Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques moderne et contemporaine

Alain Hugon, La insurrección de Nápoles, 1647-1648. La construcción del acontecimiento

Mireille Peytavin
Référence(s) :

Alain Hugon, La insurrección de Nápoles, 1647-1648. La construcción del acontecimiento, Zaragoza, Prensas de la Universidad de Zaragoza, 2014, 518 p.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Alain Hugon publié par les Presses Universitaires de Saragosse est la traduction du travail présenté pour la soutenance de son Habilitation à Diriger des Recherches (HDR), déjà publié en français par les Presses Universitaires de Rennes en 2011. Alain Hugon nous propose un ouvrage revigorant, qui attire notre attention sur la Révolution de Masaniello de 1647-1648, événement majeur de l’histoire du royaume de Naples se déroulant pendant les deux siècles où il est agrégé à la monarchie espagnole.

2Les deux excellentes préfaces, celle de Giovanni Muto pour l’édition française et celle de Luis Ribot pour la présente édition espagnole, nous rappellent à juste titre à quel point la production historiographique sur le sujet, sur la période et sur le territoire, est abondante et surtout ininterrompue depuis les tout premiers récits, journaux et annotations rédigés « à chaud » par certains des acteurs de cette Révolution. Grâce aux correspondances diplomatiques et à la circulation de documents écrits de toutes sortes, la Révolution de Masaniello connaît une fortune extraordinaire dans l’ensemble de l’Europe : elle est commentée, chantée, jouée, racontée, déclamée, mise en vers et en musique.

3Les nombreuses puissances européennes ennemies de l’Espagne l’intègrent dans la longue suite de contestations internes de l’autorité de la monarchie et la considèrent comme un signal supplémentaire de son inéluctable effondrement. Les auteurs de libelles et de pamphlets lui donnent immédiatement une place de choix au sein des multiples soulèvements qui ébranlent alors certains gouvernements en Europe.

4La geste de la révolte a toujours été célébrée. Jusqu’à aujourd’hui, la Révolution de Masaniello continue à produire des récits d’une ampleur et d’un souffle remarquables, au bénéfice de l’une ou l’autre des interprétations qui en ont été proposées au fil des siècles.

5Ce n’est donc pas à un nouveau récit de l’insurrection de Naples, qualificatif qu’il préfère à celui de Révolution de Masaniello, que s’attelle Alain Hugon. Il s’agit plutôt de la constitution d’un dossier rassemblant le plus grand nombre possible d’informations sur la révolte, ses représentations, artistiques et littéraires, ses interprétations, historiques et politiques, les marques qu’elle a imprimées dans la ville et dans le royaume, et les échos qu’elle a renvoyés et qu’elle renvoie encore dans toute l’Europe. Avançant avec méticulosité, Alain Hugon est attentif à ne pas privilégier l’une des phases de la révolte aux dépens d’une autre, et en particulier ne néglige pas la période de répression et les mesures prises afin d’assurer le retour à l’ordre, pas exactement l’ordre précédent cependant, ainsi que la persistance des mécontentements et des revendications, dont l’expression est relayée depuis l’exil.

6La bibliographie mobilisée est considérable. Elle intègre tous les types de récit en tant que sources d’informations objectives, sans hiérarchiser fermement entre les relations contemporaines des événements et les différentes interprétations qui ont suivi. Alain Hugon ne réfute aucune proposition et les soumet toutes à un examen judicieux et approfondi. Il ne s’interdit aucun poncif, aucun cliché, sur ce qui seraient des spécificités méridionales, culturelles, politiques, anthropologiques, sociales… S’il en résulte un effet d’écrasement surprenant de prime abord, cette méthode permet finalement de faire resurgir de façon très vivante une foule d’éléments relativement peu mis en valeur jusqu’à présent, ou cantonnés à un certain folklore, et de leur redonner un statut historique largement mérité.

7Chacun trouvera sans aucun doute matière à réflexion dans le vaste panel de sujets abordés. Alain Hugon enrichit d’ailleurs les savoirs déjà formalisés avec toute une série de propositions originales et stimulantes de cartes (par exemple, révoltes et jacqueries dans le royaume, p. 123), de tableaux (les mots d’ordre criés dans les manifestations, p. 162), de tentatives d’évaluations chiffrées (des décomptes concernant les massacres collectifs). C’est que le rapprochement de notations déjà connues des chercheurs mais éparses dans des sources fort variées donne une force nouvelle à des considérations jusque-là partielles et autorise parfois une vision d’ensemble, soit dans la chronologie, soit dans l’espace global du royaume.

