Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Contextes

Des lecteurs aux supports de lectures : toujours des interrogations

Pierre Rouillard
p. 275-277

Texte intégral

1Les contributions aux débats de ce séminaire ont touché la plupart des questions que lecteurs, auteurs, institutions vouées à la recherche archéologique et à la publication, qu’il s’agisse des acteurs de terrain ou de ceux qui contribuent à leur financement, se posent face à la publication archéologique. Ce singulier est bien sûr réducteur car un des intérêts de cette rencontre a été de confronter les diverses modalités de publication, qui, aujourd’hui plus encore qu’hier, sont à notre disposition.

2Parmi les points abordés, et que l’on retrouve pour l’essentiel dans les contributions éditées ici même, je soulignerai quelques aspects concernant les lecteurs.

3Une première observation (au moins à la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie de Nanterre) concerne la stabilité du nombre de lecteurs en bibliothèque (une bibliothèque, il est vrai, où tous les accès numériques sont offerts — un phénomène largement partagé désormais). Une deuxième observation est la pratique du « zapping », tant sur papier que « en ligne » ; peu de livres sont lus in extenso. Cette réflexion doit être complétée et suivie dans le temps, comme celle déjà conduite sur le « lectorat papier » et le « lectorat numérique » quand une revue est publiée sous ces deux formes. Un phénomène de génération se cache alors derrière cette distinction entre les « inmigrantes digitales » et les « nativos digitales », pour reprendre l’heureuse expression utilisée par Ramón Rodríguez pendant nos débats.

4Le lecteur est souvent en même temps auteur ; dès lors, remonter la chaîne en abordant quelques points relatifs aux supports de lecture intéresse l’un et l’autre.

5Il convient de rappeler :

  • que le rythme de la préparation de la publication archéologique est différent de celui des autres publications (un des points abordés ici même par Michel Gras, pp. 268-270) ;

  • que nous, auteurs et lecteurs, sommes confrontés à des publications très diverses, de la publication dite « intermédiaire » — qui elle-même prend des formes variées et dont l’opportunité et la pertinence sont objet de débat — à la publication dite « définitive » ou « exhaustive » en un volume ou en une série de volumes, parfois éditée au fil de plusieurs décennies ;

  • que les modalités de publication dépendent pour une bonne part des modalités de financement des opérations elles-mêmes : beaucoup d’opérations sont réalisées « sur projet », qu’il s’agisse d’une opération de sauvetage ou d’un financement du type ANR, quand les fouilles programmées, longues, sont de moins en moins nombreuses — celles financées par le Ministères des affaires étrangères et européennes relevant de ces deux catégories.

6Les contraintes de la publication papier et celles de la publication numérique sont voisines, en terme de préparation de manuscrit ou de bibliographie. Mais il s’ajoute pour le numérique des obligations supplémentaires dont le coût vaut d’être évalué quand il est d’usage de présenter l’édition papier comme plus coûteuse que l’édition numérique.

7Parmi les exigences propres au numérique il faut rappeler le nécessaire usage de langage(s) commun(s) et une inter-opérabilité entre systèmes, la nécessaire pérennité des sites (quel sens aurait un site « triennal » lié à un projet ANR ?) et des supports de telle ou telle mémoire ou base de données. Dans ce domaine, ADONIS, Revue.org, Persée, Cairn offrent des services de première importance. La publication numérique ne prend vraiment tout son sens que si elle sort du système contraignant du papier en offrant la possibilité de fournir des réalisations nouvelles et des informations nouvelles : vidéos, hypertextes, etc.

8À l’heure d’esquisser ou de tenter de formuler des recommandations, livrons quelques pistes qui restent bien souvent croisées avec des interrogations.

9La mixité de la publication — papier et numérique — est la perspective la plus largement présentée. Mais doit-on privilégier la publication numérique pour les données brutes, les inventaires souvent copieux (ceux-là mêmes qui ont fait ou font la fortune de grandes collections monographiques) et réserver le papier pour les synthèses, naturellement brillantes… ? Ou ne faut-il pas inverser la donne, sous le prétexte que les inventaires et autres descriptions sont des données stables, couchées sur le papier, et recourir au numérique pour les hypothèses dont la formulation peut changer au fil du temps ?

10Plusieurs choix s’ouvrent, du livre tout simplement fourni en format pdf (avec deux questions connexes, l’une sur la barrière mobile ou en fonction de l’épuisement d’un ouvrage, l’autre sur la gratuité ou non) à l’information on-line. Le numérique peut alors intervenir soit comme complément soit avec des produits nouveaux.

11Les options sont multiples car, face aux données, plusieurs outils sont expérimentés et développés, des systèmes d’enregistrement des données (ainsi Syslat) aux archives de tous types de documents, papiers, photographiques, numériques. Les produits nouveaux doivent être envisagés dès le départ, de la plate-forme aux hyperliens, avec des destinations bien claires, de l’équipe de fouille au public savant et au grand public dans le cadre d’une valorisation du travail. Produits nouveaux certes, mais n’oublions pas nos bibliothèques dont une partie de l’enrichissement vient des échanges ; le système économique est complexe, ce qui n’est pas un argument suffisant pour ne pas l’approfondir. Sans doute le sujet de l’édition numérique est-il anxiogène, car son développement va à terme bousculer les ventes, les modalités de ventes, la place et le mode de fonctionnement des bibliothèques et des librairies, le système des droits d’auteurs.

12Au regard de la publication archéologique au moins, il y a bien nécessité impérative que la publication soit programmée dès le départ. Fouille, « post-fouille » (de l’analyse au dessin) et publication sont un seul et même ensemble. Pour cette dernière, tout doit être envisagé, tant pour l’archivage (en des lieux non fragmentés), que pour la (les) publication(s) intermédiaire(s), ou pour ce qui est restitué on-line, ou encore pour l’édition dite « définitive », mixte ou non. Le temps est alors une donnée immédiatement présente, et élaborer un calendrier équilibré, fouille / « post-fouille » / publication est un autre impératif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Rouillard, « Des lecteurs aux supports de lectures : toujours des interrogations », Mélanges de la Casa de Velázquez, 43-2 | 2013, 275-277.

Référence électronique

Pierre Rouillard, « Des lecteurs aux supports de lectures : toujours des interrogations », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-2 | 2013, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/5334

Haut de page

Auteur

Pierre Rouillard

UMR 7041 (ArScAn, Nanterre)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org