Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Jocelyne Dakhlia et Wolfgang Kaiser (dir.), Les Musulmans dans l’histoire de l’Europe, t. II : Passages et contacts en Méditerranée

Zrinka Stahuljak
p. 333
Référence(s) :

Jocelyne Dakhlia et Wolfgang Kaiser (dir.), Les Musulmans dans l’histoire de l’Europe, t. II : Passages et contacts en Méditerranée, Paris, Albin Michel, 2013, 656 p.

Texte intégral

1Le deuxième tome sur Les Musulmans dans l’histoire de l’Europe sous la direction de Jocelyne Dakhlia et Wolfgang Kaiser est un livre de grande envergure, embrassant la Méditerranée maghrébine, européenne (inclus le Portugal et ses colonies en Guinée), ottomane (inclus la rare discussion de la Bosnie) et couvrant la période du xve au xixe siècle. Les seules absentes sont la couronne d’Aragon et la république de Venise et ses colonies, une lacune comblée en partie par la discussion de la présence des Italiens dans la Méditerranée (quoique sans référence au catalan). En revanche, l’analyse des interactions des religions islamique, judaïque, chrétiennes (catholique, orthodoxe, hérésie bogomile) est très approfondie et multidirectionnelle. Ce livre est un modèle pour la recherche scientifique globalement connectée : non seulement les auteurs font référence et intègrent les dernières recherches internationales (la bibliographie est à la pointe des recherches en langues anglaise, française, espagnole, portugaise, arabe, turque), un phénomène encore trop peu fréquent dans la recherche scientifique européenne fermée sur elle-même, mais la quasi totalité des chapitres théorise les particularités des cas répertoriés pour répondre à la thèse maîtresse de cette collaboration de longue haleine. Il faut absolument saluer l’effort concerté de la part des auteurs venant de tous les bords méditerranéens de mettre constamment en rapport les sources historiques et l’historiographie et d’interroger les fondements disciplinaires des histoires nationale et nationaliste.

2Alors que le premier tome s’interrogeait sur les raisons pour lesquelles la présence séculaire des Musulmans dans l’histoire occidentale avant le xixe siècle est restée invisible pour l’historiographie, le deuxième tome est organisé autour d’une idée tout aussi problématique pour l’historiographie : le concept de l’entre-deux. Au-delà de la dynamique propre à une Méditerranée dite « homogène » par des chercheurs fidèles à Fernand Braudel, ou dite « divisée » selon les religions majoritaires par des chercheurs favorables à la notion du « choc des civilisations », Dakhlia et Kaiser mènent une enquête sur les sociétés méditerranéennes dans leurs dynamiques réciproques. Pour sortir de cette impasse entre l’harmonie originaire et le conflit absolu, l’entre-deux, ou l’hybride, a servi aux chercheurs comme un tiers espace de négociation et d’accommodation des cultures. Ce concept a également permis de valoriser le rôle des passeurs entre cultures et langues, des gens de l’entre-deux qui auraient mis à profit leurs attributs et capacités selon la situation (agency), au risque d’accentuer la passivité (au lieu de la plasticité) des sociétés et de les figer dans des a priori inamovibles. Mais ce concept n’a pas cours pour l’histoire méditerranéenne avant le xixe siècle puisqu’il est le produit des politiques coloniales du xixe et xxe siècles. L’entre-deux a été l’objet de recherches interculturelles — dans un contexte de conquête et de colonisation se produisaient l’appropriation de la langue du dominant et la créolisation de la production culturelle — alors qu’une approche intersociétale tiendrait compte davantage de l’interaction des sociétés méditerranéennes dans un contexte d’équilibre des forces que maintenaient les conflits de souveraineté d’avant le xixe siècle. Ainsi s’agit-il d’une importation de l’historiographie postcoloniale, qui s’est majoritairement consacrée à la « première rencontre » et à la colonisation outre-Atlantique, alors que les sociétés méditerranéennes ont une longue histoire commune beaucoup plus ancienne. Plutôt qu’un entre-deux, il s’agit bel et bien de rechercher le continuum tout en réhabilitant le conflit qui couve dans un équilibre fragile, contesté, retrouvé, mais sans créer pour autant un « middle-ground », une « zone de contact » qui serait un monde en soi. Dakhlia en fait une démonstration magistrale dans le chapitre sur Thomas-Osman d’Arcos, converti à l’Islam et correspondant de la République des lettres, pour avancer la contemporanéité et la parité des sociétés autrement pensées comme foncièrement inégales dans leurs échanges scientifiques. Un seul chapitre, d’Antonío de Almeida Mendes, sur le métissage et l’entre-deux des Blancs de Guinée du xvie et xviie siècles, sert de contrepoint au reste du livre en abordant une zone géographique située entre les dynamiques méditerranéenne et atlantique.