8L’attention portée aux événements révolutionnaires se déroulant dans les provinces constitue d’ailleurs l’un des points forts de cette synthèse. On en connaît bien sûr les grands traits mais la réputation de destruction des archives provinciales au cours des soulèvements n’a pas encouragé les chercheurs à se saisir de ce sujet. Or les résultats du dépouillement des histoires générales consacrées à telle ou telle ville ou province, ajoutés à des travaux récents plus ciblés, montre à quel point l’histoire des émotions, paysannes et urbaines, qui ont accompagné dans le temps les épisodes ayant lieu dans la ville de Naples, est déjà très avancée. Par ailleurs, cette histoire régionale permet d’élargir presque à l’infini, d’une part, l’inventaire des causes des mécontentements, d’autre part, les types d’engagement, militaire, politique, des révoltés et de ceux qui leur font face.

9Parmi beaucoup d’autres, les questions de l’organisation militaire, soit des insurgés, soit de leurs adversaires, sont également très riches d’enseignements. Par simple compilation d’informations disséminées dans les sources, Alain Hugon aborde avec profit les thèmes du recrutement, de l’armement, du ravitaillement, du commandement des forces affrontées. On lira avec plaisir les remarques suggérées par la description de compagnies combattantes de femmes, de prêtres, de mahométans révoltés des galères, de ces jeunes garçons misérables à l’incroyable bravoure, les lazzari, les annotations concernant les prises de position des femmes de tous milieux, les rapports établis avec les étrangers, les infiltrations d’espions et de traîtres, les complots et les exécutions sommaires, les batailles pour les grains, les réquisitions et le marché noir.

10Le corpus documentaire ne se laisse pourtant pas toujours exploiter si facilement, et un certain nombre de concepts et de notions offrent manifestement de fortes résistances. C’est le cas de la définition des catégories sociales, terrain souvent glissant comme on sait. L’ouvrage ne tire pas profit autant qu’il le pourrait du vigoureux renouvellement historiographique napolitain dans ce domaine ainsi que des résultats très originaux et des réflexions très poussées, et toujours en cours, sur les noblesses ou les officiers et les institutions. La résistance la plus nette concerne l’élément populaire : on ne peut qu’être d’accord avec l’auteur quand il déplore la difficulté de sa définition, alors que le vocabulaire lié au Popolo est employé de façon très plastique par les auteurs du xviie siècle, et connoté de façon souvent contradictoire. Cependant, la présentation qui en est faite ne rend pas complètement justice à la très grande qualité des travaux existant à ce sujet, très fouillés et très approfondis. Les réflexions menées sur l’utilité sociale du concept de ceto et plus précisément de ce qu’on appelle le ceto civile dans le royaume de Naples pouvaient offrir d’utiles pistes de compréhension et auraient permis d’éviter un certain nombre de confusions.

11Pour le coup, les développements consacrés aux alliances entre partis et à leurs multiples recompositions souffrent également de certaines confusions. Alain Hugon bute sur la possibilité de penser les liens établis entre le Peuple et l’aristocratie, ou sur ce qu’il appelle l’attirance aristocratique pour la République, ou sur la coalition — bien réelle, pourtant — entre les Populaires et le duc de Guise. Il est par exemple intrigué par la solidité de l’accord entre les révoltés de la première heure, qui appartiennent à la populace, et l’archevêque de Naples, originaire « de la plus haute aristocratie » - mais que serait donc cette « aristocratie napolitaine » ? De manière remarquable, ces questionnements non résolus montrent combien la Révolution de Masaniello peut nous aider à encore mieux interroger les appartenances sociales.

12L’ouvrage d’Alain Hugon réussira-t-il à attirer la Révolution de Masaniello dans l’ensemble des « vagues » révolutionnaires européennes, et à faire que les chercheurs européens l’y acceptent ? Révolution, certes, par les renversements sociaux opérés, la longue vacance du pouvoir dont l’espace laissé libre n’est finalement pas réinvesti de façon définitive, les débats fortement politisés autour du type de gouvernement souhaité, les violents affrontements débouchant sur des guerres civiles locales, la publication de la déchéance du souverain espagnol, la militarisation du conflit, le choix de la République et de l’élection d’un Sénat. Ou bien soulèvement généralisé d’un royaume, favorisé par des antécédents contestataires nombreux et complexes, mais peinant à formuler un projet commun et faisant finalement appel à la monarchie espagnole en tant qu’unique source de concorde. Alain Hugon aura en tout cas apporté sa pierre à l’imposant édifice de l’histoire de la Révolution de Masaniello, déjà augmenté et encore enrichi depuis ses travaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mireille Peytavin, « Alain Hugon, La insurrección de Nápoles, 1647-1648. La construcción del acontecimiento », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-1 | 2015, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/6412

Haut de page

Auteur

Mireille Peytavin

Université Toulouse II

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org