Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

María Jesús Lacarra, Juan Manuel Cacho Blecua, Historia de la literatura española. 1. Entre oralidad y escritura. La Edad Media

Carlos Heusch
Référence(s) :

María Jesús Lacarra, Juan Manuel Cacho Blecua, Historia de la literatura española. 1. Entre oralidad y escritura. La Edad Media, Barcelona, Crítica, 2012, 792 p.

Texte intégral

1L’ouvrage des célèbres médiévistes de l’Université de Saragosse, María Jesús Lacarra et Juan Manuel Cacho Blecua, est le premier d’une collection qui en comprend neuf, désormais tous parus chez Crítica, intitulée, de manière très générique, Historia de la literatura española, dirigée par José-Carlos Mainer. Dès le prologue, le directeur de la collection souligne à quel point cette histoire de la littérature veut prendre ses distances avec les manuels traditionnels, répondant ainsi implicitement à la question « à quoi bon une nouvelle histoire de la littérature ? ». Cette collection a donc fait le choix de renoncer à la « présentation scolaire traditionnelle » en privilégiant le « rythme de l’essai » et la lecture fluide que celui-ci requiert (d’où, par exemple, la totale absence de notes de bas de page), et surtout en proposant des rubriques souvent ignorées ou délaissées des manuels traditionnels. Ainsi tout volume de la collection commence-t-il par une première partie qui sert définir les contextes de production littéraire. Dans le volume ici recensé, les auteurs ont commencé par évoquer la « littérature perdue » de l’Espagne médiévale et le relatif manque de textes conservés, pour passer ensuite à la question — chère à Jean-Jacques Pauvert — d’une histoire des « lectures » faites de la littérature médiévale espagnole, depuis le Siècle d’or jusqu’à l’avènement de la philologie moderne. Dans une deuxième rubrique, les auteurs s’intéressent à la spécificité culturelle de la littérature médiévale castillane qui est d’être une littérature fondamentalement inter-culturelle. Cette idée ne relève plus d’enjeux idéologiques d’une autre époque, mais résulte d’un examen approfondi des caractéristiques de l’écriture hispanique médiévale — thèmes, topoi, étrangetés… — qui évoquent les traces de l’hybridation culturelle entre l’Occident chrétien, le monde sémitique et l’Orient islamique, ce qui n’empêche point, toutefois, l’existence d’une littérature des marges (mudéjar ou juive) à laquelle les auteurs ont enfin donné droit de cité dans une histoire générale de la littérature espagnole. Est également évoquée la question de l’oral et de l’écrit, de la « performance » poétique, mais aussi de la lecture et des bibliothèques. Enfin, un intérêt nouveau est porté à la fête et à la célébration comme vecteurs de réalisation littéraire (cycles liturgiques, traditions populaires, pratiques sociales, pratiques chevaleresques et courtisanes).

2La deuxième grande partie s’intéresse à l’univers des écrivains : leur formation, leur reconnaissance sociale, leur propre conscience de soi ou d’appartenance à un groupe. Là encore, l’apport des professeurs de Saragosse est des plus précieux et rend compte d’un nouveau et vaste champ de recherche. On trouve ainsi des pages fort utiles sur la formation intellectuelle des écrivains médiévaux, logiquement liée à l’histoire des institutions pédagogiques, depuis les arts libéraux et la scolastique jusqu’à l’humanisme. Il faut noter que, dans cette rubrique, les auteurs font également un sort nouveau à des thématiques jusque-là absentes des manuels généraux mais qui sont devenues incontournables dans les recherches récentes sur la culture médiévale, comme, par exemple, la place des femmes dans la formation et la production intellectuelles. À noter également une dernière et passionnante rubrique sur la construction de la figure de l’Auteur.

