Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Alicia Arévalo y Darío Bernal (coords.), Las cetariae de Baelo Claudia

Pierre Sillières
p. 251-255
Référence(s) :

Alicia Arévalo y Darío Bernal (coords.), Las cetariae de Baelo Claudia: avance de las investigaciones arqueológicas en el barrio meridional (2000-2004), Cádiz, Universidad de Cádiz, 2007, 571 p.

Texte intégral

1Les recherches archéologiques se poursuivent à Baelo (Bolonia, Tarifa, Cadix), la ville romaine du détroit de Gibraltar qui symbolise, depuis près d’un siècle, l’association de l’archéologie espagnole et française dans la péninsule Ibérique. Cinq campagnes de sondages ont été effectuées de 2000 à 2004 dans la partie méridionale de l’agglomération antique dont la mise au jour fut l’œuvre de l’équipe de Pierre Paris, entre 1917 et 1921. Le gros ouvrage (571 p.) qui présente ces fouilles, dirigées par A. Arévalo et D. Bernal, professeurs à l’université de Cadix, et réalisées comme travaux pratiques universitaires, est digne d’éloges, à la fois pour la célérité de sa parution et pour la qualité de la documentation mise à notre disposition. L’illustration, en particulier, est extrêmement abondante, avec un dossier photographique complet, les plans de chacune des fabriques de salaisons de Baelo (fig. 16, p. 108 ; fig. 31, p. 118 ; fig. 73, p. 151, et fig. 122, p. 178), ainsi que quelques élévations, notamment celle du mur nord de la fabrique de salaison V (Complejo industrial V, fig. 57). Quant au mobilier archéologique, il est présenté et étudié parfaitement ; de nombreuses planches complètent les descriptions et les identifications qui fondent solidement les datations proposées. Toutes ces qualités formelles caractérisent une bonne publication archéologique. L’absence de cotes altimétriques dans l’ensemble de l’ouvrage, tant dans le texte que sur les plans et les coupes, n’en est que plus étonnante ; elle empêche, en particulier, de procéder à des comparaisons d’altitude entre les structures ou les niveaux stratigraphiques des différents sondages. La consultation de l’ouvrage est, en outre, rendue un peu délicate par le plan chronologique qui a été adopté et qui entraîne la reprise des mêmes sondages dans plusieurs chapitres et par des tables de planches et de figures dont la numérotation n’est pas continue. On regrettera aussi que le maniement de ce gros volume ne soit pas facilité par un mode de renvoi plus précis (par page plutôt que par chapitre), ainsi que par un index. Toutefois, au prix d’une bonne application, ces difficultés d’utilisation peuvent être surmontées et il apparaît alors que les apports de cette publication de fouilles sont nombreux et considérables, même si elle suggère aussi un certain nombre de questions.

2Les recherches de l’université de Cadix à Baelo ont débuté par une prospection aux alentours de la ville antique. Elle a permis de vérifier le trajet de l’aqueduc de Punta Paloma, de retrouver un site de villa et, surtout, de découvrir un établissement ibéro-punique du ve-ivesiècle av. J.-C. Situé près d’El Piojo, dans le vallon de l’Arroyo de La Churriana (rive droite), à environ 1 km de la plage, il semble important puisque la dispersion des vestiges en surface atteint une dizaine d’hectares.

