans des communes précises de migrants, chacun porteur d’une filière migratoire familiale potentielle pouvant relancer les flux durablement, comme ce fut le cas pour la migration maghrébine vers la France par exemple46.

38L’ébauche d’une analyse à l’échelle communale fait donc bien apparaître l’existence de micro-filières spécifiques. Dans quelle mesure sont-elles liées à la force des réseaux migratoires, aux logiques de segmentation du marché du travail où certaines activités – et donc certains lieux – sont plus spécifiquement investies par certaines nationalités ? Le recours à l’enquête de terrain semble la seule méthode pour permettre de comprendre comment se forgent les logiques pionnières des migrants, en fonction de quelles opportunités locales et de quelles logiques de réseaux sociaux.


   

  • 47 En Équateur, par exemple, 73 % des émigrants à l’étranger quittent des villes contre 26,8 % des cam (...)

39La géographie de l’implantation andine en Espagne semble différenciée, non seulement au regard de la migration latino-américaine, mais également au sein même du groupe andin. Certaines parentés des comportements spatiaux entre différentes nationalités, notamment entre les migrants boliviens et équatoriens dans les provinces rurales du Sud espagnol, posent question. Cette présence, en particulier dans la province de Murcie, qui ne semble pas liée au degré d’ancienneté des flux, puisque la migration équatorienne est plus ancienne que la bolivienne, a-t-elle à voir avec les profils démographiques et économiques des pays de départ ? L’Équateur, et surtout la Bolivie, sont des pays plus tardivement urbanisés que les autres pays andins avec, encore aujourd’hui, une forte dominante rurale et donc la permanence d’un « savoir-faire » qui faciliterait l’insertion dans le marché agricole. Même si l’émigration devient fondamentalement urbaine dans ces pays47, elle est d’abord née en milieu rural. On peut penser que des filières rurales-rurales se sont solidement installées et maintenues, et qu’elles ont provoqué en même temps l’attraction de populations d’origine urbaine, parfois qualifiées, s’insérant dans le secteur agricole.

40Parallèlement, à quoi est lié le caractère très spécifique de la localisation des Péruviens, à savoir une faible dispersion à l’échelle nationale, une stabilité de l’hyper concentration dans les capitales (Madrid surtout), une faible littoralisation des lieux d’installation et très peu de migrations vers les régions rurales du Sud ? Selon l’hypothèse précédemment énoncée, l’origine plus urbaine de la migration péruvienne, dans un pays très tôt urbanisé, pourrait expliquer la très faible insertion des Péruviens en milieu rural et dans le secteur agricole. Mais l’existence de filières spatiales et professionnelles plus exclusives dans l’espace et plus stables dans le temps signifie également un moindre processus de diffusion sur le territoire espagnol. Est-ce lié à une plus faible mobilité sociale et professionnelle de ce groupe migrant par rapport aux trois autres nationalités ?

41Il s’avère nécessaire, on le voit, de poursuivre l’analyse en procédant à une « micro-géographie » des filières, adoptant un regard porté simultanément sur les lieux d’installation et de départ. Une étude des trajectoires et des logiques socio-économiques qui sous-tendent la migration, mais également des modalités d’accès à l’emploi et des stratégies résidentielles des migrants dans les lieux d’implantation, permettrait de mettre à jour les effets d’impulsion, de stabilité ou de modification de ces filières.

  • 48 Ruiz Balzola, 2007 et Herrera, Carrillo et Torres, 2006.
  • 49 Pedone, 2006.

