Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Anne Teulade, Le saint mis en scène

Cécile Vincent-Cassy
Référence(s) :

Anne Teulade, Le saint mis en scène, Paris, Cerf, coll. «Littérature», 2012, 256 p.

Texte intégral

1Dans les quinze dernières années, les travaux sur la sainteté, et plus particulièrement sur le théâtre hagiographique, se sont multipliés dans le domaine des études hispaniques. L’ouvrage d’Anne Teulade participe de la redécouverte de cette question et d’un corpus presque inexploré jusque dans les années 2000. Ce livre est en effet la publication de la thèse de doctorat soutenue par l’auteur neuf ans plus tôt, bien que, et on le comprend, le texte en soit sensiblement remanié. Dans ce panorama foisonnant, il présente l’originalité de prendre en compte l’ensemble de la production de pièces consacrées à des saints en France et en Espagne au xviie siècle, pour en offrir une synthèse comparatiste. L’exercice est périlleux tant les corpus sont quantitativement inégaux, comme le rappelle l’auteur dès son introduction très justement intitulée « Anachronismes, débordements et apories », tant le décalage chronologique est grand entre la vogue du théâtre hagiographique en France, dans la seconde moitié du siècle, et celle que le genre a connue en Espagne, où l’on peut davantage parler de phénomène durable, et prolongé après 1700 — l’auteur ne traite malheureusement pas le xviiie siècle. Pour finir, les contextes historiques français et espagnol, qu’Anne Teulade ne fait que rappeler dans l’introduction et la première partie, sont très différents. Le point de vue de l’auteur, et son objectif, sont autres. D’une part, elle met le modèle classique dominant dans la France du xviie siècle à l’épreuve du corpus hagiographique, pour montrer que les voies du théâtre, même à l’âge classique, furent multiples. Le théâtre hagiographique, nous dit-elle, est un théâtre de la marge, mais a bel et bien offert un chemin alternatif avec un héros, le saint, qui n’est pas absolument tragique. D’autre part, Anne Teulade veut mettre à mal l’idée que le grand critique Menéndez y Pelayo a soutenue dans ses éditions du théâtre de Lope de Vega. Elle abonde dans le sens que la trop méconnue thèse de Lucette Roux avait défendue en 1976 : le théâtre hagiographique en Espagne n’est pas contraire à la théâtralité. Faisant la synthèse de ces deux idées, Anne Teulade affirme qu’en France comme en Espagne, « la sainteté ne [fut] pas contraire à la théâtralité » (p. 219) et que ce genre aide « paradoxalement » à penser des enjeux essentiels du spectacle et de la mimesis théâtrale au xviie siècle, comme le sous-titre du livre l’indique (« Un personnage paradoxal »). Le personnage, nous dit-elle, oblige les dramaturges à trouver des solutions pour le faire sortir de la « froideur » et de l’impossibilité de l’action qui le caractérisent. Il eût été intéressant qu’A. Teulade s’appuie dans sa réflexion sur les travaux de Rosana Llanos López. Celle-ci avait en effet déjà montré dans son article « Sobre el género de la comedia de santos », 2002, que pour le théâtre espagnol la question de l’efficacité théâtrale ne doit pas se mesurer au cadre dramatique aristotélicien. Le second chapitre, « Sainteté et dramaturgie : l’action impossible », tente longuement une typologie de ces solutions. Mais dans le balancement entre les exemples français et les exemples espagnols, on peine à se faire une idée claire et à ne pas trouver ces exemples parfois interchangeables. L’auteur le reconnaît d’ailleurs en conclusion : « aucun des deux corpus n’est véritablement homogène » (p. 220). Cette difficulté est par conséquent difficile à réduire, et l’auteur s’y est un peu éreintée. Il fallait sans doute qu’elle en passe par là pour déduire que ce genre est davantage une source d’expérimentation qu’une voie majeure. Cette idée est très convaincante sur un plan général, puisque ce théâtre (notamment celui de Calderón, mais est-il très représentatif du théâtre hagiographique espagnol ?) a suscité un vif intérêt autour de 1900 lorsque la théorie littéraire s’est détachée des modèles aristotéliciens, et que d’autres voies de création dramatique, dont Brecht est un représentant, ont commencé à émerger.

2Mais lorsqu’on examine les deux ensembles dramatiques, le français et l’espagnol, on peut s’interroger sur la réalité de cette marginalité. N’est-ce pas vrai surtout pour la France ? L’auteur elle-même annonce que ce genre théâtral fut très pratiqué en Espagne — on a déjà évoqué ici sa pérennité. L’ensemble du livre, et de la thèse, indique donc plutôt que le théâtre hagiographique, qui était au cœur des débats sur la légitimité du théâtre, fait de lui un genre central. Le postulat de l’auteur, selon laquelle le saint est étranger aux passions mondaines, mérite aussi discussion. La question fondamentale est : qu’est-ce qu’un saint ? Anne Teulade ne définit jamais le personnage, ni dans son introduction, ni par la suite. Elle ne tient pas compte de la production hagiographique non théâtrale de l’époque, ni des conditions de représentation : dans son introduction, elle argue, à juste titre, que la pratique du genre n’était pas circonscrite aux fêtes de béatification et de canonisation. Mais l’étude de ces cérémonies où le saint et son culte sont définis pour des spectateurs-fidèles réunis en masse aurait pu fournir des éléments pour comprendre la comedia de santos et son caractère nodal dans le théâtre de l’époque en général.

3Enfin, les travaux contemporains ont sans aucun doute nourri la synthèse comparatiste d’A. Teulade, notamment dans le sixième et dernier chapitre, intitulé « Métaphysique du spectacle : vers une mimesis des idées ? ». La bibliographie figurant à la fin de l’ouvrage est donc surprenante tant elle ne tient pas compte pour l’Espagne des livres et articles portant sur l’hagiographie, ou sur le théâtre hagiographique qui ont vu le jour dans les années 2000. Le volume d’actes intitulé Homenaje a Henri Guerrero. La hagiografía entre historia y literatura en la España de la Edad media y del Siglo de Oro, comprenant de nombreux articles de spécialistes des questions traitées par l’auteur, dont celui de Rosana Llanos López déjà mentionné, n’est pas cité. Mais c’est le cas aussi des travaux d’Isabel Ibáñez sur le théâtre de Tirso de Molina, des autres articles de Rosana Llanos López et de son livre sur la Comedia (2007), des articles et du livre de Cécile Vincent-Cassy (2011) sur les rapports entre image et théâtre dans le genre hagiographique et sur la représentation du martyre, de l’ouvrage de Natalia Rodríguez, La pecadora penitente en la comedia del Siglo de Oro (2009), et enfin des travaux de Carine Herzig, qui s’est consacrée à la controverse théâtrale au xviie siècle. Tous ces ouvrages devraient figurer dans la bibliographie, même sélective, car ils contiennent des démonstrations que l’auteur a confrontées à sa connaissance du théâtre hagiographique français, dans son travail comparatiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Vincent-Cassy, « Anne Teulade, Le saint mis en scène », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-1 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 01 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/5701

Haut de page

Auteur

Cécile Vincent-Cassy

université Paris XIII – Sorbonne Paris Cité

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org