Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Contextes

Publier, encore et toujours

Michel Gras
p. 264-274

Texte intégral

  • 1  Ce texte a été écrit à la lumière dune longue expérience dadministration de la recherche et de p (...)

1La publication archéologique est un serpent de mer1. Tous ceux qui ont fouillé le savent et tous ceux qui ont administré la recherche archéologique aussi. Elle est un cauchemar pour les uns comme pour les autres, sauf exception. Il y a derrière cette situation atypique dans les sciences, qu’elles soient exactes, sociales ou humaines, une série de raisons, imbriquées les unes dans les autres, qui font de ce dossier un écheveau complexe.

2Le discours peut facilement devenir moralisateur. Publier, c’est restituer. Publier est un devoir pour tout chercheur qui a détruit par la fouille une parcelle de patrimoine, qu’il a définitivement enlevée à la connaissance des autres chercheurs comme de la société tout entière. Mais toute morale affichée sans capacité de véritable sanction n’est qu’hypocrisie. Et avant de désigner des boucs émissaires, il faut y réfléchir à deux fois.

3Le dossier de la publication archéologique est un terrible révélateur de toutes les carences stratégiques de l’archéologie, une technique devenue discipline scientifique envers et contre tous, mais qui n’a pas encore assumé complètement un statut qu’elle a acquis de haute lutte sur le terrain. Car c’est la stratégie scientifique qui conditionne tout, y compris la publication.

Une révolution documentaire

4Depuis les journaux de fouille du xixe siècle jusqu’aux enregistrements électroniques d’aujourd’hui, la première question qui se pose est la sauvegarde des données. Il faut engranger avant de restituer. Et derrière le mot publication (« rendre public » ou « rendre au public »), il y a une double lecture : celle qui donne des inventaires, des catalogues et celle qui donne un discours intégrant des données et des idées, pour tenter de proposer une explication d’un contexte mis au jour. Si les grandes publications du xixe siècle impressionnent, c’est parce que, assez rapidement, elles ont réussi à transmettre des informations. Mais ces informations étaient souvent à l’image de la fouille : d’un côté les structures (les murs), de l’autre les objets. Des listes, des listes…

5On trouverait facilement des contre-exemples pour infirmer mes propos. Mais la tendance générale était celle-là. Paradoxalement, c’est en raison de l’amélioration de la technique de fouille, de la capacité des archéologues à lire dans toute sa complexité le terrain — qui n’est pas un terrain géologique avec des stratifications naturelles, mais un terrain archéologique avec des stratifications qui sont l’œuvre de l’homme et donc, par définition, complexes et non modélisables entièrement car presque toujours liées à une conjoncture précise —, que la publication est devenue un problème. Même si, comme on le verra, les évolutions technologiques pour la transmission de l’information donnent des raisons d’espérer.

6Restituer la complexité n’est pas aisé. Restituer un contexte détruit par la fouille pas davantage. Publier un monument encore visible en élévation est d’un certain point de vue plus simple que publier un habitat stratifié pendant des siècles avec ses perturbations permanentes, ses démolitions, ses reconstructions, ses restructurations, ses abandons et ses réoccupations… Tous les archéologues lucides et de bonne foi vous le diront : relire, de nombreuses années après, sa propre description d’une stratigraphie est un exercice pénible parce que, pour dire les choses brutalement, on n’y comprend plus rien. L’archéologue a l’impression de faire un discours clair car il a en tête une situation précise que son lecteur n’aura jamais. C’est dire que, dans ce contexte, la rédaction est un exercice particulièrement difficile et que des notions comme l’exhaustivité ou l’objectivité sont à écarter (sauf l’exhaustivité pour le funéraire, voir p. 270) : l’archéologue est subjectif — comme l’historien d’ailleurs. C’est sa lecture qu’il donne et, hélas, les vérifications sont difficiles à faire sur la base de stratigraphies qui ne sont plus. Mais il faudra de plus en plus être en capacité de vérifier car il n’y a pas de science sans vérification de l’hypothèse. Et la lecture archéologique est une hypothèse permanente.

  • 2  Gras, Michel (1983), « La publication archéologique. Réflexions et propositions », Revue archéolog (...)