42Cette analyse ouvre enfin la voie à un questionnement sur la structuration des champs migratoires Andes-Espagne et leur évolution. Dans le contexte d’une affirmation des flux andins au cours de cette dernière décennie, les politiques migratoires espagnoles (mesures récentes de régularisation, contrôle accru aux frontières de l’Europe), ainsi que la persistance des difficultés économiques et politiques dans les pays d’origine, tendent à favoriser une installation à plus long terme des migrants andins sur le territoire espagnol. Le processus de regroupement familial, certes encore à ses débuts, reflète cette tendance à la sédentarisation. Est-ce à dire que ces migrations prendront un caractère définitif, en rupture avec les lieux d’origine ? Ou, si l’on suppose que les réseaux vont continuer à se renforcer, verra-t-on émerger la formation d’espaces transnationaux, à l’image de ceux observés pour les flux latino-américains vers les États-Unis, liant des individus, des familles et des lieux outre-Atlantique ? On commence à voir, à ce titre, des études de cas qui, par l’analyse des formes de dispersion familiale et des liens sociaux, mettent en lumière des pratiques transnationales articulant non seulement l’Espagne aux pays d’origine48, mais également les champs migratoires américains et européens. Dans le cas des Équatoriens, par exemple, C. Pedone évoque la formation d’un espace transnational multipolaire liant la localité de Baños de Tungurahua dans une province du Sud du pays aux villes de Barcelone, Madrid et New York49. Les mobilités andines, on le voit, dépassent les enjeux d’une nouvelle géographie de l’immigration en Espagne, elles participent de la mondialisation et de la complexification des systèmes migratoires. Reste à savoir comment vont se reconfigurer ces flux Andes-Europe dans le contexte récent de la crise mondiale.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations
EVR : Estadística de Variaciones Residenciales.
INE : Instituto Nacional de Estadística, Espagne.
PIB : Produit intérieur brut.
RMB : Région métropolitaine de Barcelone.

Bardají Ruiz, Federico (2006), Literatura sobre inmigrantes en España, Madrid.

Belote, Linda et Belote, Jim (2006), « Qué hacen dos mil saraguros en EE.UU. y España? », dans Gioconda Herrera, MaríaCristina Carrillo et Alicia Torres (éd.), La migración ecuatoriana : transnacionalismo, redes e identidades, Quito, pp. 450-463.

Cortes, Geneviève (2004), « Una ruralidad de la ausencia. Dinámicas migratorias internacionales en los valles interandinos de Bolivia en un contexto de crisis », dans Alfonso Hinojosa Gordonava (éd.), Migraciones transnacionales. Visiones de Norte y Sudamérica, La Paz, pp. 167-199.

Díez Jiménez, Adriano Fernando (2007), « Análisis de la inmigración colombiana en España. Volumen y perfil sociodemográfico de la inmigración colombiana en la ciudad de Sevilla : 1995-2004 », dans V Congreso sobre la inmigración en España. Migraciones y desarrollo humano(Valencia, 21-24 de marzo de 2007)
<http://www.adeit.uv.es/inmigracion2007/index.php> [Consulté le 17-ii-2009].

Domingo Valls, Andreu (2005), « Tras la retórica de la hispanidad : la migración latinoamericana en España entre la complementariedad y la exclusión», Papers del Centre d’estudis demografics, 254
<http://www.ced.uab.es/publicacions/PapersPDF/Text254.pdf> [Consulté le 17-ii-2009].

Herrera, Gioconda, Carrillo, María CristinaetTorres, Alicia (2006), La migración ecuatoriana : transnacionalismo, redes e identidades, Quito.

Jokisch, Brad (2001), « Desde Nueva York a Madrid: tendencias en la migración ecuatoriana», Revista Ecuador Debate, 54 (décembre), pp. 59-84.

Jokisch, Brad (2007), « Ecuador : Diversidad en migración », Migration Information Source,
<http://www.migrationinformation.org/Profiles/display.cfm?id=591> [Consulté le 29-i-2009].

Kyle, David (2000), The Transnational Paesant: Migration Networks end Etnicity in Andean Ecuador, Baltimore.

Kyle, David (2001), « La diáspora del comercio otovaleño : capital social y empresa transnacional », Ecuador Debate, 54, pp. 85-110.

