Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

María Isabel del Val Valdivieso, Juan Antonio Bonachía Hernando (coord.), Agua y sociedad en la Edad Media hispana. María Isabel del Val Valdivieso (coord.), Monasterios y recursos hídricos en la Edad Media

Catherine Verna
Référence(s) :

María Isabel del Val Valdivieso, Juan Antonio Bonachía Hernando (coord.), Agua y sociedad en la Edad Media hispana, Granada, Editorial Universidad de Granada, 2012, 451 p.

María Isabel del Val Valdivieso (coord.), Monasterios y recursos hídricos en la Edad Media, Almudayna, Madrid, 2013, 163 p.

Texte intégral

1Deux ouvrages consacrés au thème de l’eau au Moyen Âge en Espagne ont été publiés récemment et successivement sous la direction conjointe de María Isabel del Val Valdivieso et Juan Antonio Bonachía Hernando pour l’un (en 2012, université de Grenade, EUG, Agua y sociedad en la Edad Media hispana, 451 pages) ; sous la seule direction de María Isabel del Val Valdivieso pour le second (en 2013, Madrid, chez Almudayna, collection Laya n°40, Monasterios y recursos hídricos en la Edad Media, 163 pages). Ces deux recueils qui rassemblent respectivement quatorze et cinq articles résultent, l’un et l’autre, d’un même projet de recherche coordonné par María Isabel del Val Valdivieso et intitulé Concenso y conflictos en torno al agua en la Castilla bajomedieval. La grande majorité des travaux est effectivement consacrée à la Couronne de Castille (on note quatre incursions en Aragon, au Portugal et dans l’Aquitaine anglaise) et émane tant de chercheurs confirmés que de jeunes chercheurs. Historiens et historiens du droit, archéologues et ingénieurs hydrauliciens concourent, par la diversité de leurs approches méthodologiques et de leurs outils conceptuels, à l’étude d’un même objet scientifique : l’eau. Ce thème pourrait apparaître comme un prétexte, tant les sujets traités ici sont divers. Il n’en est rien : les deux publications proposent de solides contributions à l’étude des liens entre l’homme et l’eau en Castille, en particulier dans le domaine de l’histoire du droit, en suivant le fil rouge que constitue le thème des conflits, commun aux deux ouvrages. On peut néanmoins regretter que les références bibliographiques citées à l’appui de certains articles offrent parfois une place trop réduite aux travaux internationaux, en particulier européens, publiés en grand nombre depuis une vingtaine d’années et dont les apports, tant du point de vue de la démarche scientifique (historique et archéologique) que des résultats obtenus, auraient incontestablement enrichi des études de cas centrées majoritairement sur la Castille.

2Si des thèmes communs sont traités dans les deux recueils et si certains auteurs ont concouru à l’une comme à l’autre des deux publications, leurs apports scientifiques respectifs se complètent. Le plus modeste des deux ouvrages (163 pages, cinq articles), qui est aussi le plus récent puisque publié en 2013, propose une analyse des usages idéologiques et politiques de l’eau par les monastères que les sources judiciaires, du fait de leur abondance et de leur richesse en Castille, permettent d’aborder à partir des conflits. C’est donc le pouvoir (exercice, expression, symbolique du pouvoir) qui constitue le thème central des cinq études de cas qui s’articulent soit autour d’un usage spécifique de l’eau par les monastères (la pêche par exemple, « Monasterios y pesca fluvial en la Castilla bajomedieval: conflictos y luchas por el poder ») ; soit autour d’une monographie correspondant à un monastère - Santo Domingo el Real, à Madrid (« El agua al servicio del poder en el Madrid medieval: Santo Domingo el Real ») ; San Pelayo de Cerrato, province de Palencia (« El aprovechamiento del agua en el monasterio de San Pelayo de Cerrato. Contexto histórico y aproximación a partir de los referentes arqueológicos ») ; Santo Tirso, au Portugal (« A água, o monasteiro de Santo Tirso e a levada de pereiras »). C’est dans le cadre monographique que sont présentés les résultats récents de deux enquêtes archéologiques, en particulier celle consacrée à San Pelayo de Cerrato qui offre un exemple archéologique d’usage médical des eaux monastiques. Le dernier article du recueil quitte le domaine des monastères pour faire une incursion comparative entre Islam et Chrétienté à partir d’une étude des conflits de l’eau dans les cités islamiques et chrétiennes (« El agua en las ciudades del Islam y de la cristiandad como causa de conflicto »). Revenons à ce qui nous paraît constituer le thème central de l’ouvrage, c’est-à-dire le rapport entre l’eau et le pouvoir, celui des monastères, bien évidemment, mais également de leurs interlocuteurs : le roi, les seigneurs laïques, les villes. La pratique de la pêche, étudiée sous cet angle par Juan Antonio Bonachía Hernando et María Isabel del Val Valdivieso, constitue un bon exemple du domaine de réflexion spécifique abordé au fil de l’ouvrage. Après un bref rappel de l’importance de la consommation du poisson dans la société médiévale, tant poissons de mer que de fleuve, et des revenus que pouvaient en tirer les monastères et prenant, en outre, appui sur différents exemples de conflits opposant des monastères dépendant d’ordres divers (Bénédictins, Cisterciens, Chartreux, Prémontrés), les auteurs démontrent, à partir de l’examen de sources judiciaires, que les conflits sur la pêche, qui déchaînent des violences tant physiques que verbales, ne sont qu’un prétexte pour régler des oppositions plus larges d’ordre politique, relevant de la volonté de contrôle tant des monastères que des seigneurs laïques, qu’il s’agisse de familles seigneuriales ou bien de conseils de villes puissantes, comme Burgos ou Ségovie. Derrière les conflits motivés par la pêche, c’est le contrôle du territoire qui est précisément en cause du fait des contradictions entre privatisation de l’eau par les monastères, conséquence des privilèges exclusifs concédés ponctuellement par la royauté, et usages publics, eux-mêmes reconnus par la Couronne et revendiqués en particulier par les villes.