3Les fouilles dans la partie méridionale de la ville, c’est-à-dire au sud du decumanus maximus, ont été précédées par un nettoyage de toutes les maçonneries visibles, travail qui a apporté quelques découvertes. Ainsi, par exemple, des marques (IMP AVG, pp. 109-110) sur les briques qui forment le rebord du petit bassin de salaisons de la première fabrique (Edificio Meridional I), identiques à celles des briques des voûtains de thermes de la porte de Gades. Ou encore une fenêtre à ébrasement intérieur (p. 192) dans le mur sud du bâtiment II, qui borde à l’est la rue à colonnes (Edificio Meridional II). Tous les édifices ont été examinés avec soin et la description extrêmement détaillée qui en est faite constitue le long et très utile chapitre IV (pp. 91-221). C’est aussi l’occasion de revenir sur les études antérieures et de faire un certain nombre de propositions, fondées surtout sur l’appareil des murs ; celles-ci visent principalement à étayer l’hypothèse d’une continuité de l’activité des fabriques de salaison pendant l’Antiquité tardive (pp. 115, 128, 129, 130, 157, 163, 187, …). Or, à mon avis, toutes les élévations conservées dans la ville basse sont du Haut-Empire : les édifices de l’Antiquité tardive, qui, certes, existaient très probablement dans cette zone, ont totalement disparu au cours de l’époque moderne, et peut-être aussi lors des premières fouilles (à quelques très rares exceptions près, comme des bouchages de portes de bâtiments du Haut-Empire, par exemple celle du bâtiment à l’ouest du cardo [Edificio Meridional VIII, pièce H1, fig. 159, p. 202]). Concernant cette même question chronologique, il est regrettable qu’un texte très important de J.-N. Bonneville ait été tronqué et, par conséquent, faussé (p. 182), afin de rejeter la datation que notre regretté collègue avait proposée et qui est parfaitement étayée : la fouille du petit établissement de salaisons ouvrant sur le decumanus maximus constitue, à ce jour, le seul témoignage assuré de la fin de l’activité d’une fabrique des salaisons à Baelo dès le milieu du iiie siècle (Mélanges de la Casa de Velázquez, 16, 1980, pp. 398-399).

4Les apports des sondages effectués entre 2000 et 2004 sont ensuite présentés selon un plan chronologique. La première partie, très développée (Bloc III, chap. V et VI, pp. 225-381), concerne les vestiges d’époque républicaine. En prologue, F. Alarcón fait un état des connaissances en 2000 sur cette période, dans lequel on relève l’indication, trop rapide et illustrée seulement par une photographie (pp. 230-231 et fig. 2), d’une fouille à l’ouest de l’Arroyo de Las Viñas qui a mis au jour le sommet de murs attribués à l’enceinte urbaine.

5Ensuite, un long développement est consacré aux résultats particulièrement intéressants du Sondage 1 (pp. 238-282), ouvert dans le sol en opus signinum de la pièce 4 de la fabrique de salaisons à bassins tronconiques (Complejo industrial VI). Cette fouille a exhumé une portion de pièce à sol dallé, fermée au sud par un mur à soubassement de pierres liées à la terre et élévation en pisé ; le reste du sondage correspond à un espace ouvert pourvu d’un foyer. Un abondant mobilier, comportant de la céramique à vernis noir, des parois fines, une monnaie de Carteia et de nombreuses amphores (gréco-italiques, Dr. 1A, punico-gaditaines et gréco-italiques d’imitation gaditaine), permet de placer le début de l’occupation dans cette zone dans les décennies 140-130 av. J.-C., et, ainsi, de préciser la chronologie proposée par C. Domergue dès 1967 (fin du iie siècle av. J.-C ; C. Domergue, Belo I, 1973, p. 108). Quant à l’abandon de ce premier état, il est situé vers le milieu du ier siècle av. J.-C. La fouille est complétée par des analyses du contenu de plusieurs amphores retrouvées, entières ou presque, dans ces niveaux d’époque républicaine, grâce auxquelles nous disposons des premières identifications de produits commercialisés en amphores à Baelo. Dans deux récipients de production régionale, des imitations de types gréco-italiques, A. Morales et E. Roselló ont reconnu de très nombreux poissons, en très grande majorité des thons signalés surtout par des restes d’écailles (pp. 355-374). Il s’agissait donc d’amphores à salsamenta. Quant au résidu présent sur les parois de l’amphore Dr. 1A, il a été analysé par M. A. Cobo, V. M. Palacios et L. Pérez (pp. 375-379) qui ont confirmé qu’il provenait bien de vin, comme le laissait penser la forme de cette amphore, issue vraisemblablement du territoire de Cosa, en Étrurie.

