Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Pilar Lirola Delgado, al-Muctamid y los Abadíes. El esplendor del reino de Sevilla, siglo xi

Gabriel Martinez-Gros
Référence(s) :

Pilar Lirola Delgado, Al-Muctamid y los Abadíes. El esplendor del reino de Sevilla, siglo xi, Alméria, Fundación Ibn Tufayl de Estudios Árabes, coll. « Estudios andalusíes » (7), 2011, 356 p.

Texte intégral

1Le livre de Pilar Lirola Delgado entreprend de combler un manque séculaire : faire un livre d’histoire sur le plus fameux des rois des taifas andalouses du xie siècle, al-Muctamid b. cAbbād de Séville, un livre débarrassé de la gangue d’anecdotes répétitives et d’inexactitudes que la légende du personnage a accumulée au fil des générations. Car, comme tant d’autres aspects de l’histoire andalouse, ce que nous savons d’al-Muctamid relève du jeu de masques aux traits convenus de la Commedia plus que des surprises et des rebondissements que nous offre en général le spectacle de la vie. Le masque d’ al-Muctamid est séduisant, il est vrai — l’austérité supposée du calviniste Dozy, premier grand historien moderne d’al-Andalus, au xixe siècle, n’y a pas résisté. Le roi de Séville arrivé au pouvoir en 1069 à l’apogée du court siècle des taifas (1023-1091) qu’il domine de toute sa stature, est à la fois le prince des poètes andalous — et le poète parmi les princes — l’amoureux éperdu, éconduit, comblé, égaré, d’une épouse fidèle et d’un ami qui le quitte, en même temps qu’il assure son éphémère hégémonie sur al-Andalus. Éphémère en effet, puisque l’Espagne musulmane, après 1075 surtout, est assaillie par le Léon et la Castille en plein essor d’Alphonse VI et du Cid. Contraint de faire appel aux Almoravides qui achèvent de soumettre l’ouest du Maghreb, al-Muctamid, malgré sa bravoure et sa loyauté, tombe victime de forces très supérieures à la sienne, la Reconquête chrétienne d’une part, l’émergence historique des dynasties berbères d’autre part, dont les poussées opposées broient les Arabes d’al-Andalus, comme celle des Francs et des Turcs, à la même époque, broie leurs cousins d’Orient lors des Croisades. Renversé par les Almoravides après avoir crânement défendu sa ville et son trône (1091), al-Mufitamid est déporté près de Marrakech, à Aghmat, et il mourra quatre ans plus tard (1095) dans les chaînes. Le masque d’al-Muctamid, pour s’en tenir à la métaphore de la Commedia, est celui d’un souverain élégant et brave, raffiné et accueillant, auquel il est donné de vivre un destin contraire sur lequel il n’a pas de prise. Aucune faute n’explique cette chute, aucune justice ne se livre dans cette décision de l’insondable providence.

2On comprend qu’il ne soit pas facile pour un historien de renverser, ou même d’équilibrer ce conte tragique, ressassé par les historiens et illustré par les poètes qu’al-Muctamid accueillait avec faste au temps de sa splendeur, et qui lui demeurèrent le plus souvent fidèles dans l’adversité — des poètes parmi les meilleurs de la langue arabe. On se gardera donc de reprocher trop vivement à P. Lirola Delgado de n’avoir pas rompu l’idole, ni le charme, de la légende — le peut-on d’ailleurs, existe-t-il une documentation qui nous le permette ?

3Le livre retrace d’abord le contexte historique que nous venons de rappeler, puis il énumère les sources et les travaux consacrés au roi de la taifa de Séville (pp. 22-32), dont l’auteur rappelle les origines (33-60). La famille des Abbadides est présentée, selon la tradition historiographique, comme la plus riche de la ville de Séville dont elle occupe la judicature au moment de la désintégration d’al-Andalus (1009-1023). Pilar Lirola ajoute cependant deux traits plus neufs : le premier représentant connu de la lignée avait commandé une unité de la garde du calife Hisham II de Cordoue (976-1013) ; mais l’ascension de la famille se déploie sous l’autorité des califes hammudides (1016-1023), et les souverains de Séville dépendront pendant plus d’une décennie (1023-1035 au moins) de l’autorité théorique de ces califes du clan idrisside, points de ralliement du camp berbère andalou. Ils dépendront plus encore des mercenaires berbères — de Carmona surtout — qui forment l’épine dorsale de l’armée sévillane. Cette protection berbère offerte aux premiers pas d’une dynastie qui devait, au règne suivant, se réclamer hautement de ses origines arabes et de son aversion pour les Berbères, rend une complexité bienvenue à une histoire trop simple.

4L’auteur passe ensuite (pp. 61-108) au règne d’al-Muctamid (1042-1069), le père du héros, aussi « cruel et raffiné » que le veut la tradition : on retrouve le jardin des têtes coupées de ses ennemis, leurs crânes ambrés et musqués conservés dans des sacs précieux, son goût des poèmes — il nous reste deux cents vers de lui — et des femmes, sa paranoïa meurtrière dont son fils aîné, parmi tant d’autres, fut la victime. L’avènement d’al-Muctamid (pp. 109-252) est donc une délivrance, comme le disent et le veulent les poètes ses amis. Comme beaucoup en ce temps — peut-être le Prophète lui-même entre Ali et Aïcha —, l’émir se construit entre une intense amitié masculine et une rencontre féminine : Ibn cAmmār, l’ami de toujours, finira sous la hache de l’émir de Séville dépité par sa trahison ; Ictimād, la jolie esclave dont il a fait sa femme l’accompagnera dans l’exil, la mort et la légende : elle apparaît à ses côtés dans le Conde Lucanor de D. Juan Manuel. Quelques indications plus neuves dans ces longs chapitres : la mention des deux cents places ceintes de murailles de l’émirat à son apogée (p. 136), la description des palais abbadides dont on croit comprendre que leur structure préfigurait l’Alhambra (pp. 164-165), la mention d’ambassadeurs muwalladūn (d’origine ibérique convertis à l’islam) avec lesquels on en vient à boire du vin publiquement (p. 143). L’auteur souligne à juste titre l’aberration du jugement de öusayn Mu’nis, qui accorde aux Almoravides d’avoir maintenu al-Andalus dans l’islam et « l’arabité » (sic, p. 233). Elle aurait pu remarquer (p. 251, dans l’anecdote de l’éventail en peau de lamt) qu’Alphonse est rapproché de la figure du roi Rodrigue, al-Muctamid de celle du comte Julien et les Almoravides des musulmans de la conquête de 711.

5Deux chapitres annexes enfin rassemblent les informations dont on dispose sur Rumayqiya (ou Ictimād), l’épouse de l’émir (pp. 252-272) et sur les enfants de al-Muctamid (pp. 275-306).

6Au total, un livre documenté, honnête, assez agréable à lire et utile pour le spécialiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Martinez-Gros, « Pilar Lirola Delgado, al-Muctamid y los Abadíes. El esplendor del reino de Sevilla, siglo xi », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-2 | 2013, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://mcv.revues.org/5372

Haut de page

Auteur

Gabriel Martinez-Gros

université de Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org