3Le thème de l’exercice du pouvoir par le contrôle de l’eau ou des ressources qui y sont associées était déjà au cœur de l’ouvrage Agua y sociedad en la Edad Media hispana paru un an plus tôt. Celui-ci aborde, également, bien d’autres sujets. Si la Castille est, à nouveau, son territoire d’application majeur, les monastères demeurent en retrait selon une logique éditoriale que l’on peut regretter, tant les études relevant d’un même projet initial de recherche auraient pu être rassemblées dans un même ouvrage, après une sélection qui aurait peut être permis d’interroger davantage la spécificité castillane. L’ouvrage se décompose en trois parties : une première intitulée « Entre la norma y la técnica ». On y trouve rassemblées des études portant sur la place de l’eau dans les textes juridiques de référence que sont les Partidas rédigées sous le règne d’Alphonse X (« El agua en las Partidas ») et les fueros castillans (« El agua en los fueros medievales de la Corona castellana »). Ces deux articles, qui ouvrent la publication, proposent un cadre théorique fort utile et qui éclaire les conditions d’application de la norme juridique dans le cadre des conflits abordés dans la suite de l’ouvrage. Dans les Partidas, si l’eau n’est pas dénuée de sens symbolique et métaphorique, « la grande encyclopédie du savoir juridique » traite de cas très concrets et, en particulier, de la propriété des eaux : ainsi les rivières sont-elles déclarées publiques alors que leurs rives appartiennent aux individus qui sont propriétaires des terres localisées sur les berges. Cette question fondamentale, celle de la propriété et des usages, est également au cœur des fueros qui considèrent en général l’eau comme un bien public, même si des institutions ou des particuliers peuvent disposer d’usages, sous certaines conditions. Suivent des études relevant de l’histoire des techniques (« Las obras hidráulicas medievales en España. Una visión general »; « Geometría, agua y arquitectura de la Antigüedad y de la Modernidad ») et, en particulier, un article consacré aux clepsydres parmi lesquelles celle d’Alphonse X fait l’objet d’une utile présentation (« Tiempo, agua y vida artificial: clepsidras y autómatas de tradición helenística en la Edad Media »). La seconde partie de l’ouvrage, la plus étoffée (« Los beneficios del agua »), qui rassemble six articles, est consacrée à l’eau dans les villes. Les cas de Tolède (« El agua en Toledo en la Edad Media »), de Madrid (« El abastecimiento de agua en Madrid durante la Edad Media »), de Lérida (« El agua en la Lleida musulmana: la huerta de Lleida, el secano de Castelldans y el humedal del Fahs Maškīğān »), de Vitoria (« Entre dos aguas. Génesis y desarrollo del sistema hídrico en la Vitoria medieval: economía, urbanismo, sociedad, fiscalidad ») et de Séville (« El papel de nobles y conversos en la difusión del agua de pie en la Sevilla del siglo xv »), sont successivement étudiés et ce panorama urbain se conclut par une réflexion sur le coût des constructions de l’eau et le recours à la fiscalité pour l’équipement hydraulique dans les cités castillanes de la fin du Moyen Âge (« Payer pour l’eau dans les villes de Castille à la fin du Moyen Âge »). Si certains sujets abordés le sont dans chacune des monographies (origines des eaux, usage de l’eau, modalités et techniques d’approvisionnement), d’autres relèvent de questions historiographiques propres à chaque ville. Il en est ainsi du dossier consacré aux qanats de Madrid à partir d’une enquête philologique et archéologique. La troisième et dernière partie (« El aprovechamiento de los cursos de agua ») est la plus courte de l’ouvrage. Elle mène pourtant le lecteur du Pays basque (« Rías y brazos de mar como generadoras de riqueza »), au Portugal (« A propósito da liberdade de pescar num “rio a que chamam barrosa” ») puis au duché d’Aquitaine (« Conflits autour de l’utilisation des eaux de la Nive au xvie siècle : l’exemple de la nasse du Luc »). Une nouvelle fois, il est question de conflits autour d’activités très diverses dont les hommes tirent profit et qui sont souvent en concurrence les unes avec les autres : la pêche et la circulation, comme autour de la nasse du Luc ; ou que divers individus ou institutions souhaitent s’approprier (d’où l’opposition entre les villes de Motrico et de Deva pour le contrôle des revenus de la rivière Deva et de son estuaire). C’est donc un panorama très vaste que proposent ces deux publications qui se complètent, panorama rassemblant de nombreuses études de cas dont le point commun réside dans la notion d’usages des eaux et de conflits pour l’eau en Castille, en résonance avec les tensions contemporaines autour de l’eau, comme il est utilement rappelé dans l’introduction d’Agua y sociedad.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Verna, « María Isabel del Val Valdivieso, Juan Antonio Bonachía Hernando (coord.), Agua y sociedad en la Edad Media hispana. María Isabel del Val Valdivieso (coord.), Monasterios y recursos hídricos en la Edad Media  », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-1 | 2015, mis en ligne le 18 mai 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/6396

Haut de page

Auteur

Catherine Verna

Université Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org