6Un deuxième sondage (Sondage 2), ouvert dans le troisième bâtiment à l’est de la rue à colonnes (Edificio Meridional III), a aussi atteint des strates d’époque républicaine, mais son exiguïté à ce niveau inférieur (moins d’un m2), lui retire beaucoup d’intérêt. On notera toutefois la présence de deux éléments d’habitat de cette époque, un sol dallé et un mur, et d’un abondant mobilier similaire à celui du Sondage 1 (pp. 282-296).

7Ce sont les fouilles pratiquées à l’ouest de la ville, à l’autre bout de la baie de Bolonia, au lieu-dit El Anclón, qui ont livré les informations les plus nouvelles (pp.297-343). Trois sondages (Sondages 4, 5 et 6) ont été ouverts à cet endroit afin d’examiner un site archéologique révélé par des restes de deux bassins en opus signinum, visibles en surface, sur le rocher surplombant le rivage. À l’ouest de ces fonds de bassins, deux pièces ont été partiellement reconnues : l’une pourvue d’un sol en opus signinum et, surtout, au-delà de celle-ci, une seconde qui contenait une impressionnante accumulation de squelettes de thons (fig. 117-123, pp. 334-336). Les poissons ont été jetés dans une fosse après leur découpage et enterrés sans doute immédiatement. Cet extraordinaire dépôt est en cours d’étude par A. Morales et E. Roselló. Grâce à l’abondant mobilier archéologique recueilli dans les trois sondages (fig. 125, p. 339), ce nouvel établissement de salaisons de la baie de Bolonia est daté du dernier tiers du iie siècle av. J.-C.

8La seconde partie des recherches, qui concerne des édifices du Haut-Empire, avait pour objectif principal de préciser le moment de l’abandon de ceux-ci (Bloc IV, chap. IX et X, pp. 383-488). Elle rassemble quatre fouilles pratiquées au centre (Sondage 2), à l’est (Sondages 7 et 8) et à l’ouest (sondages dans l’Edificio Meridional VII) de la ville basse. Le Sondage 2, ouvert dans l’angle nord-ouest du troisième bâtiment, à l’est de la rue à colonnes (Edificio Meridional III), a permis d’examiner la stratigraphie à l’intérieur de cet édifice dont seulement le sommet des murs avait été dégagé par les fouilleurs de P. Paris. Les couches d’effondrement d’un mur (US 207) et de la toiture (US 211), et le niveau d’abandon de l’édifice (US 214) ont été bien identifiés. Le mobilier de cette strate 214 est, en outre, extrêmement intéressant en raison de sa richesse (fig. 37, 38 et 39, pp. 417-419), surtout en matériel amphorique. Toutefois, à mon sens, il ne semble pas que l’on puisse la qualifier de remblai (« vertido de materiales cerámicos », p. 392 ; « se relleno parcialmente su interior con vertidos directamente sobre su pavimento », p. 421) car les nombreux vases qu’elle a livrés étaient recouverts par la toiture qui s’est effondrée dessus. Il s’agit plutôt d’une couche d’abandon, similaire à celle que P. Paris avait trouvée à quelques mètres de là, dans l’entrée de la maison du cadran solaire, et qui comportait les mêmes amphores (Fouilles de Belo, I, fig. 51, p. 146). Ces grands récipients étaient en place sur le sol de cette salle de l’Edificio Meridional III et ils sont les derniers à y avoir été rangés avant son abandon, qui est daté de la fin du iie siècle grâce à l’étude de l’ensemble du matériel archéologique (pp. 421-422).

