Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Ruth Pliego Vázquez, La moneda visigoda (2 vol.)

Sébastien Gasc
Référence(s) :

Ruth Pliego Vázquez, La moneda visigoda (2 vol.), Sevilla, Universidad de Sevilla, 2009, t. I : 313 p., t. II : 585 p.

Texte intégral

1La singularité des monnaies wisigothiques a suscité l’intérêt des chercheurs et des numismates espagnols dès le xve siècle. Malgré une historiographie relativement abondante et l’utilisation de cette source par les historiens spécialistes du royaume de Tolède, peu de nouveaux travaux avaient vu le jour depuis la publication du catalogue de G. C. Miles en 1952. Après cette période moins prolifique, deux catalogues récents sont à mettre en avant : le Corpus Numorum Visigothorum (2006), adressé principalement à un public de collectionneurs, et celui issu de la thèse de R. Pliego Vázquez soutenue en 2006 et publiée en 2009, qui fait l’objet du présent compte rendu. La publication est divisée en deux tomes, le premier comprenant une analyse qui dépasse les cadres traditionnels de la numismatique, en insistant sur les données historiques et le contexte archéologique des découvertes. Le second est constitué par un riche catalogue de 7 461 monnaies, comprenant toutes les émissions répertoriées depuis 569 jusqu’au règne d’Akhila II autour de 711 et incluant les falsifications jusqu’aux imitations modernes, particulièrement nombreuses du fait de l’intérêt des collectionneurs pour la monnaie wisigothique. Si ce tome est d’un intérêt indéniable, représentant sans nul doute la version la plus complète des données monétaires pour cette période (d’autant que plusieurs articles ont complété le catalogue depuis sa parution), le premier tome est ici à mettre particulièrement en avant. L’optique historique y est primordiale, confirmée par la co-tutelle de thèse de Luis García Moreno, gage de la qualité historique du travail tout comme la préface de la publication par Mark Blackburn en est celui de la qualité numismatique.

2Après un retour sur l’historiographie de la question, du xve siècle à la dynamique actuelle des études consacrées à la numismatique wisigothique, en passant par l’inévitable catalogue de G. C. Miles et les travaux péninsulaires du milieu du xixe siècle, l’auteure présente dans un second chapitre la réforme monétaire de Léovigilde, suite à laquelle la monnaie wisigothique, jusque-là limitée aux imitations des monnaies impériales, acquiert ses caractéristiques principales en mentionnant le nom du souverain et de l’atelier monétaire. Si les monnaies transitionnelles sont également présentées, le grand intérêt du chapitre repose sur une proposition de chronologie relative des différents types monétaires émis par Léovigilde et son fils Herménégilde (p. 95) sous la forme d’un tableau dans lequel le début des années 580 représente une étape importante. Cette chronologie relative et la proposition de datation qui en résulte s’avèrent d’autant plus utiles que les monnaies wisigothiques n’indiquent pas leur date d’émission dans les légendes qui y figurent. Le troisième chapitre revient sur les nombreux ateliers monétaires (« hasta 95 cecas en la totalidad del territorio peninsular », p. 146), suivant un objectif distinct d’une simple énumération, celui d’apporter des informations sur l’organisation du territoire de la monarchie wisigothique, comme le démontre le titre du chapitre : « La organización territorial del reino de Toledo (572-71) : las cecas », pp. 97-153. Cette approche repose sur les différents traits caractérisant une cité accueillant un atelier monétaire et permet de revenir sur le débat autour de la « decadencia urbana » au cours de l’Antiquité tardive. L’intéressante réflexion menée sur le rôle de la monnaie dans le royaume de Tolède s’agrémente des données relatives au monnayage de cuivre wisigothique, hypothèse proposée par M. Crusafont y Sabater dans les années 1980, souvent contestée par les numismates espagnols, que l’auteure propose de reconsidérer. Après une synthèse des différentes approches historiographiques liées à la problématique de la fonction des trémisses wisigothiques, l’auteure conclut que la frappe de ces monnaies répondait à des objectifs qui « habrían sido habituales en las sociedades de la época » (p. 229), donnant comme exemple de leur utilisation le paiement de Léovigilde aux Byzantins pour éviter que ceux-ci n’appuient son fils rebelle et, au niveau interne, le paiement de « servicios » essentiellement entre le roi et les grands du royaume (p. 230). En conclusion à ce chapitre, R. Pliego Vázquez apporte une juste précision selon laquelle la monnaie n’est pas toujours révélatrice d’échanges commerciaux (« los conceptos de comercio y moneda no son nociones complementarias y por tanto no neceseramiente van siempre unidos », p. 230). Ajoutons à ces chapitres et au catalogue un répertoire des trésors monétaires avec, dans la mesure du possible, une description du contexte archéologique de la découverte ainsi qu’un chapitre consacré à la métrologie (duquel il résulte une baisse du titre au long de la période, plus ou moins sensible selon les ateliers) et un retour sur la falsification, d’époque wisigothique et moderne.

3Reposant sur une approche numismatique complète (catalogue important, métrologie, typologie iconographique — un thème qui, selon l’auteure, n’avait été que superficiellement abordé par les numismates, p. 155), l’ouvrage se caractérise essentiellement par l’analyse historique qui y est proposée. À ce titre, l’utilisation des données monétaires, par l’intermédiaire des ateliers répertoriés, pour la présentation de l’organisation territoriale wisigothique et, surtout, le chapitre consacré à l’utilisation de ces monnaies apportent de nouveaux éléments de réflexion sur l’histoire du royaume de Tolède, du règne de Léovigilde à la conquête arabo-berbère.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Gasc, « Ruth Pliego Vázquez, La moneda visigoda (2 vol.) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-1 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://mcv.revues.org/5654

Haut de page

Auteur

Sébastien Gasc

université Paris IV

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org