Lopez de Lera, Diego (2007), « Incidència de la inmigración latino americana en España », dans V Congreso sobre la inmigración en España. Migraciones y desarrollo humano(Valencia, 21-24 de marzo de 2007)
<http://www.adeit.uv.es/inmigracion2007/index.php> [Consulté le 17-ii-2009].

López Rodríguez Gironés, Pilar (2006), « Aquí no hay familias: estrategias para la inserción laboral desde la Rambla, Murcia. El día a día de los (pos)jornaleros ecuatorianos », dans Gioconda Herrera, María Cristina Carrillo et Alicia Torres (éd.), La migración ecuatoriana. Transnacionalismo, redes y identidades, Quito, pp. 203-223.

Macías León, Almudena (2007), « Inmigración y desarrollo humano », dans V Congreso sobre la inmigración en España. Migraciones y desarrollo humano(Valencia, 21-24 de marzo de 2007)
<http://www.adeit.uv.es/inmigracion2007/index.php> [Consulté le 17-ii-2009].

Martínez Buján, Raquel et Golias Pérez, Montse (2005), « La latinoamericanización de la inmigración en España », Cuadernos Geográficos,36(1), pp. 51-65.

Miret, Naïk (inédit), Migration et recomposition d’un espace d’immigration méditerranéen. Le cas de Barcelone, thèse de doctorat soutenue à l’université de Poitiers en 1998.

Miret, Naïk (2007), « Inmigración y metropolización en Barcelona », dans V Congreso sobre la inmigración en España. Migraciones y desarrollo humano(Valencia, 21-24 de marzo de 2007)
<http://www.adeit.uv.es/inmigracion2007/index.php> [Consulté le 17-ii-2009].

Oso Casas, Laura (2000), « Estrategias migratorias de las mujeres ecuatorianas y colombianas en situación irregular : servicio doméstico y prostitución en Galicia y Pamplona », dans II Congreso sobre a inmigración en España(Madrid, 5-7 de octubre de 2000),
<http://www.mmo.gr/pdf/library/Spain/laura_oso_en espanol.pdf> [Consulté le 29-i-2009].

Pedreño Muñoz, Andrés (1999), Del jornalero agrícola al obrero de las factorías vegetales: estrategias familiares y nomadismo laboral en la ruralidad murciana, Madrid.

Pedone, Claudia (2006), Estrategias migratorias y poder. Tú siempré jalas a los tuyos, Quito.

Pla Municipal d’Immigració, Convivència i Ciutadania Àrea de Benestar de l’Ajuntament de Reus (2007), « Plan de recepción y acogida : las sesiones de acogida », dans V Congreso sobre la inmigración en España. Migraciones y desarrollo humano(Valencia, 21-24 de marzo de 2007) <http://www.adeit.uv.es/inmigracion2007/index.php> [Consulté le 29-i-2009].

Pumares-Fernández, Pablo, García Coll, Arlinda et Asensio Hita, Ángeles (2006), La movilidad laboral y geográfica de la población extranjera en España, Madrid.

Ramírez Gallegos, Franklin, etRamírez, Jacques Paul (2005), La estampida migratoria ecuatoriana. Crisis, redes transnacionales y repertorios de acción migratoria, Quito.

Recolons, Lluis (2005), « Las migraciones exteriores en la evolución reciente de la población extranjera », Migraciones, 17, pp. 45-89.

Ruiz Balzola, Andrea (2007), « Un hogar transnacional : estrategias espaciales de una familia kichwa Otavalo », dans V Congreso sobre la inmigración en España. Migraciones y desarrollo humano(Valencia, 21-24 de marzo de 2007)<http://www.adeit.uv.es/inmigracion2007/index.php> [Consulté le 17-ii-2009].

Sempere Souvannavong, Juan David (2001), « Latinoamericanos y magrebíes en el medio rural. Las provincias levantinas », Scripta Nova. Revista Electrónica de Geografía y Ciencias Sociales, 94,
<http://www.ub.es/geocrit/sn-94-91.htm>.

Simon, Gildas (1995), Géodynamique des migrations internationales dans le monde, Paris.

