Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

Santiago F. Ramallo Asensio, Carthago Nova. Puerto mediterráneo de Hispania

Laurent Brassous
Référence(s) :

Santiago F. Ramallo Asensio, Carthago Nova. Puerto mediterráneo de Hispania, Murcia, Fundación Cajamurcia, 2011, 176 p.

Texte intégral

1Ce livre est une synthèse sur l’histoire de la ville antique de Carthago Nova (Carthagène, Espagne) de sa fondation à l’époque barcide jusqu’à l’époque wisigothique. Il se compose de 9 chapitres, abondamment illustrés par les photographies de J. Zamora, J. Hernández Pina et P. Zamora. Le texte est accompagné en fin d’ouvrage de nombreuses notes et d’un résumé en anglais.

2Le premier chapitre (pp. 14-27), essentiellement historiographique, présente d’une part les sources antiques puis arabes qui ont fixées les premières informations sur la fondation, l’histoire, les ressources et la description de la ville, et d’autre part les travaux des érudits de l’époque moderne qui permettent aujourd’hui de retrouver la description de monuments (notamment Torre Ciega) ou d’inscriptions, disparus ou dégradés. L’auteur propose ensuite une reconstitution du paysage antique (pp. 28-51) fondée essentiellement sur les auteurs anciens, faute d’une étude géomorphologique précise du paléo-paysage. Ce paysage est dominé par une anse particulièrement abritée qui fait du lieu un port naturel exceptionnel. Malheureusement aucune structure antique pouvant correspondre à des aménagements de quais n’a été conservée, ce qui interdit aujourd’hui de situer le port antique de Carthagène avec certitude. Il est supposé sur le flan occidental de la ville. Les ressources minières du territoire, formées essentiellement de galènes argentifères, sont au cœur du développement de la ville. L’archéologie, qui a livré une grande masse d’outils et d’objets du quotidien, permet aujourd’hui à l’auteur de reconstituer le processus d’exploitation minéro-métallurgique. La cité profitait également des autres ressources que lui procurait son territoire (carrières, salaisons, sparte). L’absence d’étude archéozoologique ne permet pas de connaître les activités d’élevage. Le troisième chapitre (pp. 52-63) est consacré à l’histoire de la ville avant la conquête romaine, depuis sa fondation, en 229/228 av. J.-C. selon l’auteur, par le général carthaginois Hasdrubal sur un établissement antérieur. La ville des Barcides, Qarst hadast, devint rapidement l’une des plus importantes de la région et une base pour le contrôle de la Péninsule. À l’exception des vestiges de l’imposante muraille découverts sur le versant sud du Cerro de San José, et de quelques habitats en terrasse, cette période reste mal connue archéologiquement. L’auteur aborde ensuite (pp. 64-77) l’histoire de la ville après sa conquête par Cornelius Scipion en 209 av. J.-C., événement largement commenté par les sources anciennes. D’un point de vue archéologique, la transition entre les époques barcide et romaine n’est pas vraiment nette. La ville sous domination romaine semble installée dans la trame définie à l’époque punique. Son développement paraît dès lors lié à l’essor de l’activité minière et métallurgique qui est passée, entre le iie et le ier siècle av. J.-C., des mains de l’État à celles des particuliers ou de sociétés de publicains, majoritairement des Italiens ou leurs représentants, connus grâce aux lingots de plomb. Leur richesse se reflète à la fois dans les produits italiens qui arrivaient en masse dans la ville et dans l’activité édilitaire monumentale comme privée. Ainsi les modèles architecturaux (maison à atrium) et décoratifs romains (ordre toscan) furent précocement adoptés. L’auteur ne tranche pas la délicate question de la date de l’obtention du privilège colonial à propos duquel il tend à accepter l’idée d’une probable intervention césarienne, tout en admettant que la cité aurait pu bénéficier dès l’époque pompéienne du privilège du droit latin. La promotion coloniale aurait accéléré les transformations urbanistiques, alors même que l’activité minière entamait son déclin. Le cinquième chapitre (pp. 78-89) est consacré au développement de la ville à l’époque impériale qui a peut-être bénéficié du patronage des proches de l’empereur. Mais l’auteur met également en évidence le rôle des entrepreneurs miniers et de leurs descendants directs ou de leurs affranchis dans le financement des infrastructures urbaines. La ville se dote alors d’un nouveau forum dont la partie orientale a été mise au jour dans les années 1990. Cet ensemble monumental est dominé par la terrasse d’un temple supposé être celui du capitole de la colonie. La curie a été identifiée sur le flan nord-est du forum. Dans l’angle sud-est, un édifice interprété comme un siège collégial d’Augustales fut construit dans le dernier tiers du ier siècle ap. J.-C. De riches domus (Casa de Salvias, Domus de la Fortuna) reflètent la prospérité de leurs propriétaires. Notons la découverte sur les pentes du Cerro del Molinete d’un édifice à atrium, au plan singulier, interprété comme un lieu destiné aux banquets. Le chapitre suivant (pp. 90-105) est dédié aux édifices de spectacles. Il ne reste que quelques rares vestiges des fondations de l’amphithéâtre. Il aurait été construit à l’époque flavienne et abandonné entre le iie et le iiie siècle, mais cette chronologie est mal assurée. Le théâtre, redécouvert en 1990, est mieux connu. Construit dans les dernières années du ier siècle av. J.-C., il fut dédié à Caius et Lucius César. Son architecture est minutieusement décrite par l’auteur. Son abandon est situé entre le iie et le iiie siècle ap. J.-C. Il fut ensuite transformé en marché dans l’Antiquité tardive avant de disparaître sous d’importants niveaux de remblai. L’auteur présente dans une septième partie (pp. 106-121) les principales inscriptions et monuments funéraires des nécropoles du Haut-Empire. Notons l’étude du remarquable monument funéraire de Torre Ciega daté de la fin du ier siècle av. J.-C. qui se rapproche du modèle des tombes turriformes mais trouve quelques similitudes en Campanie. Ces nécropoles, souvent fouillées au xviiie siècle, laissent une image encore très incomplète du paysage funéraire de Carthago Nova. L’auteur clôt l’histoire de la ville dans un chapitre (pp. 122-139) consacré à l’époque tardive. Alors que certains lieux, tel que l’édifice à atrium du Cerro del Molinete, paraissent occupés de façon continue, de nombreux signes d’abandon sont datés de la seconde moitié du iie siècle dans différents quartiers. L’occupation de la ville au ive semble donc s’être réduite au secteur sud-ouest. L’auteur suggère que la ville aurait toutefois été l’objet d’une restauration urbaine au ive siècle à la suite de ce qu’il considère comme la plus que probable promotion de la ville comme capitale de la province de Carthaginoise, fait qu’aucune source ne vient confirmer. Aux ve et vie siècles, un marché fut construit au cœur du théâtre avec les vestiges architectoniques de la ville du Haut-Empire et plusieurs dépotoirs apparaissent dans la ville. Entre les ive et viie siècles, des nécropoles à inhumation apparaissent dont l’une, dans le quartier actuel de l’université, confirme la contraction au ve siècle, au nord-est de l’espace urbain. Enfin une des portes de la ville est restaurée par le magister militum byzantin à la fin du vie siècle. Le dernier chapitre (pp. 40-151) présente les importants travaux de conservation et de présentation au public de ce patrimoine archéologique réalisés dans la ville et largement soutenus par l’éditeur de ce livre, la Fundación Cajamurcia.