7Sur ces bases incertaines, revenons à la publication. Et ne mettons pas la barre trop haut. L’important est ici de donner des résultats, de dire ce que l’on a compris, et aussi et surtout ce que l’on n’a pas compris. J’ai eu l’occasion de le dire, il y a plus de trente ans2 : les publications — du moins celles destinées aux spécialistes — ne doivent pas dire tout sur tout ; pas le dernier mot, définitif et dogmatique. L’objectif est de fournir un outil pour faire comprendre ce que l’on a compris. L’expression « work in progress » prend ici tout son sens. Il peut, certes, y avoir des conclusions que l’archéologue estime certaines car appuyées sur des faits, sur des données. Mais si la publication donne l’impression du « circulez, il n’y a rien à discuter », elle perd sa crédibilité. L’important est d’expliquer, sur la base de la fouille et de l’analyse de la documentation matérielle recueillie en contexte, ce qu’étaient les activités et/ou les pratiques structurelles d’une société, en les distinguant des interventions ponctuelles (creusement d’une fosse, réfection d’un mur, ouverture d’une porte), qui méritent d’être notées parce qu’elles pourront un jour prendre du sens. Les catalogues d’objets doivent désormais émigrer vers les bases de données (voir infra).

De la stratégie de fouille à la publication

8La stratégie de publication est liée à la stratégie de fouille, et une mauvaise stratégie de fouille conduit imparablement à l’échec de la publication. D’innombrables exemples, concrets, pourraient ici être présentés. En amont, il faut bien voir que l’opération archéologique ne doit jamais être une opération personnelle du directeur de projet (« chef de mission », dans un langage traditionnel désuet), mais rester étroitement sous le contrôle d’une institution ou d’une unité de recherche, c’est-à-dire d’un collectif qui en décide la stratégie — sans oublier, bien évidemment, les tutelles qui financent et les instances d’évaluation. Laisser le directeur de projet isolé revient à prendre un grand risque. Celui-ci doit avoir un rapport contractuel avec les instances qui le gèrent. Il a présenté un projet qui a été accepté ; il doit l’exécuter et ne l’adapter éventuellement au fil des années qu’après accord préalable. Enfin, un directeur de projet doit être libéré de ses engagements antérieurs : l’empilement des responsabilités conduit à des désastres.

9En effet, l’archéologue doit alterner travail de terrain et travail de publication. Or, beaucoup d’archéologues en attesteront, non seulement le travail de terrain est plus exaltant que la préparation de la publication, mais on a toujours l’impression que les questions que l’on se pose pendant une fouille vont être réglées en élargissant un sondage ou en prolongeant un décapage. Cette illusion — car c’est une illusion — ne disqualifie pas l’archéologue puisque tous les archéologues l’ont spontanément. Simplement, il y a ceux qui ont les anticorps nécessaires pour se protéger et ceux qui ne les ont pas. Pour ces derniers, il revient à qui est en situation de responsabilité ou d’évaluation de savoir dire non à la prolongation immédiate de tel ou tel chantier et à imposer une pause pour publication.

10Certes, le responsable institutionnel peut alors avoir l’impression d’être un rabat-joie, un empêcheur de fouiller en rond (ou en carrés). Mais il faut savoir si l’on est ou non dans un monde d’adultes. Il y a de gros risques à ne pas intervenir : le risque de ne jamais atteindre l’étape de la publication, d’une part ; et, de l’autre, celui d’enfermer l’archéologue dans un cycle sans fin de reprises et de prolongations du travail de terrain. C’est vivre à crédit, d’une certaine manière, et cela se paie toujours, tôt ou tard. La collectivité, quant à elle, en souffre.

11À cela, on répond parfois que ce sont les partenaires des collectivités territoriales ou du pays hôte qui ne veulent pas voir la mission s’arrêter pour des raisons que l’on qualifiera d’opportunités politiques. Mais une mission ne s’arrête pas lorsque l’on prépare la publication sans fouiller. Et il faut des présences sur le terrain en dehors de la fouille, cela se sait et se fait depuis longtemps. Pas de maximalisme, donc, pour discréditer ce qui est la voie de l’efficacité scientifique.

