Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Aníbal Biglieri, Las ideas geográficas y la imagen del mundo en la literatura española medieval

Julia Roumier
Référence(s) :

Aníbal Biglieri, Las ideas geográficas y la imagen del mundo en la literatura española medieval, Madrid-Francfort, Iberoamericana-Vervuert, coll. « Medievalia Hispanica » (17), 2012, 412 p.

Texte intégral

1Dans cette œuvre, Aníbal Biglieri propose une synthèse sur les idées géographiques dans l’Espagne médiévale et leurs relations aux sources grecques et latines de l’Antiquité tardive, en se centrant plus particulièrement sur la période du xiiie au xive siècle. Il a pour projet d’intégrer cette première monographie à une trilogie dont les deux prochains volumes porteraient sur l’ethnographie médiévale et l’image de Jérusalem.

2Peut-on à juste titre parler de géographie au Moyen Âge ? Bien qu’elle ne fût pas encore affirmée comme un champ indépendant du savoir, la science géographique est déjà esquissée dans l’œuvre de Mandeville. Le premier écueil pour une étude de ce type serait donc celui de l’imprécision et de la fluctuation de la terminologie qu’A. Biglieri s’applique à clarifier. Il parvient en outre à se garder d’une vision linéaire empêchant de prendre en compte la qualité des œuvres médiévales dans leur effort pour répondre aux exigences propres à leur temps en matière de conceptualisation de l’espace.

3Si le thème des idées géographiques au Moyen Âge a déjà été l’objet de nombreuses études, une telle vision d’ensemble faisait encore défaut pour le domaine hispanique. L’ampleur du corpus étudié confère en effet à cet ouvrage une grande richesse documentaire, centrée sur les autorités les plus reconnues. Il réunit ainsi des œuvres historiographiques (Estorias de Alphonse X, Estoria de Espanna et General Estoria), des traités géographiques (Semeiança del mundo), des compilations encyclopédiques (Lucidarios, Libro del tesoro de Brunetto Latini), des œuvres du cycle troyen, les légendes d’Alexandre le Grand, quelques textes narratifs fictionnels, des récits de voyages (Libro del conoscimiento, Livre des merveilles de Jean de Mandeville). A. Biglieri s’est imposé de ne pas traiter du xve siècle, éliminant ainsi de nombreux textes d’intérêt pour la question car ils se situeraient dans une trop grande continuité avec le xvie siècle. Ce cadrage est discutable mais ne remet pas en cause la grande valeur du travail effectué. Toutefois, la fixité conférée aux limites d’un savoir médiéval, considéré comme livresque, et qu’il faudrait strictement disjoindre de l’imaginaire géographique moderne, assimilé aux progrès de l’empirisme, semble ne pas rendre raison de la continuité et de l’interpénétration des formes de savoirs qui caractérisent au contraire l’élaboration des représentations de l’écoumène dès le xive siècle. Insistant sur une conception statique du savoir dans les sociétés traditionnelles où les autorités règnent sans partage, A. Biglieri laisse peu de place au jeu entre conformisme et capacité d’innovation qu’ont mis au jour certaines études, en particulier le travail de Gautier-Dalché sur la cartographie.

4Soucieux de constituer un ouvrage de référence, l’auteur multiplie les notes en bas de pages et les citations (plus de huit cents), tirées aussi bien de sources que d’ouvrages critiques. Il reconnaît même que ses notes se convertissent en de mini-anthologies exposant l’ensemble des débats et opinions sur un thème, sans pour autant trancher ou privilégier une hypothèse. Cet ouvrage fournit ainsi une synthèse qui pourra constituer une référence pour le médiéviste hispaniste, mais aussi pour les chercheurs en littérature comparée soucieux d’étudier les réélaborations hispaniques des thèmes géographiques communs à l’Occident médiéval ou pour ceux intéressés par l’héritage des savoirs antiques dans l’Espagne médiévale. L’auteur privilégie en effet l’étude de l’héritage antique dont il est spécialiste, au risque de présenter une vision biaisée du savoir géographique médiéval et on peut ainsi regretter la place marginale laissée aux récits de voyages et au savoir empirique.

5L’ouvrage propose un parcours géographique structuré selon les composantes de l’imago mundi médiévale. Un premier chapitre (pp. 43-86) est ainsi consacré à la forme et composition de la Terre (la question de sa forme, ses quatre parties, ses trois continents, les zones climatiques et l’existence des antipodes). Le deuxième chapitre (pp. 87-98) s’attarde sur les représentations cosmologiques, mythologiques et géographiques de l’Océan. Les chapitres suivants correspondent aux parties du monde tel que se le figuraient les Européens. Le chapitre dédié à l’Occident (pp. 99-122) est successivement consacré aux colonnes d’Hercules, aux îles Fortunées, aux Hespérides et au mont Atlas. Le chapitre du Septentrion (pp. 123-142) est l’occasion d’une étude de « l’idée du Nord » avec en particulier les régions arctiques, le climat nordique et l’île de Thulé. Le chapitre consacré au Midi (pp. 143-250), bien plus étendu, cherche à délimiter l’Afrique et la Lybie antiques et médiévales, l’Afrique subsaharienne étant traditionnellement l’objet de profondes confusions ; l’auteur étudie ensuite en détail le Nil (pp. 182-236) et l’Éthiopie (pp. 237-250). Dans le dernier chapitre (pp. 251-370), il brosse le portrait détaillé de l’Orient (géomorphologie, climat, faune, flore, discours de l’abondance, merveilles) en s’appuyant en particulier sur Mandeville et Marco Polo.

6De la structuration thématique par lieux qui domine l’ensemble se dégage un effet de liste et l’ampleur du corpus étudié semble avoir rendu difficile d’établir de véritables lignes de force. A. Biglieri affirme lui-même que son œuvre est fondamentalement descriptive et non interprétative (p. 12) : son objectif étant avant tout de réunir un matériel géographique épars afin de le mettre à disposition des chercheurs, il parvient en effet à dresser un tableau d’une grande densité, synthétisant les représentations géographiques de l’Espagne médiévale.

7Certains thèmes ayant joué un rôle fondamental dans l’imaginaire géographique, comme le Paradis terrestre ou le royaume du Prêtre Jean, font toutefois défaut et restent à étudier les structures fondamentales de l’imaginaire géographique (la « métagéographie » de M. W. Lewis et K. E. Wigen), la poétique du discours géographique. On peut également déplorer le manque d’informations sur les représentations de l’homme étranger dont l’auteur indique qu’elles seront l’objet d’un prochain volume. Il semble toutefois dommage de séparer les représentations géographiques et humaines qui sont fortement liées dans l’optique médiévale.

8Cet ouvrage offre donc une synthèse d’un grand intérêt bien que les idées géographiques exposées avec tant de détails mériteraient d’être davantage interrogées quant à leurs significations et répercussions dans les domaines pratiques et intellectuels. Ce livre met cependant en évidence l’imbrication intime entre géographie et mythologie, ainsi que le rôle crucial des remaniements de l’héritage antique pour le savoir géographique du Moyen Âge hispanique et l’on attendra avec d’autant plus de curiosité la suite des ouvrages annoncés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia Roumier, « Aníbal Biglieri, Las ideas geográficas y la imagen del mundo en la literatura española medieval », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-2 | 2013, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/5389

Haut de page

Auteur

Julia Roumier

université Bordeaux III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org