Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Alfonso Berrocal, Poesía y filosofía: María Zambrano, la generación del 27 y Emilio Prados

Jaime Avila-Martinez
Référence(s) :

Alfonso Berrocal, Poesía y filosofía: María Zambrano, la generación del 27 y Emilio Prados, Valence, Pre-Textos-Fundación Gerardo Diego, 2011, 226 p.

Texte intégral

1Le livre du docteur ès philosophie A. Berrocal est un essai rédigé à partir de sa thèse. L’auteur y aborde les interactions entre la poésie et la philosophie, telles qu’elles ont été conçues et vécues par María Zambrano et les poètes contemporains de la philosophe ; il étudie tout particulièrement les articulations entre l’œuvre de Zambrano et celle d’Emilio Prados.

2Les fils directeurs qui conduisent l’étude semblent être au nombre de trois : d’abord, l’idée de lien, preuve en sont les mots mêmes d’A. Berrocal lorsqu’il définit la réflexion de Zambrano comme « un singular modo de pensar junto a la poesía » (p. 16) : c’est l’auteur lui-même qui souligne la locution dans son introduction. Nous distinguons aussi l’idée de réconfort ainsi que le prisme de l’incarnation en quelque sorte sécularisée — tant pour la pensée que pour la poésie —, bien que ce terme n’apparaisse pas comme tel, ce qui peut surprendre. Ce dernier concept prendra forme progressivement, tout au long de l’essai. À partir de ces trois fils, Berrocal tisse son explication du concept de « razón poética » qui apparaît dans les écrits de María Zambrano et qu’il a pour objectif de définir.

3Outre les prolégomènes qui posent clairement les partis pris et les intentions de l’ouvrage, tout en justifiant les limites du corpus étudié qui se restreint à la genèse chez Zambrano de sa « razón poética », le livre d’A. Berrocal est structuré autour de trois grandes parties et d’un épilogue, dont on proposera un parcours linéaire et critique. Ces trois étapes partent d’abord de la contextualisation et de la définition des référents poétiques de María Zambrano. Puis, l’auteur procède à une étude conceptuelle de la pensée poétique de la philosophe, à la lumière du rôle joué par la poésie et par les poètes qu’elle a côtoyés dans la formalisation de sa réflexion. Enfin, A. Berrocal analyse la place particulière que la philosophe semble avoir dévolue à Emilio Prados et à son œuvre. Cette étude de cas lui permet de sonder le dialogue entre poésie et philosophie qu’effectuent le poète de Málaga et la pensée de Zambrano. Ainsi, l’auteur s’inscrit dans la lignée de la figure qu’il étudie et son propre essai mène à bien cette conversation poético-philosophique tant souhaitée par María Zambrano. L’épilogue revient, in fine, sur tous les temps forts de la démonstration, fait le bilan du contexte décrit, des hypothèses vérifiées et conclut sur la définition qu’il est possible de donner de la « razón poética » zambranienne.

4Si on procède à une description plus détaillée du livre, la première partie correspond à la contextualisation et comprend deux chapitres. A. Berrocal part de la biographie de María Zambrano pour expliquer sa venue d’abord à la poésie comme lectrice, puis sa formation philosophique qui accompagne son approche critique de la poésie. Dans ce cadre, l’auteur rappelle le rôle tutélaire qu’ont joué pour la philosophe des figures telles que son père, Blas Zambrano, et qu’Antonio Machado. Elle ne perdra jamais le contact avec la poésie, qui s’intensifie au cours des années ultérieures par la fréquentation des poètes des générations dites de 1927 et de 1936. À l’aventure intellectuelle correspond une aventure humaine qui fait que Zambrano passe de la lecture des poèmes à la rencontre des individus : Bergamín, Ortega y Gasset, Miguel Hernández ou encore Cernuda. Pour reprendre les mots du chercheur, c’est bien que « la poesía no es ajena a esa unidad del pensar con la vida, como tampoco lo es a ciertos momentos históricos » (p. 32). Les apartés dédiés à chacun de ces écrivains et à leur articulation avec la réflexion zambranienne construisent une démonstration solide et intéressante qui, parfois, aurait gagné néanmoins à s’appuyer sur des analyses textuelles qui l’étayent, notamment en ce qui concerne Cernuda puisque l’auteur met en avant l’existence de points de désaccord entre ce poète et Zambrano. Ainsi, le lecteur pourrait constater dans d’éventuels exemples étudiés ces différends.