12L’archéologue est là pour fouiller mais cela ne signifie pas qu’il a un droit permanent à la fouille. Il a, comme tout chercheur professionnel qui ne finance pas lui-même ses interventions, un devoir de résultat. Nous sommes, de ce point de vue, dans un moment de transition. Ici, mes propos apparaîtront d’une grande banalité parce que c’est ce qui se fait depuis longtemps ; là, au contraire, on en est encore bien loin. Le milieu archéologique est dans une phase de mutation. Il faut souhaiter que les évolutions aillent dans le bon sens.

  • 3  Ricci, Andreina (2006), Attorno all nuda pietra. Archeologia e città tra identità e progetto, Rome

13Je comprends bien que, dans la conjoncture économique internationale qui est la nôtre, ces messages puissent être instrumentalisés par certains. Couper les crédits n’est certainement pas la chose à faire car l’archéologie a besoin de la fouille pour progresser sur le plan théorique et qualitatif — sans encore évoquer l’archéologie préventive (infra). C’est l’équivalent d’une « manip » en laboratoire, mais qui provoque un impact sur le patrimoine et le territoire. En revanche, c’est précisément dans des moments difficiles sur le plan budgétaire que des appels à plus de rigueur et de professionnalisme sont indispensables. Les « vacances intelligentes » sont un modèle dépassé. Et l’archéologie qui a tant de professionnels de haut niveau, dans tous les pays européens, ne peut continuer à tolérer des écarts qui nuisent à l’image de la communauté dans son ensemble — et ce d’autant moins que la société civile, à bon droit, s’en mêle3. Les fouilles urbaines sont, de ce point de vue, en première ligne. Comment expliquer qu’une fouille, qui a perturbé le paysage urbain pendant des années, voire plus, ne donne aucun résultat publié ? Inadmissible pour tous.

Prévenir et publier

14L’archéologie préventive s’est imposée à nous et elle a bien fait. Elle a permis à l’archéologie de rappeler une de ses missions premières : fouiller pour sauver ou pour protéger. On est dans le paradoxe : il faut détruire ou déplacer pour conserver la mémoire ; on a commencé avec Abou Simbel et ce n’est pas fini. Désormais, 80 % des données scientifiques proviennent de l’archéologie préventive. Et dire qu’il y a peu, on pouvait encore entendre dans certains ministères des distinctions — ô combien subtiles — entre une institution « de recherche » et une institution « qui fait de la recherche » (mais qui n’est pas « de recherche ») : c’était de l’institut de recherches archéologiques préventives (INRAP) qu’il s’agissait. Une institution que l’on n’aurait donc pas à évaluer… Ceux qui estiment que l’on n’a pas à évaluer une institution qui fournit 80% des données scientifiques d’un pays dans son domaine de compétence oublient seulement que les données scientifiques ne se ramassent pas comme des champignons et que la fouille n’est pas une simple opération de Bâtiment et Travaux publics — bien que, de derrière les horribles palissades, le quidam puisse le penser.

15Or donc, une masse de données scientifiques sont recueillies préventivement. Elles aussi ont besoin d’être publiées. Il faut, comme pour l’archéologie programmée, restituer et justifier l’intervention : que les financements soient publics ou privés ne change rien à l’affaire. Il est plaisant d’entendre dire que l’archéologie préventive ne publie pas alors que ses résultats en la matière sont largement aussi bons que ceux de l’archéologie programmée. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’organisation est plus professionnelle, que le « post-fouille », moment essentiel pour la préparation de la publication, est pris en compte dès le départ, y compris pour son financement. Et ce, alors que les archéologues du « préventif » passent d’un chantier à l’autre par obligation professionnelle, ce qui n’est certes pas le cas pour les archéologues dits « programmés ». Ce vocabulaire n’est d’ailleurs plus pertinent car le « préventif » se programme aussi et encore plus…

Documenter avant de publier ?

