Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

María Dolores Elizalde Pérez-Grueso et Josep M. Delgado (éd.), Filipinas, un país entre dos imperios

Xavier Huetz de Lemps
Référence(s) :

María Dolores Elizalde Pérez-Grueso et Josep M. Delgado (éd.), Filipinas, un país entre dos imperios, Barcelone, Bellaterra, 2011, 332 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est le fruit d’une rencontre organisée à l’occasion du forum bilatéral annuel (la Tribuna España-Filipinas) qui a pour but de rapprocher deux pays dont les destins, après trois siècles et demi d’un lien colonial asymétrique, ont profondément divergé après 1898. Pourtant, ce volume n’est pas un ouvrage de circonstance répondant à des attentes diplomatiques ou commémoratives. Son objet scientifique est délimité dans les introductions rédigées par les deux coordonnateurs : il s’agit d’explorer la phase de transition entre les dominations espagnole et étasunienne afin de mesurer les continuités entre des modèles coloniaux que l’historiographie, dans le prolongement du discours colonial américain, a longtemps présenté comme radicalement différents.

2L’objet n’est pas totalement neuf. Les monographies d’histoire régionale et locale des années 1970-1990, en particulier, ont souligné que 1898 n’est pas une césure dans le domaine économique et social. Les contributions réunies dans ce volume, écrites par quatre Espagnols, trois Philippins et un Américain, portent sur des aspects politiques et culturels d’une phase de transition impériale qui s’étendrait des années 1850 aux années 1950, l’accent étant mis sur la période qui va de la révolution philippine contre l’Espagne (1896) à la fin de la guerre américano-philippine (1902). En dépit de cette unité thématique, chacune de ces contributions, fondée sur des sources originales, d’archives ou imprimées, porte sur un aspect bien particulier de la transition.

3De prime abord, le chapitre de R. C. Ileto est éloigné de la thématique générale puisqu’il porte sur un projet de loi de 1956 visant à imposer aux écoliers la lecture des deux romans de José Rizal, héros et martyr de la révolution de 1896. En fait, cette initiative et les débats qu’elle engendre sont l’occasion d’une résurgence mémorielle. Après plus d’un demi-siècle d’une américanisation intense, le castillan, que les promoteurs du projet — les sénateurs J. Laurel et C. M. Recto — et les plus âgés des hommes politiques dominent parfaitement, est la langue d’une partie des débats ! Dans l’esprit des législateurs, la lecture de Rizal dans une version non expurgée, à la différence des traductions de l’époque américaine édulcorées pour récupérer la figure du héros, transmettra aux jeunes générations « déshipanisées » l’esprit révolutionnaire de la fin du xixe siècle et permettra de lutter contre l’américanisation de l’archipel.

4La contribution de R. B. Mojares porte sur un nationaliste philippin important, Mariano Ponce (1863-1918). Opposant à la domination espagnole puis américaine, Ponce mène le combat pour l’essentiel à l’étranger, et il séjourne à Barcelone, à Hong Kong, à Yokohama et en Indochine française avant de revenir aux Philippines en 1907. Plus activiste que penseur, l’originalité de Ponce réside dans sa conversion précoce au panasiatisme sous l’influence de son ami Sun Yat-sen et de son admiration sans bornes pour la modernisation réussie du Japon.

5J. M. Delgado analyse la manière dont l’administration coloniale américaine a géré un legs particulièrement encombrant de la période espagnole : la question des biens considérables du clergé. En s’appuyant sur des sources américaines, l’auteur démontre que l’Église catholique est parvenue, grâce à d’habiles tractations avec la nouvelle administration, à l’activation des liens avec les catholiques étatsuniens et à une campagne efficace de communication, à préserver l’essentiel de ses intérêts économiques et à convaincre qu’elle était le meilleur garant de l’ordre social.

6P. Kramer ouvre un dossier aussi important que mal étudié à ce jour : l’influence des pratiques coloniales espagnoles sur les choix américains. Derrière le paravent discursif d’une « colonisation bienveillante » fondée sur l’exportation des recettes de la réussite américaine, les fonctionnaires se sont largement inspirés des solutions coloniales espagnoles. L’auteur donne quatre exemples de ces emprunts : l’organisation de l’armée et les méthodes répressives, la concentration des pouvoirs dans les mains du gouverneur général, le maintien de pans entiers du droit colonial et du castillan comme langue du droit, la récupération de savoirs coloniaux espagnols comme les catégories de la taxonomie raciale ou la cartographie sont abordés.

7L. Elizalde étudie la perception britannique des changements brutaux intervenus dans l’archipel entre le début de la guerre hispano-américaine (1898) et la capture par les troupes américaines du premier président de la République des Philippines, Aguinaldo, en 1901. Du fait de leurs intérêts économiques considérables dans l’archipel, les diplomates et les marins de l’escadre envoyée aux Philippines pour protéger les ressortissants britanniques observent avec la plus grande attention ces années de trouble. L’auteur souligne que si ces observateurs très bien informés penchent in fine pour la solution d’une recolonisation américaine, ce n’est pas en vertu de la solidarité anglo-saxonne exaltée par Kipling, mais par réalisme : les Américains sont simplement les mieux à même de restaurer l’ordre indispensable aux affaires.

8Le sujet choisi par F. V. Aguilar est très original : les migrations de travail des Philippins dans la phase de transition entre les deux dominations coloniales. Si, après 1898, les ouvriers des plantations de Hawaii, les travailleurs de la côte ouest ou les boursiers philippins aux États-Unis ont fait l’objet d’études, l’auteur démontre, en dépit du caractère fragmentaire des sources, que des courants migratoires non négligeables existaient déjà dans les dernières décennies de la présence espagnole : marins présents sur toutes les mers du globe et formant de petites communautés à Barcelone, au Cap, ou à New York ; travailleurs dans les établissements du détroit de Malacca ; pêcheurs de perles du détroit de Torres et de Thursday Island et même, déjà, domestiques accompagnant leurs maîtres espagnols dans leurs pérégrinations…

9Si le tableau que F. Rodao dresse de la communauté espagnole aux Philippines dans les dernières décennies de la présence espagnole et les années 1896-1898 est un peu rapide (et erroné sur un point, le total des Espagnols installés dans l’archipel, p. 252), l’auteur apporte d’intéressantes précisions sur le maintien de la présence espagnole après 1898. Cette communauté, qui compte environ 4 500 personnes en 1939, s’est profondément renouvelée au fil des décennies, une partie des créoles ou des péninsulaires présents en 1898 changeant de nationalité, d’autres Espagnols venant s’installer aux Philippines. En dépit de leurs divergences en matière de politique, de religion ou de nationalisme, ces ressortissants ont contribué à conserver la mémoire de la période espagnole.

10Enfin, G. Cano montre, à travers l’étude d’un quotidien nationaliste du début de la période américaine (El Renacimiento, 1901-1907), que la défense de la culture hispanique et une lecture plus positive de la période espagnole sont des moyens pour critiquer indirectement la colonisation américaine. Les autorités coloniales étatsuniennes en apportent la preuve en censurant cette presse nationaliste hispanophone.

11En résumé, ces contributions apportent des éclairages nouveaux et stimulants. Elles confirment que les Philippines qui ont subi, en un demi-siècle, trois dominations étrangères (espagnole, américaine et japonaise), sont un observatoire privilégié de l’histoire impériale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Huetz de Lemps, « María Dolores Elizalde Pérez-Grueso et Josep M. Delgado (éd.), Filipinas, un país entre dos imperios », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-1 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/5062

Haut de page

Auteur

Xavier Huetz de Lemps

Université Nice – Sophia Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org