Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Contextes

Recherche archéologique et éditeurs : quelle stratégie ?

Sergio Ribichini
p. 293-301

Texte intégral

Publier en archéologie

  • 1  Je remercie très vivement Michel Gras et dautres collègues avec qui jai discuté profitablement d (...)

1On sera bien d’accord avec Michel Gras pour dire que « publier » un rapport ou une monographie sur l’archéologie d’un site comporte l’action de « rendre publiques », ou de « rendre au public » les informations récupérées dans la fouille. Autrement dit, publier signifie en quelque sorte restituer à la communauté les résultats d’une recherche que cette même communauté a appuyée et financée sur fonds publics, sous la forme de salaires du personnel engagé, de dépenses de terrain, d’achat des outils de travail, d’élaboration des dossiers, de sauvegarde et de mise en valeur des monuments et des objets mis au jour, d’étude, de classement, etc1. Mais l’édition et la distribution ajoutent toujours un coût supplémentaire qui souvent est considérable.

Les maisons d’édition et les institutions publiques

2Pour ce qui concerne la publication traditionnelle sur papier des ouvrages archéologiques, monographies ou périodiques, la situation contemporaine italienne présente des modalités dominantes qui peut-être sont partagées seulement en partie par les autres pays de l’Europe. En effet, trois situations différentes se produisent en Italie, principalement en raison des difficultés économiques que connaissent désormais les protagonistes de la recherche en archéologie (c’est-à-dire les universités, les centres de recherches de l’État, les surintendances et même les grandes fondations, ensemble désigné désormais comme « les institutions ») : la première consiste à réaliser une publication assumée directement par les institutions, la deuxième à recourir à une maison d’édition privée (dorénavant : « les éditeurs ») et la troisième à rechercher une modalité mixte (institution + éditeur).

  • 2  Il arrive aussi que linstitution ait recours aux services dun distributeur privé qui lui cède un (...)

3Le premier cas — les institutions se chargent complètement des frais de l’impression aussi bien que de la diffusion de la publication — est de moins en moins fréquent2. Les revenus de la vente vont évidemment aux institutions elles-mêmes et sont normalement utilisés pour publier d’autres ouvrages. En outre, les institutions disposent d’exemplaires, soit pour garder actif l’échange de publications avec d’autres institutions, soit pour assurer une diffusion gratuite auprès des spécialistes de la question traitée.

4Publier chez un éditeur privé ne se présente pas sous le même jour selon que l’édition est subventionnée (ce que j’ai désigné comme « édition mixte ») ou non. On peut définir comme « édition subventionnée » le cas où un éditeur qui se charge de la publication et de la distribution reçoit un soutien économique préalable d’une institution commanditaire. Les revenus de la vente vont à l’éditeur, qui établit le prix du volume ou de la revue — généralement en accord avec l’institution commanditaire — et qui cherche à tirer profit de la commercialisation. L’institution obtient gratuitement un certain nombre d’exemplaires, qu’elle peut utiliser pour les hommages et les échanges entre bibliothèques.

5Par conséquent, dans les deux cas, le patrimoine bibliographique des institutions s’enrichit de volumes et de périodiques grâce à des acquisitions gratuites (échanges) ; la recherche publique trouve son intérêt à ce dispositif qui garantit le libre accès des jeunes chercheurs aux instruments indispensables pour leur formation. Surtout, les ouvrages sont « rendus publics », voire mis gracieusement à la disposition des lecteurs intéressés, dans les bibliothèques traditionnelles, y compris celles des universités les moins importantes ou des centres qui n’ont pas une grande tradition dans l’un ou l’autre secteur des études archéologiques.

6En revanche, on se trouve face au cas d’une « édition non subventionnée » quand, parfois à la suite d’une politique scientifique malhabile ou d’un concours de circonstances inattendues, une institution ne dispose pas (ou ne dispose plus) d’argent suffisant pour publier et diffuser les résultats de son activité scientifique. C’est alors l’éditeur qui supporte tous les frais ; il le fait à ses risques et périls qui sont, évidemment et ordinairement, bien mesurés par lui-même. En outre, si l’éditeur s’est adapté à l’ère numérique émergente, il utilisera les nouveaux outils disponibles pour accélérer le processus de diffusion des publications, leur indexation et leur stockage sur le réseau Internet. Au bout du compte, l’éditeur est susceptible de faire un bénéfice ; l’institution quant à elle arrive sans problème à « transmettre » les résultats de son activité scientifique à un grand nombre de lecteurs.