16Le « post-fouille » doit traiter les données recueillies (lavage, restauration, inventaires, dessins, photographies, études). Ce travail de manipulation documentaire est beaucoup plus lourd en archéologie que dans d’autres disciplines (histoire, ethnologie) par la nature même de la documentation matérielle, pulvérisée par les siècles. Il faut donc l’affronter en temps et en heure. Toutefois, on peut considérer comme une dérive le fait d’entendre des fouilleurs dire qu’ils ne peuvent pas publier si tout le matériel n’a pas été au préalable restauré, inventorié, analysé (par d’autres). L’historien lit ses archives et traite les archives qu’il a sélectionnées et seulement celles-ci. Il n’y a pas de travail archéologique possible sans une sélection (ce qui ne veut pas dire élimination bien entendu) de la documentation sur laquelle s’appuiera la publication. L’archéologue doit avoir vu analytiquement toute sa documentation. C’est lui qui fait les choix nécessaires. Il ne peut exiger de faire tout traiter avant de commencer à penser… Sinon toutes les fouilles d’archéologie classique devraient se limiter à une unique campagne qui procurerait du travail documentaire pour une dizaine d’années, indépendamment même des ressources budgétaires.

  • 4  Bats, Michel (1988), Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350-v. 50 av. J.-C.). Modèl (...)
  • 5  Carandini, Andrea (2000), Giornale di scavo. Pensieri sparsi di un archeologo, Rome (voir Ostia, I (...)

17On le voit : il faut une lecture intelligente de la documentation qui n’a de sens que si elle est en relation avec sa position stratigraphique. Si une unité stratigraphique contient 2 000 tessons, est-il utile de les faire tous dessiner si les 50 tessons les plus récents, qui datent l’unité, ont été identifiés ? Certes, il y a des cas particuliers mais ne faisons pas de l’exception la règle. La vérité est que, souvent, cette attention excessive à la documentation cache (inconsciemment ou non) le désir de retarder le plus longtemps possible le moment de l’écriture et des choix scientifiques que doit faire tout archéologue qui publie : avancer une hypothèse plutôt qu’une autre et expliciter la démarche. Il n’est pas possible de voir des demandes de prise en compte analytique de la documentation d’un dépotoir ou d’un secteur où la stratigraphie n’a pas été perçue sauf à avoir un programme précis de typologie ou de lecture anthropologique de la documentation — ce que Michel Bats fit il y a plus de 25 ans à Olbia de Provence4. Ceci sans oublier que la rénovation de l’archéologie de terrain en Italie a commencé par l’étude du matériel d’un dépotoir d’Ostie5 — mais il s’agissait alors de construire une typologie de la céramique romaine qui n’existait pas. Il faut un projet qui légitime tout s’il est convaincant, et non des attitudes de routine.

Exhaustivité pour les nécropoles ?

18La publication de contextes funéraires pose des questions spécifiques. Il fut un temps où la fouille d’une tombe n’était que le ramassage des objets qui s’y trouvaient (le mobilier) et qui, généralement en bon état, se retrouvaient rapidement dans la vitrine d’un musée. On ne peut pas dire qu’il s’agissait à proprement parler d’archéologie, et sûrement pas d’une opération scientifique — sinon d’un point de vue d’analyse céramologique. Le travail aurait été le même avec des objets de collection.

  • 6  Duday, Henri (2005), Lezioni di archeotanatologia. Archeologia funeraria e antropologia di campo, (...)

19Les choses ont évolué dans le bon sens avec la prise en compte de deux données essentielles : celles de l’anthropologie biologique et celles de l’espace funéraire externe (en d’autres termes, de la nécropole comme espace). Ces deux paramètres ont complètement bouleversé aussi bien l’étude des nécropoles que leur publication. Car c’est en fonction de la déposition (qu’elle soit inhumée ou incinérée) que le mobilier prend désormais son sens, ou plus exactement retrouve celui qui était le sien. Il y a, de ce fait, nécessité d’une publication exhaustive du contenu de la tombe. Le moindre ossement peut indiquer la présence d’un nouveau-né ou d’un enfant en bas âge. Sur cette base, c’est toute une ouverture sur les rituels funéraires qui prend place, domaine jadis exclu de toutes les publications de nécropoles, notamment d’époque romaine6. L’analyse de l’espace d’une nécropole permet enfin d’échapper à la publication de catalogues de tombes qui apparaissaient comme isolées les unes des autres. Derrière la publication d’une nécropole, c’est en fait un regard — certes distancié et filtré par de nombreux passages théoriques — sur la société, qui est désormais possible.