Solana, Miguel et Morén-Alegret, Ricard (2004), « Foreign Immigration in Spanish Rural Areas and Small Towns : Current Situation and Perspectives », Finisterra, 39 (77), pp. 21-38.

Torres, Alicia (2006), « De Punyaro a Sabadell… La emigración de los kichwa otovalo a Cataluña », dans Gioconda Herrera, María Cristina Carrillo et Alicia Torres (éd.), La migración ecuatoriana : transnacionalismo, redes e identidades, Quito, pp. 433-447.

Villamar, David, López Olivares, Susana et Langer, Michael (2004), « Características y diferencias clave entre las primeras migraciones y la reciente ola emigratoria », Cartillas sobre Migración, 10 (diciembre),
<http://www.ildis.org.ec/docs/publicaciones/migracion10.pdf;jsessionid=C2A040D2C40AB2F2F4FB6CCD2BD7BB77> [Consulté le 29-i-2009].

Haut de page

Notes

1 Martínez Buján et Golias Pérez, 2005.

2 Bardají Ruiz, 2006.

3 Avec près de 200 000 entrées annuelles de Latino-Américains en Europe entre 2000 et 2006 (López de Lera, 2007), cette population est passée d’un million en 2000 à deux millions et demi en 2006, soit près de 10 % des étrangers non communautaires de l’Union Européenne.

4 Le Padrón Municipal compile dans des séries historiques les résultats des registres de population municipaux auxquels sont désormais tenus de s’inscrire les étrangers, même en situation irrégulière, pour bénéficier de certains services comme les écoles. Depuis 2001, il est devenu une preuve de résidence opposable par les migrants pour régulariser leur situation de séjour sur le territoire, ce qui a permis d’évaluer le volume de personnes en situation irrégulière. Longtemps critiqué, car l’absence de prise en compte des départs des communes provoquait des doubles comptes et une surestimation, il a été mis à jour en 2006, du fait de l’obligation faite en 2004 aux étrangers de se réinscrire tous les deux ans, ce qui a permis d’effacer des listes plus de 492 000 personnes cette année-là (Recolons, 2005).

5 La cartographie des zones d’implantation des migrants andins sera réalisée par provinces et par communes. La géographie par communauté autonome a peu de sens pour nous dans la mesure où nous ne nous intéressons pas aux différences directement imputables aux politiques de compétence autonomique.

6 Ramírez Gallegos et Ramírez, 2005.

7 Cortes, 2004.

8 Díez Jiménez, 2007.

9 Permis de résidence en vigueur au 31-xii-1996 : Argentins, 18 246 ; Péruviens, 18 023 ; Dominicains 17 845 (Anuario de Migraciones, 1997).

10 L’Équateur et la Colombie se sont vus imposer le visa dès janvier 2003. Selon la presse, les Paraguayens et les Vénézuéliens, désormais les seules nationalités latino-américaines ne nécessitant pas de visa pour entrer en Europe, représenteraient aujourd’hui les entrées les plus nombreuses.

11 Des facilités existaient déjà dans le code de la nationalité de 1990, puisque deux années de résidence seulement étaient nécessaires au lieu de dix pour les autres nationalités. De 1991 à 2001, 59 % des naturalisations concernent ainsi des Sud-Américains, soit 64 500 personnes (Domingo Valls, 2005).

12 Ibid., et Martínez Buján et Golias Pérez, 2005.

13 Sempere Souvannavong, 2001.

14 « Regularización por arraigo ». En 2000, 77 % des Colombiens et Équatoriens auraient vu leur demande acceptée contre 51 % des Marocains, alors que le critère principal était de démontrer sa présence avant 1999 (Sempere Souvannavong, 2001).

15 En effet, on a évoqué pour des régions comme la Catalogne une situation de tremplin migratoire. Territoire de passage et de transit pratiqué de longue date par les migrants marocains installés en Europe, elle a vu s’installer un certain nombre de migrants attendant une éventuelle réouverture des frontières des pays d’immigration traditionnels et, notamment, de la France (Miret, inédit).

