Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Jamie Wood, The Politics of Identity in Visigothic Spain. Religion and Power in the Histories of Isidore of Seville

Thomas Deswarte
Référence(s) :

Jamie Wood, The Politics of Identity in Visigothic Spain. Religion and Power in the Histories of Isidore of Seville, Leiden-Boston, Brill, coll. « Early Middle Ages » (21), 2012, 275 p.

Texte intégral

1Ce livre est la croisée de trois domaines fort à la mode dans les études tardo-antiques et alto-médiévales : l’identité, l’« écriture de l’histoire » et l’analyse des sources per se, de leur contenant et de leur contenu, de leur textualité et de leur matérialité. En effet, Jamie Wood y étudie les œuvres historiographiques d’Isidore, évêque de Séville (ca 600-636), et leur rôle dans la construction d’une identité wisigothique et catholique. L’objectif premier de ce livre est de montrer qu’Isidore écrit l’histoire en fonction d’impératifs contemporains. Il commence par un chapitre introductif (chap. i), qui présente notamment les sources étudiées : la Greater Chronicle, la Lesser Chronicle (en fait le chap. xxxix du cinquième livre des Étymologies), l’Histoire des Goths et le traité sur Les hommes illustres. Après une mise en contexte (Iberian Identities: Isidore in Context, chap. ii), il s’organise en trois parties : l’écriture de l’histoire chez Isidore et sa réception (Reception and Reuse: History, Historians and Historiography in the Writings of Isidore of Seville, chap. iii), sa dimension politique (A Spanish Homeland: History, Kingship and Conquest in the Histories of Isidore of Seville, chap. iv) et sa dimension religieuse (The Hispano-Visigothic Church Triumphant: Religion and Conversion in Isidore’s Histories, chap. v). L’ouvrage s’achève par un chapitre conclusif (chap. vi), une bibliographie et un index nominum.

2Les grands thèmes de la pensée isidorienne sont très présents dans les ouvrages historiographiques du Sévillan. Ce dernier joue en effet un rôle important dans la transformation de l’historiographie en un genre « post-Roman » (et non plus « sub-Roman », p. 8), qui assume le nouveau cadre politique des royaumes romano-germaniques. Afin de légitimer la domination des Wisigoths sur la péninsule Ibérique, Isidore les présente comme les successeurs politiques des Romains, qu’ils surpassent d’un point de vue militaire et religieux, depuis qu’ils ont rejeté un arianisme reçu des empereurs eux-mêmes… Cette contextualisation intellectuelle des écrits historiographiques du Sévillan permet alors de présenter des notions certes connues des historiens, mais dans leurs diverses déclinaisons selon les sources. Par ailleurs, l’historiographie d’Isidore présente une histoire qui, dans ses intentions, est moins factuelle que polémique et pédagogique. Les milieux royaux constituent le premier public visé de l’Historia et de la Chronica, organisés en fonction des règnes des souverains. Mais Isidore ambitionne aussi de former les clercs et les moines, afin de favoriser l’évangélisation. Cette dimension didactique est trahie non seulement par la brevitas du style (qui donne une impression d’objectivité), mais aussi par la tradition manuscrite — même si l’on ignore tout de la réception contemporaine d’Isidore —, puisque ces récits historiques sont souvent copiés dans des manuscrits servant vraisemblablement aux études : ils contiennent souvent soit des textes computistiques et scientifiques, soit des traités de grammaire et d’instruction spirituelles.

3Au terme d’un travail sérieux, l’on se prend néanmoins à regretter que l’auteur ait ignoré certains travaux français, italiens et allemands de qualité, qui auraient incontestablement enrichi sa méthodologie de travail et sa réflexion. Une analyse plus détaillée de la dimension littéraire (style, intertextualité, etc.) des différents récits historiques — profitant par exemple de l’article de Matilde Cupiccia, « Clausole quantitative e clausole ritmiche nella prosa latina della Spagna Visigotica » (Filologia Mediolatina, 8, 2001, pp. 25-110) — aurait certainement permis de mieux comprendre leurs logiques propres et le travail de réécriture d’Isidore. L’étude sur les juifs, qui montre par exemple comment leur passé se trouve subordonné chez Isidore à l’histoire chrétienne, aurait aussi gagné à s’ouvrir aux acquis des livres d’Alexander P. Bronisch, Die Judengesetzgebung im katholischen Westgotenreich von Toledo (Hannovre, 2005) et, surtout, de Bruno Dumézil, Les racines chrétiennes de l’Europe. Conversion et liberté dans les royaumes barbares, ve-viiie siècle (Paris, 2005) : ce dernier met en lumière l’évolution probable de l’attitude d’Isidore face à la politique de conversion forcée des juifs menée par le roi Sisebut, depuis son acceptation jusqu’à son refus lors du quatrième concile de Tolède (633) — à l’occasion duquel il ne faut donc pas conclure qu’Isidore est « plus content » (happier) d’accepter les conversions forcées de Sisebut (contra p. 197). Il faudrait d’ailleurs mieux distinguer le judaïsme et l’Ancien Testament, qui fait partie pour les chrétiens de la Révélation et dont on ne voit pas pourquoi Isidore chercherait à éliminer les « éléments positifs » de l’histoire juive (qui d’ailleurs subsistent comme le concède l’auteur p. 203) ; j’ajouterais même que cette histoire juive occupe dans la Chronique une place substantielle pour les époques les plus hautes. Enfin, la thèse de Magali Coumert, Origines des peuples : les récits du Haut Moyen Âge occidental, 550-850 (Paris, 2007), rend largement obsolète les anciennes théories sur les migrations des peuples barbares résumées par l’auteur (p. 9 et sq.), grâce à une nouvelle analyse des sources, notamment de l’Historia Gothorum (pp. 162-164) : la description des origines des Goths participe d’une vision antique, biblique (l’errance du peuple élu) et savante du monde, destinée à présenter la migration de ce peuple comme « un parcours initiatique vers la civilisation » (p. 510).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Deswarte, « Jamie Wood, The Politics of Identity in Visigothic Spain. Religion and Power in the Histories of Isidore of Seville », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-2 | 2013, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/5369

Haut de page

Auteur

Thomas Deswarte

université d’Angers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org