Du papier aux nouvelles technologies

20Aujourd’hui, ce qui est fondamentalement en question, par-delà le retard des publications archéologiques, c’est le support. Le papier ou le virtuel ? À cette question, il n’y a évidemment pas de réponse totalisante — ne serait-ce que parce que d’innombrables situations peuvent rendre le papier encore utile voire nécessaire. Toutefois, il ne fait pas de doute que le fait d’avoir à disposition un outil souple et réactif permet à l’archéologue de se demander s’il ne pourrait pas songer à fonctionner autrement.

  • 7  Vallet, Georges (1980), « Archéologie et publications : lexemple de lItalie dans le domaine étru (...)

21Le papier, en effet, avait engendré l’idée que la publication archéologique (et pas seulement elle, évidemment) pouvait ou devait connaître plusieurs étapes dans un crescendo unanimement accepté : d’abord l’article (chronique, notice), puis le rapport préliminaire et enfin le livre (la monographie). Typologie simpliste, fondée surtout sur le quantitatif. Une première information, un rapport d’étape, puis, un jour (?), la publication. Par ailleurs, le catalogue d’exposition — outil de valorisation — avait pris dans certains cas une place majeure, au point de remplacer la publication7.

  • 8  « Non tutta la documentazioen grafica di uno scavo viene pubblicata » [Carandini, Andrea (1991), S (...)

22Le papier a longtemps donné la possibilité de tout publier ; tout, c’est-à-dire toute la documentation accumulée par l’archéologue pour arriver à la compréhension de la fouille. Il faut pourtant faire des choix et éliminer de nombreux passages pour ne garder que le stade élaboré et utile. Carandini l’avait déjà noté : « Toute la documentation graphique d’une fouille n’est pas publiée8». A contrario, on entend encore parfois énoncer l’idée, a priori (mais a priori seulement) de bon sens, selon laquelle seules les données brutes devraient être publiées parce qu’elles seront toujours le socle auquel il faudra revenir, face aux commentaires, aux interprétations et aux hypothèses des chercheurs qui passeront avec le temps… Cette conception du travail scientifique — transmettre plus qu’élaborer une réflexion — est absurde dans la mesure où elle pourrait conduire à nier l’intérêt de toute analyse scientifique pour ne conserver que l’édition du document brut. Les nouvelles technologies peuvent aider à surmonter ce type d’impasse, sachant que certains, cultivant le paradoxe, pensent que les bases de données devraient accueillir les analyses des chercheurs pour laisser le papier au document…

23À l’origine de ce « modèle papier », il y avait les grandes séries de publications allemandes, américaines, italiennes et françaises des fouilles des grands et prestigieux sites grecs de la Méditerranée. Ce cursus a provoqué des effets pervers et n’est plus forcément adapté à ce qui est le but premier d’une publication, à savoir la circulation rapide de l’information scientifique. Il a aussi renvoyé à plus tard la publication « finale », devenue parfois une sorte de mythe, comme le « grand soir » en politique…

24Que faire aujourd’hui ou demain avec les nouveaux outils ? Sans aucun doute utiliser pleinement la souplesse et la flexibilité pour transmettre on-line des rapports, des chroniques, de l’information brute. Aller plus loin peut-être en ne privilégiant plus, comme notre génération l’a fait, la « grande » publication qui reste un exercice périlleux et qui présente l’inconvénient de tout renvoyer à plus tard, à un moment où l’on a besoin de données nouvelles pour se confronter, à un moment où les doctorants ont besoin de matériel de base pour faire leurs thèses. Même quand on donnait le feu vert pour laisser accessible le matériel issu de ses propres fouilles, on savait bien que peu en profiteraient.

