Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

Joana Barreto, La Majesté en images, portraits du pouvoir dans la Naples des Aragon

Roxane Chilà
Référence(s) :

Joana Barreto, La Majesté en images, portraits du pouvoir dans la Naples des Aragon, Collection de l’École française de Rome, Rome, 2013, 500 p.

Texte intégral

1L’ouvrage est la version publiée de la thèse d’histoire de l’art de l’auteur, ancienne pensionnaire de la Villa Médicis à Rome. Cet ambitieux travail vient opportunément combler un vide historiographique concernant les Trastamare de Naples. Régnant en Italie méridionale à partir de 1442, à la suite de sa conquête par le roi d’Aragon Alphonse le Magnanime, cette dynastie, issue du fils illégitime du Magnanime, est évincée en 1504 par la branche cousine des Trastamare ibériques en la personne de Ferdinand le Catholique. La damnatio memoriae dont a fait l’objet l’image des Aragonais de Naples au début du xvie siècle a durablement oblitéré l’héritage artistique et politique des règnes d’Alphonse le Magnanime (1442-1458), Ferdinand Ier (1458-1494), Alphonse II (1494-1495), Ferdinand II (1495-1496) et Frédéric Ier (1496-1504). Il s’agit pourtant d’un héritage considérable dont certains aspects ont été recueillis par les rois catholiques puis les Habsbourg, notamment Charles Quint, comme le montre l’auteur.

2Ce travail foisonnant porte sur la politique de commande artistique des Aragonais de Naples, principalement à l’aune des représentations de la personne royale. Pour mener à bien ce projet, Joana Barreto a procédé à un travail tout à fait remarquable de réunion du corpus des œuvres issues des commandes aragonaises ayant survécu aux importantes destructions subies par le patrimoine médiéval napolitain. Une grande diversité de supports iconographiques est analysée dans cette étude, de la céramique à la sculpture en passant par la numismatique et les manuscrits de la bibliothèque aragonaise de Naples. Mieux, cette thèse propose une continuité d’analyse convaincante entre les portraits princiers et les autres types de commandes participant de la construction d’une assimilation de la dynastie et de l’État. Figurent donc également dans le corpus les récits des célébrations urbaines dynastiques, l’iconographie des résidences royales napolitaines ainsi que la production cartographique représentant le royaume. La construction de l’identité dynastique et de son assimilation avec celle du royaume entier, à travers les aspects les plus variés de la culture matérielle de la seconde moitié du xve siècle, apparaît clairement, dans l’analyse, comme l’un des aspects de la politique centralisatrice des Aragonais de Naples et de la formation de l’un des tout premiers États modernes.

3Fort de dizaines d’analyses iconographiques et emblématiques, l’ouvrage de Joana Barreto restitue fort bien les différentes influences à l’œuvre dans les créations napolitaines : les traditions ibériques familières au conquérant Alphonse le Magnanime, le rôle de la présence angevine à Naples et de la tradition artistique de Valence dans le goût pour la peinture à l’huile à la cour, conjuguées à des échanges nourris avec la Toscane d’où viennent de nombreux artistes appelés au service des Trastamare. De fait, ce travail concourt à rendre à Naples sa place de centre d’innovation artistique à part entière dans l’Italie du Quattrocento, à rebours d’une historiographie datée selon laquelle les arts méridionaux n’auraient que reçu et adapté les innovations toscanes. À travers une analyse qui fera date du triomphe à l’antique célébré dans Naples en 1443 et de sa commémoration par la commande de l’arc ornant la porte de Castelnuovo, l’auteur démontre combien la royauté aragonaise a procédé à une très rapide acculturation au contexte de l’humanisme et de la redécouverte de l’Antiquité, avec pour conséquence l’élaboration précoce de son propre langage iconographique. L’influence de la pratique aragonaise est d’ailleurs importante par le biais des alliances nouées dans la péninsule italienne, souvent par des mariages : à Milan, Ferrare ou Florence, les lignages aristocratiques liés à la cour de Naples puisent dans les formes qui y sont élaborées et se les approprient.

4L’ampleur chronologique de l’étude permet à l’auteur de montrer l’évolution de ce langage et d’en faire apparaître des étapes cruciales, comme la commande des enluminures du manuscrit du De Maiestate de Giuniano Maio à Cola Rapicano. La question de la construction d’une iconographie individuelle, mais cohérente avec le discours dynastique, ainsi que l’accession à la représentation pour les membres d’une famille royale sert efficacement de fil conducteur dans le parcours temporel proposé. L’auteur, dont le travail de documentation doit être salué, s’appuie sur l’historiographie la plus récente du royaume de Naples et fournit de nombreuses synthèses originales sur des épisodes éclairés par l’iconographie comme la guerre de succession remportée par Ferdinand Ier ou le siège d’Otrante par les Turcs en 1480.

5D’importantes annexes documentaires et iconographiques en couleur enrichissent et facilitent la lecture de cet important ouvrage. Il est dommage de constater que la qualité de reproduction de certaines d’entre elles est très décevante. On ne peut que déplorer également le nombre surprenant de coquilles venant grever un texte qui aurait gagné à être davantage repris dans le sens de la synthèse par rapport à la version de soutenance de la thèse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roxane Chilà, « Joana Barreto, La Majesté en images, portraits du pouvoir dans la Naples des Aragon », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-1 | 2015, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/6350

Haut de page

Auteur

Roxane Chilà

Casa de Velázquez

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org