Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

José Carlos Mainer, Pío Baroja

Elisabeth Delrue
p. 345
Référence(s) :

José Carlos Mainer, Pío Baroja, Madrid, Taurus, 2012, 456 p. + 16 p. HT couleur

Texte intégral

1L’ouvrage est une biographie, aux dimensions imposantes, qui s’inscrit dans la collection « Espagnols éminents » (« Españoles eminentes ») des éditions Taurus. Il vise à répondre aux trois objectifs de cette collection, définis, d’emblée, par Javier Gomá Lanzón, directeur de la Fondation Juan March. En premier lieu, il s’agit de confier la rédaction de la biographie à un spécialiste reconnu de la période considérée et de le charger de parcourir chronologiquement la vie de l’auteur étudié, à la lumière des découvertes récentes de la recherche en vue de proposer, au terme de ce parcours, un chapitre entièrement consacré à une bibliographie commentée. En second lieu, ce projet vise à combler un vide, celui de la biographie moderne de figures d’excellence qui ne soient ni monarques, ni hommes politiques, pour mettre au jour les événements de leur existence et les traits marquants de leur personnalité qui leur ont permis d’accéder à ce caractère d’excellence communément admis aujourd’hui. Au point que le rédacteur de l’ouvrage est tenu de produire à l’intérieur de tout un chapitre les motifs liés à l’attribution de cette excellence. Et ce second objectif permettrait, selon Javier Gomá Lanzón, de remplir le dernier, à savoir, l’évaluation de l’influence de certaines individualités au comportement exemplaire dans la configuration d’une tradition culturelle collective. Ceci, en soi, entérinerait, d’après lui, le changement de perspective adopté par l’historiographie actuelle qui, après avoir successivement expliqué le devenir d’un peuple par les faits politiques, les structures économiques et démographiques de la société ou la description des conditions géographiques et climatiques du territoire s’accorde à privilégier, à présent, l’ethos personnel dans l’explication historique. Autrement dit l’histoire de protagonistes ou de témoins privilégiés des faits rapportés qui, contrairement aux précédentes approches, suscite le consensus des spécialistes.

2Les trois objectifs présentés dès les premières pages du volume, et ici brièvement rappelés, semblent fondamentalement remplis par José Carlos Mainer.

3L’auteur de la biographie est, en effet, un spécialiste reconnu de la période considérée qui, par surcroît, révèle dans le prologue l’intérêt qu’il porte à Baroja depuis l’adolescence et la codirection qu’il a assurée avec Juan Carlos Ara Torralba de ses Œuvres complètes publiées aux éditions Galaxia Gutemberg-Círculo de Lectores de Barcelone en 1997, occasion pour laquelle il a relu toute sa production. La structure du livre retrace, par ailleurs et de manière chronologique, la vie de l’auteur, en évoquant sa famille et ses premières expériences (ii), ses jeunes années d’écrivain (iii), son parcours artistique balisé en cycles — 1902-1907 (iv), 1908-1914 (v), 1914-1931 (vi) —, sa période républicaine (vii) et les dernières années de sa vie (viii). L’épilogue énumère les arguments qui plaident en faveur ou en défaveur de son excellence tandis que la bibliographie commentée est scrupuleusement recensée au moment de clore l’ouvrage.

4En outre, le premier des huit chapitres que compte le livre, après l’exposé détaillé des enjeux et des stratégies narratives de Baroja mis en œuvre dans sa manière d’écrire, présente, dans les deux derniers développements, une évaluation méthodique des apports des nombreuses biographies publiées avant celle proposée aux lecteurs d’aujourd’hui et, surtout, des faiblesses en mesure d’être dépassées, comme c’est à supposer en tout cas par la nouvelle approche ici offerte. Et cette nouvelle approche s’inscrit pleinement dans le dernier objectif déclaré de la collection. J. C. Mainer, en effet, comme il lui a été demandé, clarifie, dans les sept chapitres relatifs à la vie personnelle et professionnelle de l’auteur, la conjoncture politique et culturelle de chaque étape marquante de son existence et de celle de son entourage. S’appuyant sur des lettres, des témoignages d’époque, des comparaisons avec d’autres écrivains connus, souvent les mêmes (Galdós, Valle Inclán, Azorín, Unamuno, Maeztu) confrontés aux mêmes circonstances, Mainer traque systématiquement alors les répercussions singulières qu’elle a eues sur Baroja, celui qui en a été témoin ou protagoniste au premier chef, dans la retranscription esthétique qu’il opère au cœur de ses romans, en particulier, de tel événement ou péripétie familiale, de tel voyage, de tel séjour, de telle rencontre. Les exemples abondent tant la mine des informations recueillies est foisonnante. La moindre allusion présente au détour d’une phrase est inventoriée, puis commentée, ramenée au contexte où elle a été formulée, raccrochée à l’événement qui lui a, sans doute, donné naissance. C’est en cela, à mon sens, que Mainer dépasse les biographies qui l’ont précédé, en tirant profit du matériel inédit dont n’ont pu disposer ces prédécesseurs, en reliant le texte et son contexte et, a fortiori, les interactions qu’ils entretiennent. L’autre apport, on peut le trouver, dans le premier chapitre et l’épilogue. Dans l’un, Mainer fédère l’arsenal des stratégies narratives de Baroja, répertoriées et communément admises, autour de la figure du témoin sincère, perplexe et sceptique du monde qu’il met en scène, qui cherche à établir avec son destinataire idéal, parfois narrataire, assimilé aux « chapelaundis », un dialogue intérieur en quête de vérité. Dans l’autre, Mainer explique pourquoi Baroja, dont l’œuvre littéraire doit être appréciée à sa juste valeur, en dépit de l’idéologie politiquement incorrecte qui parfois y affleure, est le plus grand des écrivains de second rang sans aucune reconnaissance internationale. Les raisons invoquées sont alors, dans le premier cas, le choix délibéré du romancier d’écrire pour divertir ses lecteurs et, dans le second, le mode de circulation de ses écrits et la forme de relation qu’il entretient avec son public. Pour le troisième, Mainer réduit son antisémitisme à une manie sans conséquence dramatique et attribue son rejet de la démocratie à ses convictions politiques de libéral radical qui juge incapable une démocratie de régler des problèmes graves par un simple vote.

5Au terme de son parcours, Mainer explique que le concept d’excellence qui pourrait être attribué à Baroja dépend de l’opinion qu’ont portée sur lui les grands noms de la littérature espagnole. Opinion, selon lui, qui a évolué au fil du temps. Mitigée au début, elle devient consensuelle aujourd’hui, car les critiques proférées à l’encontre de Baroja ne sont pas si graves, comme il l’a démontré en retournant les arguments.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabeth Delrue, « José Carlos Mainer, Pío Baroja », Mélanges de la Casa de Velázquez, 44-2 | 2014, 345.

Référence électronique

Elisabeth Delrue, « José Carlos Mainer, Pío Baroja », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-2 | 2014, mis en ligne le 15 novembre 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/5934

Haut de page

Auteur

Elisabeth Delrue

université d’Amiens

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org