Navigation – Plan du site
Dossier

De l’autre côté du monde : langues véhiculaires et communication interethnique dans l’océan Indien à l’époque de la découverte portugaise

Al otro lado del mundo: lenguas vehiculares y comunicación interétnica en el océano Índico en la época del descubrimiento portugués
On the other side of the world: vehicular tongues and inter-ethnic communication in the Indian Ocean at the time of the Portuguese discoveries
Luís Filipe Thomaz
p. 113-131

Résumés

En arrivant dans l’océan Indien, à la fin du xve siècle, les Portugais se servirent surtout de l’arabe pour communiquer avec les autorités locales. Nombre d’entre eux connaissaient cette langue depuis que le Portugal avait occupé des places-fortes sur la côte marocaine. Découvrant bientôt que la langue de culture de l’Inde était le persan plutôt que l’arabe, quelques Portugais apprirent cette langue, ce qui facilita leurs contacts diplomatiques en Inde et au-delà. En Asie du Sud-Est, la langue de commerce était le malais, utilisé jusqu’aux côtes de la Chine. Le portugais se répandit ensuite graduellement dans tout l’océan Indien et devint langue véhiculaire aux côtés du malais. Au xviie siècle, il supplanta le malais dans ce rôle et plusieurs traités entre les Anglais ou les Hollandais et des potentats locaux furent même rédigés en portugais. D’autres langues véhiculaires jouèrent un rôle plus effacé, comme le swahili, sur la côte orientale africaine ou le tétun à Timor.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les Portugais à la découverte de l’Inde
Aux Indes
Aux confins du Pacifique
L’émergence d’une langue véhiculaire

Aperçu du début du texte

L’aire géographique dont nous nous occuperons ici est l’océan Indien historique, qui ne coïncide pas exactement avec l’océan Indien des géographes. En effet, la moitié méridionale de celui-ci, grosso modo au sud de l’équateur, ne fut guère utilisée par la navigation commerciale avant l’expansion maritime des Hollandais qui, pour éviter la présence portugaise le long des côtes indiennes, commencèrent à traverser l’océan en droiture, depuis le cap de Bonne Espérance jusqu’au détroit de la Sonde. En revanche, les mers plus ou moins intérieures délimitées à l’est par les Moluques, les Philippines, Formose, les Ryukyu et le Japon, quoique plutôt ouvertes sur le Pacifique, se lient historiquement au domaine de navigation de l’océan Indien. Du moins en fut-il ainsi à partir des premiers siècles de notre ère, lorsque le commerce entre l’Inde et la Chine commença à emprunter les détroits de Malacca et de la Sonde, au lieu de traverser par terre l’isthme de Kra qui unit la Péninsule Malaise à...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luís Filipe Thomaz, « De l’autre côté du monde : langues véhiculaires et communication interethnique dans l’océan Indien à l’époque de la découverte portugaise », Mélanges de la Casa de Velázquez, 45-1 | 2015, 113-131.

Référence électronique

Luís Filipe Thomaz, « De l’autre côté du monde : langues véhiculaires et communication interethnique dans l’océan Indien à l’époque de la découverte portugaise », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-1 | 2015, mis en ligne le 22 mai 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/6156

Haut de page

Auteur

Luís Filipe Thomaz

Instituto de Estudos Orientais da Universidade Católica Portuguesa

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org