Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

María Elvira Roca Barea (éd.), Tratado militar de Frontino. Humanismo y caballería en el cuatrocientos castellano

Carlos Heusch
Référence(s) :

María Elvira Roca Barea (éd.), Tratado militar de Frontino. Humanismo y caballería en el cuatrocientos castellano, Traducción del siglo xv, Madrid, CSIC, coll. « Clásicos Hispánicos, nueva época » (2), 2010, 288 p. (éd. annotée, index des noms propres)

Texte intégral

1L’ouvrage de Mª E. Roca Barea consiste en une édition critique de la traduction médiévale castillane des Stratagèmes de Frontin (pp. 147-274). Elle est précédée d’une introduction substantielle (pp. 11-143), divisée en dix chapitres et une bibliographie. Certains de ces chapitres ont pour fonction première de présenter le texte édité et ils s’intéressent à la diffusion du texte latin dans la péninsule Ibérique (chap. iv, 2), à ses traductions (chap. vi) ou au modus operandi du traducteur anonyme. Suivent des considérations plus générales sur la traduction à la fin du Moyen Âge. Les derniers chapitres de l’introduction sont consacrés aux questions de codicologie et d’ecdotique (chap. ix et x). Les pages que Mª E. Roca Barea consacre à l’histoire du texte, même si elles ne sont pas toujours d’une totale clarté d’exposition (on regrette l’absence d’un tableau récapitulatif des différentes versions du texte), suggèrent une connaissance personnelle et profonde des textes grâce à laquelle l’auteur a pu démêler l’imbroglio de la fortune castillane médiévale des traductions de l’œuvre de Frontin. On regrette aussi que les trois branches de traductions ne fassent pas l’objet d’une étude comparatiste poussée. Une rapide comparaison avec la version de Diego Guillén de Ávila (imprimée en 1516) met en évidence d’énormes différences dans les choix terminologiques, celle qu’édite Mª E. Roca Barea orientant davantage le texte vers l’univers chevaleresque caractéristique du xve siècle castillan.

2La présentation des critères éditoriaux laisse le lecteur sur sa faim. On comprend bien que l’édition a été faite à partir d’un des manuscrits (le BNM 9608 appelé « A » par l’auteur), au vu des leçons des deux autres manuscrits de cette traduction (le BNM 10204, appelé « B », et le BNM 9253, appelé « C »). Cependant, il n’y a pas véritablement de justification du choix de A comme codex optimus. Le stemma de Mª E. Roca Barea n’éclaire pas vraiment non plus les raisons de son choix : A et B viennent tous deux d’une version β, disparue, qui copie l’archétype α. Or le manuscrit C est, selon Mª E. Roca Barea, une copie directe, sans intermédiaires, de cet archétype α. Ne serait-il pas alors plus proche d’α ? Le lecteur est donc en droit de se demander selon quels critères Mª E. Roca Barea a choisi d’éditer A plutôt que — par exemple — C.

3Les autres chapitres de l’introduction présupposent une interprétation bien plus vaste de la thématique de l’ouvrage. Certains font la part belle à l’autre grand théoricien de re militari, Végèce, dont la fortune hispanique est bien connue et plus importante que celle de son prédécesseur. L’attention portée à Végèce est parfois telle que le lecteur distrait pourrait même, par moments, confondre les deux auteurs. D’autres — les plus nombreux — orientent la réflexion vers un autre sujet : la question de la chevalerie et la noblesse dans la Castille de la fin du Moyen Âge. Les pages que Mª E. Roca Barea consacre à ce sujet sont essentiellement des synthèses de ses lectures qui, dans ce domaine, ont été nombreuses. On y trouve donc pêle-mêle les grands sujets autour de cette problématique — militia et chevalerie, noblesse et vertu ; chevalerie et humanisme, les armes et les lettres… —, bien traités déjà, depuis pas mal d’années, par de grands spécialistes comme Peter Russell, Ángel Gómez Moreno, Jesús Rodríguez Velasco, Jeremy Lawrance et bien d’autres. Dès lors, Mª E. Roca Barea cite souvent et emprunte beaucoup, parfois même de manière implicite — mais n’est-ce pas, à la longue, un peu fastidieux de renvoyer sans cesse à des textes fondateurs de ce genre d’analyses comme la célèbre monographie de Jesús Rodríguez Velasco, El debate sobre la caballería ? Le caractère excessivement synthétique de ces pages introductives, sans une véritable mise en contexte des auteurs cités, met parfois à mal la cohérence de la présentation.

4La bibliographie est certes abondante — mais le sujet s’y prête — et assez fouillée. Elle date toutefois un peu. On trouve très peu de références postérieures à 2002, comme s’il s’agissait d’un travail achevé longtemps avant sa publication et dont la bibliographie n’aurait pas été mise à jour. Or certains des auteurs cités dans la bibliographie ont beaucoup publié depuis, sans que leurs travaux apparaissent dans la bibliographie. Mª E. Roca Barea crée également une confusion entre « sources » et « critiques » : parfois les sources sont classées au nom de l’éditeur moderne et parfois non, sans que l’on sache pourquoi. Cette incohérence se retrouve aussi dans la rubrique « critiques » où l’on est surpris de découvrir Leonardo Bruni. Il semblerait donc que la bibliographie ait été faite dans la précipitation, d’où d’autres scories, comme l’oubli des éditions de Frontin citées dans l’introduction (p. 101 : « Frontino, 2002 » et « 2005 ») et un nombre excessivement élevé de coquilles sur les noms des auteurs (« Lawrence », « Pedro María Cátedra », « George Duby », « Michel García », « Luis Gil y Fernández », « Honrad Haebler », « Kart Kohut », « George Martin », « Julián Weiss », etc.), coquilles que l’on retrouve également dans le corps du texte (« Russel », « Gonzáles Rolán », « … la noblez », « Fernando de Torre », etc.).

5À la fin du volume, l’auteur a choisi de faire figurer un index des noms cités par Frontin mais a été fait le choix de ne retenir que la première apparition du nom, transformant cet index en une simple liste de renvoi aux notices bibliographiques des notes de bas de page.

6L’édition du texte de Frontin est, en revanche, assez agréable. Certes, les notes de bas de page portant sur des questions lexicales ont souvent de quoi agacer un lecteur médiéviste (est-il bien nécessaire de définir un terme comme hueste ?). Mais les notes érudites sur les personnages cités sont, dans l’ensemble, utiles. L’apparat critique, avec, en principe, toutes les variantes des trois manuscrits, a l’air bien fait et peut s’avérer très utile.

7L’atout principal de l’ouvrage de Mª E. Roca Barea est donc cette « première » édition critique du Frontin castillan réalisé au xve siècle pour le comte de Haro. Nous ne voulons pas dire par là que la lecture des Stratagèmes soit une inoubliable partie de plaisir pour le lecteur. Le côté extrêmement répétitif de cette aride juxtaposition d’exemples a, en effet, de quoi dérouter. Il n’empêche qu’il s’agit d’une version avec une langue castillane fluide, d’une efficacité rare, et lexicalement très intéressante. De plus, il ne faut pas oublier que ce texte a été au xve siècle l’une des principales lectures d’un secteur de la noblesse chevaleresque qui, empreint de références classiques, voulait ressembler aux grands hommes de l’histoire de Rome.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carlos Heusch, « María Elvira Roca Barea (éd.), Tratado militar de Frontino. Humanismo y caballería en el cuatrocientos castellano », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-1 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/5669

Haut de page

Auteur

Carlos Heusch

École normale supérieure de Lyon (UMR 5648 – Ciham)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org