Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Chronique d’archéologie

Villages et sites-refuges du Sous et de la région d’Iġerm (Anti-Atlas oriental, Maroc)

La mission d’août 2007
Jean-Pierre Van Staëvel et Abdallah Fili
p. 293-308

Texte intégral

  • 1 Entamée il y a de cela sept ans par J.-P. Van Staëvel dans le cadre d’un programme de recherche cen (...)
  • 2 Les toponymes suivent l’orthographe des cartes, ou la transcription d’usage local.

1Prévu pour se dérouler sur une durée de quatre ans (de 2004 à 2007), le programme de recherche « Villages et sites-refuges du Sous et de la région d’Iġerm (Anti-Atlas oriental) : géographie historique et reconnaissance archéologique dans le Sud marocain » a été consacré à une première approche de l’évolution du peuplement dans la vallée moyenne de l’oued Sous, la région de Taroudant, le Haut-Sous et les piémonts voisins de l’Anti-Atlas et du Haut-Atlas1 (fig.1, p.294). Cette question a été envisagée dans un temps long, depuis les modifications dans l’implantation des communautés d’habitants de la plaine et des reliefs environnants que l’on pressent à la lecture des témoignages sur l’arrivée des Almoravides, vers le milieu du xie siècle, jusqu’à la crise qui affecte l’État central sa‘dien et son appendice du Sous, à partir de la fin du xvie siècle. Il s’agissait pour l’essentiel d’étudier par les textes et la localisation sur le terrain certains des sites de hauteur ayant servi de refuge ou de point de contrôle du territoire durant cette période. L’étude s’est fondée d’une part sur l’exploitation la plus complète possible des sources arabes d’époque médiévale — chroniques, ouvrages géographiques, récits de voyage, documentation de chancellerie, littérature hagiographique —, en en proposant une relecture critique systématique, ainsi que sur une approche — critique, elle aussi — de l’ensemble des toponymes berbères (ou de leurs équivalents arabes, dont il est parfois possible de restituer la forme originelle dans la langue vernaculaire) proposés par ces textes2. L’autre volet de la recherche a consisté en une enquête de terrain visant à repérer certains des sites mentionnés dans les textes étudiés, et à fournir les premiers éléments d’un diagnostic concernant leur potentiel archéologique.

Fig. 1. — Le sud-ouest marocain et la région des Atlas

Fig. 1. — Le sud-ouest marocain et la région des Atlas

Localisation des sites explorés.

  • 3 La plus remarquable contribution en la matière est celle de Berthier, 1966, dont le champ de recher (...)

2La vallée du Sous et les piémonts du Haut-Atlas et de l’Anti-Atlas qui la bordent n’ont fait l’objet que de rares études archéologiques3. Il en résulte non seulement l’absence d’une cartographie systématique des sites ruraux d’époque médiévale ou prémoderne, mais également une méconnaissance totale des fossiles directeurs de la culture matérielle (la céramique en premier lieu) et des appareils constructifs. Dans ces conditions d’extrême lacune, la grille d’analyse retenue était des plus simples. Le travail de terrain s’assimilait pour l’essentiel à une démarche exploratoire, une « reconnaissance » archéologique, comprenant un investissement léger sur le terrain : étude de la céramique sur place, prise de photographies et de mesures des structures sans levé topographique, élaboration d’un croquis général de situation pour chaque site, enquête orale auprès des populations, etc. La description de chaque site, prenant en compte la présence ou non d’un système défensif et / ou de structures d’habitat, l’existence d’infrastructures hydrauliques et de lieux de culte, devait permettre une classification assez élémentaire au final, mais utile. L’objectif à terme se proposait de fournir, à la fin de la dernière campagne d’exploration, soit à l’automne 2007, un bilan des connaissances permettant la constitution d’un projet de coopération scientifique franco-marocain, sous forme d’une prospection et de sondages sur un ou plusieurs des sites sélectionnés à cette fin.

3La plus grande attention a été portée à la localisation précise des sites visités. Les photos aériennes s’avérant inutilisables car trop peu précises, cette localisation a été menée sur le terrain par analyse des cartes topographiques au 1/50 000e et comparaison avec les données fournies par le relief environnant. Au vu de la configuration du terrain, la marge d’erreur est relativement faible. Les localisations proposées ici devront toutefois faire l’objet, dans la suite du programme, d’un travail de repérage beaucoup plus précis, réalisé à l’aide des instruments adéquats.

  • 4 Une autorisation officielle de prospection nous avait été octroyée par Monsieur Aomar Akerraz, dire (...)

4Après une première série de voyages de reconnaissance archéologique menés de 2003 à 2005 dans la vallée du Sous et les contreforts montagneux de l’Anti-Atlas central, et une année supplémentaire consacrée à la synthèse et à la divulgation des premiers résultats de l’enquête, la mission planifiée pour l’été 20074 devait renouer avec les travaux de terrain, en prévoyant de centrer ses objectifs sur les points suivants :

  1. poursuite de l’évaluation du potentiel archéologique du site d’Īgīlīz (commune de Tuġmart, Iġerm, Anti-Atlas), interprété comme Īgīlīz-des-arġa, le site originel du mouvement révolutionnaire almohade, au début des années 1120, et patrie du mahdī Ibn Tūmart, le promoteur dudit mouvement : étude des céramiques, exploration des environs de la forteresse visitée en 2005 et suite du relevé schématique des principaux vestiges ;

  2. prospection sur le site et dans les environs du village de Tuġmart, situé au pied de la montagne d’Īgīlīz, afin de repérer d’éventuelles traces de l’habitat médiéval au pied du site-refuge ;

  3. reprise des recherches concernant la forteresse de Tīzet, mentionnée dans les textes médiévaux comme l’une des places fortes principales de la vallée du Sous au milieu du xiiie siècle, en privilégiant la zone de l’Anti-Atlas située en amont et au sud-sud-est de Taroudant ;

  4. recherche, enfin, et essai de localisation d’un autre site fortifié mentionné dans les textes des xiie-xive siècles : Ānsā / Tānsāst, au débouché de l’oued Sous, dans les environs de la ville actuelle d’Aoulouz.