16 Ibid.

17 La RMB regroupe 164 communes et constitue un des territoires administratifs de référence dans le plan territorial de la Catalogne. Elle regroupe 4,8 millions d’habitants dont 11 % d’étrangers, ce qui est largement supérieur à leur représentation moyenne en Espagne (8 %) ; elle représente ainsi 14 % de la présence étrangère en Espagne (Miret, 2007).

18 Oso Casas, 2000.

19 Sempere Souvannavong, 2001.

20 Pedone, 2006 et Sempere Souvannavong, 2001.

21 Les statistiques des variations résidentielles (EVR) sont élaborées par l’INE sur la base de l’exploitation de l’information relative aux « altas » (inscriptions au registre communal) et « bajas » (désinscriptions) enregistrées dans le Padrón Municipal. Cette donnée nous informe sur les flux migratoires annuels intérieurs d’une part (entre les municipalités espagnoles) et sur les flux extérieurs d’autre part (en provenance de l’étranger). Sont considérées ici uniquement les inscriptions des étrangers en provenance directe de l’étranger.

22 Indicateur pouvant qualifier le caractère plus ou moins urbain des municipalités selon le critère démographique.

23 À l’opposé, 20 % des Marocains entrés dans le pays en 2006, par exemple, se sont installés dans des communes de moins de 10 000 habitants.

24 Solana et Morén-Alegret, 2004. Nous ne disposons malheureusement pas des données sur la taille des communes de résidence de l’ensemble des migrants andins actuellement.

25 Les arrivées de Boliviens directement enregistrés dans des communes de 10 000 à 50 000 habitants sont passées de 7,5 % en 1998 à 18,5 % en 2006, et celles des Équatoriens de 13 % à 19,5 % (INE, EVR, <http://www.ine.es/> [Consulté le : 4-ii-2009]).

26 Pumares-Fernández, García Coll et Asensio Hita, 2006.

27 Guayaquil, ville d’immigration interne, connaît actuellement la croissance la plus rapide du pays pour ce qui concerne les migrations vers l’Espagne.

28 Ramírez Gallegos et Ramírez, 2005.

29 Rappelons, cependant, que la crise politique de 1998 puis le crash économique et financier qui a suivi en 1999, débouchant sur la dollarisation du pays et un brusque appauvrissement de la population, ont largement contribué à une « hémorragie » migratoire à l’échelle de tout le pays (plus de 300 000 départs par an entre 1999 et 2002), et donc à un renforcement du phénomène dans ces régions prédisposées à la mobilité internationale.

30 Kyle, 2000, Villamar, López Olivares et Langer, 2004 et Jokisch, 2001 et 2007.

31 Pedone, 2006.

32 Ibid., p. 133.

33 Kyle, 2001.

34 Torres, 2006.

35 Belote et Belote, 2006.

36 Pedone, 2006, p. 293.

37 Cortes, 2004.

38 Que ce soit en Équateur ou en Bolivie, cela ne signifie pas pour autant qu’il y ait substitution de destinations migratoires pour les mêmes individus. On observe plutôt une « segmentation » des filières en termes d’orientations. Par exemple, les familles de migrants vers les États-Unis tendent à perpétuer cette destination de par leur expérience acquise, et ce, au-delà des difficultés du passage de la frontière ou liées à la réduction du marché du travail. Vu depuis les lieux d’origine – à l’échelle d’un village, d’une micro-région –, il y a donc des « juxtapositions » de filières.

39 Les cuadrillas (équipes de travailleurs agricoles qui se déplacent d’un secteur à l’autre selon le calendrier agricole) se forment souvent à partir de « l’ancrage communautaire » et les valeurs de proximité. La segmentation ethnique du travail, selon A. Pedreño, produit des affrontements entre différentes collectivités (Pedreño Muñoz, 1999). L’ultime « menace » pour les Équatoriens serait l’arrivée massive de Boliviens disposés à travailler pour un salaire plus bas (López Rodríguez Gironés, 2006).