3Dans un livre collectif aussi riche, la répartition des chapitres n’épuise pas tous les liens possibles. Les contributions de Mercedes García-Arenal, Natalia Muchnik, Mathieu Grenet et Annliese Nef se font écho à travers trois parties, « Trajectoires et passages », « Territoires et politique de l’“entre-deux” » et « Modèles et enjeux de l’asymétrie ». García-Arenal pose l’ambiguïté, plutôt que l’identité, religieuse et culturelle, comme caractéristique des communautés qui se sont vu assigner une identité par les historiens « qui ont trop suivi les catégories produites par l’Inquisition et d’autres institutions qui cherchaient à justifier leur marginalisation » (p. 39). Nef introduit la distinction entre « communauté » (entité politique, juridique, institutionnalisée) et « groupe » pour proposer une révision radicale de l’histoire chrétienne du Maghreb médiéval. Les diasporas morisque et marrane sont d’ordinaire dissociées par l’historiographie, ce qui détermine leur identité distincte. Mais en les comparant par rapport au « référent-origine », Muchnik prend la mesure de leur forte hétérogénéité sociale et religieuse. Grenet poursuit l’analyse de cette expérience diasporique chez les « Grecs de nation » mais sujets ottomans.

4Les autres contributeurs font directement écho aux idées avancées dans l’introduction d’un entre-deux sociétal, plastique et fluide. Le chapitre de Kaiser illustre la banalité des passages et des passeurs, tout en proposant un « simultaneum » dans lequel le rachat des captifs ne fait pas figure d’exception mais est une partie intégrante du commerce méditerranéen. Natividad Planas brosse un portrait de médiateur qui s’écarte du profil typique (il n’est pas captif en terre d’Islam, ne parle pas l’arabe, n’est pas membre d’un groupe social minoritaire) et qui de surcroît dénote l’imbrication des conflits intraeuropéens avec les tensions méditerranéennes. Guillaume Calafat, comme Dakhlia et Planas, poursuit le thème de la réciprocité et l’histoire croisée des relations diplomatiques du Maghreb et de l’Europe à travers les interprètes qui ne correspondent pas au profil de passeur hybride et mobile. Thomas Glesener interroge l’occultation historiographique du « service étranger » dans les cours européennes et démontre le continuum méditerranéen de la conception du service. Plusieurs contributeurs rectifient les thèses proposées par les historiographies nationalistes. David do Paço démontre que la conquête et l’islamisation de la Bosnie n’ont pas été simultanées : les premiers musulmans ont été des populations locales converties (et pas immigrées) et la « déportation massive » vers l’Empire ottoman a souvent été un important moyen de promotion sociale pour ces populations. Pareillement, M’hamed Oualdi rectifie les travaux devenus canoniques sur les mamelouks définis comme « esclaves-étrangers-islamisés », pour y voir une économie de la mobilité où participaient les mamelouks de la Méditerranée ottomane et de la Régence de Tunis. Fatma Ben Slimane s’arrête sur l’élision dans l’historiographie tunisienne des protections consulaires européennes sous la Régence ottomane de Tunis. Daniel Hershenzon met en cause la propagande chrétienne qui a créé une disparité dans l’analyse des violences contre les captifs chrétiens, alors qu’une histoire de la captivité en Méditerranée apporte la preuve de systèmes connectés plutôt qu’indépendants : les plaintes des captifs musulmans en terres chrétiennes étaient recueillies par les autorités maghrébines, qui avertissaient leurs homologues chrétiens et négociaient avec eux avant de mettre en œuvre des mesures répressives ou violentes.

5La quatrième partie, « Inscriptions mémorielles : temporalités de l’“entre-deux” », compte quatre chapitres qui sont les moins explicites dans la théorisation de l’entre-deux mais présentent des cas qui illustrent la thèse de García-Arenal comme quoi les identités sont souvent créées par une historiographie qui n’interroge pas assez ses sources. Fernando Rodríguez Mediano suit l’évolution de la christianisation de la langue arabe dans l’histoire espagnole, Sami Bargaoui révèle un important fonds d’archives sur la migration volontaire des Européens dans la Régence ottomane de Tunis avant la colonisation systématique sous le protectorat français, Enric Porqueres i Gené conteste la réalité historique de l’endogamie de la communauté xuetes de Majorque imposée à la suite des premiers grands autodafés de 1678, et José Alberto R. Silva Tavim s’intéresse au paradoxe des « Juifs de Mafoma » (de Mahommet), c’est-à-dire des Juifs sépharades convertis dans le Portugal catholique du xvie et xviie siècles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zrinka Stahuljak, « Jocelyne Dakhlia et Wolfgang Kaiser (dir.), Les Musulmans dans l’histoire de l’Europe, t. II : Passages et contacts en Méditerranée », Mélanges de la Casa de Velázquez, 44-2 | 2014, 333.

Référence électronique

Zrinka Stahuljak, « Jocelyne Dakhlia et Wolfgang Kaiser (dir.), Les Musulmans dans l’histoire de l’Europe, t. II : Passages et contacts en Méditerranée », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-2 | 2014, mis en ligne le 15 novembre 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/5896

Haut de page

Auteur

Zrinka Stahuljak

University of California (Los Angeles)

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org