Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Juan Manuel Abascal, Géza Alföldy et Rosario Cebrián, Segobriga V. Inscripciones romanas 1986-2010

Bertrand Goffaux
Référence(s) :

Juan Manuel Abascal, Géza Alföldy et Rosario Cebrián, Segobriga V. Inscripciones romanas 1986-2010, Madrid, Real Academia de la Historia, coll. « Bibliotheca Archaeologica Hispana » (38), 2011, 414 p.

Texte intégral

1Le présent ouvrage recense les très nombreuses inscriptions d’époque romaine retrouvées sur le site de Segobriga depuis la reprise des fouilles en 1986 et prend très logiquement la suite du premier corpus dû à M. Almagro Basch (Segobriga II. Inscripciones ibéricas, latinas paganas y latinas cristianas, Madrid, 1984). L’on sait l’importance revêtue par ces campagnes archéologiques pour notre connaissance de l’urbanisation de l’Hispanie centrale, puisqu’elles ont permis de documenter sur le site la panoplie complète des édifices de spectacle (théâtre, amphithéâtre, cirque), mais aussi des thermes monumentaux et surtout un forum flanqué d’une basilique, qui a livré de très nombreux fragments épigraphiques. Dès 1987, G. Alföldy avait attiré l’attention sur le haut degré de romanisation de la Meseta centrale, loin de l’image d’un désert urbain qui avait souvent prévalu, et ces fouilles n’ont fait que confirmer et renforcer sa démonstration. Celle-ci s’appuyait sur un volet épigraphique qui s’est spectaculairement enrichi à Segobriga, puisque l’on connaît désormais plus de 700 inscriptions en provenance de cette cité.

2Le présent volume en dénombre 436 : il s’agit très majoritairement d’inscriptions lapidaires, même si le corpus reprend quelques objets inscrits (plaque de plomb, stylet). Le travail est exhaustif et comprend de très nombreux fragments ne présentant que la trace de quelques lettres, parfois inidentifiables. On y retrouve également recensés plusieurs autels anépigraphes, dont on suppose qu’ils portaient une inscription peinte, disparue. Il faut y ajouter 146 fragments, numérotés en chiffres romains, reprenant des supports ne présentant pas de lettre dans leur forme conservée (piédestaux, stèles funéraires…). S’agissant d’inscriptions découvertes lors de fouilles récentes, le lemme est très complet et donne de nombreuses indications sur le contexte de découverte, indiquant même les unités stratigraphiques dans lesquelles les fragments ont été découverts, ce qui permettra une fructueuse confrontation lorsque la publication des fouilles sera achevée. Cette connaissance du contexte permet à l’exposé de suivre une logique topographique, en classant les inscriptions selon leur lieu de découverte : c’est là un choix délibéré et pertinent, puisqu’il évitera un double emploi avec le volume en préparation du CIL II2, qui reprendra également les inscriptions de Segobriga, mais en suivant sa propre logique d’exposition. On regrette simplement que des plans ne permettent pas toujours de localiser ces découvertes, comme cela avait été le cas dans des articles publiés précédemment.

3Les inscriptions sont donc réparties en dix chapitres : les secteurs de la ville les plus riches sont indéniablement ceux du forum et de sa basilique (122 inscriptions et 78 fragments sans lettres) et ceux de la nécropole qui fut recouverte par le cirque (143 inscriptions et 47 fragments sans lettres), mais on a également retrouvé des inscriptions dans d’autres quartiers : les secteurs domestiques situés à l’est de la basilique et à l’ouest du forum ; le complexe monumental assurant le lien entre le théâtre et le forum ; le théâtre ; les thermes monumentaux et l’édifice dénommé « aula » ; enfin, la nécropole tardive et la basilique wisigothique. S’y ajoutent de nombreuses découvertes effectuées en dehors des fouilles. Le commentaire est en général assez succinct, ce qui s’explique par le nombre important d’inscriptions conservées, leur caractère souvent très fragmentaire, et la volonté d’intégrer l’ensemble des découvertes en un seul volume. Le travail d’édition est très soigné, comme on pouvait s’y attendre de la part d’éminents épigraphistes, et l’on trouve très peu de coquilles, comme à la p. 30 où l’on lit « punto imperial » pour « culto imperial ». On retrouve également la marque de leur personnalité d’épigraphiste, avec des propositions qui sont parfois présentées comme certaines, alors que d’autres options sont envisageables : ainsi, dans l’inscription n° 14 (commentée aux pp. 357-360), l’édition propose que la province mentionnée soit la Bétique, en raison de l’espace disponible. Mais la reconstruction graphique montre qu’une telle précision n’est peut-être pas permise, et que l’on ne peut exclure définitivement la mention d’une autre province. Dès lors, ne faut-il pas laisser une place au doute, et défendre la proposition dans l’apparat critique, sans pour autant l’inclure dans le texte édité ? En ces temps où les inscriptions sont reprises dans des bases épigraphiques fréquemment consultées sur internet, mais dépourvues d’apparat critique, la question de la responsabilité des épigraphistes face à leurs choix éditoriaux se pose avec acuité. Il n’y a pas de réponse tranchée, et le débat porte plus généralement sur les conditions de la mise en ligne des inscriptions, ce qui dépasse de loin le cadre strict de cette recension.

