Navigation – Plan du site
Miscellanées

Tolède vue par les chroniqueurs Rodrigo Jiménez de Rada et Pero López de Ayala, rapprochés de leurs prédécesseurs, de langue arabe, latine ou romane

Toledo visto por los cronistas Rodrigo Jiménez de Rada y Pero López de Ayala, en relación con sus predecesores, de lengua árabe, latina o romana
Toledo as viewed by chroniclers Rodrigo Jiménez de Rada and Pero López de Ayala, with reference to their Arabic, Latin or Roman-speaking predecessors
Jean-Pierre Molénat
p. 179-197

Résumés

Jiménez de Rada et López de Ayala, l’un et l’autre en rapport de manière plus ou moins étroite avec la cité du Tage, rapportent l’histoire de la ville et son organisation après 1085, en y introduisant de notables distorsions. Celles-ci sont difficiles à comprendre autrement qu’en prenant en compte la volonté des auteurs d’effacer certains aspects de l’histoire urbaine, dont le plus notable est la persistante arabisation d’une partie importante, sinon majoritaire, de la population chrétienne de la ville, désignée comme « mozarabe », après sa reprise sur les musulmans et l’exode de la presque totalité de ceux-ci.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Nous souhaitons dédier ce travail à la mémoire de Jean Gautier-Dalché (1913-2010), le maître et l’ami, dont le pénétrant article consacré à Tolède à la fin du xiiie siècle a guidé les premiers pas de notre recherche sur l’urbs regia, et qui a inspiré en grande partie la présente contribution.

Il convient, concernant l’identité tolédane à la fin de la période médiévale, de signaler en premier lieu l’absence d’une chronique urbaine qui traite de la ville elle-même, les Anales Toledanos ne pouvant nullement être considérées comme telle. À la différence de la chronique d’Avila, dont il a été montré l’exception qu’elle constitue dans le domaine castillan, il s’agit plutôt là d’une chronique générale (ou plutôt d’un ensemble de chroniques), parlant à peine de la ville dont elle a reçu le nom. On abordera donc ici l’identité de la ville, telle qu’elle a été perçue par deux de ses plus illustres représentants, qui sont en même temps les auteurs de deux œuvres majeures de l’historiographie ca...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Molénat, « Tolède vue par les chroniqueurs Rodrigo Jiménez de Rada et Pero López de Ayala, rapprochés de leurs prédécesseurs, de langue arabe, latine ou romane », Mélanges de la Casa de Velázquez, 44-1 | 2014, 179-197.

Référence électronique

Jean-Pierre Molénat, « Tolède vue par les chroniqueurs Rodrigo Jiménez de Rada et Pero López de Ayala, rapprochés de leurs prédécesseurs, de langue arabe, latine ou romane », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-1 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://mcv.revues.org/5563

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Molénat

C.N.R.S. - I.R.H.T. (Paris)

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org