Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

Blanca Garí (éd.), Redes femeninas de promoción espiritual en los Reinos Peninsulares (s. xiii-xvi)

Isabelle Poutrin
Référence(s) :

Blanca Gari (éd.), Redes femeninas de promoción espiritual en los Reinos Peninsulares (s. xiii-xvi), Roma, Viella, 2013, 287 p.

Texte intégral

1Issu de recherches collectives sur la topographie de la spiritualité féminine (projet HAR2008-02426), cet ouvrage réunit treize articles en espagnol, catalan et portugais qui apportent une importante contribution à la connaissance des réseaux féminins de patronage religieux, durant une période caractérisée par un ensemble de phénomènes connexes tels que la croissance des villes, le déplacement progressif de la topographie du sacré vers le milieu urbain, l’éclosion de courants spirituels animés par des idéaux évangéliques de pauvreté et l’investissement massif des femmes dans ces mouvements. L’ouvrage explore l’évolution et les mutations des formes de vie religieuse féminine dans les espaces urbains, dans une aire géographique large puisque la notion de « royaumes péninsulaires » inclut aussi bien la Castille (avec les articles de María del Mar Graña Cid et Nuria Silleras-Fernández), le Portugal (étudié par María Filomena Andrade et Ana María S. A. Rodríguez), le royaume de Valence (Jill W. Webster) et le royaume de Naples (Nuria Jornet-Benito), que le Languedoc (Delfi-Isabelle Nieto-Isabel) et la Catalogne (Concepción Rodríguez-Parada, Ana Castellano i Tresserra, Araceli Rosillo-Luque, Cristina Sanjust i Latorre, Laia de Ahumada et Mercè Gras Casanova), ces études étant précédées d’une solide introduction (B. Garí) et suivies d’une utile bibliographie. La variété des milieux sociaux et des ordres religieux considérés n’empêche pas la balance de pencher plus en faveur des reines et princesses (Elisenda de Moncada, Sancha de Majorque, Isabelle d’Aragon, Isabelle la Catholique) et des femmes de l’aristocratie (Cardona, Rocaberti) que de celles de la bourgeoisie ; les ordres mendiants, en particulier les franciscains, prédominent. Les approches choisies par les auteures témoignent d’une variété bien tempérée : on trouvera tant une analyse du « matronage spirituel » castillan dans la moyenne durée (xiiie-début xive siècle) et un développement sur le patronage des princesses portugaises (xve siècle), que des études plus ciblées sur la fondation d’un monastère (Santa Clara de Manresa) ou la présentation d’un corpus de sources (sur Maria de Cervelló et les premières mercédaires). L’exploration de fonds d’archives jusqu’alors négligés irrigue ces travaux qui ne visent pas à présenter un tableau exhaustif des fondations religieuses mais à développer une analyse comparative portant sur une série d’espaces et de lieux précis.

2Des lignes de forces se dégagent de cet ensemble et l’ordonnancement chronologique des articles permet d’effectuer une périodisation en quatre temps. Les deux axes majeurs sont la promotion spirituelle féminine (l’ensemble des initiatives visant à la réalisation d’un objectif concret, lié en l’occurrence aux espaces de spiritualité féminine médiévaux) et les réseaux de relations. Parmi les liens de parenté, d’amitié, d’affection ou d’autorité mobilisés dans les entreprises considérées, celui de la parenté est omniprésent, tant chez les béguines que dans les couvents, mais les liens d’affinité et d’autorité jouent aussi un rôle important, et une attention est portée aux différences entre réseaux féminins et masculins.

3Le xiiie siècle et le début du xive apparaissent comme une période d’éclosion. L’essor des ordres mendiants favorise l’engagement des femmes dans de nouveaux projets, de caractère souvent expérimental et informel. Les formes de vie religieuse non réglées (incarnées par les beatas, béguines et autres dévotes) revêtent alors une importance notable, bien des communautés conventuelles étant fondées en officialisant des groupes préexistants. Les appartenances sont mouvantes, comme le montrent au xiiie siècle les vicissitudes des damianites, à l’origine du monastère de Santa Clara de Salamanque. Dès cette période, le « matronage » exercé par les princesses se différencie du patronage promu par les souverains : tandis que les fondations royales sont souvent liées à des entreprises de peuplement ou à une politique de prestige, reines et infantes fondent volontiers des lieux de retraite et de sépulture pour elles-mêmes. Le xive siècle voit la consolidation de ces fondations, que les souverains s’efforcent d’encadrer dans un contexte de renforcement des monarchies péninsulaires. Le lien personnel que les fondatrices entretiennent avec leurs monastères reste une constante de la période, et ce au moins jusqu’au milieu du xvie siècle : Sancha, veuve du roi de Naples Robert d’Anjou, meurt ainsi (en 1345) dans le monastère de Santa Croce, le dernier des quatre établissements qu’elle avait fondés à Naples. Les fondations réginales participent de la représentation d’elles-mêmes que ces princesses s’attachent à construire : la capacité de fonder des couvents est signe à la fois de piété personnelle et de pouvoir. Le mécénat artistique accompagnant ces fondations apparaît dans plusieurs des contributions ; au monastère de Pedralbes sous l’abbatiat de Teresa de Cardona (1521-1562), il s’inscrit dans des interventions architecturales liées à la promotion d’une spiritualité plus intensément vécue. Les formes de vie non réglées restent vivaces, comme le montre le réseau des béguines languedociennes fidèles au message spirituel de Pierre-Jean de Olivi, et dont les sources inquisitoriales ont conservé la trace. Le processus de consolidation se poursuit au xve siècle, soumettant les fondations féminines à une plus forte pression institutionnelle ; à côté de l’aristocratie et des dynasties royales, les oligarchies urbaines s’engagent fortement dans les fondations, ainsi dans les royaume de Valence où les monastères de clarisses sont redevables tant à la couronne qu’à la bourgeoisie. Par ailleurs, les idéaux évangéliques achèvent de se transformer en Observance, imposée bien souvent par les pouvoirs monarchiques dans une entreprise centralisée : il ne s’agit plus tant, désormais, de vivre la pauvreté que d’observer la règle – et notamment la clôture – sous le contrôle d’autorités masculines. La réforme promue par les Rois Catholiques est exemplaire de cette mutation, mais ces projets sont également soutenus par la couronne au Portugal. Au xvie siècle enfin, on retrouve le processus d’institutionnalisation (la transformation de beaterios en couvents) : en Catalogne, les couvents de clarisses fondés à la fin du xve et au début du xvie siècle procèdent souvent de communautés antérieures. Le triomphe de l’idéal d’observance va de pair avec la recherche de nouvelles formes de vie, auprès des jésuites notamment.

4Cet ouvrage enrichit une historiographie jusqu’ici plus développée pour d’autres espaces européens (Europe du Nord, Italie) et retiendra l’attention non seulement des spécialistes d’histoire monastique, mais aussi de qui s’intéresse plus généralement aux formes d’action des femmes dans les sociétés du Moyen Âge et de la première modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Poutrin, « Blanca Garí (éd.), Redes femeninas de promoción espiritual en los Reinos Peninsulares (s. xiii-xvi) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-1 | 2015, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/6365

Haut de page

Auteur

Isabelle Poutrin

Université Paris-Est Créteil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org