Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Fernando Rodríguez de la Flor, Mundo simbólico. Poética, política y teúrgia en el Barroco hispano

Yves Germain
p. 336
Référence(s) :

Fernando Rodríguez de la Flor, Mundo simbólico. Poética, política y teúrgia en el Barroco hispano, Madrid, Akal, 2012, 294 p.

Texte intégral

1Le livre que F. Rodríguez de la Flor a publié en 2012 chez Akal, dans une série d’histoire moderne dirigée par Fernando Bouza, s’inscrit dans un vaste projet, tout à la fois éclectique et très cohérent, d’analyse de la culture baroque hispanique, mené à bien depuis une quinzaine d’années au fil d’essais publiés chaque fois chez un éditeur différent, depuis La península metafísica (Biblioteca Nueva, 1999) et Barroco, representación e ideología en el mundo hispánico (1580-1680) (Cátedra, 2002), à travers Pasiones frías (Marcial Pons, 2005), Era melancólica (UIB, 2007) et Imago (Abada, 2007) ; un ensemble qui mêle essais d’interprétation globale de cette période d’histoire culturelle et recueils d’études plus ciblées, souvent consacrées à des objets insolites qui illustrent son originalité essentielle. Ici, à l’instar de son Barroco publié dix ans plus tôt chez Cátedra, De la Flor revient à une entreprise de synthèse de son projet, enrichi par une attention marquée aux travaux ayant depuis pu coïncider avec sa démarche d’interprétation et contribuer à la réhabilitation du baroque espagnol (ceux de A. Bernat Vistarini ou E. García Santo-Tomás, entre autres). Mundo simbólico se veut une somme interprétative, clin d’œil au Mundus symbolicus de Picinelli (repris d’un chapitre de Barroco, où il avait étudié son influence en Espagne), ou plutôt une possible synthèse qu’il évoque, en écho à Jean Rousset, comme un « dernier regard sur le baroque », dont on veut bien croire et espérer qu’il ne sera pas chez lui le dernier.

2La collection historique dans laquelle il nous l’offre se prête à un exercice récapitulatif qui entend explorer un imaginaire aussi bien religieux que politique, mais aussi graphique, littéraire et même juridique. La démarche de synthèse générale articule effectivement le premier chapitre et l’épilogue, tandis que les autres chapitres explorent des dimensions particulières : l’épistémologie du moment, avec notamment une conception de la mémoire propre à ce baroque augustinien (chap. ii), l’emblématique (chap. iii), une poétique de l’eucharistie (chap. iv) ; la reprise d’un essai déjà publié le fait se tourner vers l’imaginaire juridique (chap. v), avant de revenir à l’exploration de l’imaginaire religieux avant tout, avec la question de la production des saints et le rôle des jésuites de ce point de vue (chap. vi), et une réflexion sur l’imaginaire du cœur, « viscère baroque », et sa place chez les mystiques notamment, au chap. vii. Il livre enfin au chap. viii ses pages les plus abouties sans doute, avec une brillante réflexion sur la société baroque du spectacle et la place de celui-ci dans un modèle de ville hispanique.

3La démarche inspiratrice du projet de De la Flor, comme il le souligne ici encore dans l’épilogue, n’est rien moins qu’une volonté de rupture avec le dogme légué par l’approche de Maravall dans sa Cultura del Barroco, d’une culture de masse dirigiste et conformiste, lecture à ses yeux fondatrice d’un rejet du baroque qu’il entend pour sa part réhabiliter dans sa richesse cachée et sa diversité, avec sa charge de noirceur et de nihilisme, mise en avant dans une lecture qui s’est d’abord voulue postmoderne. Au terme de son projet, De la Flor n’a pas manqué d’affiner et de nuancer ce rejet de l’approche naguère fondatrice de Maravall. Il le rejoint même assez largement dans son évaluation de la culture politique, en étudiant sa dimension dirigiste : c’est manifeste dans son traitement de l’emblématique dont il prône une relecture politique, la nécessité de retrouver sa circonstance, en l’illustrant ici par les liens unissant à Lerma nombre de ses figures essentielles, porte-parole d’une culture courtisane dans un moment de chaos des valeurs qui rompt avec la phase humaniste antérieure. Dans d’autres champs de la culture, au-delà de la mise en évidence de curiosa déroutantes de ses travaux antérieurs, il cherche plutôt à dépasser son approche, en insistant, à travers une multiplicité de productions culturelles, sur les notions d’intériorité, d’inquiétude et de mélancolie, ainsi que sur le concept d’excès, que le baroque a si bien su penser et mettre en scène, de même que, dans une lignée benjaminienne, sur les vertus de sa propension à l’allégorique, génératrice d’une considérable puissance d’interprétation du monde.

4La réflexion sur le spectacle dans la société baroque hispanique apparaît comme le lieu le plus propice pour que puisse s’opérer cette synthèse de l’héritage de Maravall, qui l’avait aussi analysée en son temps avec brio, et de cet effort de dépassement, articulée de façon stimulante sur une lecture de Guy Debord (ainsi que de Bataille et sans doute plus rapidement de Bourdieu, plusieurs fois mal orthographié). De la Flor y livre notamment une hypothèse astucieuse : le monde hispanique, dépassé par sa mission historique « excessive », se serait vu contraint de développer une hypertrophie du spectaculaire, à travers ce qu’il dénomme « l’éphémère d’État », marqué par l’exacerbation de la dépense symbolique. Plusieurs échos cervantins, du fameux sonnet sur le catafalque sévillan de Philippe II aux fêtes chez les Ducs dans le Quichotte, viennent appuyer l’analyse contenue dans ce chapitre viii, démentant ainsi l’énoncé à l’emporte-pièce de la note en bas de p. 283 de l’épilogue, où l’auteur prétend rejeter tout usage « dissident » de la littérature dans la « Planète catholique » hispanique.

5Comme les précédents, l’essai de De la Flor, porté par le goût de la forme et un penchant gourmand pour les formules qu’il collectionne, ne laissera personne indifférent. L’exercice de style, fasciné par D’Ors et Deleuze réunis, en irritera certains, en ravira d’autres en quête de citations. Mais la forme, indissociable d’une lecture de l’excès baroque, a le mérite de l’adéquation à son sujet, et la vertu d’une originalité qui tranche sur les conformismes ternes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Germain, « Fernando Rodríguez de la Flor, Mundo simbólico. Poética, política y teúrgia en el Barroco hispano », Mélanges de la Casa de Velázquez, 44-2 | 2014, 336.

Référence électronique

Yves Germain, « Fernando Rodríguez de la Flor, Mundo simbólico. Poética, política y teúrgia en el Barroco hispano », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-2 | 2014, mis en ligne le 15 novembre 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/5904

Haut de page

Auteur

Yves Germain

université Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org