Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Laura Fernández Fernández, Arte y ciencia en el scriptorium de Alfonso X el Sabio

Daniel Grégorio
p. 326
Référence(s) :

Laura Fernández Fernández, Arte y ciencia en el scriptorium de Alfonso X el Sabio, Puerto de Santa María, Universidad de Sevilla – Cátedra Alfonso X el Sabio, 2013, 432 p.

Texte intégral

1Dans son livre Arte y Ciencia en el scriptorium de Alfonso X el Sabio, Laura Fernández Fernández propose le texte remanié de sa thèse, soutenue en 2010. Il s’agit d’une production éminemment académique. Sans proposer de problématique spécifique, elle présente une synthèse d’un bon nombre de publications universitaires, majoritairement espagnoles, qui depuis le xixe siècle portent sur la science médiévale et alphonsine.

2L’auteur se donne pour objectif d’analyser, d’un point de vue codicologique, les différents manuscrits scientifiques produits dans la cour du roi castillan, en portant une attention particulière aux multiples mutilations, censures ou pertes qu’ont pu souffrir les volumes alphonsins. Laura Fernández Fernández relève ainsi le défi d’étudier, de façon successive, le vécu de chaque manuscrit, souvent composé de plusieurs livres regroupés sous un seul et même titre. Son travail prend alors la forme d’un catalogue des différentes versions et des traductions des livres alphonsins qui ont pu exister en Europe, et de leur influence sur la pensée scientifique au Moyen Âge ou dans les siècles suivants.

3Tout en cherchant à établir une chronologie précise des différentes étapes de production, l’auteur rappelle les problématiques relatives à la production du roi sage, qui ont déjà été abordées par le passé, et au rôle du souverain, en tant que simple promoteur ou comme acteur direct dans la réalisation et organisation de ses livres. L’implication du monarque dans la recherche du savoir, de sa préservation et de sa diffusion est ainsi évoquée à plusieurs reprises, sans pour autant établir le degré de connaissances personnelles du roi castillan en astronomie, en astrologie et en magie. Après une très rapide évocation de ce que pouvaient être ces domaines et leur rapport avec l’Église, l’auteur veut souligner l’originalité de l’œuvre d’Alphonse X.

4Tout en synthétisant les différentes études sur la production du roi castillan, sur les influences arabes dans la culture médiévale et les percées scientifiques et techniques réalisées dans la cour castillane, L. Fernández présente la production alphonsine comme une continuité dans la transmission du savoir. En accord avec les études antérieures, elle rappelle que le scriptorium alphonsin ne se contente pas de reprendre les sources wisigothiques, classiques ou orientales, mais qu’il cherche à produire de nouveaux textes, réaliser de nouvelles mesures astronomiques et proposer de nouvelles représentations iconographiques. L’auteur souligne alors la place prépondérante de l’observatoire astronomique et des écoles que le roi sage a fondés dans des villes comme Séville ou Tolède.

5L. Fernández rappelle également les différents aspects de la production scientifique, construite sur la collaboration entre les personnages du trasladador et de l’enmendador, pour passer ensuite en revue les différents personnages connus du scriptorium, leurs qualifications respectives et leur place dans le système productif alphonsin. Le rôle du scriptorium alphonsin dans la politique nationale et internationale du roi castillan est par la suite abordé à plusieurs reprises, en prêtant une attention particulière aux traductions des œuvres scientifiques.

6L. Fernández propose ici une analyse codicologique systématique de chaque titre alphonsin. En suivant un plan rigoureux, l’auteur présente une description détaillée de chaque ouvrage, en portant son attention sur l’aspect physique de chaque volume (état de la reliure, support utilisé, organisation des folios, dimensions) et sur les indices matériels qui permettent de souligner les méthodes de travail du scriptorium (perforations, organisation de la surface de travail, écriture utilisée, répertoire décoratif, distribution et relations des chapitres). Il s’agit ici de l’intérêt majeur du travail de L. Fernández qui offre une vision complète des livres scientifiques du roi sage, en cherchant à établir le rapport entre le texte et le programme iconographique, souvent incomplet ou perdu, des différentes œuvres alphonsines. L’analyse iconographique proposée tient compte des phases successives de production et des influences des sources antérieures, complétées par un savoir-faire propre au scriptorium. L’auteur retient alors le rôle didactique et technique des différentes représentations.

7Cette étude codicologique est complétée par un historique de chaque manuscrit, des différentes références bibliographiques qui témoignent de la situation de chaque volume appartenant à différents fonds, publics ou privés, jusqu’à leur intégration dans les bibliothèques nationales.

8L’aspect synthétique et descriptif du travail de L. Fernández peut expliquer l’absence d’un chapitre de conclusion où l’auteur aurait pu présenter le bilan de ses propres réflexions. Ce dernier est remplacé par des annexes contenant des tableaux d’analyse codicologique et un corpus iconographique qui montre la reconstruction de certaines horloges astronomiques décrites par les manuscrits alphonsins.

9Arte y Ciencia en el scriptorium de Alfonso X el Sabio offre au lecteur et aux chercheurs une description globale des manuscrits scientifiques alphonsins. En établissant les liens entre les différentes versions des œuvres du roi castillan, ce livre peut servir de point de départ pour de nouvelles recherches. Le livre de L. Fernández est appelé à devenir une référence dans les études dédiées au roi sage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Grégorio, « Laura Fernández Fernández, Arte y ciencia en el scriptorium de Alfonso X el Sabio », Mélanges de la Casa de Velázquez, 44-2 | 2014, 326.

Référence électronique

Daniel Grégorio, « Laura Fernández Fernández, Arte y ciencia en el scriptorium de Alfonso X el Sabio », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-2 | 2014, mis en ligne le 15 novembre 2014, consulté le 01 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/5878

Haut de page

Auteur

Daniel Grégorio

université d’Angers

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org