7Mais les contrecoups de ce système sont importants et même substantiels. En effet, grâce à ses capacités commerciales, l’éditeur garantit une large diffusion internationale à ces publications, aussi bien qu’une présence en ligne — désormais croissante et considérable — des publications monographiques ou en série. Il joue incontestablement un rôle de premier plan au moment de « rendre au public » la recherche publique. Bien que son activité s’exerce dans un créneau de vente extrêmement restreint — comme celui de l’archéologie, par exemple —, cet éditeur est obligé de suivre les règles de l’économie de marché. C’est donc lui qui fixe le prix de vente selon ses exigences et qui choisit les circuits de diffusion selon ses intérêts commerciaux. On constate ainsi, dans les dernières décennies, que les prix des publications archéologiques en général et surtout ceux des éditions non subventionnées ont subi une hausse très considérable, étonnante, exorbitante.

8D’autre part, ce système induit pour l’institution commanditaire l’interruption des échanges gratuits avec les bibliothèques d’autres institutions qui, aux yeux de l’éditeur, sont des/les possibles acheteurs, voire la clientèle privilégiée de ses produits ; une quantité réduite d’exemplaires est disponible pour les hommages entre chercheurs. Les coordinateurs scientifiques de l’édition ne peuvent qu’éprouver un certain malaise face aux responsables de collections et de revues qui adoptent d’autres modalités de publication, face aux directeurs des bibliothèques qui dénoncent l’interruption d’un échange, et face aux protestations de collègues et d’étudiants. L’institution n’a plus aucun contrôle sur le nombre et la provenance des lecteurs, ni sur le prix de vente des publications, ni sur les détails des abonnements aux périodiques.

9Cette situation appelle une réflexion attentive, parce qu’elle devient de plus en plus répandue en Italie (comme dans d’autres pays) aux dépens du premier cas, celui de l’édition subventionnée, qui reste encore bien implantée mais qui est à la merci des coupes budgétaires exigées par les gouvernements, même en matière de recherche scientifique. Il est évident, en effet, que pour des publications entièrement confiées aux éditeurs privés, la valorisation commerciale ne coïncide pas (ou pas nécessairement) avec la politique scientifique.

10L’éditeur agit avant tout, comme cela est logique, dans son propre intérêt ; il veut vendre ses publications, il veut négocier un catalogue riche en travaux d’archéologie, peu importe à qui, où et comment. C’est pour cette raison, par exemple, que les maisons d’édition se sont engagées dans un processus de multiplication du nombre des revues, afin de diversifier leur offre et de créer un « bouquet », séduisant par son prix réduit par rapport au coût d’un seul abonnement. D’autre part, grâce au réseau Internet, les possibilités d’achat se multiplient de façon exponentielle : un seul pdf représente un article, un fascicule ou une année entière d’une revue. Tout est accessible par tous. Mais surtout, comme je viens de le rappeler, l’éditeur propose aux grandes bibliothèques un abonnement groupé pour la copie papier ou pour les accès Internet aux revues numériques. De sorte que, très bientôt, les chercheurs ne pourront plus se permettre un tel achat à titre individuel et feront plus volontiers appel aux moyens de leurs institutions.

11Or, dans notre cas, ces centres de recherche ont le plus souvent des bibliothèques de secteur et non de grandes bibliothèques ; si bien qu’elles ne sont pas vraiment intéressées par un abonnement à une série de nombreuses collections et revues qui n’intéressent pas tous leurs lecteurs spécialistes de tel ou tel domaine de l’Antiquité. Je pense surtout à certains centres d’étude ou à certains départements universitaires dans lesquels seuls un ou deux enseignants-chercheurs promeuvent un secteur archéologique « de niche », avec des résultats pourtant remarquables. Ces collègues n’arrivent plus à consulter ce type de publications parce que les responsables de leurs institutions refusent de telles acquisitions jugées trop marginales et onéreuses. Dans ces conditions, ils ne pourront pas se tenir au courant des nouvelles recherches dans leur domaine d’étude ; ils ne pourront pas non plus assurer une relève adéquate parce que leurs élèves n’auront plus sur place les instruments de travail pour leurs travaux. L’achat d’un seul article en pdf téléchargé d’une revueen ligne risque de coûter très cher, du moment que l’éditeur fixe le montant en répartissant le prix total du fascicule selon les pages et le plus souvent selon le nombre des contributions.