9Les Sondages 7 et 8 ont été ouverts contre la muraille orientale, au sud de la porte de Carteia. Ils ont mis partiellement au jour plusieurs pièces situées dans la partie arrière de bâtiments adossés à l’enceinte. Les sols sont en opus signinum et les murs étaient décorés de stucs peints à motifs de transition entre le iiie et le ive style (pp. 423-453). Ces édifices, construits vers le milieu du ier siècle ap. J.-C., semblent, au vu de l’abondance du mobilier laissé en place, avoir été abandonnés subitement, vers la fin du iie siècle (pp. 428-431 et 441-444).

10Enfin, les quelques décapages formant le Sondage 3 (pp. 466-484) ont porté sur un autre bâtiment, partiellement mis au jour par des fouilles antérieures (Edificio Meridional VII). De cet édifice, situé dans la partie occidentale de la ville basse, ont été dégagés les espaces de la moitié est, et on reconnaît au centre un péristyle avec sa cour et sa galerie ; il est similaire à celui des domus situées plus à l’est, la maison du cadran solaire et la maison de l’ouest. Si l’on ajoute la présence de mortiers et de stucs dans le péristyle (US 313) et de stucs peints dans les pièces H5 et H6 (US 306), il ne fait, à mon avis, aucun doute que ce bâtiment soit aussi une domus et non un macellum. Les fragments de plats de forme Hayes 50, en sigillée africaine de type C, recueillis dans les strates recouvrant les sols en opus signinum (US 311 et 312) ont permis de dater l’abandon de l’édifice vers le milieu du iiie siècle, peut-être pendant le second quart de ce siècle (p. 481). Mais la proposition de reconstruction totale du bâtiment à cette même époque paraît inacceptable, non seulement en raison de l’état de la ville de Baelo à ce moment-là, observé par exemple au macellum (F. Didierjean et al., Belo III, 1986, pp. 98-99) et au temple d’Isis (S. Dardaine et al., Belo VIII, 2008), mais surtout parce que l’observation sur laquelle elle est fondée est très mal assurée (« repavimentación del suelo » de la pièce H5, pp. 481 et 484). L’hypothèse d’un macellum du iiie siècle est, à mon avis, doublement contestable : l’édifice est, sans doute, une domus et il fut édifié au ier siècle ap. J.-C., comme le laisse supposer la présence d’un fragment de coupelle Drag 27 en sigillée gallo-romaine dans un mur (pp. 209 et 482) et comme l’indique plus sûrement l’appareil de ses murs.

11En conclusion du compte rendu des chapitres de fouilles du Bloc IV, il me paraît utile de discuter brièvement une question archéologique très importante : celle de la date de l’abandon des bâtiments du Haut-Empire à laquelle se sont affrontés tous les fouilleurs de Baelo depuis près d’un demi-siècle. Comme beaucoup de leurs prédécesseurs, les auteurs de cet ouvrage proposent des chronologies différentes selon les bâtiments ; ainsi, ils choisissent la fin du iie siècle pour l’Edificio Meridional III et les bâtiments voisins de la porte de Carteia, mais préfèrent le deuxième quart du iiie siècle pour l’Edificio Meridional VII. Leurs arguments paraissent d’ailleurs extrêmement solides dans chaque cas puisque leur science céramologique est parfaite. Mais, en fait, le choix entre une date ou l’autre est seulement fondé sur la présence ou sur l’absence dans la strate d’abandon des premières formes de sigillée africaine de type C, dont le début de la production semble fixé vers 230 ap. J.-C. Aussi, avant de se décider en faveur de l’une ou de l’autre, on doit considérer qu’un argument ex silentio est toujours provisoire quand il s’agit du mobilier d’un sondage. Enfin, il est évident que la ville basse ne peut être isolée du reste de l’agglomération, c’est-à-dire que les effets du tremblement de terre, qui n’est plus mis en doute et que l’on date, approximativement, du milieu du iiie siècle, n’ont pas pu s’arrêter au decumanus maximus. En conséquence, à la fois en raison de l’exiguïté des sondages dans l’Edificio Meridional III et près de la porte de Carteia et de la concordance de la date de l’abandon de l’Edificio Meridional VII avec celle du séisme, celle-ci me paraît très vraisemblable et celles-là peu probables.

