Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Ana Belén Chimeno Del Campo, El Preste Juan en los libros de viajes de la literatura española medieval

Julia Roumier
p. 331
Référence(s) :

Ana Belén Chimeno Del Campo, El Preste Juan en los libros de viajes de la literatura española medieval, Madrid, Fundación Universitaria Española, 2011, 370 p.

Texte intégral

1Légende au retentissement durable, le prêtre Jean est un personnage énigmatique auquel Ana Belén Chimeno del Campo consacre cette première monographie centrée sur les récits de voyages hispaniques. En effet, cette légende largement diffusée dans toute l’Europe a trouvé en terres hispaniques au bas Moyen Âge un terrain d’expression privilégié dans les récits de voyages qui y fleurirent alors. C’est donc à travers ce genre spécifique que l’auteur retrace dans une perspective diachronique les évolutions hispaniques de ce mythe, un choix de corpus qui détermine le cadre chronologique de cette étude.

2Le genre protéiforme du récit de voyage est en lui-même une question largement débattue, sa définition fluctuante déterminant une plus ou moins large compréhension de textes. Ici, l’auteur s’appuie sur la définition avancée par M. Á. Pérez Priego dès 1984 dans « Estudio literario de los libros de viajes medievales » pour étudier : le Libro del conosçimiento (vers 1390), La Embajada a Tamorlán (1406), las Andanças e viajes de Pero Tafur (vers 1454) et le Libro del Infante don Pedro de Portugal (xve) ; corpus central élargi avec raison aux traductions médiévales péninsulaires du Libro de Marco Polo (1377-1396), de la Relatio d’Odorico de Pordenone (xve) et du Libro de las maravillas del mundo de John Mandeville (vers 1357-1390).

3Si elle a déjà consacré en 2009 une monographie au prêtre Jean dans la littérature de jeunesse (A. B. Chimeno del Campo, El Preste Juan: mito y leyenda en la literatura infantil y juvenil contemporánea, Frankfurt am Main [u.a.], Lang, 2009), l’auteur suit ici la trajectoire de ce personnage, depuis la naissance de sa légende au xiiie siècle jusqu’à son déclin à l’orée du xviie siècle, prolongeant ainsi les pistes soulevées par Eugenia Popeanga Chelaru en 2005 (E. Popeanga Chelaru, La carta de Preste Juan: las versiones castellana y catalana, Bucuresti, Cartea Universitară, 2005, pp. 149-160). La démonstration porte donc autant sur la figure du prêtre Jean que sur le genre spécifique du récit de voyage dont la forme a non seulement offert une chambre d’écho efficace à cette légende, mais a également notablement contribué a en modeler les contours.

4La première partie débute par un chapitre consacré au contexte historique à l’origine de ce mythe : d’une part le cadre sociopolitique empreint de pensée millénariste, les luttes opposant l’Empire et la Papauté, les croisades, et, d’autre part, les représentations du monde propres à l’Occident chrétien et leur enracinement dans les sources antiques ainsi que la légende d’Alexandre. Le second chapitre étudie les textes ayant diffusé cette légende et en particulier la lettre du prêtre Jean, élément déclencheur surgi en 1165 et dont l’origine reste mystérieuse en dépit de la multiplicité des hypothèses et du lien certain avec l’empire germanique. L’auteur rappelle à bon escient que cette lettre doit être lue comme un précurseur de la littérature utopique dont elle inaugure de nombreux aspects. Les différentes facettes de cette légende permettent en effet de dessiner en creux l’Occident chrétien, ses désirs et ses frustrations tant politiques que matérielles.

5La seconde partie se recentre sur le prêtre Jean dans le corpus hispanique déjà mentionné, auquel s’ajoutent les textes de Plancarpin et Rubrouck. Chaque texte est détaillé successivement, l’auteur analysant systématiquement le voyageur et son œuvre, la description du prêtre Jean, sa localisation, ses liens avec les merveilles orientales. Peut-être peut-on regretter la formulation en liste séparée qui élude une étude conjointe de ces sources que le lecteur ne trouve que p. 315.

