Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Lectures croisées

Luciano Canfora (éd.), Pseudo-Artemidoro. Epitome: Spagna. Il geografo come filosofo | Claudio Gallazzi, Bärbel Kramer et Salvatore Settis (dir.), Intorno al Papiro di Artemidoro II. Geografia e Cartografia

Arthur Haushalter
p. 277-280
Référence(s) :

Luciano Canfora (éd.), Pseudo-Artemidoro. Epitome: Spagna. Il geografo come filosofo, Rome – Padoue, Laterza, coll. « Agones », 2012, 87 p.

Claudio Gallazzi, Bärbel Kramer et Salvatore Settis (dir.), Intorno al Papiro di Artemidoro II. Geografia e Cartografia, Rome, LED, coll. « Colloquium », 2013, 302 p.

Texte intégral

1Le « papyrus d’Artémidore », dont l’existence a été signalée en 1998 par Claudio Gallazzi (Milan) et Bärbel Kramer (Trèves), est l’une des plus extraordinaires découvertes de la philologie moderne. Non seulement parce qu’il s’agit à bien des égards d’un document sans précédent mais aussi, et peut-être surtout, pour l’immense controverse qu’il a suscité dans les milieux savants depuis qu’en 2006 Luciano Canfora (Bari) en a contesté l’authenticité. Les fragments du papyrus, que le carbone 14 permet de dater entre 40 av. et 130 de n. ère, portent deux textes inédits jusque-là : une description de la péninsule Ibérique (col. IV-V), manifestement dérivée de la Géographie du savant grec Artémidore (fl. 104-101 av. n. ère), et un éloge du métier de géographe (col. I-III). Il comprend aussi une représentation cartographique, de près d’un mètre de long, ainsi que de nombreux dessins : visages, mains et pieds humains au recto, animaux réels ou fantastiques au verso, chacun pourvu d’une légende permettant d’en connaître l’identité. Lorsque Cl. Gallazzi et B. Kramer en donnèrent l’édition princeps, en 2008, avec le concours de Salvatore Settis (Pise), le philologue italien en avait déjà attribué la paternité à un faussaire grec actif au milieu du xixe s., Constantin Simonidès.

2On forcerait peu le trait en disant que ces dernières années, le débat a pris l’allure d’une formidable querelle entre deux camps, abondamment nourrie de publications et de comptes rendus, d’arguments nouveaux et de nouvelles répliques, comme autant de tirs croisés entre partisans et détracteurs de l’authenticité du document. Sans aucun doute, l’ardeur, la puissance de feu éditoriale et surtout le talent mis par L. Canfora au service de la recherche de l’argument décisif, de l’anachronisme propre à imposer la capitulation à l’adversaire, ont été de nature à entretenir un climat d’incertitude dans la communauté savante. Toutefois, la parution récente de nos deux ouvrages montre que cela n’a pas suffi à mettre fin au débat. De fait, seulement quelques semaines après la sortie, en février 2013, du volume coordonné par Cl. Gallazzi, B. Kramer et S. Settis, L. Canfora y avait déjà répliqué, en évoquant, dans les colonnes du Corriere della Sera (5 avril 2013, p. 39), rien moins qu’« un libro bluff », et même « uno scandalo ». Il est douteux que cet article puisse réellement donner le « colpo di grazia » mille fois annoncé par les tenants de la thèse du faux : en effet, il réitère des arguments présentés un an plus tôt sans prendre sérieusement en compte la contribution des éditeurs et a recours à une liste de quelques « sceptiques » reconnus dans le gotha universitaire, ce qui semble un bien curieux argument d’autorité. Cette « lecture croisée » n’a évidemment pas vocation à dresser un état complet du dossier de l’authenticité, encore moins à traiter avec un minimum de détail du contenu du rouleau ; elle prétend seulement évoquer les éléments les plus importants et formuler quelques observations sur la manière dont le débat est posé.

3Ces deux ouvrages sont de nature différente. Pseudo-Artemidoro se présente — pied de nez fait aux auteurs de l’édition princeps — comme une édition savante — on devrait dire critique — du « pseudo-Artémidore » : le texte du papyrus, précédé d’une introduction (31 p.) conçue comme une recapitulatio des arguments contra, est ainsi muni d’un apparat critique en latin qui indique les variantes, assez nombreuses, avec les leçons de Cl. Gallazzi et B. Kramer, ainsi que d’une traduction en italien ; une série de pièces destinées à soutenir la démonstration générale est proposée en regard, sur les pages de droite. Pour sa part, Intorno al Papiro constitue les actes d’un colloque tenu en 2009 à la Società Geografica Italiana (Rome), sur les « apporti che il papiro ha fornito alla conoscenza della geografia e della cartografia antica » (quat. de couv.). Si les contributions ne portent donc pas sur la question de l’authenticité, les coordinateurs, comme ils l’expliquent dans la « premessa » (pp. 7-10), ont augmenté le volume d’un « appendice » de trois articles qui lui sont exclusivement consacrés ; parmi ceux-ci, un texte signé de Cl. Gallazzi et B. Kramer eux-mêmes (pp. 257-280) est expressément présenté comme une réponse au dernier opuscule de L. Canfora.

