Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

María del Mar Felices de la Fuente, La nueva nobleza titulada de España y América en el siglo xviii(1701-1746). Entre el mérito y la venalidad

Pierre Ragon
Référence(s) :

María del Mar Felices de la Fuente, La nueva nobleza titulada de España y América en el siglo xviii(1701-1746). Entre el mérito y la venalidad, Almeria, Universidad de Almería, 2012, 526 p.

Texte intégral

1Il y a peu, Raúl Molina Recio, en bon connaisseur de son champ d’études, rappelait combien l’histoire de la noblesse espagnole était un domaine encore mal connu. À la différence d’autres historiographies européennes, celle d’outre-Pyrénées offre peu de travaux en la matière : seules une poignée de maisons nobles, quelques communautés régionales et, surtout, le fonctionnement du régime seigneurial, ont jusqu’à présent suscité un certain intérêt. Les approches globales du groupe en tant que tel, à l’exception des travaux d’A. Dominguez Ortiz ou de ceux d’E. Soria Mesa, demeurent fort rares. De plus, la période des Habsbourg et celle des Bourbon ont fait l’objet d’un traitement inégal, le xviiie siècle ayant longtemps éveillé moins de vocations que les deux siècles précédents, dans ce domaine comme en bien d’autres.

2Sans doute, au fur et à mesure qu’ils dressent ce constat, les historiens s’emploient-ils à combler les lacunes de l’historiographie et cette étude en apporte une nouvelle preuve. Elle se situe à la croisée de deux préoccupations : l’étude de la noblesse en tant que groupe social et celle de la vénalité en tant que pratique du gouvernement. Le présent travail est issu d’une thèse en son temps dirigée par Francisco Andújar Castillo, par ailleurs auteur d’une étude sur la vente des charges à l’époque de la guerre de succession d’Espagne, et plus précisément durant la période décisive des années 1704-1711. Les travaux de l’élève s’inscrivent dans le prolongement direct de ceux du maître.

3L’auteure adopte une perspective particulière qu’elle justifie. Travaillant sur un ensemble en gestation, les nouveaux anoblis entre 1701 et 1746, elle subordonne la faisabilité de l’histoire sociale du groupe qu’elle étudie à celle de l’histoire politique et administrative de sa création. Dès lors, le roi est l’acteur principal de cette aventure. La longue fréquentation des sources a conduit María del Mar Felices de la Fuente à considérer que la détermination du profil sociologique du groupe n’est pas un objectif que l’on peut atteindre immédiatement, tant les candidats à l’anoblissement manipulent leur propre histoire : les relations de mérites et de services dissimulent autant qu’elles ne montrent, travestissent autant qu’elles ne révèlent, et les généalogies campent les histoires familiales à l’avantage des candidats quand elles ne sont pas totalement fausses. Dès lors, réunissant un vaste corpus de 318 nobles nouvellement titrés sous le règne de Philippe V, elle s’emploie avant tout à identifier les pratiques politico-administratives qui motivent ces constructions et aboutissent à ces anoblissements. Dès lors, loin d’être l’exacte contrepartie du service rendu, la nature du titre accordé apparaît comme le résultat de choix stratégiques : celui des moyens utilisés, des interlocuteurs choisis et des intermédiaires retenus ainsi que de la maîtrise des processus bureaucratiques. Contrairement à ce qu’on croyait jusqu’alors, la procédure « exécutoire » qui permet au roi de prononcer immédiatement un anoblissement sans avoir à consulter les conseils est la plus utilisée.

4La période choisie, le règne de Philippe V, répond également à la volonté de tester deux idées traditionnellement admises selon lesquelles le changement dynastique qui intervient en 1700 aurait d’une part entraîné la modification de la politique d’anoblissement et d’autre part favorisé l’ascension des nouvelles élites de service, plus actives économiquement, au détriment de la haute noblesse. Sur ces deux points, l’étude de María del Mar Felices de la Fuente apporte de nouveaux éclairages. L’auteure montre clairement la continuité qui, par-delà le changement dynastique, fait des pratiques bureaucratiques des Bourbon les héritières de celles des Habsbourg. Quant à l’impact social de la politique d’anoblissement de Philippe V, la réponse est nuancée. Certes, d’un côté, l’auteure montre qu’il existe peu de filtres efficaces permettant d’écarter les candidats de naissance douteuse, la Couronne étant au demeurant plutôt indifférente à cette question. Quand des enquêtes sont ouvertes, c’est-à-dire dans une minorité de cas, il s’agit moins de vérifier l’origine sociale du candidat que son appartenance à un réseau de pouvoir qui lui permet de recueillir l’assentiment d’un nombre significatif de nobles titrés. Cela ne signifie pas pour autant que la Couronne utilise l’anoblissement pour contourner l’ancienne noblesse et former une noblesse de service, d’origine souvent plus modeste. En réalité, la population des nouveaux nobles est passablement hétérogène. L’extension de la vénalité (environ 37 % des titres sont acquis contre versement d’argent) fait que « le mérite et le service » rendus sont souvent accessoires voire totalement absents dans nombre de cas. Quant à ceux qui furent élevés pour avoir servi la Couronne, ce sont, bien sûr, des hommes nouveaux issus de l’administration, de l’armée ou de la cour mais aussi des membres de l’oligarchie urbaine ou des élites locales qui ont soutenu la dynastie aux heures sombres de la guerre de succession, à moins qu’il ne s’agisse tout simplement d’individus ambitieux suffisamment bien connectés aux milieux courtisans. Chemin faisant, on relèvera aussi que si la vénalité est particulièrement appréciée des habitants des Indes, lesquels bénéficient de près des deux tiers des charges vendues, les acheteurs n’en sont pas majoritairement des créoles (23 cas), mais plus souvent des immigrés espagnols récemment venus de la Péninsule (32 individus). La remarque est d’importance et elle permet de relativiser l’idée selon laquelle la vénalité favoriserait nécessairement la créolisation.

5Ce travail considérable, fondé sur une connaissance approfondie des rouages administratifs, passe par la mobilisation de la démarche prosopographique. Il en a les qualités mais aussi les limites. L’auteure est en effet amenée à découper a priori des catégories socioprofessionnelles et des itinéraires types alors même que les individus étudiés sont souvent polyvalents et usent de tous les recours possibles pour atteindre leurs fins. À l’évidence, la mise en œuvre du traitement statistique passe par des simplifications arbitraires. Le lecteur est ainsi surpris de voir le « mérite et le service » d’une part et la vénalité d’autre part opposés comme deux voies alternatives de la promotion sociale alors même que bon nombre d’individus, formant un troisième groupe, mêlent le service personnel et le service financier. On s’interroge également sur les catégories socioprofessionnelles utilisées alors que beaucoup, au cours de leur ascension sociale, sont passés d’une catégorie à l’autre.

6Les limites de cette étude, dont l’auteure, au demeurant, est parfaitement consciente, n’enlèvent rien à l’intérêt qu’on trouve à sa lecture. Avec elle, on dispose d’une contribution importante pour l’histoire de l’anoblissement et de la noblesse dans la première moitié du xviiie siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Ragon, « María del Mar Felices de la Fuente, La nueva nobleza titulada de España y América en el siglo xviii(1701-1746). Entre el mérito y la venalidad », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-1 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/5052

Haut de page

Auteur

Pierre Ragon

Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org