Navigation – Plan du site
Miscellanées

« L’année de la peste » : santé publique et impérialisme français au Maroc autour de la crise d’Agadir

«El año de la peste»: sanidad pública e imperialismo francés en Marruecos en torno a la crisis de Agadir
«The plague year»: public health and French imperialism in Morocco at the time of the Agadir crisis
Francisco Javier Martínez-Antonio
p. 251-273

Résumés

La « crise d’Agadir » a eu son expression particulière dans le champ médical et sanitaire. L’année 1911 fut ainsi également « l’année de la peste », maladie qui provoqua plus de 10 000 morts dans la région du Doukkala, à peine quelques semaines après l’incident franco-allemand. Dans cet article, nous décrivons l’épidémie de peste de 1911 et comment ses possibles origines ont pu refléter les limitations de l’impérialisme français au Maroc. Nous analysons également la combinaison de résistances locales et ingérences internationales qui ont entravé les mesures sanitaires avec lesquelles la France tentait d’éradiquer la peste au Maroc et, par la même occasion, de saisir le contrôle de la santé publique marocaine. Parmi ces projets, la création de l’Institut Pasteur de Tanger avait joué un rôle clé. En somme, le contexte de la crise d’Agadir sera étudié à travers le prisme de la médecine, avec d’autres acteurs, d’autres événements et un autre vocabulaire, mais la même chronologie et les mêmes questions de fond.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le Maroc ouvert : peste et relations franco-marocaines à la veille du Protectorat
Le Maroc insaisissable : la peste et le paradoxe de l’hégémonie française
Santé et politique marocaines : des « questions d’opportunité »
Le rôle manqué de l’Institut Pasteur de Tanger
« L’année de la peste » : reflexions finales

Aperçu du début du texte

Au début du xxe siècle, l’hégémonie de la France au Maroc — sur l’État marocain mais aussi sur les autres pouvoirs européens — a progressé de façon imparable. Cependant, il y eut un paradoxe dans ce processus : chaque avance significative du contrôle français sur le pays éloignait en même temps la possibilité d’un Maroc exclusivement français et d’une colonisation à l’algérienne. La particularité de la « question du Maroc », depuis ses origines au xixe siècle, a fait que la montée du pouvoir français s’est accompagnée, d’une part, des ingérences d’autres pouvoirs étrangers et, d’autre part, des résistances marocaines. La crise d’Agadir de juillet 1911 fut l’une des plus importantes parmi la longue série d’épisodes paradoxaux de la question du Maroc, qui finalement conduisirent la France, d’un côté à reconnaître l’autorité espagnole sur une partie du pays, tout comme l’internationalité de la ville de Tanger, et d’un autre côté à choisir le Protectorat comme modèle de système colonial...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francisco Javier Martínez-Antonio, « « L’année de la peste » : santé publique et impérialisme français au Maroc autour de la crise d’Agadir », Mélanges de la Casa de Velázquez, 44-1 | 2014, 251-273.

Référence électronique

Francisco Javier Martínez-Antonio, « « L’année de la peste » : santé publique et impérialisme français au Maroc autour de la crise d’Agadir », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-1 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 01 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/5635

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org