5La campagne 2007 du programme de reconnaissance archéologique s’est déroulée du 7 août au 8 septembre, avec un séjour effectif sur le terrain du 8 août au 6 septembre. Y ont participé Abdallah Fili (Université d’El Jadida, UMR 5648) et Jean-Pierre Van Staëvel (Université de Paris IV, UMR 8167), responsables du programme.

Prospections dans la région de Tuġmart (Anti-Atlas central)

Poursuite de la reconnaissance archéologique du Jebel Īgīlīz

  • 5 Huici Miranda, 2000, vol. 1, p. 28.
  • 6 Le terme arġa est, dans les textes médiévaux, l’équivalent arabe d’Arġen, appellation berbère du g (...)
  • 7 Pour plus d’informations concernant cette question historiographique cruciale, nous nous permettons (...)

6La campagne 2007 s’est attachée essentiellement à l’approche archéologique du site d’Īgīlīz, à 60 km à l’est de Taroudant, dans la vallée de l’Assif-n-Warġen dont l’agglomération de Tuġmart est aujourd’hui le chef-lieu (fig. 1, p. 294). Īgīlīz-des-arġa est le lieu de naissance d’Ibn Tūmart, le fondateur du mouvement almohade. C’est de là qu’il entreprend, en 500/1106-1107 selon Huici Miranda, son voyage de fin d’études qui devait durer quinze ans5. Et c’est également là qu’il devait revenir, au terme de cette longue rila, pour s’installer parmi les siens, les arġa6, mener sa prédication et engager la lutte contre les Almoravides. Si l’on connaît, par le témoignage d’auteurs médiévaux comme Ibn ‘Iārī ou Ibn Haldūn, l’existence de la rābita qu’il fonde alors, on sait moins le rôle à la fois militaire et religieux joué alors par Īgīlīz-des-arġa dans la résistance initiale qu’opposent les premiers Almohades aux troupes du pouvoir de Marrakech qui sont stationnées dans la vallée du Sous. Le site est donc d’une importance historique majeure, avant que le mahdī ne le quitte pour Tinmal ; il finira cependant par être progressivement oublié (à tout le moins marginalisé) au profit de la célèbre localité du Haut-Atlas, tant dans les récits illustrant la geste des Almohades que dans les études contemporaines7. Les auteurs médiévaux associent différentes fonctions à ce site perché : la montagne d’Īgīlīz est un lieu de refuge pour les Arġen (depuis l’époque préalmohade ?), puis pour Ibn Tūmart et ses compagnons. C’est un site fortifié, ce dont témoignent les noms attribués à Īgīlīz dans certains ouvrages : « forteresse » (isn), « place-forte » (qal‘a asīna). C’est enfin un lieu de culte et de vénération : outre la mention de la rābita, de la grotte et de la mosquée sur la montagne, le site d’Īgīlīz est aussi associé, du vivant d’Ibn Tūmart, à l’exercice de pratiques ascétiques par certaines membres de la première communauté almohade ; il devient ensuite un but de pèlerinage (« un pèlerinage aux sources », pourrait-on dire) pour les deux premiers califes almohades, ‘Abd al-Mu’min en 552/1157, et Abū Ya‘qūb Yūsuf en 578/1182.

Fig. 2. — Vue générale du Jebel Īgīlīz depuis le sud-ouest et situation des différents secteurs prospectés

Fig. 2. — Vue générale du Jebel Īgīlīz depuis le sud-ouest et situation des différents secteurs prospectés
  • 8 Sur lesquelles on se permet de renvoyer à nouveau à notre étude Van Staëvel et Fili, 2006.
  • 9 Pour un premier aperçu archéologique sur la mosquée principale, la muraille et sa porte, les zones (...)