6L’analyse des récits de Pordenone et du Libro del Infante introduit leur version de la lettre du prêtre Jean. L’ouvrage de Chimeno del Campo se distingue par son traitement élargi des représentations du prêtre Jean, au-delà de la lettre au sujet de laquelle la bibliographie est déjà riche. Ce document reste toutefois un point de référence pour l’auteur et son écho est vivace dans les œuvres hispaniques étudiées. Dans la première traduction castillane de cette lettre interpolée au récit de Pordenone, l’auteur constate l’interférence du traducteur et copiste qui complète le bref épisode relaté par le voyageur et trahit son scepticisme. Chimeno del Campo souligne avec raison la complexité du message à trois voix élaboré autour de la figure du prêtre Jean, chacune depuis un moment historique distinct : le prêtre comme humble gouvernant mongol, l’empereur éthiopien, l’allégorie exemplaire et messianique. Cet exemple signifiant révèle la plurivocité du prêtre Jean, support des auteurs qui s’en emparent.

7Les transformations variées de la légende du prêtre Jean dans les récits de voyages hispaniques témoignent en outre de la difficulté de concilier l’imaginaire géographique hérité et le désir de documenter le monde, de construire un savoir empirique à son sujet. Plancarpin, Rubrouck et Marco Polo, voyageurs réels et fidèles témoins, altèrent la légende, atténuant son faste et sa magie, lui cherchant une explication rationnelle et une source historique. Marco Polo, s’il démythifie la figure asiatique du prêtre Jean, réinvestit le mythe en inaugurant son transfert dans l’espace africain sous les traits du roi Habetis. Mandeville, voyageur de cabinet, affirme quant à lui avoir rencontré le prêtre Jean et en transmettre un témoignage de première main. L’inspiration offerte par le prêtre Jean à l’auteur de La Embajada reste plus lointaine et s’incarne dans trois souverains qui en rappellent vaguement le faste. Pero Tafur quant à lui, place la légende dans la bouche de Niccolo dei Conti, se dédouanant de cette fantaisie dont il sait qu’elle agrée au lecteur.

8Aux origines de cette légende convergent ainsi trois sources d’inspiration principales : le reflet transformé des premiers grands chefs mongols, l’écho des empereurs éthiopiens et l’allégorie messianique, outil d’un didactisme moral et d’un miroir des princes pour les chrétiens d’Occident. La lecture contemporaine de la lettre du prêtre Jean ne peut ainsi omettre la fonction de propagande qu’elle remplissait, délivrant un appel aux Croisades et à l’union des princes chrétiens contre les infidèles. Le prêtre Jean, en incarnant la fusion parfaite des pouvoirs temporels et spirituels, offrait un contrepoint exemplaire aux conflits de la Querelle des investitures.

9Le symbolisme messianique, les liens avec saint Thomas, les prophéties apocalyptiques, les peuples maudits de Gog et Magog, la fontaine de jouvence, le mythe des Brahmanes, tous ces éléments anciens trouvent une nouvelle lecture et une nouvelle force avec le mythe du Roi Prêtre. Le mythe est habité tour à tour par les préoccupations propres aux auteurs et revêt des significations multiples que Chimeno del Campo s’applique à distinguer. Cette étude de la légende du prêtre Jean, par ses ramifications complexes, offre ainsi des connexions avec de multiples facettes de la culture de l’Occident chrétien médiéval et remplit par conséquent pleinement son but lorsqu’elle nous rappelle que cette légende était et reste une invitation, non seulement à la rêverie exotique, mais aussi à la réflexion politique et morale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julia Roumier, « Ana Belén Chimeno Del Campo, El Preste Juan en los libros de viajes de la literatura española medieval », Mélanges de la Casa de Velázquez, 44-2 | 2014, 331.

Référence électronique

Julia Roumier, « Ana Belén Chimeno Del Campo, El Preste Juan en los libros de viajes de la literatura española medieval », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-2 | 2014, mis en ligne le 15 novembre 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://mcv.revues.org/5891

Haut de page

Auteur

Julia Roumier

université Bordeaux 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org