Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Xosé Manuel Sánchez Sánchez, La Iglesia de Santiago y el pontificado en la Edad Media (1140-1417)

Thomas Deswarte
p. 325
Référence(s) :

Xosé Manuel Sánchez Sánchez, La Iglesia de Santiago y el pontificado en la Edad Media (1140-1417), Saint-Jacques de Compostelle, Consorcio de Santiago – Universidade de Santiago de Compostela, 2013, 261 p.

Texte intégral

1Ce livre est une analyse très classique de la documentation pontificale destinée à l’église de Santiago et tirée d’une thèse de doctorat dirigée par E. Portela Silva. D’entrée de jeu, une précision s’impose : ne demandons pas à ce livre ce que l’A. ne cherche pas à faire, qu’il s’agisse d’une étude des lettres en elles-mêmes, de leurs conditions de réalisation, de transmission et de réception ; d’une analyse des appels à Rome et de leurs modalités ; d’un travail sur la perception de la papauté par le clergé de Saint-Jacques (notamment au travers du codex Calixtinus) ; ou bien encore d’une mise en perspective des résultats obtenus dans un contexte documentaire, historique et géographique plus large. En effet, ce livre est essentiellement une étude des documents pontificaux, plus exactement de leur contenu juridique ou administratif au sens le plus classique du terme.

2De ce point de vue, le résultat est atteint. En treize chapitres, l’A. nous propose une histoire organisée en trois temps : les dimensions économique et politique (« proyecciones económicas y políticas »), le renforcement de l’autorité pontificale sur l’Eglise (« expresión del fortalecimiento del papado en la dirección de la Iglesia »), la période avignonnaise et celle du Grand schisme d’Occident (« la etapa aviñonense y en el cisma de Occidente »). La période étudiée s’étend de 1140, date de la mort de l’archevêque Diego Gelmírez, à la fin du Grand schisme en 1417 — date après laquelle les frontières de la province ne bougent plus. Le choix du terminus post quem reste néanmoins contestable : pourquoi ne pas avoir tout simplement entamé cette histoire avec l’ouverture des relations entre les deux acteurs en 1088 ?

3Le chapitre préliminaire présentant le contexte historique aurait pu être l’occasion sinon de davantage problématiser le sujet, à tout le moins de laisser de côté la théorie d’une ignorance mutuelle entre Rome et les royaumes chrétiens ibériques provoquée par les « turbulences politiques » (F. J. Fernández Condé) [p. 31]. Plus généralement, quelques travaux récents (notamment de Klaus Herbers et de moi-même) auraient permis à l’A. d’étoffer son propos. À cet égard, la bibliographie mériterait une présentation plus rigoureuse distinguant les sources des travaux historiques et précisant la signification de l’astérisque qui figure devant certains titres.

4L’A. décrit ensuite de manière thématique l’histoire des relations entre Rome et l’archevêché, à la tête d’une province située à cheval sur deux royaumes jusqu’en 1394. Il y montre bien le poids grandissant de Rome notamment par le biais des nominations des nouveaux prélats, ainsi que les conflits avec la royauté autour de cette question (par exemple entre Nicolas III et Alphonse X). Après Latran I (1123), qui attribuait aux combattants contre les musulmans en Péninsule la même indulgence qu’aux croisés, la papauté intervint au treizième siècle afin d’encourager la « Reconquête », avant de s’atteler au siècle suivant à l’augmentation de ses recettes. Pour ce faire, elle bénéficia du Voto de Santiago, faux élaboré durant le troisième quart du douzième siècle : ce document, défendu par les papes, établissait notamment le paiement d’un cens annuel au profit de Santiago ; il fut aussi utilisé par l’évêché dans sa lutte contre Tolède et Braga pour la primatie. Un autre faux, la bulle Regis eterni d’Alexandre III (1179), accordait une indulgence aux pèlerins lorsque la Saint-Jacques tombait un dimanche, sur le modèle du jubilé romain ; en s’inspirant de plusieurs travaux antérieurs, l’A. en conclut que ce pseudo-original est réalisé entre 1350 et 1434.

5Cette histoire participe de certaines grandes évolutions à l’échelle de l’Occident : les exigences de la réforme grégorienne puis de Latran IV furent ainsi modulées, notamment lorsque le pape Honorius III permit la réunion des synodes diocésains seulement une fois tous les trois ans (et non pas chaque année). Par ailleurs, à partir du treizième siècle, la papauté confia à l’archevêque le soin de régler des conflits entre des laïcs et l’Eglise, notamment lorsqu’Alphonse IX demanda l’autorisation d’épouser sa cousine Bérengère (1197). Au milieu du quatorzième siècle, la centralisation des relations entre Rome et Santiago était à son apogée, avant que le Grand schisme ne fût l’occasion pour l’archevêque de marchander son soutien. Assurément, ce livre sera un « point de départ pour de nouveaux travaux » (p. 250).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Deswarte, « Xosé Manuel Sánchez Sánchez, La Iglesia de Santiago y el pontificado en la Edad Media (1140-1417) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 44-2 | 2014, 325.

Référence électronique

Thomas Deswarte, « Xosé Manuel Sánchez Sánchez, La Iglesia de Santiago y el pontificado en la Edad Media (1140-1417) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-2 | 2014, mis en ligne le 15 novembre 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://mcv.revues.org/5876

Haut de page

Auteur

Thomas Deswarte

université d’Angers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org