Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Félix López López de Ullíbarri (dir.), El linaje del Canciller Pedro López de Ayala

Sophie Coussemacker et Michel García
p. 257-260
Référence(s) :

Félix López López de Ullíbarri (dir.), El linaje del Canciller Pedro López de Ayala, Vitoria-Gasteiz, Servicio de Museos de la Diputación Foral de Álava, 2007, 311 p.

Texte intégral

1Tout au long de l’été 2007, la Diputación Foral d’Álava a commémoré le sixième centenaire de la mort du plus illustre des Alavais, Pedro López de Ayala (1332-1407), en organisant une exposition dans la cathédrale nouvelle de Vitoria, et un cycle de conférences, à Vitoria et dans le sanctuaire de San Juan de Quejana. Elle a publié, à cette occasion, outre un riche catalogue d’exposition, deux forts volumes, l’un consacré à la figure littéraire du chancelier, l’autre à son histoire familiale. C’est ce dernier que nous allons présenter ici.

2Ce gros volume bilingue castillan-basque de 311 pages (24 x 30,7 cm), très richement illustré, comporte, outre la présentation du projet et une introduction par le commissaire général du VIe centenaire, deux études : une « Introduction historique à l’époque et à la figure du chancelier Pedro López de Ayala », par le professeur Julio Valdeón Baruque de l’université de Valladolid (pp. 31-79) ; et un « Lignage du chancelier don Pedro López de Ayala », par le professeur Ernesto García Fernández de l’université du Pays Basque (pp. 81-291).

3La contribution du professeur Ernesto García Fernández se présente comme une étude scientifique de haute tenue sur l’émergence et l’ascension de ce lignage relativement modeste et sur les relations qu’il établit avec d’autres puissantes familles de la région et au-delà (Tolède, Andalousie). L’auteur se fonde sur des sources variées, notamment l’abondante littérature généalogique générée par le lignage depuis 1371, avec l’Arbol de la casa de Ayala, rédigé par le père même du chancelier, les Bienendanzas e Fortunas, écrites à la fin du xve siècle par Lope García de Salazar, lui-même apparenté au lignage, et une série de textes d’époque moderne. Ce corpus est analysé avec une grande finesse, une juste dose d’esprit critique, mais sans rejeter a priori les données topiques, comme l’ancrage du lignage en la personne du mythique don Vela, soi-disant prince aragonais de la fin du xie siècle, lorsque certaines données archéologiques viennent corroborer, de façon inattendue, les assertions de cette littérature généalogique. L’auteur a aussi dépouillé les chroniques générales et des documents d’archives, porté une grande attention à l’héraldique, aux sépultures, et fait appel tant à l’historiographie classique que récente. Son recours aux notes érudites éclaire l’exposé sans le parasiter.

4Le résultat est une reconstruction, très classique dans sa forme, de l’histoire d’un lignage, dont les temps forts sont parfaitement résumés dans la remarquable conclusion (pp. 272-291). Grâce à des arbres généalogiques nombreux, on suit l’histoire du lignage et de ses diverses rames (Murcie-Álava / Guipuzcoa-Tolède) sans se perdre entre les multiples homonymes, Pedro López de Ayala étant un nom presque générique depuis le grand-père du chancelier. On observe aussi les ruptures majeures, par défaut de fils héritier, et le passage à des branches cadettes par les femmes, des Salcedo aux Ayala, puis de ceux-ci aux García de Herrera, qui reprirent le nom d’Ayala conformément aux règles du majorat. On observe aussi la différenciation entre les deux branches principales des Ayala de Tolède (comtes de Fuensalida) et des Ayala du nord, de Salvatierra et Ampudia (comtes de Salvatierra), les deux branches entretenant des rapports en termes de bandos politiques.

5L’étude suit aussi de façon classique la construction du patrimoine, à partir du solar familial de Quejana, des fondations pieuses, des sanctuaires et nécropoles familiales successives, des liens tissés par le lignage avec quelques ordres privilégiés, Dominicains et Hiéronymites en particulier. L’auteur n’ignore rien de l’intérêt de la prosopographie et voit finement les politiques d’alliances, matrimoniales ou autres, les interconnexions des Ayala avec d’autres puissants lignages associés à eux dans la construction de leur fortune sociale. Enfin, pour chaque membre du lignage, notamment les Parientes Mayores, on suit leur rôle politique et la participation des Ayala aux nombreux conflits de la période, de la guerre civile du xive siècle entre Pétristes et Trastamares aux conflits entre les infants d’Aragon et Álvaro de Luna au xve siècle. Un éclairage plus spécifique est apporté sur Fernán Pérez de Ayala (1305-1387), le père du chancelier, à l’origine de l’ascension du lignage sous Alphonse XI, et sur Pedro López de Ayala dit le comunero, mort en 1524 dans des circonstances douteuses.