25On peut donc penser que la publication électronique favorisera des publications partielles, faisant avancer l’archéologue pas à pas dans son travail de restitution. Il faudra veiller à ce que ces travaux sous forme d’articles ne soient pas répétitifs et remplis de généralités, mais innovent chaque fois en présentant des données nouvelles (ainsi, une première publication d’une nécropole par lots de tombes aurait du sens). L’important est aussi de bien séparer publication de données primaires avec commentaire et textes de valorisation (qu’il fallait multiplier sur tous les supports papier) qui seront maintenant simplement réédités on-line.

26Enfin, on voit bien que le papier pourra rendre encore des services, en adaptant la diffusion (tirage à la demande) pour des opérations de promotion (expositions, mais pas seulement) ou de synthèse, ou encore dans les cas où une publication archéologique peut devenir une référence dans un milieu donné, dans le cadre d’un large partenariat international ou avec des collectivités territoriales. Une ville, une région pourrait vouloir afficher une grande publication archéologique sur son propre passé. On pense aux fouilles du métro de Lyon ou de Naples, à la nécropole de Castres, aux découvertes de Marseille, aux navires de Pise, à la campagne Unesco à Carthage, à Angkor — pour ne prendre que quelques exemples. L’archéologie doit aussi se servir de certaines publications comme vitrine de ses réalisations. Le public peut vouloir autre chose que du digest ou du CD, notamment pour accéder à une illustration de qualité. Cela dit, je ne suis pas aujourd’hui convaincu que l’on puisse faire une politique commerciale digne de ce nom (et respectant les critères de la Cour des comptes) avec les publications scientifiques qui ne sont pas des synthèses. Beaucoup d’énergies et d’argent versé aux diffuseurs seraient mieux employés à payer des contrats pour des produits promotionnels élaborés à partir des publications scientifiques, en respectant les clauses d’un contrat signé préalablement avec les auteurs. On pourrait donc arriver à des banques de données et aussi à des publications archéologiques le plus souvent en ligne, mais avec des tirages papier calibrés à la demande (notamment pour assurer un impact sur les alentours du site et un large dépôt légal protecteur face aux aléas de l’informatique) et des produits promotionnels qui donneraient aux résultats de la recherche toute la diffusion nécessaire. Dans certains cas, une politique de bas prix de vente, sans aucun rapport avec le coût de fabrication, pourrait être envisagée.

27Aller au-delà ? Trouver un autre mode d’écrire ? Cela a été évoqué lors de la table ronde de Madrid. Il n’est pas aisé de changer la manière d’écrire — ce qui supposerait de revoir des catégories épistémologiques fondamentales qui n’ont pas montré leurs limites. Le descriptif précédant l’explicatif restera toujours une démarche incontournable. Nos collègues chimistes ont-ils modifié leur manière de publier avec l’électronique ? Il semble que, dans les sciences exactes, c’est l’article qui soit la référence et qui allie légèreté et efficacité pour annoncer des acquis scientifiques, accompagné par des bases de données.

28La réflexion devrait ici s’attacher à voir ce qui est spécifique à l’archéologie. Et sans aucun doute, le premier élément qui vient à l’esprit, c’est l’impact territorial et social. Cette discipline, en effet, a de grosses potentialités à développer dans son rapport au territoire. On revient à l’exposition et à son catalogue, à ce détail près que c’est par Internet désormais que l’on s’informe, que nous sommes citoyens du monde et que, à ce titre, nous devons pouvoir accéder à toute l’information qui a un impact sur une parcelle du monde.

29Il y a déjà quelque temps que les carrières universitaires ne se construisent plus sur des publications mais sur des soutenances, c’est-à-dire sur des présentations qui, trop souvent, ne laissent aucune trace durable et encore moins diffusable. On peut le regretter. La publication virtuelle peut corriger ce qui n’est rien d’autre qu’un dysfonctionnement de notre système, créé par l’inégalité entre ceux qui ont un éditeur et ceux qui n’en ont pas. La publication archéologique a besoin de revenir dans le système d’évaluation.

