Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Carlos M. Reglero de la Fuente, Amigos exigentes, servidores infieles. La crisis de la orden de Cluny en España (1270-1379)

Denyse Riche
Référence(s) :

Carlos M. Reglero de la Fuente, Amigos exigentes, servidores infieles. La crisis de la orden de Cluny en España (1270-1379), Madrid, CSIC, Biblioteca de historia, 2014, 416 p.

Texte intégral

1Sous ce titre, qui tient de l’euphémisme et de la parabole biblique (Lc 16, 1-13), Carlos M. Reglero de la Fuente nous propose une étude sur les monastères clunisiens de la péninsule Ibérique de 1270 à 1379. Le réseau clunisien repose sur 24 maisons, aux effectifs réduits — moins de 150 moines au milieu du xiiie siècle —, seuls San Zoilo de Carrión et Santa María de Nájera atteignent 25 à 30 moines, et les années 1270 ouvrent une période de crise, tant pour des raisons externes qu’internes.

2Les premières, objet de la première partie, sont dues aux « amis exigeants » : les souverains, la noblesse, les évêques, les papes, qui, de moins en moins amis, s’en prennent aux biens et aux droits des prieurés et les soumettent à une fiscalité croissante. Sollicités pour apporter leur protection, les souverains et leurs officiers n’hésitent pas, au nom de l’affirmation de la juridiction royale, à s’immiscer dans l’administration des prieurés, à en disposer, à les remettre à des clercs de la cour ou à leurs fidèles. D’Alphonse X à Pierre Ier, les monastères acquittent des tributs directs ou indirects, ordinaires ou extraordinaires, tant pour le roi que pour sa famille ou ses officiers, sans oublier les contributions exceptionnelles pour la guerre qui tendent à se pérenniser ou les décimes que les souverains se font octroyer par la papauté. Alors que les moines peinent à percevoir leurs rentes, et nonobstant quelques allégements ponctuels, ils sont contraints de s’endetter. Ce qui amène l’auteur à penser que si les prieurés clunisiens maintiennent encore un contact étroit avec le pouvoir royal (Nájera abrite les sépultures de plusieurs rois), cela ne signifie pas une relation personnelle avec les rois, ni que ces derniers montrent une dévotion spéciale pour Cluny.

3Interlocuteur privilégié de la papauté, Cluny ne l’est plus au xiiie siècle, et cela se confirme en Espagne. Les souverains pontifes utilisent les prieurés comme des bénéfices au profit de clercs ou de cardinaux, notamment français et espagnols au temps de la papauté d’Avignon qui favorise le développement de la commende. Les conséquences s’avèrent toujours néfastes : dégradation sur le plan temporel et spirituel, perte de contrôle sur la nomination des prieurs. L’auteur estime que « la concession de prieurés clunisiens comme bénéfices à partir de Jean XXII […] contribua de façon décisive à la ruine de l’ordre en Espagne ». Sciemment ou non, des papes confondent prieurés clunisiens et simples prieurés bénédictins, ce qui leur permet de feindre ignorer les privilèges de l’ordre, voire de porter atteinte à son intégrité, tel Boniface VIII qui concède le prieuré de San Miguel de Zamora (dépendant de Marcigny) à l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

4Une telle attitude ne peut qu’encourager nobles et évêques à s’en prendre aux prieurés. Rares sont les maisons qui parviennent à maintenir des liens avec de grandes familles ; il est plus fréquent que celles-ci utilisent les prieurés pour pallier la diminution de leurs rentes notamment durant les périodes de guerre. Les évêques ne se conduisent pas mieux. N’ayant jamais accepté l’exemption dont jouit Cluny, ils tentent de remettre en cause les privilèges de l’ordre, d’où leur acharnement à exiger des procurations de la part des moines et à multiplier les conflits à propos des églises paroissiales. Lorsque l’archevêque de Braga, sous prétexte qu’il est interdit de sortir des biens du royaume, refuse que le prieur de Rates (dépendant de La Charité-sur-Loire) acquitte le cens qu’il doit à Cluny, il remet en cause son appartenance à l’ordre.

5Mais la situation de crise est aussi imputable aux prieurs et aux moines, à ces « serviteurs pas toujours fidèles » ; c’est l’objet de la seconde partie qui nous permet d’appréhender la vie et parfois la spécificité des prieurés espagnols. La tendance générale est à la diminution des effectifs, et la peste noire n’est pas seule en cause. En exploitant les ressources de l’onomastique, l’auteur parvient à faire sortir un certain nombre de moines de l’ombre. Ce n’est pas sans surprise que l’on découvre que, entre 1270 et 1379, la moitié, parfois les deux tiers, des prieurs sont d’origine française et même si ce phénomène a pu être favorisé par les grâces pontificales, il est révélateur de la conception que Cluny se fait du gouvernement des provinces sises hors du royaume de France. Il faut attendre l’arrivée de la dynastie Trastamare pour voir privilégier les moines espagnols. Pour les simples moines, la proportion est moindre mais non négligeable (environ 20 %). Les défaillances s’accentuent, l’endettement progresse et, vue de Cluny, « la province d’Espagne apparaît, à la fin du xiiie siècle, ruinée sur le plan spirituel et temporel ». Ce qu’il convient sans doute de nuancer, les visiteurs étant d’abord sensibles aux carences. Si la plupart sont communes à bien des prieurés, il arrive qu’elles prennent un sens particulier dans le contexte espagnol : ignorer la liturgie clunisienne, c’est négliger son identité monastique.

6Un dernier chapitre consacré aux relations entre la province d’Espagne et l’abbaye de Cluny nous permet de mesurer ce qu’impliquent l’éloignement et l’intégration dans un autre royaume, au moment où Cluny se replie sur celui de France. Le cas des prieurés espagnols atteste de l’impossibilité pour les clunisiens de se fondre dans les projets de réforme de Benoît XII pour les moines noirs (bulle Summa magistri, 1336) sans perdre leur spécificité. On constate aussi un renforcement du rôle des instances intermédiaires entre l’abbé de Cluny — aucun ne vient dans la Péninsule durant cette période — et les moines (chambrier, vicaire, procureur), d’où l’importance de nommer des prieurs français. L’éloignement n’empêche cependant pas les prieurés d’être soumis à la fiscalité interne de l’ordre : cens, vingtièmes et autres subsides levés pour réduire l’endettement de l’abbaye mère ou lui permettre d’acquitter les impositions exigées par les rois de France et les souverains pontifes.

7Il convient de souligner l’intérêt — et l’originalité — de la conclusion/récapitulation que nous propose l’auteur : un chapitre à part entière par lequel il ne serait pas inenvisageable de commencer la lecture ; à quoi il faut adjoindre, en annexes, un considérable travail de prosopographie pour 14 prieurs, une liste de moines, une abondante bibliographie, un index onomastique et un index toponymique de la plus grande utilité.

8On appréciera cette étude qui vient éclairer un nouveau pan, et non des moindres, de l’histoire clunisienne à la fin du Moyen Âge ; elle permet de mesurer ce que signifie — ou non — être clunisien hors du royaume de France. Si la plupart des problèmes rencontrés se retrouvent ailleurs, certains sont propres au contexte de la Péninsule (les relations entre les prieurés et les concejos de realengo). Mais par-delà la dimension strictement clunisienne, cet ouvrage est une contribution importante à l’histoire du monachisme médiéval.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denyse Riche, « Carlos M. Reglero de la Fuente, Amigos exigentes, servidores infieles. La crisis de la orden de Cluny en España (1270-1379) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-2 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/6669

Haut de page

Auteur

Denyse Riche

université Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org