3Pour conclure, les récents progrès des recherches archéologiques réalisées dans la ville rendaient nécessaire la publication d’une synthèse sur l’histoire de Carthago Nova permettant de mettre à jour celle qui avait été publiée par l’auteur en 1989 (S. Ramallo Asensio, La ciudad de Carthago Nova. La documentación arqueológica, Murcia, 1989). Le livre proposé ici est toutefois un ouvrage à mi-chemin entre une publication scientifique et un ouvrage de vulgarisation pour le grand public. Ce livre est donc abondamment illustré de belles photographies, mais dans l’ensemble celles-ci sont plus souvent illustratives qu’explicatives. Au contraire, à quelques exceptions, l’ouvrage manque de plans permettant de suivre aisément les précises descriptions présentées par l’auteur. Il n’y a d’ailleurs pas de renvoi entre le texte et les images. Le propos reste néanmoins savant, clair et rigoureux. L’auteur a veillé à nourrir son texte de nombreuses notes finales qui permettent au lecteur plus exigeant de s’orienter rapidement vers une bibliographie actualisée et détaillée des évènements ou des lieux présentés dans le livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Brassous, « Santiago F. Ramallo Asensio, Carthago Nova. Puerto mediterráneo de Hispania  », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-1 | 2015, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/6386

Haut de page

Auteur

Laurent Brassous

Université de La Rochelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org