4Cl. Gallazzi et B. Kramer distinguent deux types d’arguments (p. 258) : ceux qui portent sur le contenu du papyrus et ceux qui s’appuient sur des études « fisiche, chimiche, microscopiche », en somme sur l’objet lui-même. D’après eux, seuls comptent les seconds, les premiers étant inaptes à confondre un faux, vu le caractère fondamentalement lacunaire de notre connaissance de l’histoire et de la culture antiques. La radicalité de cette position étant assez contestable, on préfèrera surtout rappeler qu’avant qu’on ait prouvé de manière irréfutable qu’un document est un faux, ce dernier doit bénéficier, pour ainsi dire, de la présomption d’innocence : in dubio, pro reo. Or, après six ans de polémique, ce n’est encore qu’un faisceau d’indices que produit l’« Introduzzione » de L. Canfora. Et si l’érudit octroie à plusieurs d’entre eux le titre de « robusta prova » (p. 11) ou encore de « prova oggettiva (…) della falsità dell’intero » (p. 33), c’est me semble-t-il, dans chacun des cas, de manière abusive.

5Il en va ainsi de l’ensemble des éléments sur lesquels C. Gallazzi et B. Kramer choisissent de ne pas répondre dans leur article d’Intorno al Papiro, comme les ressemblances entre le texte du papyrus et certains écrits modernes. L. Canfora, en mettant en parallèle plusieurs passages du fragment avec des textes de Simonidès lui-même ou simplement connus de lui (Pseudo-Artemidoro, pp. 11-15, 46-77), fait en effet observer des similitudes comme le recours commun à des images, des concepts, des mots et des tours syntaxiques, qui relèvent selon lui d’un état tardif de la pensée et de la langue grecques, conforme aux lectures byzantino-théologiques du faussaire présumé. Mais à regarder de près chacun de ces rapprochements, aucun n’emporte la conviction. J’ajouterai qu’en l’espèce, l’accumulation ne sert pas le raisonnement : on a du mal à croire qu’un faussaire ait pris un si grand nombre d’auteurs et de textes pour modèles. D’ailleurs, le philologue se lance parfois dans des raisonnements discutables : ainsi, déclarer qu’un des modèles tardifs du faussaire a été retouché pour paraître « più antico » (p. 14) ne revient-il pas à dire que plus le texte a l’air authentique, plus il est faux ? L. Canfora défend aussi la thèse selon laquelle Simonidès, persuadé pour de mauvaises raisons, comme l’ensemble des érudits de son temps, qu’Artémidore avait lui-même rédigé un épitomé de sa Géographie (pp. 15-19), aurait donné vie à une œuvre qui n’a en réalité jamais existé. L’idée est plaisante car elle fournirait une sorte de mobile au crime, mais en quoi constitue-t-elle la preuve qu’il l’a réellement commis ? De plus, rien n’exclut qu’ait pu circuler, du temps d’Artémidore ou peu après, une version abrégée de son œuvre, qu’il en soit ou non l’auteur. Par ailleurs, il faudrait tenir la présence du sampi, lettre archaïque de l’alphabet grec utilisée pour sa valeur numérale, pour la signature (« firma ») de Simonidès (pp. 31-32). Ce dernier est en effet connu pour avoir séjourné dans la région de Priène en Ionie, où des inscriptions ont joué un rôle déterminant, au cours du xixe s., dans la compréhension de cet usage graphique. Or, selon L. Canfora, l’homme de terrain pouvait parfaitement en avoir connaissance avant la première publication scientifique sur le sampi, en 1897. Cela paraît en effet possible, mais le dossier est-il pour autant assez solide pour en faire la griffe de Simonidès ? Au sujet de l’éloge de la géographie (col. I-III du papyrus), L. Canfora reprend des idées naguère développées par Maurizio Calvesi et Luciano Bossina : d’une part, un certain nombre de parallèles avec des auteurs médiévaux et modernes et, d’autre part, le fait incontestable que certains mots rares employés dans ce texte précieux et grandiloquent ne sont attestés qu’à la fin de l’Antiquité, voire au Moyen Âge. Là encore, en l’absence d’élément décisif, le refus radical du texte me semble relever d’une attitude hypercritique. Enfin, L. Canfora accuse de se livrer à de l’« ufologia » (p. 26) ceux qui, comme Richard Talbert ou Pierre Moret dans leurs contributions d’Intorno al Papiro, ont cherché à étudier la carte que porte le papyrus. Mais sachant que nous n’avons de l’Antiquité grecque aucune carte en dehors de celles de Europos Doura (iiie s.) et des mosaïques de Madaba (vie s.), comment pourrait-il en être autrement ? Et s’il est vrai que Simonidès utilisait couramment des illustrations de type cartographique en soutien à des textes géographiques (Pseudo-Artemidoro, p. 26), on admettra aisément que cette pratique, attestée dans les manuscrits dès le début du Moyen Âge, n’est pas une preuve irrésistible de son intervention.