6On peut regretter que le personnage historique et politique central, le chancelier lui-même, n’ait pas été intégré dans ce long parcours familial autrement que comme un échelon intermédiaire. En effet, sa personnalité et son parcours, déjà fort bien cernés grâce à une abondante historiographie, sont censés être traités à part, dans la partie confiée à Julio Valdeón Baruque (pp. 30-79), chargé également de la « contextualisation » de la vie du chancelier dans un long xive siècle. Malheureusement, ce chapitre, non dépourvu d’une certaine érudition (mention de textes rares comme le Liber Regalis de Jean de Cardaillac, p. 50), sacrifie trop à la vulgarisation (topoï sur les malheurs des temps, absence de notes infrapaginales).

7On relève aussi, dans l’introduction au volume et dans cette première partie, des approximations ou erreurs ponctuelles, parfois corrigées dans le cours de la même, ou dans l’étude du professeur Ernesto García. Pedro Gómez Barroso est présenté comme un frère de la mère du chancelier (p. 18) alors qu’il est son oncle, et donc le grand-oncle du futur chancelier. D’autre part, le second Pedro Gómez Barroso, petit-neveu homonyme du premier, archevêque de Séville, semble parfois confondu avec son grand-oncle (p. 70). L’idée que c’est son décès, en 1391, qui facilita le déclenchement des pogroms est contestable et rejetée par certains historiens comme José Sánchez Herrero (Barroso serait, en fait, mort entre 1374 et 1379 : le travail de Ernesto García Fernández y fait d’ailleurs référence, pp. 160-164 et notes 133 à 136). Affirmer que Ayala était déjà le chroniqueur officiel de Pierre Ier (pp. 34, 42, 44 etc.) est abusif, car il n’a pu occuper cette charge que sous Henri II, au plus tôt, et plus vraisemblablement sous Jean Ier. Il est curieux de lire que Jean de Venette accusait les Juifs d’avoir corrompu les airs et les puits au moment de la grande peste (p. 38) alors que le chroniqueur ne fait que relever ce topos pour le combattre vigoureusement ! La question de la réécriture de la chronique dans un objectif de propagande semble ne guère tenir compte des études de Michel Garcia sur les versions « abrégée » et « vulgaire ». Enfin, si Ayala est emprisonné après Aljubarrota à Leira puis à Oviedes, et qu’il met à profit cet enfermement pour écrire le Rimado de Palacio, pourquoi la première page du manuscrit de la BNE commence-t-elle par la rubrique « estando preso en Ynglaterra » (reproduite p. 68) ?

8Plus généralement, on peut regretter certains choix éditoriaux, comme les très nombreuses miniatures non référencées (parfois le lieu de conservation est signalé, comme la BNF ou la Bristish Library, mais sans cote ; dans d’autre cas, le manuscrit n’est même pas localisé). Ainsi, les deux miniatures sur les Juifs tisserands ou brodeurs (pp. 61 et 72) sont, de toute évidence, tirées du même manuscrit, mais sans référence. La miniature p. 101, présentée comme représentant le couronnement d’Alphonse X, semble venir des Cantigas, mais il n’est pas sûr que cette représentation d’un roi siégeant au milieu de sa cour et de clercs tonsurés soit la mise en image d’un couronnement. On peut aussi émettre des doutes sur la miniature p. 126 représentant le Prince Noir recevant une missive.

9Enfin, la bibliographie générale (pp. 294-311) est très riche, mais aurait pu être étoffée de quelques titres. Un article de Jean-Pierre Molénat de 1988 est cité, mais pas le monumental Campagnes et monts de Tolède, daté de 1997, qui comporte entre autres des informations sur les Barroso qui auraient enrichi la réflexion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Coussemacker et Michel García, « Félix López López de Ullíbarri (dir.), El linaje del Canciller Pedro López de Ayala », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-2 | 2008, 257-260.

Référence électronique

Sophie Coussemacker et Michel García, « Félix López López de Ullíbarri (dir.), El linaje del Canciller Pedro López de Ayala », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-2 | 2008, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/656

Haut de page

Auteurs

Sophie Coussemacker

Université de Bordeaux III

Michel García

Université de Paris III

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org