Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

Carmen Benítez Guerrero, La imagen del rey en la cronística castellana. Propaganda y legitimación durante la primera mitad del siglo xiv

Patricia Rochwert-Zuili
Référence(s) :

Carmen Benítez Guerrero, La imagen del rey en la cronística castellana. Propaganda y legitimación durante la primera mitad del siglo xiv, Madrid, Ediciones de la Ergástula, 2013, 166 p.

Texte intégral

1Cette publication vient récompenser l’un des meilleurs travaux réalisés dans le cadre du Máster Universitario en Estudios Medievales Hispánicos de l’Université Autonome de Madrid. Composé d’une introduction, d’une partie analytique et d’une conclusion, ce mémoire dédié à la représentation du pouvoir royal dans deux chroniques castillanes de la première moitié du xive siècle est précédé d’un court prologue réalisé par Fermín Miranda García, professeur à l’Université Autonome de Madrid, qui vante les qualités de la jeune chercheuse appartenant à l’école d’historiens de Séville.

2Dans l’introduction (pp. 15-54), Carmen Benítez Guerrero dresse d’abord un état de la question qui révèle une bonne connaissance des recherches menées ces dernières années sur la représentation du pouvoir dans la Castille médiévale. Elle revient notamment sur les travaux de José Manuel Nieto Soria et de ses disciples et sur ceux de Diego Catalán et des chercheurs qui ont suivi sa voie au sein du Seminario Menéndez Pidal, et met ainsi en évidence les avancées de la recherche récente en matière de connaissance et d’édition des textes historiographiques. Elle montre aussi l’importance qu’en est venue à prendre dans ce genre d’investigation la considération du contexte de composition des œuvres et par conséquent, l’étude d’une littérature non pas destinée à rendre compte de manière exacte du passé mais à éclairer le présent. De même sont évoquées les recherches des membres du Séminaire d’édition et de critique textuelle Germán Orduna de Buenos Aires ainsi que celles de Fernando Gómez Redondo sur le molinismo et celles de Georges Martin et des membres du Séminaire d’Études Médiévales Hispaniques qu’il a dirigé. Ce panorama permet à l’auteur de justifier son entreprise, centrée sur la propagande véhiculée par les textes pour légitimer le pouvoir royal. Elle évoque également la notion de pacte entre la monarchie et la noblesse et ne manque pas de mentionner les recherches menées par Salvador de Moxó sur les hommes formant l’entourage des monarques ou celles, plus récentes, d’Amaia Arizaleta.

3Carmen Benítez Guerrero présente ensuite les sources historiographiques qu’elle a utilisées : la Chronique des rois de Castille de Jofré de Loaísa et la Chronique de Ferdinand IV, composées respectivement sous les règnes de Ferdinand IV (1295-1312) et d’Alphonse XI (1312-1350). On regrette néanmoins que la Chronique particulière de saint Ferdinand ainsi que la Chronique d’Alphonse X et la Chronique de Sanche IV, qui forment avec la Chronique de Ferdinand IV la Chronique de trois rois, n’aient pas été prises en compte dans l’analyse, ce qui aurait sans doute permis d’établir des parallèles avec la chronique de Loaísa, mais l’entreprise est justifiée par les limites qu’impose le cadre d’un mémoire de Master. Quoi qu’il en soit, la présentation des chroniques met parfaitement en lumière certains des problèmes que ces dernières continuent de poser. En effet, pour la chronique de Loaísa, on ne dispose que de la traduction latine du texte d’origine, écrit initialement en castillan. Par ailleurs, les éditions de la Chronique de trois rois sont imparfaites et l’autorité de Ferrán Sánchez de Valladolid n’est toujours pas admise par l’ensemble de la critique.

4Dans une troisième sous-partie, l’auteur se penche sur le contexte de composition des deux textes historiographiques étudiés en décrivant une période troublée par le défaut de légitimité de Sanche IV (1284-1295) et de ses successeurs, et fait une brève synthèse de l’image de la monarchie véhiculée par les textes juridiques, historiographiques et littéraires de cette période.

5C’est dans la deuxième partie de l’ouvrage (pp. 55-125) que l’on découvre véritablement le fruit de la recherche menée par Carmen Benítez Guerrero. L’étude repose sur une problématique double : il s’agit, d’une part, de voir comment se manifeste dans les textes la justification divine du pouvoir royal et, d’autre part, d’identifier les vices et les vertus attribués aux monarques. L’analyse est menée au sein de deux sous-parties précédées d’une introduction où Carmen Benítez Guerrero distingue, à l’aide d’un tableau (p. 59), quelques variantes dans le récit du règne de Ferdinand IV qui montrent notamment la plus grande liberté avec laquelle l’auteur de la Chronique de Ferdinand IV traite l’information.

6Dans la première sous-partie, l’étude des manifestations de la divinité, de la représentation du roi en tant que vicaire de Dieu, ou encore des récits de miracles, permet à la chercheuse d’identifier les procédés mis en œuvre pour légitimer l’action royale.

7La deuxième sous-partie est, quant à elle, consacrée à l’image du monarque et à ses rapports avec le corps social. On y trouve également des tableaux permettant d’observer, dans chaque chronique, les qualités attribuées aux différents membres de la dynastie royale (pp. 85-86), mais l’auteur s’attarde en particulier sur la libéralité, le conseil, le bon entendement, la justice, la crainte de Dieu et la défense de la foi. Précédée d’un panorama des vertus attribuées aux hommes de pouvoir dans la tradition des miroirs de princes, dans les textes juridiques et dans les traités politiques, l’analyse est intéressante, d’autant plus que Carmen Benítez Guerrero relève aussi des coïncidences avec quelques textes littéraires tels que le Livre du chevalier Zifar et le Livre du comte Lucanor de Don Juan Manuel. On voit aussi comment les historiographes accordent une place et un rôle importants à la reine et régente Marie de Molina. Cependant, même si cette étude donne lieu à des conclusions partielles, l’ensemble reste assez descriptif et ne permet pas d’identifier avec précision les liens qui pourraient exister entre les deux chroniques.

8Enfin, si la conclusion, très brève (pp. 127-130), réaffirme le rôle joué par la chronique en tant que manuel d’instruction dédié à la monarchie et aux hommes de son entourage — ce qui n’est pas une découverte — elle ne permet pas d’entrevoir de façon nette la position de Carmen Benítez Guerrero sur certains points évoqués lors de l’analyse, concernant en particulier le caractère molinista ou non des textes étudiés ainsi que les propos de leurs auteurs.

9On trouve ensuite, en annexe, divers tableaux signalant les passages et le contexte dans lesquels sont évoquées les qualités des monarques ainsi qu’une bibliographie assez complète et un index, fort utile, des noms et des lieux.

10Il s’agit donc, dans l’ensemble, d’un bon mémoire de Master qui témoigne d’un travail sérieux et minutieux et d’une solide connaissance des travaux réalisés sur le sujet traité. Même si l’on aurait souhaité y trouver des prises de position plus affirmées, il n’en demeure pas moins que cet ouvrage révèle les qualités certaines de son auteur et constitue donc une première étape vers un travail plus abouti et de plus grande ampleur sur la Chronique de Ferdinand IV, dont Carmen Benítez Guerrero prépare actuellement l’édition dans le cadre de sa thèse de doctorat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Rochwert-Zuili, « Carmen Benítez Guerrero, La imagen del rey en la cronística castellana. Propaganda y legitimación durante la primera mitad del siglo xiv », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-1 | 2015, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/6353

Haut de page

Auteur

Patricia Rochwert-Zuili

Université d’Artois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org