7Le berceau du mouvement almohade a fait l’objet depuis les années 1920 de diverses tentatives de localisation, sur lesquelles on ne reviendra pas ici8. Un faisceau d’arguments concordants, d’ordre documentaire, cartographique, toponymique, nous ont permis de proposer une nouvelle localisation, dans l’Assif-n-Warġen (« La rivière des Arġen »). Après une première exploration de la vallée qui nous avait conduits, en juillet 2004, au pied de la montagne d’Īgīlīz (fig. 2, p. 298), nous avons entrepris, en août 2005, une visite approfondie du site, afin de procéder à un premier diagnostic, puisqu’il apparaissait, au vu des informations dont nous disposions, que celui-ci n’avait jamais encore reçu la visite d’archéologues. Seuls les principaux vestiges présents sur la partie centrale de la montagne avaient pu être alors identifiés et relevés sommairement9. L’essentiel du travail de relevé et de reconnaissance entrepris à Īgīlīz durant la campagne 2007 a consisté à poursuivre le repérage des vestiges sur la montagne elle-même, en dehors notamment de la zone centrale de la forteresse, explorée en 2005, pour s’étendre à la crête rocheuse orientale, qui en constitue à la fois la défense avancée et le principal moyen d’accès. La prospection menée en août 2007 sur la partie orientale de la montagne nous a notamment permis d’étudier le « grand bâtiment » situé en contrebas de la porte sud-est du Jebel central : de plan trapézoïdal, cette construction tranche sur les autres édifices, tant par son appareil de gros blocs à peine dégrossis que par ses dimensions imposantes (24 x 8 m environ) : sa fonction demeure à ce jour inconnue. Dans son voisinage, une prospection minutieuse nous a également permis d’identifier les vestiges fortement arasés d’une seconde mosquée ; de plan rectangulaire, celle-ci présente une longueur près de trois fois inférieure à celle de la mosquée du Jebel central, pour une largeur légèrement moindre (11,50 m x 5 m). Le tracé de la muraille qui enserrait sur le versant nord le Jebel oriental a fait l’objet d’un repérage général. La chronologie des vestiges reste encore incertaine, faute de pouvoir disposer des fossiles directeurs adéquats. Un important lot de céramique, récolté principalement dans les différents secteurs du Jebel central et, dans une moindre mesure, sur son prolongement oriental, est actuellement en cours d’étude. Une première estimation nous a permis récemment d’isoler des faciès céramiques d’époque médiévale.

Repérage des sites d’habitat en plaine ou en contrebas du Jebel Īgīlīz

8Outre les recherches menées sur le sommet et sur les pentes du Jebel Īgīlīz, les prospections ont également intéressé plusieurs gisements archéologiques situés au pied de la montagne (fig. 3). Dans les environs de Tuġmart, au pied d’Īgīlīz donc, les prospections que nous avons menées, en nous fondant essentiellement sur une enquête orale, nous ont permis de localiser pas moins de six sites :

a. — l’ensemble constitué par un habitat fortifié, de grandes habitations sommitales et un grenier en position sommitale au-dessus de la localité de Tuġmart, au lieu-dit Tawrirt-n-Ikiwane ;

b. — un autre site, en face du précédent, au lieu-dit Imi-n-Tigigt, dont ne subsistent plus que de rares vestiges : sans doute s’agissait-il d’une petite agglomération (un village ?), dont la datation resterait à préciser ;

c. — en face de Tuġmart, sur la rive gauche de l’Assif-n-Warġen, se situent les vestiges épars et très détruits des maisons d’un hameau (Iurbane) et d’un grand bâtiment situé à flanc de colline, sans doute à vocation de grenier ;

d. — en aval de Tuġmart, entre la route menant de Magennoune à Tuġmart et sur la rive droite de l’Assif-n-Warġen, s’étendent des champs en terrasse et une aire à battre qui ont pratiquement oblitéré les vestiges du village de Timilāl, lequel a livré un matériel abondant ;

e. — l’ensemble formé par quatre enclos et un grenier collectif au lieu-dit Agadir-n-Irrumayn ;

f. — l’habitat fortifié du Burj Ouktim occupe enfin la terminaison occidentale de la montagne qui s’affirme, en rive gauche de l’Assif-n-Warġen, comme le vis-à-vis de la masse puissante du Jebel Īgīlīz.

Fig. 3. — Localisation des sites prospectés aux alentours du Jebel Īgīlīz

Fig. 3. — Localisation des sites prospectés aux alentours du Jebel Īgīlīz

9Des lots de céramique, en cours d’étude pour chacun de ces sites, devraient nous permettre d’établir une première chronologie relative des phases d’occupation de chacun de ceux-ci.

Prospections dans la région d’Aoulouz (Haut-Sous)

Les forteresses-refuges d’Ibn Yidder d’après les textes

  • 10 Ibn ‘Iārī al-Marrākušī, Al-Bayān al-muġrib (Bayânalmohade), p. 456. Cette description a donné lieu (...)

10L’intérêt porté au site d’Īgīlīz ne doit pas masquer les autres objectifs qui avaient été fixés pour la dernière campagne du programme « Villages et sites-refuges du Sous et de la région d’Iġerm (Anti-Atlas oriental) ». La localisation d’autres sites médiévaux mentionnés dans les textes demeurait l’une des priorités absolues du programme, afin de poursuivre l’analyse des structures du peuplement dans la région, et de disposer d’autres corpus céramiques à des fins de comparaison et d’étalonnage. Parmi les événements consignés dans les sources textuelles à propos du Sous médiéval, il en est un qui a fait l’objet d’une longue description dans l’ouvrage du chroniqueur Ibn ‘Iārī : il s’agit de l’expédition entreprise dans le Sous en 665/1267 par le dernier calife almohade, Abū Dabbūs, afin d’y réprimer la sédition initiée dans la région plus d’une décennie plus tôt par un chef berbère local, ‘Alī ibn Yidder. Les récits de la révolte d’Ibn Yidder, déclenchée en 651/1253, révèlent de nombreux renseignements sur les principaux points d’appui fortifiés de la rébellion. Des trois sites mentionnés dans les textes, Tānsāst, Tīwīnwīn et Tīzeġt (ou Tīzet), deux semblent pouvoir aujourd’hui faire l’objet d’une localisation précise ; seul le dernier cité échappe encore à toute tentative de repérage. C’est dans cette forteresse que, nous disent les chroniqueurs, on aurait transporté, à l’annonce de l’arrivée imminente des troupes almohades ou ralliées au pouvoir central de Marrakech, « une bonne partie des récoltes de la plaine ». La description de la forteresse, avec ses différents niveaux de défense, est la plus précise en notre possession pour le Sous10 ; elle est malheureusement avare en informations topographiques précises qui permettraient de la localiser. Une longue et minutieuse exploration des zones qui nous semblaient pouvoir répondre aux rares indices disponibles est restée infructueuse, et les investigations doivent donc se poursuivre.

