Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

María Dolores Vivero García (dir.), Humour et crises sociales. Regards croisés France-Espagne

Carole Fillière
Référence(s) :

María Dolores Vivero García (dir.), Humour et crises sociales. Regards croisés France-Espagne, Paris, L’Harmattan, 2011, 216 p.

Texte intégral

1Ce volume, issu d’un projet de recherche financé par le Ministerio de Ciencia e Innovación espagnol, réunit des chercheurs français et espagnols qui travaillent à la définition de catégories conceptuelles afin d’asseoir une étude contrastive de l’humour dans la presse et dans la littérature contemporaines. Les enjeux de ce projet sont nombreux car, s’il est difficile de décrire l’humour et de caractériser ses procédés de façon définitive, il est d’autant plus malaisé de le faire dans une perspective culturelle nationale qui a pour ambition de rendre possible une analyse comparative. À ces difficultés d’ordre théorique s’ajoutent des contraintes méthodologiques car les corpus envisagés regroupent des données journalistiques et littéraires, et donc une multiplicité de formes et de supports.

2Le pari de la cohérence repose sur une conceptualisation commune de la parole humoristique : P. Charaudeau, dans un premier chapitre théorique, fait de l’humour une notion générique embrassant des catégories aussi diverses que l’ironie, le paradoxe et le sarcasme. Selon sa perspective linguistique communicationnelle, l’humour est une stratégie discursive à visée principalement ludique capable de s’adjoindre des buts critiques. L’insertion du discours humoristique dans un champ socio-culturel permet d’intégrer les diverses perspectives proposées par les chercheurs qui s’efforcent de confronter la théorie à des analyses de corpus. L’on pourrait d’ailleurs revenir sur la théorie, parfois réductrice, qui sert de charpente à ces études très diverses et sur les catégories qu’elle ne manque pas de figer et qui provoquent parfois des divergences entre les auteurs. Aussi, tandis que certains l’adoptent, d’autres y apportent des modifications ou s’en distancient, telle C. Kerbrat-Orecchioni, bien connue pour ses travaux sur l’ironie, qui refuse de prendre part au débat théorique, notamment celui de la hiérarchie entre humour et ironie, cette dernière étant ici réduite à une fonction ancillaire.

3Le lecteur est invité à confronter avec profit des supports variés et de nombreux domaines de recherche. La presse y est étudiée au même titre que la littérature, à travers les modes discursifs divergents que sont l’article, le titre et le dessin humoristique. L’analyse linguistique communicationnelle côtoie la théorie des blocs sémantiques, tandis que les approches narratologiques, iconographiques et sémiotiques se succèdent dans des études qui, pour rendre compte des productions contemporaines, s’allient aux gender studies.

4La première partie s’ancre dans la théorie de l’humour défendue par P. Charaudeau. Ma D. Vivero García examine l’aptitude de certaines catégories de l’humour à remettre en cause la doxa à partir d’un corpus d’articles de presse français et espagnol. De nombreux exemples récents sont évoqués pour montrer que le sarcasme, en France et en Espagne, ne sert pas tant à bousculer les valeurs qu’à renforcer la doxa dominante. Le renversement idéologique est pris en charge de façon différenciée dans les deux pays : en France, l’ironie domine, tandis qu’en Espagne, les journalistes privilégient l’incohérence et l’insolite. M. Carel s’intéresse ensuite au fonctionnement local de l’humour dans les enchaînements argumentatifs de deux énoncés, tirés de Candide et de « L’orage » de Brassens. Elle illustre les possibilités de lectures segmentaires d’un énoncé, et donc les conditions linguistiques des phénomènes de chute, de décalage et de contraste associés à l’humour.

5La deuxième partie, consacrée à la presse, s’ouvre sur deux études du dessin humoristique. A.-M. Houdebine-Gravaud, forte d’une trentaine d’années de recherche sur la différence sexuelle et la sexuation dans les discours, expose les modalités de représentation du « monde des femmes » dans la caricature. Elle part d’un constat : la majorité des auteurs est encore masculine, et les caricaturistes femmes délaissent souvent le terrain du dessin revendicatif pour représenter la vie des femmes réelles et témoigner des mentalités contemporaines. Une analyse portant sur 35 caricatures — et l’on regrette ici le manque d’illustrations — manifeste par contraste la visée toujours critique des caricaturistes hommes, qu’ils s’en prennent aux travers proprement féminins, stéréotypés, ou aux violences de tous ordres faites aux femmes. L’auteur montre que l’ironie fait appel à des stéréotypes genrés et souligne les modalités d’iconicisation à partir du linguistique dans le dessin de presse. M. Pozas insiste également sur cette hybridation iconotextuelle et affirme, sans surprise, que la caricature est toujours satirique, à partir d’exemples tirés de l’actualité espagnole sur trois thèmes : le monde des femmes, la religion et l’éducation. Suivent deux études portant sur les titres de Libération. C. Kerbrat-Orecchioni montre que les jeux de mots relèvent d’une connivence ludique, et l’ironie d’une connivence critique. Son analyse linguistique de 200 titres décrypte les mécanismes de l’antanaclase, de la syllepse et de la paronomase. Sa prudence est remarquable quand elle affirme qu’une telle analyse est limitée : la linguistique peut certes caractériser les procédés humoristiques, elle ne peut cependant pas en expliquer les effets. L’auteure rappelle également les ambivalences conceptuelles entre ironie et humour, parfois confondus, et l’ambigüité d’une lucidité ironique qui ne s’engage jamais pleinement dans le discours. C’est pourquoi elle conclut que la critique, dans les titres de Libération, n’est jamais totalement dénonciation. S. Huertas Martín analyse ensuite les procédés discursifs de l’humour en insistant sur les jeux énonciatifs et sur le processus de défigement : l’insolite cherche à bousculer le lecteur tout en maintenant sa complicité critique.

6La troisième partie présente trois panoramas littéraires, qui dépassent le niveau local et tropique pour offrir une description à la fois esthétique et axiologique. M. Cots Vicente expose les visées critiques des procédés humoristiques employés par E. Mendoza, J. J. Millás, A. Nothomb et M. Houellebecq : la parodie et l’ironie sont utilisées à la fois pour subvertir le romanesque et pour attaquer les structures et les mentalités dominantes. M. L. Burguera Nada prend pour objet l’œuvre littéraire d’Antonio Mingote, davantage connu comme pilier de l’humour graphique espagnol. Sa description historiographique des revues festives espagnoles, au filtre des réflexions de l’auteur, met en évidence, au tournant du xxe siècle, le passage d’une ironie militante à un humour poétique qui couvre un spectre émotionnel large. Enfin, la dernière étude, produite par A.-M. Houdebine-Gravaud et Ma D. Vivero García, décrit l’usage de l’humour comme arme de contestation chez des romancières contemporaines (P. Díaz-Mas, R. Montero, A. Garréta, F. Vargas) : hormis le choix de la parodie sarcastique chez la première, elles s’emploient toutes à dénoncer les valeurs existantes par une écriture de l’insolite. Cette notion, qui apparaît à l’issue d’un ouvrage inégal comme la plus novatrice, mériterait une étude à part entière. Nous ne doutons pas qu’elle trouvera sa place au sein de ce projet de recherche comparatiste actif et prometteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carole Fillière, « María Dolores Vivero García (dir.), Humour et crises sociales. Regards croisés France-Espagne », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-1 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://mcv.revues.org/5065

Haut de page

Auteur

Carole Fillière

Université Toulouse II – Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org