30Enfin, il serait bon d’introduire plus systématiquement dans les éditions des fouilles archéologiques des analyses et propositions sur la vision qu’a l’archéologue du devenir du site sur lequel il a travaillé en matière de conservation du patrimoine. Ces messages ont en effet vocation à rester accessibles non seulement pour expliquer, voire justifier, les mesures prises sur le moment (rebouchage ou maintien au jour par exemple, ou encore première restauration sur les structures), mais aussi pour aider les responsables de la tutelle à faire les choix nécessaires. Le diagnostic précis sur l’état des structures au moment de la fouille est un élément essentiel de mémoire à conserver pour favoriser toute politique de protection du patrimoine. Un message à long terme.

Pour des archives archéologiques

31D’innombrables fouilles exécutées dans les pays européens depuis l’après-guerre n’ont pas été publiées. Il y a donc eu un double dommage social : d’abord parce que le financement attribué l’a été en pure perte (sinon pour le divertissement de certains et, dans le meilleur des cas, pour la formation de jeunes archéologues), ensuite par la dégradation définitive d’une parcelle de patrimoine, détruite pour rien. On a essayé de montrer que des modifications de politique archéologique pourraient éviter la reproduction de certaines erreurs du passé.

32Mais un autre outil a cruellement manqué : des archives archéologiques, bien différentes de la plupart des actuels dépôts, sont à mettre en place, et non pas seulement au sens étroit d’archives documentaires (cahier de fouilles, photographies légendées…). Imaginons un instant que les archives papier sur lesquelles travaillent les historiens soient entassées dans des dépôts sans aucun personnel qualifié préposé à leur tutelle, sans protocoles d’inventaires, sans règlement précis sur l’accessibilité, les heures d’ouverture au public, la communication aux chercheurs. Ce serait dramatique pour les mémoires de nos pays. Ce serait un scandale. C’est pourtant ce qui se fait dans le domaine archéologique, la seule différence étant qu’il s’agit de documentation matérielle (terres cuites, métaux) et non de liasses de papier. Où est la différence structurelle ? Déjà des voix s’élèvent, ici ou là, pour demander le démantèlement de tels dépôts jugés inutiles (et de fait, personne ou presque ne les fréquente), ou au contraire pour faire croire à la présence de trésors cachés et en suggérer la vente au profit des États ou des collectivités. N’attendons pas qu’il soit trop tard pour demander la création de services d’archives du sol rattachés à nos archives nationales.

Haut de page

Notes

1  Ce texte a été écrit à la lumière dune longue expérience dadministration de la recherche et de pratique archéologique. Il ne saurait avoir le statut de rapport de synthèse dans la mesure où il présente une vision personnelle. Il a néanmoins largement bénéficié des riches échanges de Madrid.

2  Gras, Michel (1983), « La publication archéologique. Réflexions et propositions », Revue archéologique, Nouvelle série, 2, pp. 337-343.

3  Ricci, Andreina (2006), Attorno all nuda pietra. Archeologia e città tra identità e progetto, Rome.

4  Bats, Michel (1988), Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350-v. 50 av. J.-C.). Modèles culturels et catégories céramiques, Paris.

5  Carandini, Andrea (2000), Giornale di scavo. Pensieri sparsi di un archeologo, Rome (voir Ostia, I, 1967).

6  Duday, Henri (2005), Lezioni di archeotanatologia. Archeologia funeraria e antropologia di campo, Rome ; Scheid, John (éd.), Pour une archéologie du rite. Nouvelles perspectives de l’archéologie funéraire, Rome, 2008. B. dAgostino avait donné en 1968 une première démonstration de ce type de publication avec la présentation de deux contextes funéraires de Pontecagnano en Campanie (Monumenti antichi dell’Academia nazionale dei Lencei).

7  Vallet, Georges (1980), « Archéologie et publications : lexemple de lItalie dans le domaine étrusco-italique », Revue archéologique, Nouvelle série, 2, pp. 305-311.

8  « Non tutta la documentazioen grafica di uno scavo viene pubblicata » [Carandini, Andrea (1991), Storie dalla terra. Manuale di scavo archeologico, Rome, p. 143].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Gras, « Publier, encore et toujours », Mélanges de la Casa de Velázquez, 43-2 | 2013, 264-274.

Référence électronique

Michel Gras, « Publier, encore et toujours », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-2 | 2013, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/5333

Haut de page

Auteur

Michel Gras

UMR 7041 (ArScAn, Nanterre)

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org