La localisation de l’agglomération fortifiée d’Ānsā/Tānsāst

  • 11 Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar, t. iv, p. 323 ; trad. Mac Guckin de Slane, 1927, t. ii, p. 276 ; Al-‘Ab (...)
  • 12 Resterait à expliquer le redoublement en pénultième du sīn de Tānsāst ; on notera que la forme n’es (...)
  • 13 Le sens de ce terme en particulier demande encore des recherches.
  • 14 D’après les anciens du village de Tagergoust-n-Wansa, l’ensemble de la montagne est connu sous le n (...)

11Un autre site fortifié par ‘Alī ibn Yidder était au cœur de notre questionnement. Les indices topographiques fournis par les textes semblaient à même de nous fournir les clés du repérage et de l’identification de la forteresse de Tānsāst, où s’était installé le rebelle au moment de sa rupture avec le pouvoir de Marrakech. À peu d’années d’intervalle, en effet, l’historien Ibn Haldūn et le voyageur al-‘Abdarī mentionnent, à l’endroit où l’oued Sous débouche de la montagne, le site fortifié de « Tānsāst » pour l’un, et la ville d’« Ānsā » pour l’autre11. De haute importance stratégique, on comprend que la zone de piémont commandant la naissance de la plaine du Sous, à la jonction entre Anti-Atlas et Haut-Atlas, ait suscité l’apparition de noyaux de peuplement et de sites de fonctions diverses. Toutefois, la concordance de cette localisation en amont de la des lieux-dits Ānsā et Tānsāst, alliée à l’évidente ressemblance phonétique des deux toponymes, l’un constituant manifestement le doublon berbère de l’autre12, semble bien aller dans le sens d’une réduction des deux sites à une réalité archéologique unique, dans les environs de la ville actuelle d’Aoulouz (fig. 1, p. 294). En l’absence de toute indication toponymique sur les cartes d’état-major consultées, c’est encore une fois le recours à la mémoire des habitants de la région qui s’est avéré un guide des plus précieux à l’heure d’entreprendre cette exploration de la zone amont de l’oued Sous. En effet, dans les conversations, un nom parmi d’autres nous est rapidement apparu comme porteur de sens : « Tagergust-n-Wansa », c’est-à-dire « la Tagergust13 d’Ānsā14 ». L’agglomération ainsi désignée se trouve à la sortie d’Aoulouz, sur la route menant de cette ville à Taliwine, en direction de Ouarzazate. Là passait la route qui menait, durant l’époque médiévale et prémoderne, jusqu’au célèbre port saharien de Sijilmāsa. Tagergust-n-Wansa se développe au pied de la montagne d’Azrou Zouġagane, marquée par une orientation générale nord-ouest / sud-est (fig. 4). Le sommet de la montagne se présente sous la forme d’un plateau de grandes dimensions, s’élevant de manière régulière vers le sud-est. C’est là que se trouvent concentrés les vestiges de l’établissement d’époque médiévale.

Fig. 4. — Vue générale depuis le nord-ouest d’Azrou Zouġagane et du Bū Tīnī

Fig. 4. — Vue générale depuis le nord-ouest d’Azrou Zouġagane et du Bū Tīnī

Les ruines au premier plan sont celles d’un agadir voisin.

Prospections sur la montagne d’Azrou Zouġagane

  • 15 Réalisé sans levé topographique précis et avec les outils de mesure les plus simples, le croquis d’ (...)

12Le site, installé sur la montagne Azrou Zouġagane et sur la butte-témoin qui en constitue le pendant au nord (désignée localement sous l’appellation de « Bū Tīnī »), comprend plusieurs zones d’habitat qui occupent les versants et surtout les sommets de ces deux masses rocheuses. Du fait de son extension, le site a été divisé arbitrairement en plusieurs secteurs15 (fig. 5).

Fig. 5. — La montagne d’Azrou Zouġagane et ses environs

Fig. 5. — La montagne d’Azrou Zouġagane et ses environs

Croquis de situation des différents secteurs prospectés.