3Suit une troisième grande partie qui correspond à la présentation historique des textes et des écrivains. On pourrait penser que c’est surtout là qu’on allait constater du « déjà vu ». Cet a priori est vite dissipé, tant cette présentation (i. Poésie narrative; ii. Prose littéraire, xiiie-xive siècle ; iii. Poésie de cour, xve siècle ; iv. Prose chevaleresque et sentimentale et v. Théâtre) est l’occasion d’un véritable aggiornamento de ce que nous avons pu lire depuis les premières histoires « modernes » de la littérature (en gros, celles du xxe siècle) qui avaient forgé des concepts et même des mythes d’histoire littéraire dont il convenait parfois de s’écarter. Ainsi, on sait gré aux auteurs de ne pas commencer leur panorama des œuvres par le jusque-là incontournable chapitre sur les prétendues jarchas, et de ne plus renouer avec la sempiternelle opposition entre « métier de jonglerie » et « métier de clergie », sous la bannière d’une cuaderna vía artificiellement érigée en mouvement littéraire plus que centenaire. On n’y trouve pas non plus d’organisation des œuvres autour de notions un peu usées telles que le « didactisme » ou la poésie dite cancioneril. L’approche du théâtre médiéval est également originale et on regrette seulement que la figure de Juan del Encina soit un peu injustement délaissée.

4Dans le même esprit, il faut saluer l’effort qui a été fait par les auteurs pour présenter une anthologie d’extraits (« Textos de apoyo ») qui évite les textes « classiques », répétés de recueil en recueil. Il fallait l’immense connaissance de la littérature médiévale qu’ont les auteurs du livre recensé pour relever un tel défi. On y trouve, sur un total de quatre-vingt quinze pages, tous les genres et formes : des textes de la General estoria d’Alphonse X, d’un accès difficile avant l’édition de 2009, des documents historiques, des extraits d’œuvres « mineures », des poèmes goliards, des manuels d’éducation, des gloses, des textes théoriques, des sermons, des œuvres d’autrices, des traductions…

5La bibliographie s’étend sur presque cinquante pages et est organisée de manière fort judicieuse, avec un avant-propos très utile qui retrace l’histoire récente des institutions et des publications consacrées à la littérature médiévale espagnole, une bibliographie des éditions qui en recense les meilleures, une bibliographie critique tout à fait représentative des travaux les plus significatifs et une bibliographie des nouvelles ressources électroniques en ligne. À tout cela il faut ajouter un index des auteurs et des œuvres cités, indispensable pour naviguer à grande vitesse dans cet océan de presque huit-cents pages. Enfin, il ne faut pas oublier l’un des plus beaux cadeaux des auteurs fait à leurs lecteurs : seize pages, dans le cœur de l’ouvrage, d’illustrations en couleurs, d’une qualité extraordinaire, dûment classées et surtout excellemment commentées par des auteurs qui sont aussi, ne l’oublions pas, des spécialistes de l’image médiévale. Enluminures, manuscrits, peintures sur bois, xylographies, dessins, sculptures… ce volume est aussi une magnifique anthologie de l’iconographie médiévale hispanique.

6L’ouvrage de María Jesús Lacarra et Juan Manuel Cacho Blecua est donc une très belle réussite. Il est la démonstration que l’on peut encore renouveler de manière intelligente et suggestive l’histoire littéraire. Et il est vrai que cet ouvrage est bien plus qu’une « histoire de la littérature » ; il s’agit d’une synthèse admirablement écrite des meilleurs apports de la critique depuis que la philologie médiévale hispanique est devenue une spécialité à part entière et, plus particulièrement, des récentes mises au point qui ont permis une meilleure connaissance d’œuvres fondamentales pendant longtemps mal présentées dans les manuels. Il suffit, par exemple, de lire les admirables sept pages consacrées au Libro del Caballero Zifar pour s’en convaincre. Il s’agit par conséquent d’un livre dont la présence est vraiment utile, agréable et même nécessaire dans toute bibliothèque qu’elle soit publique ou personnelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carlos Heusch, « María Jesús Lacarra, Juan Manuel Cacho Blecua, Historia de la literatura española. 1. Entre oralidad y escritura. La Edad Media  », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-1 | 2015, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/6375

Haut de page

Auteur

Carlos Heusch

École Normale Supérieure de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org