Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Florence Buttay et Axelle Guillausseau (dir.), Des saints d’État ? Politique et sainteté au temps du Concile de Trente

Antoine Roullet
Référence(s) :

Florence Buttay et Axelle Guillausseau (dir.), Des saints d’État ? Politique et sainteté au temps du Concile de Trente, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2012, 184 p.

Texte intégral

1Des saints d’État ? propose une série d’analyses originales sur l’articulation entre sainteté et politique entre la fin du xve siècle et le xviie siècle, une période au cours de laquelle, comme on le sait, les procédures de canonisation, les modèles de sainteté et l’imbrication du politique et du religieux ont connu de profonds bouleversements. Les neuf contributions rassemblées ici, introduites par Florence Buttay et Axelle Guillausseau qui ont dirigé l’ouvrage, et encadrées par les mises en perspectives d’Alain Tallon et Éric Suire, sont le fruit de réflexions menées dans un séminaire animé par Florence Buttay et Sandro Landi à l’université de Bordeaux III puis dans une journée d’études accueillie en 2010 par le Centre Roland Mousnier, à l’université Paris-Sorbonne. Les enjeux historiographiques sont clairs : l’ouvrage se situe dans le sillage des historiens, notamment anglo-saxons et italiens, qui ont pensé un état confessionnel, permettant de revenir sur l’image téléologique d’une sécularisation linéaire qui verrait l’état monopoliser la violence légitime et construire une bureaucratie en s’autonomisant de la sphère du sacré. Si cet ancrage historiographique est évident, l’ouvrage aurait sans doute mérité une bibliographie générale qui permette de le resituer plus précisément. Les enjeux politiques de la sainteté sont un champ florissant de l’historiographie des lendemains du concile de Trente que les deux coordinatrices entendent resserrer autour de thèmes bien articulés les uns aux autres : sainteté et communion des saints dans l’Europe du xvie siècle, les patronages nationaux (xvie-xviie siècles) et l’état producteur de figures de sainteté (xvie-xviie siècles), qui forment les trois parties cohérentes et bien équilibrées de l’ouvrage. Le livre a le grand mérite de dépasser les frontières confessionnelles sur la question, alors que l’abandon du culte des saints par les protestants et le désenchantement du monde dont il est une cause et la manifestation étaient traditionnellement considérés comme des indices de leur modernité politique, une thèse « wébérienne » que ces communications entreprennent de reprendre et nuancer.

2La première partie du livre (« Sainteté et communion des saints dans l’Europe du xvie siècle ») s’ouvre sur une mise au point claire de Michel Gotor sur les changements connus des procédures de canonisation, de l’instauration de la congrégation des rites aux décrets d’Urbain VIII, qui insiste sur le renforcement du centralisme romain, aux dépens des évêques et au profit de l’Inquisition, qui suscite des résistances dont on aimerait pouvoir mieux apprécier l’efficacité. Les deux contributions de Cornel Zwierlein et David El Kenz se penchent sur la communion des saints en terre protestante. La première montre comment un enjeu théologique, la communion des saints, est mobilisé par les calvinistes dans les alliances qu’ils nouent à partir des années 1560 dans les conflits religieux. David El Kenz confronte l’Histoire des martyrs de Jean Crespin et les conclusions des pères tridentins pour montrer qu’au-delà des oppositions évidentes des deux bords sur la théologie de la sainteté et bien que le martyr mis en scène par Jean Crespin soit aux antipodes de la cléricature, les pères français et les suppliciés partagent une vision comparable des rapports entre l’état et la religion.

3La seconde partie de l’ouvrage s’interroge sur l’articulation entre l’universalité de la sainteté catholique, mise en avant par le centralisme romain, et le localisme à travers l’exemple des patronages nationaux. L’article de Damien Tricoire décrit les patronages mariaux en France et en Bavière dans la première moitié du xviie siècle comme une quête de l’universel, intégrée dans un état donné, qui favorise le renforcement du pouvoir princier. Cécile Vincent-Cassy montre les jeux d’identification entre la figure de sainteté et la représentation de l’Etat et de la collectivité, offrant un complément utile à l’ouvrage récent d’Erin Kathryn Rowe sur le patronage de Thérèse d’Avila. Elle s’appuie sur un ouvrage de Juan Eusebio Nuremberg (De la devoción y patrocinio de San Miguel, 1643), qui proposait à la demande de Philippe IV que la monarchie en difficulté s’en remette à Saint Michel. Sans que cela ne remette en cause le patronage traditionnel de saint Jacques, la figure de l’archange, favori céleste et commandant des armées célestes, semble une alternative opportune et efficace au favori déchu, Olivares. Non seulement la sainteté est un outil pour les monarchies, mais elle est aussi un instrument de négociation et un signe des allégeances politiques pour des acteurs de moindre envergure. La contribution d’Annick Delfosse montre qu’en se vouant à la Vierge le 8 décembre 1659, les états du Brabant réaffirment leur appartenance à la monarchie composite espagnole, juste après la paix des Pyrénées. Ce choix est d’autant plus clair que sans être explicitement immaculiste — puisque dès 1622 Rome a interdit les débats sur l’Immaculée Conception et qu’après la bulle Universa per Orbem, celle-ci ne saurait être considérée comme une fête religieuse aux Pays-Bas —, la cérémonie donne des indices évidents de son soutien aux défenseurs de l’Immaculée Conception, un mystère pour lequel la monarchie catholique organise au même moment un lobbying intense auprès d’Alexandre VII.

4La troisième et dernière partie, « L’État producteur de figures de sainteté » revient sur la comparaison entre monde protestant et catholique. La contribution de Naïma Ghermani montre combien les pratiques liées au culte des saints n’ont pas disparu dans l’Empire et ont été réutilisées par les princes luthériens. Comblant le vide laissé par la disparition des saints locaux, protecteurs du territoire, la figure du prince laïc, champion de la foi, incarnation de la mémoire communautaire, relayée par des représentations iconographiques et différents traités, prend une importance croissante après la paix d’Augsbourg. Michel Merle montre comment les ducs de Savoie ont entrepris de renforcer leur légitimité dynastique menacée au début du xviie siècle en multipliant les portraits du bienheureux Amédée IX (1435-1472) et en défendant sa béatification. Cédric Michon quant à lui analyse les réélaborations successives de la figure de Thomas More jusqu’au xxe siècle et met en évidence la plasticité de son image, quitte à trahir ou travestir les convictions de l’humaniste, qui était nécessaire pour qu’aboutisse, très tardivement, sa canonisation.

5En s’affranchissant des clivages traditionnels entre catholiques et protestants, ou entre sentiment national et conscience religieuse, cet ouvrage stimulant est une lecture nécessaire pour tous ceux qui veulent rester attentifs aux transformations de l’historiographie de la sainteté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Roullet, « Florence Buttay et Axelle Guillausseau (dir.), Des saints d’État ? Politique et sainteté au temps du Concile de Trente », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-1 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://mcv.revues.org/5675

Haut de page

Auteur

Antoine Roullet

université Paris Panthéon-Sorbonne (Crhm)

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org