12Les choses en sont donc là : les objectifs de l’éditeur (récupérer l’investissement initial et tirer bénéfice du travail d’édition) sont en passe de l’emporter sur ceux de l’institution qui a réalisé la recherche et préparé la publication. Tout cela est compréhensible dans un secteur éditorial très restreint comme le nôtre — dans lequel, il faut le reconnaître, il est bien difficile de gagner de l’argent, à cause des coûts d’impression, de distribution, de gestion, etc. Mais une telle stratégie éditoriale s’accorde mal avec la politique scientifique d’une institution qui veut faire parvenir ses publications dans les bibliothèques spécialisées — ce qui correspondrait exactement au projet de « rendre publics » les résultats des recherches parmi les spécialistes (contemporains ou futurs). La recherche en archéologie risque donc de manquer la cible finale, peut-être la plus importante, puisque la publication et la diffusion des résultats font partie intégrante du processus des activités de recherche.

Lecteurs et lieux de publication

13Qui sont les lecteurs des publications archéologiques ? Théoriquement tous ceux qui sont intéressés par l’histoire et les civilisations du monde antique. De ce point de vue, la diffusion en ligne (vendue ou gratuite, téléchargeable ou accessible avec un mot de passe ou selon les protocoles de communication d’Internet) permet d’atteindre n’importe qui, chercheur ou étudiant, spécialiste ou amateur, qui veut lire un texte de haut niveau professionnel. Mais au fond, toutes les éditions archéologiques visent prioritairement à gagner les bureaux des spécialistes, que ce soit dans les bibliothèques des grandes institutions de sciences de l’Antiquité ou bien sur les étagères et/ou les dossiers numériques des ordinateurs des collègues. Dans le cas d’éditions publiques, ou privées mais soutenues par un financement public, une bonne partie de la diffusion est assurée par les échanges de copies papier, qui se font sur la base de rapports interpersonnels ou interinstitutionnels. Les publications sont aussi, néanmoins, l’objet de transactions marchandes, en série ou non, en ligne et/ou sur papier. Dans le même temps, on constate qu’un nombre toujours plus élevé de bibliothèques publiques renonce aux publications éditées par certaines maisons d’éditions, parce qu’elles sont trop onéreuses, presque inabordables. Plus le livre est coûteux, plus il devient difficile de le trouver dans les bibliothèques spécialisées. Les exemplaires disponibles sont recherchés, feuilletés, photocopiés, numérisés par un nombre croissant de lecteurs ; et ils sont rapidement dégradés. L’institution qui a consenti à l’investissement devient ainsi perdante. Et il en va de même pour les revues.

  • 3  Les documents concernant le système italien dévaluation de la recherche sont disponibles sur le s (...)

14Par ailleurs, la réputation d’une collection ou d’une revue qui accueille la publication est de plus en plus importante, du moment qu’un peu partout dans le monde on s’applique à évaluer l’efficacité de la recherche financée par l’État sur la base de la notoriété d’un périodique (« facteur d’impact ») et d’autres indicateurs — même en archéologie. Aussi bien pour évaluer la recherche de base que pour l’accès aux postes de professeurs d’université, on a récemment adopté en Italie des critères qui donnent la prééminence à la position éditoriale des produits scientifiques, des monographies ou des périodiques de niveau national ou international3. On a, en particulier, conçu un classement des périodiques dans lesquels les chercheurs italiens publient, organisé en trois catégories dont la plus élevée est attribuée aux revues avec ISSN, qui sont reconnues comme excellentes au niveau international pour la rigueur des procédures d’évaluation par les pairs (peer review) et pour leur diffusion, et qui jouissent de l’estime et d’un bon impact dans la communauté des autres chercheurs du domaine — ce qui est rendu manifeste par la présence de ces publications dans les grandes bases de données nationales et internationales. L’Agence nationale chargée d’examiner les institutions de recherche prépare des instructions sur l’évaluation des sciences sociales et humaines par le biais des instruments d’évaluation bibliométrique, courants pour les sciences exactes mais qui ne sont pas encore appliqués aux sciences de l’Antiquité.

