Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Janna C. Bianchini, The Queen’s Hand: Power and Authority in the Reign of Berenguela of Castile

Charles Garcia
Référence(s) :

Janna C. Bianchini, The Queen’s Hand: Power and Authority in the Reign of Berenguela of Castile, coll. « The Middle Ages Series », Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2012, 350 p. (7 cartes, 1 généalogie)

Texte intégral

1L’ouvrage de J. Bianchini s’annonce comme une étude sur Bérengère de Castille. Il est en réalité plus que cela. Le parcours de la reine est en effet utilisé par l’A. pour présenter une étude de la politique du royaume de Castille dans la première moitié du xiiie siècle. La méthode affichée pour traiter le sujet est celle du « genre » dont le principal mérite est de mettre en lumière la figure de Bérengère, une reine oubliée par l’historiographie jusqu’à une date récente. Le livre inclut une bibliographie, un index des noms de personnes et de lieux, sept cartes et un tableau généalogique, il est structuré en sept parties. Ce sont autant de chapitres qui accompagnent chronologiquement la vie de la reine.

2Dans le premier, l’A. se penche sur l’enfance de l’infante (pp. 17-36), probablement passée dans le monastère de las Huelgas de Burgos, et sur ses fiançailles avec Conrad de Hohenstaufen lors de la curia de Carrión, en 1188. La deuxième partie (pp. 37-68) traite de l’activité politique de la jeune femme durant les courtes années (1197-1204) pendant lesquelles elle régna à León avec Alphonse IX. C’est sur les arrhes que lui donna son époux que Bérengère fonda son action politique. Son patrimoine, constitué pour l’essentiel de forteresses et de bourgades situées le long de la frontière avec la Castille, permit à la souveraine de se constituer une solide clientèle nobiliaire. Devenue domina de la frontière léonaise, la reine sut peser sur les orientations du royaume. Assumant pleinement son rôle, l’épouse du roi participa aux décisions de justice et posséda son propre sceau, ce qui témoigne d’une grande autonomie d’action. Le troisième chapitre (pp. 69-103) évoque l’annulation du mariage royal par la papauté. Elle aurait pu être fatale à Bérengère mais il n’en fut rien. Loin de son mari, la reine esseulée se posa comme médiatrice entre les deux royaumes dorénavant ennemis. C’est dans la Tierra de Campos, région où elle était la mieux possessionnée, qu’elle agit politiquement avec le plus d’intensité.

3Le chapitre iv (pp. 104-139), consacré à la régence de Bérengère en Castille, fait l’objet d’un long développement. Incapable de s’imposer seule — i. e. sans « homme » — face aux grands nobles, la régente voit son action mise en échec par les Lara, et ce malgré l’appui qu’elle avait reçu de l’Église et des villes. La cinquième partie (pp. 140-179) est celle de la plénitude et de la gouvernance que la reine mère partagea avec son fils Ferdinand III, devenu roi de Castille par une série de hasards. Comme dans le León d’autrefois, la reine « régnante » utilisa fréquemment son sceau et rendit justice dans le cœur du royaume pendant que son fils poursuivait la conquête de l’Andalousie. Dans le chapitre vi (pp. 180-207), l’A. met l’accent sur l’habileté de Bérengère pour placer son fils sur le trône de León grâce à l’activation des réseaux nobiliaires construits et entretenus de longue date. La dernière partie, chapitre vii (pp. 208-252), est celle des derniers jours de la souveraine. Ayant atteint ses principaux objectifs politiques, tel celui de la réunion de la Castille et du León, tout laissait penser à un éloignement de Bérangère des affaires, mais il n’en fut rien. Constamment proche de son fils, la reine mère demeura active après la réunification des royaumes, surtout en matière de justice.

4La gouvernance féminine au Moyen Âge constitue comme on l’a vu l’objet principal du livre. Dans les faits, l’exploration du dossier est davantage exhaustive et positiviste que conceptuelle. J. Bianchini a en effet répertorié la totalité des sources qui mentionnent la reine, qu’il s’agisse des chroniques, pour l’essentiel, mais aussi les chartes. La construction biographique de l’ouvrage me semble cependant préjudiciable à la démonstration de la question centrale du « queenship » (souveraineté féminine) annoncée dans l’introduction (pp. 5-8). L’élaboration événementielle de l’essai, presque année par année, déroute le lecteur qui se retrouve noyé dans les méandres de la politique des royaumes de Castille et de León.

5Pourtant, on sait bien que l’histoire de Bérengère, comme celle des femmes médiévales en général, ne peut pas faire l’économie des hommes. C’est dans cette histoire des rapports sociaux de sexe, qui est au bout du compte celle du pouvoir, que l’A. a voulu inscrire la trajectoire politique de la souveraine. Pourtant, cette thématique en principe centrale se trouve éparpillée dans les trop nombreux chapitres (p. 54, p. 64), même si on voit bien que la reine — « régnante » (p. 177) — joue avec les failles du système patriarcal alors en vigueur pour agir politiquement en dépit de la présence constante d’un « mâle » tutélaire à ses côtés : père, époux, frère, régent et, enfin, fils. Bérengère avait accédé au pouvoir par le droit et la coutume car son environnement familial la prédisposait à cet acte, il y a cependant chez l’A. comme une prédétermination de la reine à l’excellence dans la gouvernance. Bérengère exerça le pouvoir en réseau, en cherchant l’adhésion des nobles qui faisaient partie de sa clientèle — les tenentes des places frontalières dont elle était propriétaire — pour préserver l’ordre social du royaume, mais aussi avec l’aide des villes et de l’Église. Sur cet aspect, la stratégie de Bérangère ne fut pas différente de celle des hommes. En forgeant l’expression « queen’s hand », l’A. a voulu souligner l’importance des facteurs relevant du « genre » dans la société médiévale. Dans ce registre, la caractérisation « religieuse » de Bérangère par les chroniqueurs clercs : « femme très prudente », pieuse, charitable… (pp. 54, 98, 117, 142 et 146), aurait mérité un plus ample développement en ce qu’elle renvoie à la perception de son pouvoir par ses contemporains.

6Malgré l’abondance et la précision des cartes, on regrettera les approximations géographiques de l’A. Ainsi, la Tierra de Campos se voit étonnamment agrandie depuis Aguilar de Campóo et les Torres de León jusqu’à Dueñas pour se confondre, en quelque sorte, avec la Meseta nord. Dans un registre similaire, Toro et Zamora sont curieusement intégrées à l’Estrémadure historique. Enfin, on aurait aimé savoir davantage sur la société de l’époque à travers, par exemple, une étude plus fine de la Tierra de Campos, véritable pivot territorial du pouvoir de Bérengère (p. 39).

7En dépit de ces imperfections secondaires, l’ouvrage repose sur une information sûre, étendue et parfaitement maîtrisée, dont on regrettera toutefois la traduction systématique du latin et du castillan vers l’anglais. Une rapide traduction en espagnol est souhaitée pour que la notion de gouvernance féminine au Moyen Âge donne lieu à un débat si le travail de J. Bianchini rencontre l’audience qu’il mérite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Garcia, « Janna C. Bianchini, The Queen’s Hand: Power and Authority in the Reign of Berenguela of Castile », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-1 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/5660

Haut de page

Auteur

Charles Garcia

université de Poitiers (Cescm)

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org