12Cinq études complètent cette publication de fouilles (Blocs V et VI, pp. 489-546). La première, réalisée par A. Morales et E. Rosello, concerne la pêche des thons et leur découpage pour la salaison (pp. 489-498). Elle présente un extraordinaire intérêt par elle-même – c’est la première à ce jour pour l’importance de l’échantillon examiné –, mais surtout pour l’histoire de Baelo dont la prospérité reposait principalement sur ces deux activités. Elle porte sur les macro-restes livrés par cinq strates du Sondage 1 et représentés en très grande majorité d’ossements de thons (tableau p. 491). Après quelques observations relatives au découpage des poissons, les auteurs restituent la taille de 78 thons capturés (de 100 à 260 cm, la majorité entre 150 et 190 cm et un de 391 cm), leur âge (de 3 à 15 ans) et leur poids (de 18 à 273 kg), et ils avancent prudemment quelques hypothèses sur l’évolution des prises au cours de l’époque républicaine. On attend donc impatiemment l’étude du dépôt, nettement plus important, de Punta Camarinal, pour lequel il est seulement indiqué que les têtes manquent, les poissons ayant été décapités au niveau de la dixième vertèbre.

13Même s’ils ne présentent pas un aussi grand intérêt, les autres annexes apportent d’utiles informations sur l’environnement végétal de l’agglomération antique, l’état de conservation des édifices du quartier méridional, l’alimentation de ses habitants, enfin, sur la question du port. L’étude, effectuée par I. Cáceres, des ossements d’animaux terrestres (pp. 499-511) confirme la prépondérance du bétail, principalement des ovidés-capridés et des bovidés, dans la consommation urbaine et constate l’apport très modeste de la chasse. L’analyse pollinique, par M. B. et M. J. Gil (pp. 513-518), révèle un paysage agricole de céréales et de noyers, et un environnement naturel de pinèdes et d’aulnaies. Les recherches menées sur la plage par C. Alonso, L. Ménanteau, F. J. García et R. Ojeda (pp. 521-538), en vue de repérer des vestiges d’équipement portuaires, ont fait appel à des prospections géophysiques, des sondages géotechniques et des sondages archéologiques. Elles ont abouti à la mise au jour d’une rampe faite de blocs liés à l’argile, mais la datation de celle-ci n’est pas établie et aucun relevé précis n’en est donné. Quant à la restitution proposée (fig. 16, p. 537), son support scientifique paraît encore bien mince. Enfin, un examen des maçonneries antiques de la ville basse a été effectué par A. Muñoz (pp. 539-555), qui s’alarme de leur état de conservation, identifie les agents naturels et anthropiques de détérioration, et propose des mesures plus ou moins urgentes pour la conservation de ce patrimoine exceptionnel.

14Notre connaissance de Baelo progresse donc considérablement grâce à cet ouvrage. Ses auteurs méritent toute notre gratitude, non seulement pour les découvertes qu’ils ont réalisées (en particulier celles du Sondage 1 et de Punta Camarinal, dont l’intérêt est fortement augmenté par les deux études d’A. Morales et d’E. Roselló), mais surtout pour la masse d’informations qu’ils nous livrent. L’apport documentaire est, en effet, la première et la principale finalité d’une publication de fouilles, car il permet l’avancement de notre savoir, même par les discussions qu’il suscite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Sillières, « Alicia Arévalo y Darío Bernal (coords.), Las cetariae de Baelo Claudia », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-2 | 2008, 251-255.

Référence électronique

Pierre Sillières, « Alicia Arévalo y Darío Bernal (coords.), Las cetariae de Baelo Claudia », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-2 | 2008, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 22 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/648

Haut de page

Auteur

Pierre Sillières

Université de Bordeaux III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org