Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

Alberto Montaner Frutos (coord.), Sonando van sus nuevas allent parte del mar. El Cantar de mio Cid y el mundo de la épica

Patricia Rochwert-Zuili
Référence(s) :

Alberto Montaner Frutos (coord.), Sonando van sus nuevas allent parte del mar. El Cantar de mio Cid y el mundo de la épica, Toulouse, CNRS-Université de Toulouse-Le Mirail, 2013, 370 p.

Texte intégral

1Le présent ouvrage regroupe les actes d’un colloque qui s’est tenu à Burgos en mai 2007. Il compte dix-sept contributions réparties en trois sections : « La gesta en sí » (pp. 17-112), « En las encrucijadas de la tradición hispánica » (pp. 113-188) et « Miradas cruzadas sobre el mundo de la épica » (pp. 189-366). Bien que les études consacrées à la Chanson de mon Cid ne manquent pas, il reste encore des zones d’ombre et de nombreuses pistes à explorer, comme le rappelle Alberto Montaner dans une brillante introduction où il évoque, par exemple, les travaux récents sur l’identification ethnique des personnages Rachel et Vidas, et où il remet en cause les hypothèses de Dolores Oliver en montrant qu’il est impossible, comme le soutient cette chercheuse, d’attribuer la composition de la chanson à un poète d’Al-Andalus. En outre, les travaux que nous offre cet ouvrage ne se limitent pas à l’analyse des éléments, thèmes et motifs permettant d’éclairer certains aspects de la compréhension du poème ou touchant à son interprétation symbolique ou à ses orientations socio-politiques ; ils s’inscrivent aussi dans une perspective résolument comparatiste. C’est en cela, d’ailleurs, que réside le caractère novateur de bon nombre des contributions présentées dans ce volume.

2La première section, centrée principalement sur le texte lui-même, comporte deux types de travaux. On trouve d’abord des études portant sur des thèmes d’ordre socio-politique ou juridique. Ainsi Luis Galván (pp. 19-34) s’intéresse-t-il à l’aspect compétitif de l’honneur dans la Chanson de mon Cid et montre-t-il notamment, à travers l’analyse des différentes manifestations du don ou du potlatch, la supériorité du Cid sur le roi. José Manuel Pérez-Prendes (pp. 35-46) propose, quant à lui, une comparaison originale entre l’ost cidienne et les cortèges royaux décrits dans une œuvre législative norvégienne du xiiie siècle intitulée Hirdskra. À travers l’analyse du champ lexical du conseil, Marta Lacomba (pp. 47-56) distingue deux types de relations antithétiques dans la Chanson : d’une part, le lien vassalique présenté comme exemplaire et d’autre part, une alliance préjudiciable fondée sur la solidarité entre pairs. La deuxième série d’articles est consacrée aux motifs littéraires et au symbolisme de l’œuvre. Carina Zubillaga (pp. 57-66) et Alfonso Boix Jovaní (pp. 87-98) s’intéressent en particulier à l’épisode du lion. Suivant les traces d’Ángel Gómez Moreno, la première relève des parallélismes significatifs entre cet épisode et ceux de la prière de Chimène, de l’apparition de l’ange Gabriel ou de l’affront de Corpes et identifie ainsi dans le texte une série d’éléments empruntés à la tradition hagiographique. Le second mène une comparaison intéressante entre la fuite du lion et des scènes similaires dans Berte aus grans piés, l’Aiol ou la Grettis Saga afin de souligner le caractère initiatique de l’épisode cidien. Très suggestive est également la démonstration d’Enrique Jerez (pp. 99-112) qui assimile l’épisode de l’affront de Corpes à une descente aux Enfers et invite à reconsidérer sa place au sein de la structure mythique de la Chanson. On mentionnera, enfin, la perspective novatrice adoptée par Pamela Díaz (pp. 67-85), fondée sur la teichoscopie cidienne, mais dont les apports semblent ici quelque peu limités, la démonstration permettant seulement de montrer que ce qui prime dans le texte n’est pas le combat contre l’infidèle mais la quête de l’enrichissement.