6Comme on l’a dit plus haut, Cl. Gallazzi et B. Kramer consacrent leur article d’Intorno al Papiro à répondre aux arguments qui portent sur la matérialité du livre. Dans Pseudo-Artemidoro, L. Canfora considère désormais que le support vierge que le faussaire a utilisé n’était pas intact, mais déjà très dégradé : un « danneggiamento ‘autentico’ » (p. 8) de nature à favoriser le succès de la supercherie. Mais celle-ci est selon lui démasquée par un « fenomeno […] dirimente », que le philologue se contente de décrire ainsi : Simonidès a écrit et dessiné autour des lacunes du papyrus. Cl. Gallazzi et B. Kramer admettent (pp. 262-266) que la physionomie des lacunes est un moyen de confondre des faux et donnent même un exemple épinglé jadis par Cl. Gallazzi lui-même, manière habile d’indiquer qu’ils n’ont pas attendu cette controverse pour découvrir la question. D’après les cas connus, l’embarras d’un faussaire devant les trous de son support donne lieu à deux types de configuration : soit le copiste évite artificiellement les zones à risque, soit l’encre bave. Or, rien de tel ici, où les lacunes présentent un aspect comparable à bien d’autres papyrus. Enfin, pour L. Canfora, l’empreinte laissée par l’encre du recto sur le verso du rouleau (ce qu’il appelle « l’effetto timbro », p. 10) ne peut s’expliquer que par le passage du papyrus sur une pierre lithographique, instrument de reproduction mis au point à la fin du xviiie s. et bien souvent utilisé par Simonidès, qui aimait conserver une copie de ses œuvres. Lorsque les éditeurs, qui feignent d’accepter cette hypothèse (pp. 276-277), décrivent dans le détail l’enchaînement vertigineux des concours de circonstances qui seuls pourraient expliquer les trois séries d’empreintes, il faut dire qu’on préfère l’explication, fondée sur la réaction de l’encre à l’humidité, que les mêmes donnaient dans leur article « Fünfzehn Monate Diskussion über den Artemidor-Papyrus » (dans Intorno al Papiro di Artemidoro I, 2009, en part. pp. 192-197).

7Bien sûr, grâce à l’érudition et à l’énergie que L. Canfora a employées à débusquer incohérences et approximations — quitte à réduire le papyrus, et parfois les travaux de ses collègues, à un recueil d’éléments à charge —, bien des jugements émis trop vite sur le document ont été rectifiés. Mais c’est précisément tout le mérite d’Intorno al Papiro d’enregistrer les progrès réalisés en quelques années et de ses contributeurs de s’appliquer, au risque de s’exposer à l’ironie parfois dédaigneuse de L. Canfora, à comprendre un objet mis au jour sans les moyens de son interprétation. De fait, le principal résultat de ce volume collectif me semble résider dans une série de mises au point, qui entendent déterminer jusqu’où on peut répondre aux questions posées par le papyrus, compte tenu de notre ignorance du projet éditorial qui le sous-tend et des lacunes de notre documentation sur la géographie et la cartographie, comme sur l’histoire de la péninsule Ibérique. S’il est vrai, donc, que cette découverte pose plus de questions qu’elle n’apporte de réponses sensationnelles, elle fait désormais partie, jusqu’à nouvel ordre, des sources des historiens de l’Antiquité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arthur Haushalter, « Luciano Canfora (éd.), Pseudo-Artemidoro. Epitome: Spagna. Il geografo come filosofo | Claudio Gallazzi, Bärbel Kramer et Salvatore Settis (dir.), Intorno al Papiro di Artemidoro II. Geografia e Cartografia », Mélanges de la Casa de Velázquez, 44-1 | 2014, 277-280.

Référence électronique

Arthur Haushalter, « Luciano Canfora (éd.), Pseudo-Artemidoro. Epitome: Spagna. Il geografo come filosofo | Claudio Gallazzi, Bärbel Kramer et Salvatore Settis (dir.), Intorno al Papiro di Artemidoro II. Geografia e Cartografia », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-1 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://mcv.revues.org/5610

Haut de page

Auteur

Arthur Haushalter

Casa de Velázquez – université de Reims

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org