15Les différentes maisons d’édition se sont précipitées pour obtenir l’inscription au tableau des éditeurs scientifiques, afin d’obtenir une bonne évaluation de leurs publications, monographiques et surtout périodiques. Le système de classement des séries éditoriales est revu régulièrement ; l’un des critères d’évaluation étant une bonne présence dans les bibliothèques intéressées par le domaine, la fin des achats ou des abonnements, à cause de leur coût, sera finalement préjudiciable aux éditeurs ; la revue sera déclassée et les chercheurs la choisiront de moins en moins pour leurs publications.

16La question peut apparaître peu importante pour un jeune archéologue qui a besoin, pour ainsi dire, de publier beaucoup et rapidement, ou pour un chercheur plus âgé qui considère une revue donnée comme la revue par excellence dans un certain domaine, et qui veut donc que son essai soit publié sur un support éditorial bien connu et apprécié. Mais elle devient grave pour ceux qui ont besoin d’obtenir une évaluation pour garantir la reconduction des financements dans leur université ou leur centre d’études — lesquels, peut-être, n’achètent même plus la revue (ou la collection) en question parce que l’abonnement est devenu trop cher, et qui probablement seront réticents au moment d’accorder de nouveaux financements et de prolonger ces recherches, en jugeant « non excellent » ce type de publications onéreuses.

17Une autre question concerne l’examen par les pairs ou par un comité de lecture : pour avoir une bonne évaluation, les éditeurs ou les institutions s’appuient sur l’expertise anonyme de collègues qui fournissent une appréciation préliminaire des résultats d’une recherche et de sa présentation. Or, d’habitude, les expertises sont bénévoles ; leurs auteurs ou leurs institutions n’en devront pas moins payer (et même beaucoup) pour consulter les textes scientifiques aux succès desquels ils ont bel et bien contribué.

18Il faut souligner enfin d’autres problèmes qui touchent directement le domaine de la publication archéologique : le fait, par exemple, qu’échappent complètement à ce système d’évaluation les conditions dans lesquelles les produits de la recherche ont été élaborés — dotations en salaires ou en fonctionnement, équipement. Dans le cadre de politiques scientifiques sérieuses, il faudrait non seulement évaluer les résultats de la recherche mais aussi les placer dans le contexte global de sous-financement et de paupérisation de la recherche sur fonds publics, du moins en Italie — ce qui aurait des répercussions diverses, selon les universités et les centres d’études. Le recours à l’édition non subventionnée, rendu nécessaire par la carence de financement public, apporte souvent une augmentation incontrôlable des prix et menace certains des principes qui sous-tendent le système destiné à « rendre publics » les résultats acquis dans la recherche archéologique.

De l’impasse aux perspectives

19La stratégie européenne actuelle encourage les chercheurs à publier selon les principes du libre accès ; l’Union des pays de l’Europe souhaite clairement que les résultats de la recherche — surtout les publications et les collections de données — soient diffusés rapidement et à grande échelle grâce à des moyens numériques. Je viens de faire référence à l’exorde de la Communication de la Commission au parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des Régions en date du 17 juillet 20124. La base de cette position est fournie par la Déclaration de Berlin sur le libre accès à la connaissance en sciences exactes, sciences de la vie, sciences humaines et sociales (2003)5, qui a été adoptée ensuite par les responsables des principales institutions de recherche.

