Navigation – Plan du site
Dossier

« En raison des conquêtes, de la religion et du commerce » 

L’invention de la langue générale dans le Brésil du xvie siècle
«En razón de las conquistas, la religión y el comercio»: la invención de la lengua general en el Brasil del siglo xvi
«Concerning conquests, religion and trade»: the invention of a lingua franca in 16th-century Brazil
Charlotte de Castelnau L’Estoile
p. 77-98

Résumés

Au xvie siècle, le territoire du Brésil présente une situation linguistique contrastée : une langue indigène dominante sur la côte et un multilinguisme dans les tribus intérieures. L’article analyse les différentes étapes de la transformation de la langue indigène dominante sur la côte en langue générale du Brésil : apprentissage par les Portugais, mise en écriture, grammatisation et publication. La publication de la Grammaire d’Anchieta en 1595 prend sens dans un contexte polémique de rivalités entre colons et jésuites autour des populations indiennes. La forte mortalité des tribus de la côte détermine une nouvelle politique de descente des populations de l’intérieur des terres vers les côtes qui implique la diffusion d’une langue commune. Les débats sur la grammaire et l’aptitude de la langue des Indiens à dire la foi et la loi chrétiennes prennent sens dans l’âpre combat qui opposent missionnaires ignaciens et colons pour le contrôle des populations indiennes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Langues indigènes et colonisation au Brésil (1500-1570)
Conquête et commerce
Conquêtes et religion
Les polémiques autour de la langue des Indiens et l’émergence de la langue générale, 1570-1600
Grammaire et colonisation : le traité de Gândavo (1570)
Langues indiennes et projet colonial jésuite
Une langue inapte à la conversion : l’offensive de Gabriel Soares de Souza contre les jésuites

Aperçu du début du texte

Dans le Vocabulario Português Latim en huit volumes qu’il publie à partir de 1712 à Coimbra, Raphael Bluteau consacre, à la rubrique langue, un long passage aux langues générales. À la différence des langues particulières, les langues générales ou matrices se sont étendues à diverses nations en raison « des conquêtes, de la religion et du commerce ». Ce père théatin (1638-1734), qui a dans sa vie circulé entre l’Angleterre, la France et le Portugal, est un esprit encyclopédique, curieux et porté à la comparaison. Son approche des langues est sociale et historique. Il nous semble mettre particulièrement bien en lumière les conséquences linguistiques de la colonisation. Bluteau cite et décrit quatorze langues générales dans le monde, trois d’entre elles circulent au Brésil : le portugais issu du latin, première des langues générales, la langue des Noirs que les esclaves emmenés au Brésil ont apporté et une langue indigène que Bluteau nomme la langue des Tapuia.

Si les linguistes et les...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte de Castelnau L’Estoile, « « En raison des conquêtes, de la religion et du commerce »  », Mélanges de la Casa de Velázquez, 45-1 | 2015, 77-98.

Référence électronique

Charlotte de Castelnau L’Estoile, « « En raison des conquêtes, de la religion et du commerce »  », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-1 | 2015, mis en ligne le 15 mai 2017, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://mcv.revues.org/6147

Haut de page

Auteur

Charlotte de Castelnau L’Estoile

Université Paris 7 Diderot, ICT (projet LANGAS)

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org