Navigation – Plan du site
Dossier. Pour faire une histoire des listes à l'époque moderne

Le contrôle par les listes en Italie

Le cas de Lucques à l’époque moderne
Listas y policía en Italia. El caso de Lucca en la época moderna
Lists and policing in Italy. The case of Lucca in the modern age
Matteo Giuli
p. 15-39

Résumés

Fondé en 1371, deux ans après la fin de la domination de Pise, le Magistrato dei Segretari fut l’institution qui, pour toute l’époque moderne, se chargea de garantir la paix et la sécurité au sein de la république de Lucques, fonctionnant comme appareil de services secrets, instrument de police politique et inquisition d’État. Son domaine de compétences, très hétérogène, touchait toute la société locale : cette institution contrôlait ainsi les grands problèmes politiques mais gérait aussi l’ordre public, s’occupant même parfois les aspects les plus intimes du comportement privé de chaque individu au quotidien. Pour mener de façon efficace son activité de surveillance en expansion, cette institution arriva à dresser entre le xvie et le xviiie siècle quatorze volumes de listes dont la conservation, en plus d’avoir été fonctionnelle au niveau administratif, fut marquée par une volonté politique de revendication, légitimation et production de continuité historique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Les listes du Magistrato dei Segretari
Les problèmes religieux et sanitaires : les listes pour contrôler les étrangers
Le contrôle sur les lieux de culte : les listes de protection des monastères et des églises
Autocontrôle politique et contrôle social : les discolati et leurs listes
Sentences, grâces, permis
En guise de conclusion : la fonction institutionnelle et sociale des listes

Aperçu du début du texte

Pour la république de Lucques, un petit État entouré presque complètement par la Toscane des Médicis, la conservation de l’indépendance politique a pu se réaliser, des siècles durant, grâce au maintien de l’ordre social, principale garantie de survie vis-à-vis des pressions externes (notamment de Florence, toujours menaçante) et des ingérences du pouvoir ecclésiastique. Aux yeux du gouvernement local, assurer une condition de paix à tous les niveaux, en réduisant au minimum le risque de conflits intérieurs et en éliminant chaque occasion de division politique, même la plus improbable, voulait dire défendre la libertas de l’État, ainsi que permettre aux familles du patriciat urbain, les consortati, l’exercice de leur pouvoir.

Cette ligne politique s’était définitivement affirmée après la domination seigneuriale du noble Paolo Guinigi, qui entre 1400 et 1430 avait démantelé chaque institution républicaine et exercé son gouvernement personnel sur tout l’État, en devenant le protagoniste...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matteo Giuli, « Le contrôle par les listes en Italie », Mélanges de la Casa de Velázquez, 44-2 | 2014, 15-39.

Référence électronique

Matteo Giuli, « Le contrôle par les listes en Italie », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-2 | 2014, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/5734

Haut de page

Auteur

Matteo Giuli

Università di Pisa – EHESS (Paris)

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org