40 Pedreño Muñoz, 1999.

41 López Rodríguez Gironés, 2006.

42 Miret, inédit.

43 La Vanguardia, 21-iii-2007.

44 Pla Municipal d’Immigració, 2007.

45 Face à la pénurie de main d’œuvre dans certains secteurs, de grandes entreprises espagnoles ont généralisé cette pratique, qui avait fait les beaux jours de la migration dite de travail dans les pays d’Europe du Nord durant les trente glorieuses, permettant l’entrée de 116 000 personnes en 2006. La chaîne de restaurants Vips, qui compte 8 900 employés, l’une des premières dans ce type de recrutement, a vu passer, au cours des six dernières années, la part des étrangers de 9 à 57 % (Macías León, 2007). Elle a ainsi permis l’entrée de plus de 3 000 immigrants venus de Colombie, du Maroc, du Pérou, de Roumanie et de la Bolivie.

46 Simon, 1995.

47 En Équateur, par exemple, 73 % des émigrants à l’étranger quittent des villes contre 26,8 % des campagnes.

48 Ruiz Balzola, 2007 et Herrera, Carrillo et Torres, 2006.

49 Pedone, 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. – Contexte et temporalités des migrations andines en Espagne
Légende Source : Élaboration Baby-Collin, Cortes et Miret.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/505/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Graphique 1. –Évolution des ressortissants d’Amérique du Sud recensés en Espagne depuis 1998
Légende Source : INE, Padrón Municipal <http://www.ine.es/​>. Pour 2008, les données sont une estimation provisoire mise en ligne en juin.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/505/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 2. – Composition de la présence sud-américaine en Espagne
Légende a Estimation de la deuxième génération au 1er-i-2007.b Naturalisés ou émigrés de retour en Espagne.Source : INE, Padrón Municipal <http://www.ine.es/​> [Consulté le : 4-ii-2009].
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/505/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 1. — Poids des nationalités d’Amérique du Sud dans le total des étrangers en 2006.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/505/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 2. — Poids des Andins dans les nationalités d’Amérique du Sud en 2006.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/505/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 3 (1). — Différenciation spatiale des implantations andines au niveau municipal (2006). Nombre de résidents boliviens.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/505/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 3 (2). — Différenciation spatiale des implantations andines au niveau municipal (2006). Nombre de résidents équatoriens.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/505/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 3 (3). — Différenciation spatiale des implantations andines au niveau municipal (2006). Nombre de résidents péruviens.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/505/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 3 (4). — Différenciation spatiale des implantations andines au niveau municipal (2006). Nombre de résidents colombiens.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/505/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 2. – Répartition des immigrants andins en 2006 par taille de communes
Légende Source : INE, EVR, 2006, <http://www.ine.es/​> [Consulté le : 4-ii-2009].
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/505/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 3. – Municipalités préférentielles d’implantation dans la province de Barcelone par nationalité (en % sur le total des effectifs)
Légende a Regroupant plus de 1 % pour au moins l’une des quatre nationalités.Source : INE, Padrón Municipal, 2006 <http://www.ine.es/​> [Consulté le : 4-ii-2009].
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/505/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 4. — Poids des nationalités andines dans le total des étrangers dans les communes de la RMB en 2005.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/505/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Baby-Collin, Geneviève Cortes et Naïk Miret, « Les migrants andins en Espagne », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-1 | 2009, 115-140.

Référence électronique

Virginie Baby-Collin, Geneviève Cortes et Naïk Miret, « Les migrants andins en Espagne », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-1 | 2009, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 28 juillet 2014. URL : http://mcv.revues.org/505

Haut de page

Auteurs

Virginie Baby-Collin

UMR Telemme, Université de Provence

Geneviève Cortes

UFR Sciences humaines et sciences de l’environnement, Université Montpellier-III

Articles du même auteur

Naïk Miret

Laboratoire Migrinter, Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org