5A. Berrocal étudie, dans le deuxième chapitre de sa contextualisation, les interactions entre l’histoire, la poésie et la philosophie à l’époque de María Zambrano. Ces pages consacrées aux liens entre la philosophe et la revue Hora de España sont pour l’auteur l’occasion de poursuivre l’explication qu’il donnait de la raison poétique comme un réconfort. De ce point de vue, la Guerre Civile espagnole se trouve au cœur de l’expérience historique et individuelle qui sert de matière à réflexion et qui permet à l’auteur d’avancer que, pour Zambrano, le raisonnement abstrait de la philosophie occidentale, et du rationalisme en particulier, est incompatible avec l’idiosyncrasie espagnole puisque « la búsqueda de sí mismo, como pueblo, ha sido una entrega de sangre » (p. 76). Cela reste à démontrer et paraît un peu excessif, mais on voit déjà l’auteur jeter les bases de cette pensée poétique et philosophique de l’incarnation, dans l’exaltation du corps et du monde sensible comme points de départ de toute réflexion. Si on établit l’incarnation comme mode de connaissance, c’est qu’on tient à l’idée d’unité. Et en s’appuyant sur cette idée d’unité, María Zambrano conteste, nous dit le chercheur, l’idée même de « génération » comme catégorie de pensée dans l’histoire littéraire et culturelle.

6Dans la deuxième partie du livre, Alfonso Berrocal expose la pensée poétique de María Zambrano. On retrouve les idées de lien, de connaissance incarnée, vécue et non « sistemática o teórica » (p. 91), d’unité entre la réalité, l’homme et la société ; toutes convergent vers une manière d’être au monde, vers une proposition d’habitation de ce dernier, pour parler en des termes proches de ceux de Jean-Claude Pinson. La thèse centrale de Zambrano d’après A. Berrocal défend les « facultades gnoseológicas de la poesía » (p. 103). On peut regretter que l’auteur ne consacre que 24 pages à cette deuxième partie de son ouvrage, étant donné qu’elle et la dernière constituent toutes deux les temps forts du livre selon nous, dans la mesure où elles répondent aux intentions qu’il énonçait dans son introduction ; certes, il souhaitait se limiter à la genèse du concept de « razón poética » chez la philosophe. C’est dans ce chapitre que le concept est élucidé, qu’on en décrit le fonctionnement théorique et pratique, en poésie et pour le poète. C’est ici qu’on sonde l’angle d’approche du stoïcisme, tel que le conçoit Zambrano ; ici, on nous dit qu’elle s’éloigne de l’idéalisme allemand, on réfléchit à son postulat sur l’autonomie du poème dont découle une réflexion sur le langage comme lien entre l’homme et les choses, sur la métaphore comme moyen de connaissance.

7La troisième partie de l’essai constitue, quant à elle, une véritable étude de cas qui met en perspective la pensée de María Zambrano et l’œuvre poétique d’Emilio Prados. L’analyse part de l’application aux textes de Prados de la « razón poética » telle qu’elle a été définie par A. Berrocal. Nourrie et jalonnée par de nombreuses études textuelles, qui s’appuient sur les poèmes marqués par Zambrano dans les livres de Prados qu’elle avait dans sa bibliothèque, cette partie repère et explique les thèmes qui dans les poèmes de son ami recoupent ceux qui intéressent la philosophe, tels que la solitude, le corps et sa réalité, la naissance, entre autres. On pourrait reprendre les mots d’A. Berrocal sur la conception que se fait Zambrano de l’œuvre de Prados et l’appliquer aussi à la caractérisation qu’il fait de la philosophie zambranienne ; on aurait donc « una poesía que se adentra en los territorios del ser, sin renunciar a lo sensible » (p. 187) et une pensée qui fait de même.

8En guise de conclusion au livre, l’épilogue synthétise les étapes du raisonnement présenté par A. Berrocal. Il faut louer la densité et la force de conviction de ce bilan, qui met en relief les idées essentielles de l’essai. Bref, il s’agit d’un texte qui montre l’intérêt novateur de l’approche de Berrocal par rapport aux études zambraniennes existantes.

9Ainsi, on peut dire qu’il s’agit d’un livre remarquable dont on peut tout de même regretter l’excès de coquilles qu’il contient, allant même jusqu’à une omission (p. 83), et qui nuisent à la lecture du propos. Au terme du parcours, cet essai situe avec brio María Zambrano au cœur du contexte littéraire auquel elle appartient, ouvre des portes d’accès incontournables pour comprendre la pensée de la philosophe et signe, en définitive, une réflexion d’ordre à la fois esthétique et éthique sur ce qu’est la « razón poética » en la confrontant à l’œuvre d’Emilio Prados.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jaime Avila-Martinez, « Alfonso Berrocal, Poesía y filosofía: María Zambrano, la generación del 27 y Emilio Prados », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-2 | 2013, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://mcv.revues.org/5417

Haut de page

Auteur

Jaime Avila-Martinez

université Paris-Est Marne-la-Vallée (EA 4120, Lisaa)

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org