4Un grand nombre de ces inscriptions étaient déjà connues, car les auteurs avaient pris le parti de les publier dans plusieurs articles, parus notamment dans l’Archivo Español de Arqueologia et le Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik. On ne peut que louer la célérité avec laquelle ils avaient donné à connaître ces découvertes ; néanmoins, ces publications n’étaient pas exhaustives, et le présent corpus présente de très nombreux inédits, notamment parmi les inscriptions retrouvées le plus récemment, dans le secteur de la nécropole du cirque. C’est donc une publication très bienvenue, accompagnée d’un index épigraphique complet, ainsi que d’un index renvoyant au contexte de découverte des inscriptions, et l’on peut être reconnaissant aux auteurs de nous avoir offert ce précieux instrument de travail, qui devrait permettre de tirer profit de ce riche matériau épigraphique pour mener à l’avenir de fructueuses recherches onomastiques, et pour mieux définir la composition de la société locale.

5Cerise sur le gâteau, le corpus est accompagné d’un appendice dû à G. Alföldy, qui est en fait un gros article centré sur sa proposition de restitution de l’inscription monumentale de la scaenae frons du théâtre, accompagné d’un index à part. Les fragments de cette inscription avaient été édités par M. Almagro Basch en 1984, puis commentés par G. Alföldy en 1987 ; mais l’on ne pouvait se faire une idée précise de leur agencement, et plusieurs nouveaux fragments avaient été découverts. Le regretté savant d’Heidelberg s’est donc lancé dans une de ces « missions impossibles » qu’il affectionnait tant, comme il l’avait fait pour les inscriptions de l’amphithéâtre de Tarragone, de l’aqueduc de Ségovie ou de l’arc de Medinaceli. Le travail est magistral, et l’on peut désormais se faire une meilleure idée de l’aspect de cette inscription colossale, même si les propositions ici faites doivent rester des hypothèses de travail. À partir de ce travail, G. Alföldy propose un état de la question sur les sénateurs originaires de Segobriga, dont nous connaîtrions pas moins de treize représentants, ce qui contrasterait avec les positions beaucoup plus « minimalistes » défendues auparavant, par P. Le Roux ou A. Caballos Rufino. Le travail de G. Alföldy profite indéniablement du renouvellement de notre connaissance de la cité, mais sa position « maximaliste » est à vrai dire critiquable, car ses critères d’inclusion sont très larges : des fragments de cursus sénatorial trouvés sur le forum de Segobriga n’impliquent pas nécessairement une origine locale ; un fragment mentionnant une légion ne renvoie pas nécessairement à un tribun militaire ou à un légat de rang sénatorial, mais peut-être à un tribun de rang équestre ; les Caecili Oinogeni honorés à Rome par le conventus Carthaginiensis ne sont pas nécessairement originaires de Segobriga. Il est certain que la cité occupa une place prééminente en Hispanie citérieure ; les richesses de son territoire ont permis l’émergence de fortunes offrant aux élites locales des possibilités d’ascension sociale au sein de l’Empire. Mais les positions assez extrêmes défendues dans cet appendice font qu’on se demande à sa lecture s’il n’a pas été écrit dans un esprit de provocation, pour susciter des réactions. Malheureusement, le décès de G. Alföldy nous prive cruellement d’un interlocuteur clé dans ce débat.

6Au final, on aura compris que le présent corpus est une publication majeure dans le domaine de l’épigraphie hispanique : non seulement donne-t-il une vision d’ensemble des inscriptions récemment découvertes sur le site, accompagnée des index permettant de multiplier les points d’entrée dans le recueil, mais il y joint un article de synthèse ouvrant la voie à de nouvelles interprétations de la documentation. C’est avec impatience que les archéologues attendent désormais la publication scientifique et exhaustive des fouilles menées sur le site, pour offrir à ces inscriptions l’écrin qu’elles méritent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Goffaux, « Juan Manuel Abascal, Géza Alföldy et Rosario Cebrián, Segobriga V. Inscripciones romanas 1986-2010 », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-2 | 2013, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/5366

Haut de page

Auteur

Bertrand Goffaux

université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org