Navigation – Plan du site
Miscellanées

Le Maghreb médiéval et l’Antiquité

De la perception et de la connaissance du passé antéislamique dans l’historiographie maghrébine médiévale
El Magreb medieval y la Antigüedad. De la percepción y del conocimiento del pasado preislámico en la historiografía magrebí medieval
The mediaeval Maghreb and Antiquity. Perception and knowledge of the anti-Islamic past in mediaeval Maghrebi historiography
Chafik T. Benchekroun
p. 195-223

Résumés

Le Maghreb médiéval a-t-il eu une Antiquité ? Une telle question peut paraître naïve, mais une connaissance même superficielle du Maghreb médiéval la justifierait pleinement. Il existe une réelle coupure épistémologique entre l’Africa antique et le Maghreb médiéval, ce dernier ne semblant presque aucunement se nourrir de la première. Un spectaculaire glissement de terrain, culturel, intellectuel, et identitaire, transporta l’héritage antique/antéislamique de l’Arabie de Mahomet au Maghreb médiéval. Ainsi, les Maghrébins descendant de Juba, Apulée, ou Augustin, allaient faire inconsciemment litière de ces derniers pour ne plus se souvenir que de la reine de Saba, des antiques royaumes arabes et de poètes de l’Arabie antéislamique. Seule l’existence d’une traduction andalouse d’Orose permit à quelques rares auteurs (principalement Ibn aldūn) de nuancer la vision fantasmée de l’Antiquité présente dans le reste de l’historiographie maghrébine.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

« Un passé qui ne passe pas »
Des auteurs maghrébins plus contemplateurs que connaisseurs
L’exception Ibn H̱aldūn

Aperçu du début du texte

Nascitur Arabiis ingens in collibus infans
Et dixit lexis aura: « Nepos est ille Jugurthae… »

Arthur Rimbaud

L’Antiquité n’étant pas conceptualisée de la même manière au Moyen Âge, le prisme maghrébin à l’époque se nourrit d’une vision particulière des temps antéislamiques. Antéislamiques, et non antiques, car la centralité accordée à l’époque de Mahomet brouille radicalement la répartition périodique occidentale de l’histoire. L’histoire antique devient pour les Maghrébins de l’époque médiévale l’histoire antéislamique, avec la même absoluité épistémologique. En effet, il s’agit ici de la base primordiale à partir de laquelle doit s’élancer pareille étude, l’époque antéislamique, et non antique, car dans l’imaginaire maghrébin la coupure est claire, c’est celle de notre viie siècle.

Il s’agit ici d’une conception de l’« Antiquité » qui la fait s’achever de manière arbitraire avec la naissance de la nouvelle ère, l’ère de l’Hégire, l’ère de l’Islam, car l’époque de Mahomet est perçue co...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chafik T. Benchekroun, « Le Maghreb médiéval et l’Antiquité », Mélanges de la Casa de Velázquez, 45-2 | 2015, 195-223.

Référence électronique

Chafik T. Benchekroun, « Le Maghreb médiéval et l’Antiquité », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-2 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 28 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/6611

Haut de page

Auteur

Chafik T. Benchekroun

Université de Toulouse Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org