Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

Travis Bruce, La taifa de Denia et la Méditerranée au xie siècle

Bruna Soravia
Référence(s) :

Travis Bruce, La taifa de Denia et la Méditerranée au xie siècle, CNRS – Universitè de Toulouse-Le Mirail, 2013, 385 p.

Texte intégral

1L’étude de T. Bruce, issue d’une thèse doctorale soutenue à l’université Toulouse II-Le Mirail en 2009, représente une tentative soutenue et ambitieuse d’analyser et de croiser l’ensemble des données, aussi bien matérielles que littéraires au sens large, dont nous disposons concernant l’essor de la taifa de Denia au cours du ve-xie siècle. L’auteur, qui enseigne aujourd’hui à Wichita State University (KS), y retrace : 1) les origines de la politique maritime entreprise par l’émirat, puis par le califat marwanide andalou, allant de pair avec l’intégration territoriale et politique du Levant andalou ; 2) sa continuation durant la régence amiride, au cours de laquelle le territoire du Sharq al-Andalus fut partagé parmi les puissants serviteurs (fityan saqaliba, traduit comme « officiers esclavons ») de la maison amiride ; 3) l’institution de la taifa de Denia par l’initiative de l’un des plus énergiques et déterminés parmi les saqaliba, Mujahid, qui s’annexa aussi les Baléares et qui, poursuivant l’établissement d’une véritable thalassocratie, chercha à étendre sa domination dans la Méditerranée occidentale ; 4) son repliement, après l’échec de sa tentative célèbre de conquête de la Sardaigne, sur la guerre de course, sans pour autant renoncer à exploiter les réseaux commerciaux et diplomatiques mis en place au cours, et nonobstant, le conflit avec les États chrétiens de l’autre bord de la mer ; 5) le déclin de la taifa sous le règne de fiAli, fils de Mujahid, jusqu’à son annexion par le royaume hudide de Saragosse en 468/1076-7.

2L'ouvrage ne se place pas tant sous l'influence de la vision braudélienne de la Méditerranée comme d’un espace en même temps diversifié et unifiant, que sous celle, plus récente, de la remise en question qu’en ont faite les historiens britanniques P. Horden et N. Purcell (The Corrupting Sea, Oxford, Blackwell, 2000). Le récit minutieux de l’histoire politique de la taifa et de ses seigneurs esclavons est mis en rapport avec la macrohistoire des réseaux méditerranéens de l’époque, dans le but de montrer qu’aussi bien les échanges pacifiques que les chocs belliqueux entre les populations entourant les bords de la mer, depuis la péninsule Ibérique et le Maghreb jusqu’à l’Italie et à l’Egypte, se justifient par l’interconnexion et l’unité substantielle des phénomènes matériaux et culturels les reliant, mais aussi par les aspects spécifiques et locaux déterminés tout d’abord par les paysages physiques, avec les opportunités qu’ils offrent ou refusent. Dans le cas de Dénia et de son territoire, face au peu de ressources terrestres, la mer est bien évidemment l’élément crucial, et les opportunités productives sont dès le début de cette histoire orientées vers l’exploitation des ressources méditerranéennes de toute sorte, y compris la piraterie, qui y fleurit bien avant l’avènement de la taifa de Mujahid, lequel est tout de même prêt à la poursuivre. C’est en effet dans le but d’augmenter et de protéger les activités de piraterie dans la Méditerranée occidentale qu’il conçoit la conquête de la Sardaigne entre 405-406/1014-1015, en même temps qu’il soutient sur la scène andalouse la dacwa d’un prétendant au califat de souche umayyade. Bien que les deux entreprises échouent, les relations et les alliances qui avaient été établies lors de leur préparation dirigent par la suite le cours de la politique de la taifa, de plus en plus orienté vers la fiscalité et le commerce.

3Dans sa problématique, et par les questions posées, que j’ai cherchées à dégager ci-dessus, la thèse de Travis Bruce présente donc un incontestable intérêt et on ne peut que lui reconnaître une grande richesse de données et d’analyses. Il est toutefois dommage que certains défauts dans la maîtrise de cet ensemble ambitieux, potentiellement très prometteur, provoquent chez le lecteur une certaine insatisfaction. La structuration de l’ensemble ne convainc pas toujours. La masse notable des informations apportées n’est pas aussi bien organisée qu’on le souhaiterait ; les mêmes fragments ou ensembles (par exemple, concernant les conflits entre les saqaliba amirides ou la conquête de la Sardaigne) reviennent d’un chapitre à l’autre, suivant un dessein parfois peu compréhensible ou inachevé. L’axe principal du discours est souvent interrompu par des digressions faiblement justifiées (par exemple, celle sur la notion d’État à l’époque taifale, pp. 75-86), alors que, même en tenant compte de l’opacité bien connue des sources littéraires andalouses, on déplore l’absence d’une analyse rigoureuse de la biographie de Mujahid (nous apprenons qu’il était siqlabi, quelle que soit la signification de ce terme, et aussi peut-être chrétien) ainsi que de ses hommes.

4Aussi, les sources arabes et chrétiennes mentionnées sont d'intérêt et de valeur variables (un « géographe Qalqashandi », souvent mentionné comme témoin, est bien sûr le katib et encyclopédiste égyptien du viiie-xive siècle, cité à travers l’anthologie qu’en a fait Seco de Lucena en 1975) et la bibliographie est excessivement œcuménique. Toujours dans la « finalisation » de ce travail, on regrette de trop nombreuses fautes de translittération de l’arabe, qui apparaissent surtout dans les noms des personnes et notamment dans les listes prosopographiques, pourtant intéressantes et utiles, insérées à la fin de l’étude.

5L’impression d’ensemble est donc contrastée. Ce qui déçoit un peu dans ce livre me semble découler de la « forme thèse », insuffisamment réélaborée dans une étude suivie et répondant aux questions pourtant nombreuses qu’elle pose, en elles-mêmes tout à fait intéressantes pour l’histoire de la « géopolitique » méditerranéenne aux siècles centraux du Moyen Âge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruna Soravia, « Travis Bruce, La taifa de Denia et la Méditerranée au xie siècle », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-1 | 2015, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/6360

Haut de page

Auteur

Bruna Soravia

Università LUISS, Rome

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org