20Plus récemment, le 21 mars 2013, les représentants de la Conferenza dei Rettori delle Università Italiane, du Consiglio Nazionale delle Ricerche et des autres institutions publiques italiennes participant au National Workshop MedOANet6 du 29 janvier 2013 ont signé une Déclaration de principe7 pour s’engager à mener des activités coordonnées pour la réussite du libre accès (open access). Ils encouragent l’utilisation de produits d’édition en accès gratuit aussi bien que la création d’archives ouvertes et d’autres infrastructures technologiques permettant l’accès, la préservation et la diffusion aussi bien de publications que de données. Ils veulent ainsi contribuer à la mise en œuvre effective des principes de l’accès ouvert, par l’adoption de politiques et de règles institutionnelles qui exigent que les chercheurs déposent dans des archives institutionnelles et, là où elles n’existent pas, dans d’autres archives disciplinaires, toutes les publications et les données issues de leurs recherches8.

  • 9  La communication au Parlement européen déjà citée (voir p. 299) « autorise une période dembargo m (...)

21La recommandation de la Commission européenne citée ci-dessus reconnaît que la hausse du prix des revues pousse la communauté scientifique à s’orienter vers un modèle qui offre aux lecteurs gratuitement l’utilisation et la réutilisation sur Internet. Elle décrit les deux modèles de base pour l’accès ouvert, à savoir la « voie dorée » (golden road) ou publication en libre accès, et la « voie verte » (green road) ou auto-archivage de l’article publié, ou du manuscrit définitif évalué par les pairs, soit avant, soit après sa publication ou parallèlement à celle-ci. Et de nombreux éditeurs ont réagi à cette exigence en autorisant l’auto-archivage des textes en question, quoique le plus souvent ils demandent une période d’embargo9 et proposent plutôt des formules hybrides, pour protéger leur exploitation commerciale.

22Ce protocole concerne essentiellement la publication d’articles dans des revues, mais il n’y a pas de doute qu’il entraînera rapidement tout le système de diffusion de la connaissance en matière d’archéologie (textes de synthèse, catalogues, fiches, etc.), aussi bien que la conservation à long terme des informations, des logiciels et du savoir-faire — ce qui pour l’archéologie constitue un aspect important. Il pose d’autres interrogations, comme l’écrit Pierre Rouillard dans sa contribution à ce dossier (voir p. 276) : la « Déclaration de Berlin » touche aussi les données sous-jacentes et les métadonnées, les bases de données, les documents graphiques, le multimédia.

23Cette évolution vers le libre accès entraîne évidemment des mutations dans la diffusion de la connaissance, même sur les plans juridique10 et financier ; elle s’inscrit dans un contexte international qui encourage le partage des résultats et des outils de recherche. La transition semble être en bonne voie et des mécanismes existent déjà qui permettent de faire baisser les coûts généraux et de favoriser la « voie dorée » du libre accès. Certaines universités, par exemple, ou certains organismes de recherche publique, font des expériences dans ce sens, et même plus que des expériences, avec des revues et des monographies. Je me limite à citer les exemples d’Aristonothos. Scritti per il Mediterraneo antico (université de Milan)11 ; d’Archeologia e Calcolatori (Consiglio Nazionale delle Ricerche, Rome)12 ; de FOLD&R (créé par l’Association internationale d’archéologie classique et soutenu par le Packard Humanities Institute)13 ; de MAPPA. Metodologie applicate alla predittività del potenziale archeologico (université de Pise)14. Ce dernier projet, en particulier, semble offrir une solution adéquate aux problèmes ici soulevés. MAPPA, en effet, se propose de créer la première archive ouverte, numérique et archéologique italienne, qui mette à disposition, de façon désintéressée et selon un réseau de procédures standardisées, toutes les données publiques de fouilles archéologiques, avec l’idée que faciliter l’accès et le partage du patrimoine commun est la meilleure façon de développer une société de la connaissance qui soit vraiment libre et démocratique. Il se propose également d’utiliser les capacités offertes par le réseau Internet comme outil de recherche en soi et comme moyen de communiquer au fil de l’eau les résultats du travail archéologique. Finalement, il vise à former de nouveaux professionnels, avec un profil interdisciplinaire, qui puissent dialoguer transversalement et efficacement avec la communauté scientifique et la société civile.