3La deuxième section de l’ouvrage ne compte que trois articles. Ici, l’étude s’étend à l’ensemble de la matière cidienne et à son insertion dans l’historiographie des xiiie et xive siècles. À partir de l’analyse de deux thèmes peu abordés par la critique jusque-là, le retard et le rendez-vous manqué, Isabel de Barros Dias (pp. 169-187) montre que le Cid apparaît comme un héros en construction, présentant plusieurs facettes. Fondée sur une analyse philologique minutieuse, l’étude de Manuel Hinajo Villegas (pp. 141-167) prouve de façon convaincante que l’« Interpolation cidienne », c’est-à-dire le passage correspondant aux chapitres 896-962 de l’édition de l’Histoire d’Espagne réalisée par Menéndez Pidal, fut sans doute composée, comme l’a récemment suggéré la critique, par les chroniqueurs de Sanche IV. Gonzalo Martínez Díez (pp. 115-139), enfin, remet en cause l’historicité de la geste castillane en s’appuyant sur plusieurs passages chronistiques considérés comme des vestiges de poèmes épiques perdus et en les comparant avec les documents de la pratique. Si les conclusions de ce travail ne peuvent évidemment pas être remises en cause, on se demande néanmoins si plusieurs des éléments que le chercheur attribue à la création poétique ne pourraient pas être l’œuvre des chroniqueurs eux-mêmes.

4C’est dans la troisième partie de l’ouvrage que l’on trouve les études à caractère véritablement comparatiste. Deux d’entre elles portent sur la Chanson de mon Cid et la poésie épique française : celle de David Hook (pp. 191-213), centrée sur les éléments formulaires, et celle de Pablo Justel Vicente (pp. 227-283) qui présente une belle synthèse. Dans cette étude conséquente d’une soixantaine de pages ce dernier examine, l’un après l’autre, les divers éléments de convergence relevés par la critique entre la poésie épique castillane et la poésie épique française tout en procédant à une analyse précise de l’ensemble des travaux portant sur cette question. Il convient aussi de distinguer les notes posthumes d’Alan Deyermond (pp. 217-226), décédé avant la parution de l’ouvrage, qui avait proposé une réflexion sur la Chanson de mon Cid et la poésie épique anglo-saxonne. On perçoit, néanmoins, dans cette section, les limites des études comparatistes, comme le prouve le travail de Victor Millet (pp. 285-296) qui montre combien la poésie épique castillane et la poésie épique germanique divergent dans leur conception de l’héroïsme. De même, si l’article de José Manuel Pedrosa (pp. 297-328) n’est pas dénué d’intérêt puisqu’il y compare le Cid à Jason, Achille, Hamlet ou Cordelia, il échappe quelque peu aux objectifs premiers de l’ouvrage en se fondant principalement non pas sur le Cid de la poésie épique, mais sur le personnage du Romancero viejo. Le volume s’achève, enfin, sur deux travaux originaux qui, s’ils révèlent, là encore, peu de coïncidences entre les textes, permettent de découvrir une littérature héroïque peu connue : d’une part, la chanson byzantine intitulée Diyenis Akritis présentée par Ioannis Kioridis (pp. 329-347) et d’autre part, les gunki monogatari japonais auxquels s’intéresse Carlos Rubio (pp. 349-366).

5Ainsi donc, même si l’on entrevoit, dans cet ouvrage, les limites de la comparaison entre des traditions présentant en réalité de nombreux écarts, il comporte plusieurs études intéressantes qui apportent un éclairage nouveau sur la Chanson de mon Cid et viennent aussi enrichir notre connaissance de la littérature héroïque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Rochwert-Zuili, « Alberto Montaner Frutos (coord.), Sonando van sus nuevas allent parte del mar. El Cantar de mio Cid y el mundo de la épica », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-1 | 2015, mis en ligne le 18 mai 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/6379

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org