Les pentes méridionales (secteurs 1 et 2)

13La zone des premières pentes sur le flanc méridional du Jebel Azrou Zouġagane a été désignée sous le nom de secteur 1. Le versant, découpé en plusieurs massifs rocheux de grande envergure par des lits de torrents intermittents, conserve la trace d’un habitat d’implantation plutôt dispersé. Il s’agit, semble-t-il, surtout de structures monocellulaires, de plan rectangulaire allongé, auxquelles est parfois associé un espace non bâti, situé au-devant de la pièce. L’ensemble de l’habitat semble avoir été protégé (ou peut-être plus simplement délimité ?) par un petit mur qui joint l’extrémité nord-ouest de la montagne d’Azrou Zouġagane à la petite croupe de N-Aït Boho qui longe celle-ci par le sud. Le secteur 2 concerne, quant à lui, une large zone horizontale qui marque, au-dessus du secteur précédent, la moitié supérieure des pentes sur le versant méridional de la montagne d’Azrou Zouġagane. La déclivité y est plus importante, les vestiges d’habitat apparaissent plus concentrés sur le versant abrupt. L’implantation des pièces, généralement dans le sens perpendiculaire aux courbes de niveau, donc dans le sens de la pente, suppose l’aménagement soit de terre-pleins de soutènement, soit de pièces en sous-œuvre, hypothèse plus plausible au vu du faible volume d’éboulis retrouvé in situ. Aucune trace d’infrastructure destinée à stocker l’eau n’a été retrouvée dans la zone explorée.

Palier intermédiaire et versant septentrional (secteurs 3 et 4)

14La pente méridionale une fois gravie, on parvient à un vaste replat (secteur 3), qui s’étend au nord-ouest du plateau sommital (secteurs 5 et 6, voir infra). Cette zone est marquée par la présence de trois enclos de grande taille (approx. 21 x 18 m pour deux d’entre eux). Au-delà et en contrebas se déploie le versant septentrional du Jebel Azrou Zouġagane (secteur 4). La zone est marquée par un système défensif qui consiste pour l’essentiel en deux murs joignant le flanc nord de la montagne d’une part (secteur 3), et la terminaison septentrionale de la colline du Bū Tīnī d’autre part. De même que dans le secteur 1, un habitat se développe en arrière de ces murs. Les bâtiments repérables constituent autant d’enclos, dont la fonction (agro-pastorale ?) reste à discuter. Dans la moitié supérieure du versant oriental, on ne rencontre plus de structures visibles. Aucune citerne n’a été identifiée dans ce secteur.

Le plateau sommital (secteurs 5 et 6)

  • 16 On doit en effet leur ajouter les quatre citernes du secteur 6.

15En arrière du secteur 3, un petit épaulement permet de rejoindre le plateau sommital de l’Azrou Zouġagane, qui s’élève en pente douce vers le sud-est. Celui-ci est scindé en deux parties de superficie inégale par une muraille d’orientation nord-est / sud-ouest, qui délimite ainsi les secteurs 5 (partie basse) et 6 (partie sommitale). Par ailleurs, un mur d’enceinte en moellons enserre la presque totalité du plateau, sauf aux endroits où celui-ci est bordé de falaises abruptes. L’accès principal s’effectue par une porte ménagée à l’extrémité nord-ouest de la table rocheuse. Au-delà, l’habitat du secteur 5 se présente sous la forme de pièces rectangulaires allongées, dont tant les caractéristiques d’implantation que celles inhérentes à leur construction témoignent d’une grande homogénéité d’ensemble. Reliées en files parallèles par aboutement de leurs petits côtés, ces pièces adoptent une orientation commune et préférentielle selon un axe nord-est / sud-ouest. On ne compte pas moins de dix citernes dans le secteur 5, la moitié d’entre elles s’insérant dans le maillage de l’orientation préférentielle, les autres étant implantées en fonction du relief, si possible non loin d’une rupture de pente, sans doute pour profiter de l’existence du dénivelé qui a facilité à la fois leur aménagement et leur approvisionnement. Il s’est avéré impossible, lors de la campagne 2007, de glaner la moindre information décisive quant à la relation chronologique qu’entretiennent ces structures hydrauliques. Si elles sont toutes contemporaines — ce qui n’est pas impossible, au vu de la grande homogénéité de leurs techniques de construction —, elles ont pu constituer un ensemble de structures de stockage tout à fait considérable, qualité dont peu de sites visités jusqu’à présent peuvent se prévaloir16. Installée en bordure de falaise du côté nord du secteur 5, une petite mosquée s’étend enfin sur un replat de faibles dimensions (6,90 x 3,80 m environ). L’oratoire est limité à l’est par la falaise sur la bordure de laquelle s’appuie son mur de la qibla, et à l’ouest par une série d’affleurements rocheux qui vient rompre l’horizontalité du replat.

16Bordé sur trois côtés par une imposante barrière rocheuse et limité à l’ouest par un gros mur aujourd’hui éboulé, le plateau sommital de l’Azrou Zouġagane (secteur 6) adopte la configuration d’un site d’éperon barré. Le mur lui-même ne devait assurer qu’une défense médiocre. Sa présence massive marque néanmoins de manière indéniable le paysage construit : sans doute son rôle était-il au moins pour partie de manifester la claire différenciation spatiale (et sociale ? socio-économique ?) entre les habitants de ce secteur et ceux installés légèrement en contrebas, dans le secteur 5. L’habitat apparaît très dense sur une large partie du plateau sommital. Les maisons sont ennoyées sous des éboulis très abondants, qui masquent les vestiges au point d’en rendre toute lecture difficile. À d’autres endroits, des élévations de l’ordre de 1,50 m sont encore visibles. Les maisons se présentent soit sous forme de pièces rectangulaires allongées, souvent aboutées par leur petit côté le long d’espaces de circulation rectilignes, soit sous forme de grands ensembles formés d’unités monocellulaires réunies autour d’une cour de plan rectangulaire. En l’état actuel de la recherche, il n’est pas possible de déterminer une quelconque différence de chronologie dans l’implantation de ces deux types de maisons. L’orientation de ces pièces diffère selon les endroits, en partie en fonction de contraintes microtopographiques. Dans ce secteur densément bâti, on distingue toutefois un groupe de maisons et de ruelles qui s’organise de manière très régulière dans la partie sud-est du sommet de la montagne. Ce « quartier sud-est » présente en effet tous les signes d’une planification rigoureuse. L’orientation des maisons est très homogène, dans le sens perpendiculaire à la ligne formée par la barre rocheuse au sud. Le long de la barre rocheuse d’orientation nord-sud qui borde par le sud ce quartier, le mur pignon de trois de ces pièces, disposé perpendiculairement à la muraille, fait saillie sur celle-ci (fig. 6).

