Navigation – Plan du site
Dossier. La sociedad cortesana en la Península Ibérica (siglos xiv-xv)

La corte di Ippolita Sforza, Duchessa di Calabria, nelle corrispondenze diplomatiche tra Napoli e Milano

Una enclave lombarda alla corte aragonese di Napoli (1465-1488)
La cour d’Ippolita Sforza, duchesse de Calabre, d’après la correspondance diplomatique entre Naples et Milan : une enclave lombarde à la cour aragonaise de Naples (1465-1488)
La corte de Ippolita Sforza, duquesa de Calabria, a partir de la correspondencia diplomática entre Nápoles y Milán. Un enclave lombardo en la corte aragonesa de Nápoles (1465-1488)
The court of Ippolita Sforza, Duchess of Calabria, in diplomatic correspondence between Naples and Milan. A Lombard enclave in the Aragonese court at Naples (1465-1488)
Veronica Mele
p. 125-141

Résumés

De la correspondance diplomatique et privée d’Ippolita Sforza émerge une Cour qui se distingue des autres cours féminines de la Renaissance. En premier lieu, l’alliance politique entre Naples et Milan lui garantit l’immense privilège de maintenir à son service tout le personnel recruté dans le duché de Milan. La cour de la duchesse de Calabre constituait donc une sorte d’enclave lombarde implantée à Naples. Cependant elle ne parvint pas à s’intégrer dans le tissu politique, culturel et économique du royaume. Quand le roi Ferdinand congédia arbitrairement toute la cour de sa belle-fille, en raison de son incapacité à gérer la maison ducale, Ippolita réunit autour d’elle un nouvel entourage, dont les ambassadeurs lombards résidant à la cour napolitaine. Elle inaugura ainsi son nouveau rôle diplomatique international. Elle attendit la maturité et la maternité pour choisir des collaborateurs politiques et des notables du gouvernement aragonais, afin de préserver le trône napolitain de son fils aîné, Ferrandino.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

I «fidelissimi servitori» lombardi
Modelli etici napoletani: oeconomica e regimento de stato
L’entourage diplomatico lombardo per la difesa del trono napoletano

Aperçu du début du texte

Uno studio sulla corte di Ippolita Maria (1445-1488), secondogenita dei duchi di Milano Francesco Sforza e Bianca Maria Visconti e moglie dell’erede al trono di Napoli, il duca Alfonso d’Aragona, incontra le stesse difficoltà di qualsiasi ricerca sui regni angioini e aragonesi di Napoli a causa della nota distruzione che la parte più antica dell’Archivio di Stato di Napoli ha subito da parte di un gruppo di soldati tedeschi nell’ultima guerra mondiale (30 settembre 1943). È necessario dunque una breve nota introduttiva che illustri lo stato di conservazione e le possibilità e difficoltà di reperimento del materiale documentario.

Della documentazione prodotta dalla corte di Ippolita non ci sono giunti né i registri contabili redatti dai tesorieri della duchessa, né i registri delle minute e delle lettere ricevute, compilati dai suoi cancellieri. Bisogna, inoltre, notare che tra i registri aragonesi editi prima del 1943 o ricostruiti in seguito, sono state finora reperite due sole regi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Veronica Mele, « La corte di Ippolita Sforza, Duchessa di Calabria, nelle corrispondenze diplomatiche tra Napoli e Milano », Mélanges de la Casa de Velázquez, 45-2 | 2015, 125-141.

Référence électronique

Veronica Mele, « La corte di Ippolita Sforza, Duchessa di Calabria, nelle corrispondenze diplomatiche tra Napoli e Milano », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-2 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 24 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/6548

Haut de page

Auteur

Veronica Mele

Università di Napoli Federico II (ERC HistAntArtSi)

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org