Haut de page

Notes

1  Je remercie très vivement Michel Gras et dautres collègues avec qui jai discuté profitablement de ces questions : Giovanna Bagnasco Gianni, Gilda Bartoloni, Alessandra Caravale, Leonor Cocharro, Giovanna De Sensi Sestito, Filippo Delpino, Paola Moscati, Alessandra Piergrossi, Paola Santoro, Marie-Claude Trémouille.

2  Il arrive aussi que linstitution ait recours aux services dun distributeur privé qui lui cède un pourcentage sur les bénéfices.

3  Les documents concernant le système italien dévaluation de la recherche sont disponibles sur le site de lAgenzia Nazionale di Valutazione del Sistema Universitario e della Ricerca (ANVUR),  <http://www.anvur.org/index.php?lang=it>. LItalie ne participe pas au partenariat de HERA — Humanities in the European Research Area ; voir <http://www.heranet.info/welcome-hera-humanities-the-european-research-area>. Toutes les consultations en ligne citées dans ces notes sont du 24 mai 2013.

4  Voir <http://ec.europa.eu/research/science-society/document_library/pdf_06/era-communication-towards-better-access-to-scientific-information_fr.pdf>. Cette communication accompagne la « Recommandation » relative à laccès aux informations scientifiques et à leur conservation, publiée le même jour dans le Journal officiel de l’Union européenne (voir <http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2012:194:0039:0043:FR:PDF>).

5  Consultable sur <http://oa.mpg.de/files/2010/04/BerlinDeclaration_wsis_fr.pdf>. Voir aussi la conclusion du Conseil de lUnion européenne de 2007 sur linformation scientifique à lère numérique sur <http://www.consilium.europa.eu/ueDocs/cms_Data/docs/pressData/fr/intm/97240.pdf>.

6  Ce projet, « MeDOANet, Mediterranean Open Access Network » (<http://www.medoanet.eu>), vise à répondre aux nécessités de coordination stratégique et politique dans le domaine du libre accès à linformation scientifique en Europe. Il veut apporter un soutien aux stratégies, politiques et structures existantes et contribuer à en instaurer de nouvelles, dans six pays méditerranéens : la Grèce, la Turquie, lItalie, la France, lEspagne et le Portugal.

7  Consultable sur <http://www.cnr.it/sitocnr/Iservizi/Biblioteche/PositionAccessoAperto.html>.

8  Voir la liste des organismes de recherche et des universités italiennes qui se sont déjà inscrits dans le « Registry of Open Access Repositories Mandatory Archiving Policies » sur le site <http://roarmap.eprints.org/>.

9  La communication au Parlement européen déjà citée (voir p. 299) « autorise une période dembargo maximale de six mois, sauf dans le domaine des sciences sociales et humaines où la période maximale sera de douze mois, parce que les publications ont une “demi-vie” plus longue ».

10  Voir par exemple <www.creativecommons.it/ScienceCommons>.

11  Voir <http://riviste.unimi.it/index.php/aristonothos/index/>.

12  Voir <http://soi.cnr.it/archcalc/>. Voir le panorama de larchéologie en ligne dans Caravale, Alessandra, Piergrossi, Alessandra (2012), «Archeologia in rete. Le riviste open access: risorse e prospettive», Archeologia e Calcolatori, 23, pp. 187-207 (consultable sur <http://soi.cnr.it/archcalc/indice/PDF23/11_Caravale_Piergrossi.pdf>).

13  Voir <http://www.fastionline.org/index.php>. Il sagit plus proprement dune revue internationale en ligne contenant des rapports préliminaires et finaux sur les fouilles archéologiques à partir de 2000. Les séries nationales de ces FOLD&R (Fasti On Line Documents and Research) ont leurs propres éditeurs et équipe éditoriale ainsi que différentes séries de fascicules.

14  Voir <http://mappaproject.arch.unipi.it/>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sergio Ribichini, « Recherche archéologique et éditeurs : quelle stratégie ? », Mélanges de la Casa de Velázquez, 43-2 | 2013, 293-301.

Référence électronique

Sergio Ribichini, « Recherche archéologique et éditeurs : quelle stratégie ? », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-2 | 2013, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/5337

Haut de page

Auteur

Sergio Ribichini

Istituto di Studi sul Mediterraneo Antico (Rome)

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org