Navigation – Plan du site
Miscellanées

Sociedad, política, religión y costumbres en el Viaje a Italia de Moratín

Société, politique, religion et coutumes dans le Viaje a Italia de Moratín
Society, politics, religion and customs in Moratín’s Viaje a Italia
Rafael Alarcón Sierra
p. 225-243

Résumés

Cet article analyse les remarques que fit Moratín dans son Viaje a Italia (1793-1796), en regard de son journal intime et de ses échanges épistolaires, sur le fonctionnement des gouvernements, des institutions italiennes et de leurs lois ; sur les conséquences de la Révolution française ; sur la corruption économique ; sur le fait religieux (les controverses sur les cérémonies, le commerce des reliques, les saints et les bulles apostoliques, ou au sujet de la papesse Jeanne) ; sur les problèmes d’ordre social : la noblesse et le clergé, les vagabonds, les prostituées et les entremetteurs ; ou encore sur les us et coutumes en vigueur (habits, fêtes, particularités linguistiques et traits particuliers des principales populations). Ces observations s’appuient tour à tour sur une vision illustrée, des préjugés communs et une liberté d’interprétation personnelle, et s’expriment à travers une écriture libre, ironique, dynamique et moderne qui se trouve être parmi les plus audacieuses du xviiie siècle espagnol.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Para la Ilustración, Italia representaba lo contrario que Francia y que Inglaterra. Tenía un importante papel en la formación del gusto estético, gracias a las antigüedades del mundo clásico y a los maestros del Renacimiento. Al margen de las diversiones y placeres mundanos (de la música y la ópera a las cortesanas), indispensables en todo viaje a Italia, debemos añadir el estudio de sus diferentes gobiernos (fundamental para la génesis de El espíritu de las leyes de Montesquieu): repúblicas en Venecia o Génova, monarquías en Turín, Florencia o Nápoles, y ese régimen particular que era el Estado de la Iglesia en Roma. En el siglo xviii, Italia era vista como un país en decadencia, aristocrático y clerical, lleno de gobiernos incompetentes, donde el pueblo vivía en la ignorancia supersticiosa y en la miseria más profunda, y donde los valores ilustrados tenían muchas dificultades para expandirse, dadas las pretensiones retardatorias de la casta nobiliaria y la dominación religiosa.

Mor...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rafael Alarcón Sierra, « Sociedad, política, religión y costumbres en el Viaje a Italia de Moratín », Mélanges de la Casa de Velázquez, 45-2 | 2015, 225-243.

Référence électronique

Rafael Alarcón Sierra, « Sociedad, política, religión y costumbres en el Viaje a Italia de Moratín », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-2 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 25 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/6623

Haut de page

Auteur

Rafael Alarcón Sierra

Universidad de Jaen

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org