Fig. 6. — Azrou Zouġagane, secteur 6, quartier sud-est

Fig. 6. — Azrou Zouġagane, secteur 6, quartier sud-est

Vue de l’extérieur de la structure 6026 et du tronçon de muraille attenant.

17Il ne semble pas qu’il s’agisse de véritables tours — les saillies sont trop peu importantes —, aussi l’effet recherché semble-t-il avant tout d’ordre esthétique et monumental. Cet aménagement constitue en tout cas un élément de datation relative non négligeable, puisqu’il permet d’avancer la contemporéanité de ce tronçon de muraille avec les pièces qui en font saillie, comme vraisemblablement avec l’ensemble du quartier sud-est. Lors de la prospection, quatre citernes de grande contenance ont pu être repérées. Au contraire de leurs homologues situées dans le secteur 5, toutes les structures de stockage découvertes dans le secteur 6 sont implantées de la même manière, c’est-à-dire en bordure de falaise, là où les eaux de ruissellement se rassemblent pour se déverser, créant ainsi un relief fortement découpé dont ont profité les constructeurs. Il a été nécessaire de fermer chacun de ces espaces nés de l’érosion par une maçonnerie. Toutes ces parois, y compris celles du secteur 5, sont aujourd’hui détruites : il semble qu’il s’agisse là du résultat d’un geste délibéré.

La butte-témoin du Bū Tīnī

18La montagne d’Azrou Zouġagane n’est pas seule à conserver les vestiges d’un habitat médiéval. Il en va de même d’un sommet tout proche, le Bū Tīnī, dont la silhouette caractéristique en table rocheuse constitue le contrepoint visuel de l’Azrou (fig. 4 et 5, pp. 301 et 302). Tant la pente méridionale que la plate-forme sommitale portent les vestiges de nombreuses maisons, à présent très largement ennoyées dans d’épais éboulis. Sur le sommet, les bâtiments se présentent généralement sous la forme de pièces rectangulaires allongées, souvent aboutées par leur petit côté le long d’espaces de circulation rectilignes. L’orientation d’ensemble des structures est variable selon les endroits. Deux citernes ont été retrouvées lors de la prospection.

19Inédits pour la plupart, les vestiges archéologiques étudiés en prospection au long de ces dernières années doivent permettre, à l’avenir, une approche des conditions matérielles de vie des populations médiévales et prémodernes de la région du Sous. Notre programme de prospection s’attachait dans une large mesure à l’étude de sites de hauteur, difficilement accessibles mais susceptibles néanmoins d’accueillir de nombreux bâtiments, naturellement protégés par le relief et dotés, selon les besoins, d’aménagements défensifs ponctuels. Au-delà, il s’agissait de réfléchir aux modalités d’articulation entre ces forteresses de hauteur et l’habitat environnant. L’exemple d’Īgīlīz pourrait constituer l’illustration ad hoc d’un système de peuplement et de mise en valeur marqué par l’association, sur un espace relativement restreint, d’un site-refuge et d’un ensemble de petites implantations rurales dans la vallée, dont seules des ruines plus ou moins visibles et la céramique marquent aujourd’hui l’emplacement. Des nuances sont toutefois à apporter à ce schéma basique : si les textes médiévaux donnent à la montagne d’Īgīlīz une fonction de refuge et d’habitat temporaire, les vestiges jusqu’à présent recensés laissent penser à une occupation plus durable du site. De même, au moins l’un des petits noyaux de peuplement implantés dans la vallée était doté d’une enceinte, lui offrant ainsi une relative garantie contre les formes mineures de violence exercées à l’encontre des habitants.

  • 17 Le matériel céramique recensé lors de la mission d’août 2007 a fait l’objet d’un premier examen dét (...)

20Tous ces sites posent un problème d’ordre historique : à quelle époque ont-ils été bâtis, et pendant combien de temps ont-ils été occupés ? Il faut reconnaître que, pour l’instant, nous en sommes réduits aux conjectures. Les sites étudiés ne correspondent bien évidemment pas tous à une même et seule période. Les différences de structures sont considérables. Certains gisements, au contraire, ne sont pas très éloignés les uns des autres et semblent offrir des caractéristiques fonctionnelles semblables. On rencontre ainsi, dans les environs de Tuġmart, pas moins de trois greniers collectifs ou agadirs: Tawrirt-n-Ikiwane, Iurbane, Agadir-n-Irrumayn. Une telle constatation semble bien témoigner d’une probable succession dans le temps de ces lieux de stockage. En l’absence de tout fossile directeur daté avec précision17, il demeure impossible aujourd’hui encore, en l’état actuel de la recherche, de proposer une quelconque chronologie relative d’occupation de ces sites. La réalisation d’un catalogue des productions céramiques identifiées sur les sites d’habitat du Sous paraît d’autant plus indispensable, et constitue d’ores et déjà l’un des axes prioritaires du programme envisagé.

  • 18 Le nouveau projet, intitulé La montagne d’Īgīlīz et le pays des Arġen. Enquête sur l’histoire du pe (...)

21Par l’ampleur de sa superficie, par le soin apporté à l’organisation de l’habitat sur son plateau sommital, par l’abondance enfin du matériel archéologique, le complexe d’Azrou Zouġagane et du Bū Tīnī présente toutes les qualités d’un « grand » site à fouiller. C’est toutefois la montagne d’Īgīlīz qui doit décidément retenir l’attention, à l’heure de proposer d’étendre notre action à la définition d’une stratégie de sondages archéologiques sur un site donné. L’importance historique majeure d’Īgīlīz, en tant que premier épicentre de la révolution almohade au début des années 1120, et la place que tînt la forteresse dans les épisodes militaires de la décennie 1130-1140, constituent déjà des arguments de poids dans ce choix. L’existence de vestiges importants — et dont il conviendra de préciser dans les années qui viennent si la datation de certains d’entre eux est bien médiévale, ou postérieure —, la présence dûment constatée cette année de céramique médiévale dans la partie centrale du site, la mise en évidence enfin de deux mosquées, tous ces éléments concourent aujourd’hui à poursuivre le programme des « villages et sites-refuge du Sous » par la fouille de ce haut lieu de l’histoire marocaine18.

Haut de page

Bibliographie

Al-‘Abdarī, Muammad b. Muammad Abū ‘Abd Allāh, Rilat al-Abdarī al-musamma al-rila al-maġribiyya, Muammad Al-Fāsī (éd.), Rabat, 1968.

Benhima, Yassir (2002-2003), « La défense des communautés rurales au Maroc (13e-14e siècles) : évolution du peuplement et enjeux politiques », Al-Andalus Magreb, 10, pp. 25-40.

Berthier, Paul (1966), Les anciennes sucreries du Maroc et leurs réseaux hydrauliques. Étude archéologique et d’histoire économique (2vol.), Rabat.

Huici Miranda, Ambrosio (2000), Historia política del imperio almohade(2 vol.), Grenade.

Ibn ‘Iārī al-Marrākušī, Al-Bayān al-muġrib fī itiār abār mulūk al-Andalus wa-l-Maġrib(Bayân almohade), Muammad Ibrāhīm Al-Kattānī, Muammad Znībar, Muammad Ibn Tāwīt, ‘Abd al-Qādīr Zamāma(éd.), Casablanca, 1985.

IbnHaldūn, ‘Abd al-Ramān b. Muammad, Kitāb al-‘ibar wa-dīwān al-mubtada’ wa-l-abar fī ayyām al-‘Arab wa-l-‘Aǧam wa-l-Barbar wa-man ‘aarahum min awī al-sulān al-akbar (7vol.), Beyrouth, 1992 ; trad. William Mac Guckin de Slane(1927), Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique septentrionale (4 vol.), Paris.

Van Staëvel, Jean-Pierre et Fili, Abdallah (2006), « Wa-waalnā ‘alā barakat Allāh ilā Īgīlīz : à propos de la localisation d’Īgīlīz-des-arġa, le isn du mahdī Ibn Tūmart », Al-Qantara, 27 (1), pp. 155-197 [version arabe remaniée dans la Revue de la faculté des lettres et des science humaines de Rabat, 26, 2006, pp. 91-124].

Van Staëvel, Jean-Pierre et Fili, Abdallah (à paraître), « Avant Tinmal : notes historiques et archéologiques à propos d’Īgīlīz-des-arġa, berceau du mouvement almohade », dans 30 ans d’archéologie marocaine. Actes des Journées d’hommage à Madame Joudia Benslimane (Rabat, 8-9décembre 2005).

Haut de page

Notes

1 Entamée il y a de cela sept ans par J.-P. Van Staëvel dans le cadre d’un programme de recherche centré sur les murailles de Taroudant, sous la responsabilité scientifique d’A. Bazzana et L. Erbati, et du programme archéologique codirigé par P. Cressier et L. Erbati sur la « Naissance de la ville islamique au Maroc », la réflexion sur l’histoire médiévale du Sous a été depuis 2003 poursuivie sur le terrain avec A. Fili. D’abord financée sur fonds propres, cette recherche a pu bénéficier, à partir de 2005, de l’aide apportée par l’UMR 5648 et l’Université de Paris IV puis, à partir de 2007, d’une somme allouée par la Casa de Velázquez.

2 Les toponymes suivent l’orthographe des cartes, ou la transcription d’usage local.

3 La plus remarquable contribution en la matière est celle de Berthier, 1966, dont le champ de recherche déborde de beaucoup la simple étude de ces installations protoindustrielles pour concerner également le réseau hydraulique dans la vallée du Sous, notamment dans les environs de Taroudant. Outre l’étude des murailles de Taroudant citée supra, on ajoutera à cette liste le programme hispano-marocain mené ces dernières années sur le Sous occidental ou Sous-Tekna (responsables J. Onrubia Pintado et Y. Bokbot).

4 Une autorisation officielle de prospection nous avait été octroyée par Monsieur Aomar Akerraz, directeur adjoint de l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (INSAP) à Rabat. Que Monsieur Aomar Akerraz, ainsi que les autorités locales des caïdats d’Ouled Berhil et Aoulouz, veuillent bien trouver ici l’expression de nos profonds remerciements pour leur hospitalité, leur intérêt bienveillant et leur compréhension à l’égard de notre travail.

5 Huici Miranda, 2000, vol. 1, p. 28.

6 Le terme arġa est, dans les textes médiévaux, l’équivalent arabe d’Arġen, appellation berbère du groupe tribal auquel appartient Ibn Tūmart.

7 Pour plus d’informations concernant cette question historiographique cruciale, nous nous permettons de renvoyer à notre étude : Van Staëvel et Fili, 2006, dont on trouvera la version arabe remaniée dans le no 26 de la Revue de la faculté des lettres et des science humaines de Rabat, 2006, pp. 91-124, ainsi que notre article intitulé « Oublier Îgîlîz : un cas d’amnésie volontaire dans la tradition historiographique almohade ? », à paraître.

8 Sur lesquelles on se permet de renvoyer à nouveau à notre étude Van Staëvel et Fili, 2006.

9 Pour un premier aperçu archéologique sur la mosquée principale, la muraille et sa porte, les zones d’habitat et les infrastructures hydrauliques, voir ibid., pp. 187-192. Pour une description plus détaillée, voir Van Staëvel et Fili, à paraître.

10 Ibn ‘Iārī al-Marrākušī, Al-Bayān al-muġrib (Bayânalmohade), p. 456. Cette description a donné lieu à une analyse dans Benhima, 2002-2003, p. 36.

11 Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar, t. iv, p. 323 ; trad. Mac Guckin de Slane, 1927, t. ii, p. 276 ; Al-‘Abdarī, Rilat al-‘Abdarī, pp. 7-8 (texte arabe). La localité d’Ānsā est également mentionnée à l’occasion des combats qui opposent, du vivant du mahdī Ibn Tūmart, les partisans de celui-ci aux troupes du pouvoir almoravide de Marrakech, et également plus tard, lors de la visite solennelle entreprise dans le Sous par le premier calife almohade, ‘Abd al-Mu’min, sur les terres qui ont vu naître le mouvement révolutionnaire et messianiste. On trouvera le détail et les références précises de ces occurrences médiévales du toponyme dans un article à paraître prochainement sur la localisation d’Ânsâ : « Ânsâ, ville et forteresse oubliée du Haut-Sous : éléments d’une enquête historique et archéologique ».

12 Resterait à expliquer le redoublement en pénultième du sīn de Tānsāst ; on notera que la forme n’est pas rare en berbère.

13 Le sens de ce terme en particulier demande encore des recherches.

14 D’après les anciens du village de Tagergoust-n-Wansa, l’ensemble de la montagne est connu sous le nom de mdīnetĀnsā, « la ville d’Ānsā ».

15 Réalisé sans levé topographique précis et avec les outils de mesure les plus simples, le croquis d’ensemble présenté n’a qu’une valeur indicative et ne saurait rendre compte, avec toute la finesse nécessaire, de la réalité de la configuration des lieux.

16 On doit en effet leur ajouter les quatre citernes du secteur 6.

17 Le matériel céramique recensé lors de la mission d’août 2007 a fait l’objet d’un premier examen détaillé au mois de mai dernier. L’étude a notamment confirmé la présence de céramique médiévale à Īgīlīz, ainsi que sur plusieurs des sites implantés en contrebas, le long de l’Assif-n-Warġen.

18 Le nouveau projet, intitulé La montagne d’Īgīlīz et le pays des Arġen. Enquête sur l’histoire du peuplement rural dans le Sud marocain au Moyen Âge et à l’époque prémoderne, est à présent inscrit au programme quadriennal de la Casa de Velázquez.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Le sud-ouest marocain et la région des Atlas
Légende Localisation des sites explorés.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/619/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 2. — Vue générale du Jebel Īgīlīz depuis le sud-ouest et situation des différents secteurs prospectés
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/619/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 3. — Localisation des sites prospectés aux alentours du Jebel Īgīlīz
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/619/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 4. — Vue générale depuis le nord-ouest d’Azrou Zouġagane et du Bū Tīnī
Légende Les ruines au premier plan sont celles d’un agadir voisin.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/619/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 5. — La montagne d’Azrou Zouġagane et ses environs
Légende Croquis de situation des différents secteurs prospectés.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/619/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 6. — Azrou Zouġagane, secteur 6, quartier sud-est
Légende Vue de l’extérieur de la structure 6026 et du tronçon de muraille attenant.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/619/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Van Staëvel et Abdallah Fili, « Villages et sites-refuges du Sous et de la région d’Iġerm (Anti-Atlas oriental, Maroc) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-2 | 2008, 293-308.

Référence électronique

Jean-Pierre Van Staëvel et Abdallah Fili, « Villages et sites-refuges du Sous et de la région d’Iġerm (Anti-Atlas oriental, Maroc) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-2 | 2008, mis en ligne le 15 novembre 2010, consulté le 22 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/619

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Van Staëvel

UMR 8167, Université de Paris IV

Abdallah Fili

UMR 5648, Université d’El Jedida

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org